1. //
  2. // 1/4 de finale aller
  3. // Malaga/Dortmund

Surfant sur la vague de son succès de 1997, le Borussia Dortmund a failli se retrouver sur la paille en 2005, suite à des investissements improbables. Quelques années plus tard, voici le BVB à nouveau sur le devant de la scène, avec un nouveau modèle sportif, mais également économique. Bref, un club où aurait pu jouer Ikki, chevalier du Phoenix.

13 29
Malheureux à Manchester City, Edin Dzeko aimerait bien revenir en Allemagne. Un club lui plaît en particulier : le Borussia Dortmund. Soit. Il se trouve que, de son côté, Jürgen Klopp aime bien le Bosnien. Seulement, il y a un blocage. «  [Edin] est un formidable attaquant. Falcao aussi. Nous pouvons dire une chose à propos de ces noms, mais aussi à propos d'autres : au Borussia Dortmund, tout est fait suivant nos conditions ainsi que notre structure salariale. Il n'y aura pas d'exception  » . Edin Dzeko pèse 7 millions d'euros net par an. C'est beaucoup pour le BVB. Surtout que le club de le Ruhr ne veut pas de nouveau faire de folies avec son argent. La dernière fois, ça a failli mal se terminer.

La folie des grandeurs

Flashback : double champion en 1995 et 1996, le Borussia Dortmund remporte la Ligue des Champions en 1997 face à la Juventus. Dès lors, le club aspire à entrer dans une nouvelle dimension : le Westfalenstadion est agrandi, la Südtribüne sort de terre. Seulement voilà : sur le terrain, l'équipe est en fin de cycle. Un à un, les héros de 97 se barrent (Klos, Lambert, Sousa, Möller, Riedle, Chapuisat, et surtout Hitzfeld) ou partent à la retraite (Zorc, Sammer). Conséquence : les résultats ne suivent plus. Les dirigeants décident alors d'investir de l'argent en masse pour ramener du lourd. Lors du mercato d'hiver 00/01, Tomas Rosicky arrive pour 14,5M d'euros. La saison suivante suivront des joueurs du calibre de Jan Koller (12,75M d'euros) et Marcio Amoroso (25M), ce qui permettra au BVB de remporter en 2002 le sixième titre de son histoire. Très bien. Sauf que tous ces joueurs coûtent vraiment une blinde, et petit à petit, ça commence à partir en sucette. Le responsable : Michael Meier.

Manager du BVB de 1989 à 2005, élu deux fois «  Manager de l'année  » par Kicker (92 et 93) Meier a connu à peu près toutes les heures de gloire du club jaune et noir. Il a également connu les heures les plus sombres, et c'est un peu sa faute. L'exemple le plus significatif? Le transfert de Marcio Amoroso. Le buteur de Parme débarque dans la Ruhr contre 25M d'euros. En contrepartie (et pour amortir le transfert), Evanilson signe dans l'Emilie contre 17M d'euros. Le Borussia se met bien, économise un peu d'argent, ou plutôt se retrouve avec des sous à mettre dans le salaire du Brésilien. Evanilson est ensuite directement prêté au BVB, qui paye une indemnité annuelle de 250k. Mais les Italiens ne sont pas bêtes : ils avaient négocié une clause forçant le Borussia Dortmund à racheter Evanilson pour 15M, lors de la saison 03/04. Coup dur pour les Schwarzgelben, qui se retrouvent à nouveau propriétaires d'un joueur qui se blesse souvent. Comme un malheur n'arrive jamais seul, Marcio Amoroso fait son cirque (blessé, il veut se soigner au Brésil); Sammer (devenu coach) perd patience et Meier finit par faire casser son contrat en avril 2004.

Un club à la rue, les supporters dans la rue

Entre les transferts fumeux, les salaires extravagants des joueurs et des résultats bien loin des attentes (défaite en finale de C3 2002, Bruges qui sort le BVB en tour préliminaire de la LDC en 2003...), le Borussia Dortmund plonge dans la crise. L'entrée en bourse ? Un fiasco. Le BVB plonge, plonge, tant et si bien qu'en 2004, il compte près de 100M de dettes. Les supporters sortent dans la rue, manifestent, veulent la tête de leurs dirigeants. Michael Meier finit par être viré. Gerd Niebaum, le président, finira par se retirer le 14 novembre 2004, laissant le club dans le merdier le plus total : 120M de dettes à son départ, stade vendu en partie au secteur privé, obligation de louer le stade pour jouer... Le club est à la rue, en slip, ne ressemble à rien. Les stars sont bradées, pourvu que le cash entre (Rosicky part à Arsenal pour 10M). On évoque la possibilité d'une disparition si des garanties financières ne sont pas apportées. Les fans se mobilisent, la ville en fait de même : elle se rend compte que sans le Borussia, elle n'est rien. La région, pareil : c'est finalement la société d'actions RAG (située à Essen), spécialisée dans le bâtiment, la chimie, l'immobilier, qui viendra en aide au club. RAG qui deviendra Evonik et qui s'affiche aujourd'hui en gros sur le torse des joueurs du BVB.


Un bénéfice record


Grâce à la venue de RAG, mais également grâce au travail du tandem Hans-Joachim Watzke (directeur général) / Michael Zorc (manager), le Borussia Dortmund a retrouvé sa dignité en quelques années seulement. En faisant venir Jürgen Klopp en 2008, le club de la Ruhr s'est même trouvé une identité de jeu, qui a fini par être couronnée de succès ces dernières années. SDF en 2005, le BVB concurrence aujourd'hui le Bayern (et n'oublie pas au passage que sans Uli Hoeness, il aurait sûrement passé l'arme à gauche) et aspire à faire partie de nouveau des grands d'Europe. Le tout en un temps record. C'est également en un temps record que les dettes s'effacent : elles sont estimées à une dizaine de millions d'euros. Il faut dire qu'en 2011, le club a fait un chiffre d'affaires d'un peu plus de 150M d'euros, et dépassé la barre des 200M l'an dernier. Le bénéfice net en 2012 s'élevait d'ailleurs à 34M, «  l'un des plus gros jamais réalisés en 50 ans par un club de Bundesliga  » , ainsi Watzke. Le plus gros, tout simplement. Du coup, de l'argent, il y en a, aussi bien en vrai qu'en réserve (les Götze, Reus, tout ça, ça vaut des sous). Ce n'est pas pour autant que le BVB compte réitérer les erreurs du passé. Et Jürgen Klopp de prévenir Edin Dzeko : «  Il sait ce qu'il a à faire. Et si Robert [Lewandowski] venait à partir, le nouvel attaquant devra se soumettre à nos conditions. C'est à ce moment-là qu'il devient intéressant. Si quelqu'un veut venir chez nous, il doit s'adapter financièrement. Et là il aura du fun, probablement plus que dans son ancien club  » .

par Ali Farhat
Petite précision sur l'effondrement économique de Dortmund: En 2001 ou 2002 (je sais plus exactement), le groupe Kirsch qui détenait les droits TV est plus ou moins en faillite, et de ce fait la manne financière des droits TV, et brutalement réduite... et pour bien faire un an après ils n'arrivent pas à se qualifier pour les groupes de la LdC.... c'est deux vides financiers additionné au gouffre de la location du stade (une aberration de gestion absolument hallucinante...) et au recrutement massif... entraine une déroute financière sans précédent...

Puis il faut tout de même souligner un fait rare, dans cette catastrophe financière, l'ensemble de l'effectif accepta de réduire son salaire de 20 ou 25% (je sais plus)... ce qui je crois reste une première dans l'histoire du foot au très haut niveau...
Note : 1
Rien que pour la référence à Ikki (le mec qui devait se farcir les chevaliers les plus relous), je dis bravo !

Bel exemple que ce Borussia ... Si un certain club du sud de la France ayant mes faveurs pouvait s'en inspirer (voeu pieux en l'état actuel de choses, je sais ...)

Merci Ali !
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Ah, et Ali: Bon titre!!! ;)
 //  Hooligan du Bayern Munich
Note : 3
Message posté par EnzoScifo
LDC : l’équipe type des escrocs.
Djimi Traoré, Jean-Marc Ferreri et plus récemment Salomon Kalou. Alors que Diego Maradona, Romario, le vrai Ronaldo, Roby Baggio et j'en passe, n'ont jamais pu soulever la coupe aux grandes oreilles, eux ont empoigné la C1 comme un vulgaire Trophée des Champions. Encore en lice pour un braquage en règle, voici les 11 mecs qui seront peut être les escrocs de la cuvée 2013 : http://le-toque.blogspot.fr/2013/04/ldc … crocs.html



Arrêtes de spammer ton blog ultra orienté (rien que le titre du blog...), et puis mettre Hummels et Djimi Traoré dans le même sac, c'est juste de la mauvaise foi incroyable...
Merci Ali pour cette petite piqure de rappel de ce petit bout d'histoire et ce qu'il ne faut pas faire :)

ps: ton allemand déteint sur ton français, also Watzke
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par Ruud04
le BVB, c'est la classe.
Quand on compare à la vulgarité du Real, c'est sans commune mesure


Le rapport? J'avoue ne pas avoir compris. Arguments?
Garrincha7 Niveau : CFA2
Note : 3
Quel sacré club quand même! Et quel stade!

Je trouve qu'Ali Farhat est un des meilleurs contributeurs de ce site, en tout c'est un de ceux que je préfére lire...
Message posté par EnzoScifo
LDC : l’équipe type des escrocs.
Djimi Traoré, Jean-Marc Ferreri et plus récemment Salomon Kalou. Alors que Diego Maradona, Romario, le vrai Ronaldo, Roby Baggio et j'en passe, n'ont jamais pu soulever la coupe aux grandes oreilles, eux ont empoigné la C1 comme un vulgaire Trophée des Champions. Encore en lice pour un braquage en règle, voici les 11 mecs qui seront peut être les escrocs de la cuvée 2013 : http://le-toque.blogspot.fr/2013/04/ldc … crocs.html


Enzo aurait vraiment honte s'il lisait de telles inepties... Concernant ta tentative de "blague" sur Pepe (que je n'apprécie vraiment pas pourtant), je vais te répondre ceci : la seule chose que tu devrais avoir la possibilité d'écrire, c'est une liste de courses (et encore) mais, certainement pas un blog de foot autoproclamé "décalé"...
Note : 4
PS : So Foot fait un article sur Dortmund, allez vite parier sur une victoire de Malaga. Vous allez vous faire facilement 4390 euros ^^
Message posté par EnzoScifo
LDC : l’équipe type des escrocs.
Djimi Traoré, Jean-Marc Ferreri et plus récemment Salomon Kalou. Alors que Diego Maradona, Romario, le vrai Ronaldo, Roby Baggio et j'en passe, n'ont jamais pu soulever la coupe aux grandes oreilles, eux ont empoigné la C1 comme un vulgaire Trophée des Champions. Encore en lice pour un braquage en règle, voici les 11 mecs qui seront peut être les escrocs de la cuvée 2013 : http://le-toque.blogspot.fr/2013/04/ldc … crocs.html


Mon vieux, à l'image du gars dont tu portes le blase, tu es un vrai con*.
Note : 1
(Enzo Scifo bien sûr)
Note : 1
J'aimerai voir mon club de cœur prendre exemple sur cette très belle équipe du Borussia, et redevenir dans les années qui viennent la bête de course qu'il était il n'y a pas si longtemps...

Voir toute une région se rassembler pour sortir du pétrin son club chéri je trouve ça classe et digne, même si derrière cette belle histoire il y a très certainement des petites lignes non précisées.

Il peuvent ce la péter en tout cas, redresser un club de cette façon c'est toujours plus classe que le hisser tout en haut par l'intermédiaire d'investisseurs étrangers qui on juste envie de claquer la monnaie qui dépasse de leurs poches. Attention je n'ai rien contre ces clubs, c'est juste une philosophie différente et respectable. Enfin plus ou moins...

Et je valide avec le FC Nantes, ouf.
Partenaires
Vietnam Label Le kit du supporter Trash Talk basket
13 29