Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Eibar-Las Palmas

Borja aime la Baston et l’Atléti

Quatrième artilleur espagnol de Liga, la pointe d’Eibar explose enfin au plus haut niveau. Une arrivée au premier plan qui devrait lui permettre de retrouver l’Atlético de Madrid, son club formateur autant que de cœur, qu’il aime par-dessus tout. Mais qui ne l'a pas régalé.

Modififié
Loin du tumulte du Bernabéu, des paillettes du Camp Nou ou encore de la ferveur de Mestalla, Ipurua s’éclate. Après un léger lifting estival, l’antre d’Eibar enchaîne une seconde saison dans l’élite avec une quiétude déconcertante. Huitièmes de Liga avec pas moins de douze points d’avance sur la zone rouge, les Armeros flirtent même avec la zone européenne. Une douce folie qui, loin d’enfler les têtes basques, leur permet de profiter et de tenter. Borja Baston, pointe du système Mendilibar, en est le parfait exemple. Avec déjà neuf pions au compteur - soit autant que Gareth Bale ou Antoine Griezmann -, il confirme enfin toutes les attentes placées en lui lors de sa formation au Cerro del Espino. L’Atlético de Madrid, auquel il appartient toujours, pourrait même le rapatrier a casa dès l’été prochain. « L’espoir de revenir à l’Atléti, il ne l’a jamais perdu, confirme son père, ancien portier de la réserve rojiblanca. Quand tu lui parles de l’équipe, il a les yeux qui brillent. » En attendant, Borja Baston s’apprête à titiller quelques nouvelles lucarnes de Liga, à l’instar de celle du Betis qu’il vient tout juste de martyriser.

Borja et son record de 50 pions


Colchonero, Borja Baston l’est depuis qu'il est né : « Les sentiments que me procure cette équipe, je les ai depuis le berceau » , confie-t-il même dans les colonnes d'El Mundo. Pour sûr, son paternel, ancien portier de la réserve du Vicente-Calderón, lui achète sa première licence dès son quatrième anniversaire. Rien d’étonnant, donc, à le voir enfiler les gants dès ses débuts. « Même s’il avait de bonnes prédispositions, il était instable dans les cages, car il était inquiet, rembobine ledit Miguel Gonzalez Baston. Je lui avais de toute façon expliqué qu’à ce poste, il allait beaucoup souffrir. » Son attrait pour le but s’inverse donc rapidement. De numéro un, il passe à celui de numéro neuf pour le plus grand bonheur de ses entraîneurs successifs. Machine à planter, il gagne même le surnom gênant de nouveau Niño, son héros de jeunesse et sa référence footballistique. Une comparaison justifiée par ses pas moins de 50 buts lors de sa saison de Cadet B, un total qui fait toujours office de record au sein de la cantera rojiblanca. Dans une génération où se trouvent également Koke, Cedric ou encore Pedro Obiang, il fait face à la concurrence d’un certain Álvaro Morata.

« Lors de cette saison, Morata est passé du plus petit à l’un des plus grands de l’effectif, comme Borja, se rappelle Armando de la Morena, alors formateur des Cadets B. Cette croissance a conduit Álvaro à passer de nombreux mois à l’infirmerie. Pendant ce temps, Borja inscrivait, lui, sa cinquantaine de buts. À l’été, nous avions donc décidé de faire sauter une catégorie à Alvaro, et deux à Borja. Ça n’a pas plu du tout à Alvaro, qui est alors parti pour Getafe. » Le départ de Morata vers le petit voisin du Sud de la capitale permet à Borja de réduire drastiquement la concurrence. Et de s’offrir quelques moments de gloire. Le señor de la Morena, toujours : « Lors du dernier match de la saison, nous jouions le titre à distance face au Real Madrid. Au coup d’envoi, nous étions au courant que le Real avait déjà gagné son match. À la 5e, on encaisse un but. Borja a alors pris le ballon et dit à ses coéquipiers : "Tranquille les mecs, nous allons remonter ça rapidement." En dix minutes, il avait mis deux buts. » Cette réussite se traduit par des convocations à la pelle avec les sélections espagnoles de jeunes. En 2009, pour le Mondial U-17, il termine ainsi pichichi de la compétition.

« Parfois, tu dois aller voir ailleurs avant de triompher chez toi »


Étendard de la formation des Colchoneros, Borja Baston devient un membre à part entière de l’équipe première en 2010, à seulement 17 ans. Suite au sacre en Ligue Europa, et avant la finale de Coupe, Quique Sánchez Flores décide de lui offrir du temps de jeu pour la réception de Getafe. Une rupture des ligaments croisés plus tard, le rêve tourne au cauchemar. « C’est un Rojiblanco de toute la vie. Enfant, il allait à tous les matchs au Calderón. C’était un moment important dans sa vie, et cette blessure l’a marqué » , confirme, entre deux tressaillements, son paternel. Après six mois d’absence, il intègre la réserve avant de filer en prêt en Segunda. De Murcie à La Corogne en passant par Huesca, il atterrit finalement à Saragosse la saison passée. Un exercice de la confirmation, qu’il termine avec 23 pions, et qui lui ouvre les portes de la Liga. Aujourd’hui à Eibar, il régale les observateurs de par sa qualité physique, mais aussi technique. Le mental, lui, est toujours tourné vers un retour à l’Atlético qui, journée après journée, devient moins hypothétique. « Parfois, tu dois aller voir ailleurs avant de triompher chez toi » , philosophe son premier supporter de père. Non, pour certains, l'herbe ne sera jamais plus verte ailleurs.


Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Gervinho vers Parme 7 il y a 4 heures Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
il y a 4 heures Une ville anglaise ne veut plus des supporters 3 il y a 4 heures Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 20 il y a 7 heures Un match de Liga prochainement joué aux States 62
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5