Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Roi
  2. // Demies
  3. // Celta Vigo-FC Séville

Borja Oubiña, Vigo pour garder la patate

C’est l’histoire d’un joueur passé du paradis à l’enfer en une fraction de seconde. Promis aux hautes sphères du football, Borja Oubiña Meléndez s’est vu stopper net dans son élan par une terrible blessure. Dommage, quand on sait que le Vigués de naissance était né au bon moment.

Modififié
En Espagne comme ailleurs, le football regorge de jeunes talents en devenir. Habitué de l’équipe première du haut de ses 23 ans, Borja Oubiña ne fait pas exception à la règle. À Vigo, le beau garçon est même vu comme le symbole de la réussite formatrice du Celta. Face caméra, le prodige s’autorise à voir un peu plus loin que la fin de saison 2005-2006, où il participe à une sixième place obtenue avec brio. « Nous espérons pouvoir viser la qualification en Ligue des champions l’an prochain. J’aimerais emmener le Celta Vigo le plus haut possible. (…) J’ai toujours dit que j’aimais bien le championnat anglais. Un jour, j’aimerais connaître la vie là-bas, une nouvelle culture. » Ses rêves vont être à moitié exaucés. Vigo ne se qualifiera pas pour la C1 la saison suivante, mais descendra en seconde division, la faute à une gestion financière chaotique qui plombe l’ambition du club. Pour pallier ces difficultés à son échelle, Borja Oubiña quittera ses partenaires pour… la Premier League. Birmingham City fait une nouvelle acquisition afin d’apporter une touche créatrice à son équipe. L’international espagnol va donc découvrir l’Angleterre, ses fish & chips, ses pubs, sa bruine et… son engagement physique. En déplacement à Anfield Road le 22 septembre 2007, Birmingham City perd son joueur sur blessure à la suite d’un gros duel avec Dirk Kuyt. Le bilan est lourd : rupture du ligament croisé externe du genou gauche. C’est le début d’un long chemin de croix entre un patient sur le billard et son docteur, le Celta Vigo.

Promesses internationales


Depuis le départ, Borja Oubiña prenait déjà la direction des étoiles. Recruté par le Celta Vigo à l’âge de 15 ans, l’enfant fait alors office de meilleur joueur de son équipe. Son niveau, rapidement évalué précoce par les observateurs du club, lui permet de monter avec les U18 nationaux après seulement six mois d’intégration. Malheureusement, la poisse commence à s’abattre sur le diamant galicien. Un jour avant d’intégrer l’équipe nationale U16, il subit, déjà, une rupture des ligaments croisés du genou. Mais le petit s’accroche. Il passe par la rééducation, retrouve le plaisir de la pelouse, puis se voit appeler régulièrement pour prendre part aux entraînements avec les pros. Lors de la saison 2002-2003, Borja Oubiña fait partie de l’effectif officiel du RC Celta de Vigo. Son coach la saison suivante, Miguel Angel Lotina, lui octroie ses premières minutes contre le FC Valence. En Ligue des champions, l’espoir se frotte même au Milan AC, l’Ajax Amsterdam ou Arsenal.

Hélas, la situation du club en Liga est tout autre : obligés de se battre pour le maintien, les Celestes devront finalement se résoudre à la relégation. Pour Oubiña, ce passage en deuxième division sera l’occasion de se muer en meneur de première catégorie à la suite du départ des stars de l’époque comme Peter Luccin ou Aleksandr Mostovoï. Bientôt surnommé « O Gran Capitan Gallego » par le public vigués, Borja Oubiña veut porter avec honneur la responsabilité d’une remontée dans l’élite le plus vite possible. En effet, l’ascenseur sera bref. Le Celta Vigo retrouve le plus haut niveau un an après et se qualifie même pour la Coupe UEFA dans la foulée. De quoi attirer l’œil du sélectionneur national, Luis Aragonés. Après le Mondial 2006, El Sabio de Hortaleza pense faire de cette jeune pépite une alternative potentielle à David Albelda ou Xabi Alonso. Que nenni. Une année galère dans un club en crise, puis un genou en vrac vont tout changer. Pas d’Euro 2008, ni de Coupe du monde 2010, ni d’Euro 2012. Mais malgré ces tuiles, encore le plaisir de jouer au football.

Le Celta à son chevet


Si l’enfer suit la blessure longue durée de Borja Oubiña, un ange gardien bleu ciel se met tout de même à le surveiller attentivement. Son contrat à Birmingham arrêté net, il revient à Vigo pour être traité durant sa convalescence. Malgré cinq opérations effectuées en sept années, le joueur ne retrouvera plus jamais son niveau d’antan. Grâce à une énorme combativité pour panser ses blessures, il gardera toutefois ce statut de capitaine indéboulonnable dans les cœurs galiciens. « J’ai toujours pensé la même chose » , analysait-il pour Todo Deporte Vigo cet été. « Si je n’avais jamais joué au football, j’aurais aujourd’hui deux beaux ligaments croisés. C’est juste la conséquence du sport que je pratique. J’aurais aimé que ma blessure au genou gauche n’arrive pas. Le problème, ce n’est pas la blessure, mais le temps de récupération que tu as derrière cela. » Désormais, le football ne fait plus partie de la vie de Borja Oubiña. Enfin, presque. À la suite de sa décision de mettre un terme à une carrière tronquée par les blessures à 33 ans, le milieu relayeur s’est vu offrir par Carlos Mouriño, président du club, une réinsertion au sein du staff. Le voici ainsi embauché au secrétariat technique après 17 années passées à revêtir les couleurs locales. « C’est l’endroit où je peux être le plus utile à présent, où je peux apporter et où je vais m’épanouir, décrit le nouvel employé. Je veux voir beaucoup de football et je pense que c’est le poste adéquat. J’aimerais que le Celta du futur soit une équipe stable comme celle de cette année. Que nous soyons capables de concurrencer toutes les équipes de la Liga, les grandes équipes incluses. » En septembre dernier, le FC Barcelone s'est pris une fessée 4-1 dans l’antre du Balaídos. Un nouveau rêve prend forme.


Vidéo


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 11 heures Rooney, héros de la 95e minute 17 il y a 12 heures Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 Hier à 16:40 La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 Hier à 12:45 La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 64 Hier à 11:00 Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1