1. //
  2. // ITW Borghi

Borghi : « Entraîner Boca, c’était comme faire l'amour la fenêtre ouverte »

Il a été le premier des « nouveaux Maradona » espérés par l’Argentine et a remporté le Mondial 86 avec le Pibe de Oro. Puis, il est passé par l'AC Milan du trio hollandais, a entraîné Colo-Colo et la sélection chilienne. Autour d’un café et d’une dizaine de clopes, le Bichi refait l’histoire de sa carrière.

Modififié
Avant d’être consultant et entraîneur, tu as surtout été champion du monde 86 avec l'Argentine, c’est ton plus beau souvenir ?
Oui, c’est un super souvenir. C’est magnifique de gagner une Coupe du monde pour son pays. Mais les gens se souviennent surtout du match contre l’Angleterre et ça me fait un peu de peine. Pour moi, l’Angleterre n’était pas le rival le plus fort que nous avons joué lors de cette Coupe du monde, nous étions supérieurs. D’ailleurs, l’Angleterre n’a rien fait en Coupe du monde depuis 1966. La Belgique était bien plus forte. Mais la Belgique n’avait pas fait la guerre avec l’Argentine. Ce qui m’a mis mal à l’aise, c’est qu’on a voulu faire croire que nous avions vengé une guerre par cette victoire, alors que cela n’a rien à voir. Historiquement, il n’y a que deux choses à retenir de ce match : le but de Diego et la Mano de Dios. Ni nous ni eux n’étions responsables de la guerre, ni même les peuples des deux pays. Un stupide directeur argentin a voulu faire la guerre à une grande puissance pour un morceau de terre que personne ne connaissait. Les Malouines, c’est perdu au milieu de nulle part, aucun Argentin n’y est jamais allé. D’ailleurs, je me souviens du moment où la guerre a commencé. J’avais dix-huit ans. Le Sud était en guerre, et Buenos Aires faisait la fête. Ça n’a pas été une guerre de tout le pays. Après ce match, certains en ont profité. Comme si nous avions vengé le pays.

Mais la Mano de Dios, c’est mythique quand même, non ?
Sur le terrain, je n’ai pas vu qu’il avait fait main. La seule chose dont je me souvienne, c’est que quand Diego saute et marque de la main, je ne le vois pas, mais, quand il retombe, il regarde directement l’arbitre.

D’ailleurs, tu as été considéré comme le premier héritier du Diez.
Maradona est comme Louis XV (Louis XV a eu dix enfants légitimes et une dizaine d’autres illégitimes, ndlr), il a eu une tonne d’héritiers, mais personne ne lui a jamais succédé. J’ai peut-être été le premier pour une raison simple. Quand Maradona est vendu à Boca en 1981, je commence à jouer à Argentinos Juniors. Alors, la comparaison est immédiate, l’un s’en va, un nouveau 10 le remplace. Et puis, j’avais vingt ans et je brillais à Argentinos. On a gagné la Copa Libertadores en 1985, je fais un super match en finale de la Coupe intercontinentale face à la Juve et les comparaisons prennent de l’épaisseur. Mais, en réalité, je ne me suis jamais senti proche de lui. Sportivement, j’avais parfaitement conscience que je ne pourrais pas jouer à son niveau. L’imagination des gens fait qu’ils pensent que j’aurais pu atteindre son niveau.

« Maradona est comme Louis XV, il a eu une tonne d'héritiers, mais personne ne lui a jamais succédé. »

Maradona, c’est le joueur le plus fort que tu aies vu évoluer ?
Maradona est, sans aucun doute, le plus grand joueur que j’ai vu sur un terrain. Sans vouloir être irrespectueux envers Messi, qui sans aucun doute est le plus grand joueur actuel. Diego était extraordinaire, il est impossible qu’un autre joueur comme ça existe. Ceci dit, quand je parle avec des plus anciens, ils me disent qu’ils ont vu un meilleur joueur, El Charro Moreno. Les vieux qui l’ont vu m’ont dit qu’ils n’avaient jamais vu un type comme lui. Ceux qui aiment le foot sont de grands romantiques et de grands nostalgiques, nous pensons toujours que c’était mieux avant, nous défendons les anciens contre les modernes.

Qu’est-ce qui faisait que Maradona était si fort ?
Je te donne un exemple : nous devons tous les deux résoudre un problème mathématique, toi tu vas trouver la solution en trois minutes, moi en cinq minutes. Lui, en trente secondes. La vitesse mentale qu’il avait pour trouver des solutions en jouant était extraordinaire, c’est ce qui faisait de lui le meilleur. Jouer avec lui était complexe, parce qu’il fallait toujours être attentif à ce qu’il allait inventer.

En Argentine, on le compare toujours avec Messi. Si Messi gagne le Mondial avec l’Argentine, est-ce qu’il sera considéré comme l’égal de Maradona ?
Les titres ne te rendent pas meilleurs. Pour moi, le plus fort n’est pas celui qui a gagné le plus de trophées. Platini n’a jamais été champion du monde, mais si tu me demandes le meilleur joueur français, je te dis Platini. Celui qui a le plus gagné est très différent de celui qui te plaît le plus. Qui est le joueur le plus titré du football argentin ? Le Cabezón Ruggeri. Est-ce qu’il était bon ? Non. Il faisait son boulot, mais ça n’était pas un bon joueur, simplement un bon défenseur.


Pour en revenir au Bichi joueur, tes performances avec Argentinos te permettent de signer au Milan, mais tu ne t’y imposes pas.
À l’époque, j’ai failli signer au Matra Racing, mais le Milan a payé plus cher. Le Milan m’achète en juillet en 1987, il y avait deux places d’étrangers par équipe, les joueurs communautaires n’existaient pas. L’entraîneur qui me fait venir, c’est le Suédois Niels Lindholm. Mais, quand j’arrive, c’est Sacchi qui vient de signer. En plus de moi, le Milan fait signer cette année-là trois joueurs : Van Basten, Rijkaard et Gullit. Rijkaard et moi, nous devons alors partir en prêt. Je m’en vais à Côme, qui était en réalité une filiale de l'AC Milan. L’été suivant, je retourne à Milan, désormais il y avait de la place pour trois joueurs étrangers. Sacchi décide d’opter pour Rijkaard.

Tu as des regrets de ne pas avoir joué pour ce grand Milan ?
Disons que c’était mon meilleur moment en tant que joueur, mais c’était aussi le meilleur moment du Milan qui a tout gagné. Évidemment, j’aurais adoré jouer en match officiel avec ce club. Mais je n’ai pas de regrets, parce qu’il y avait des joueurs meilleurs que moi. Et le coach ne s’est pas trompé puisqu'il a absolument tout gagné. De tous les joueurs que j’ai côtoyés, Diego est le plus fort et Van Basten le second. Pour son physique et sa taille, il avait une technique exquise. Rijkaard aussi était très fort. Je dis toujours qu’un joueur polyfonctionnel est un joueur qui joue mal à plusieurs postes. Je crois plus aux joueurs spécialistes d’un poste. Mais Rijkaard était l’exception qui confirme la règle, il jouait bien partout. Khedira l’Allemand me fait beaucoup penser à Rijkaard. Gullit en revanche n’était pas un super joueur. Moyen techniquement, pas spécialement doué. Mais il était très fort physiquement.

« Je dis toujours qu’un joueur polyfonctionnel est un joueur qui joue mal à plusieurs postes. Je crois plus aux joueurs spécialistes d’un poste. Mais Rijkaard était l’exception qui confirme la règle, il jouait bien partout. »

Sautons quelques années, ta carrière t’entraîneur te mène à Colo-Colo, où tu fais exploser une génération de joueurs exceptionnels : Vidal, Sánchez, Fernandez, Valdivia notamment.
J’ai d'abord travaillé à l’école de football de Colo-Colo, ensuite avec les cadets, puis au centre de formation, en tant qu’adjoint et finalement en tant que coach. Je connaissais la grande majorité des joueurs depuis qu’ils étaient petits : Valdivia, Fierro, M. Fernandez. Donc, si j’étais vantard, je te dirais que j’ai formé toute cette génération, mais ça n’est pas vrai. J’ai participé à cela, oui. Mon mérite est de les avoir lancés en première division. J’ai peut-être plus de mérite dans le cas d’Arturo Vidal parce qu’ils allaient le virer de Colo-Colo. Je me suis battu pour le garder. Vidal, je le connais depuis qu’il est petit. C’est un cas très spécial, je dirais que c’est une bonne saillie. Le fruit d’une bonne rencontre entre deux personnes. Tout est naturel, tout est génétique. Il ne jouait pas bien chez les jeunes, il n’était pas du tout au-dessus du lot. Personne ne pouvait dire « celui-là sera un phénomène » . Vidal a cassé toutes les statistiques et a défié la logique. Je crois que Vidal est un joueur bien plus fort qu’Alexis. Alexis a atteint ses limites, Vidal non. Ce sont deux planètes différentes.

Il y avait plus d’attentes pour d’autres joueurs ?
En fait, celui qui suscitait le plus d’attentes, c’est Matías Fernández. Un type doué, un super mec, un des meilleurs que j’ai eus, mais il est trop dépendant de l’affection que le coach lui offre, il a besoin qu’on lui fasse confiance, de se sentir important. Il y a des gens qui s’en foutent que le coach leur parle ou non. Lui, non. Sa carrière n’est pas mauvaise, mais je l’attendais à un niveau largement supérieur. Et puis il y a Valdivia. Un joueur extraordinaire, pas très intelligent dans sa vie, mais extraordinaire.


Pourquoi tu considères qu’il n’est pas intelligent dans sa vie ?
Il a toujours été arrogant, prenant tout le monde de haut. À Colo-Colo déjà. Ce mec est un type spécial. La preuve, c’est qu’il divise. Depuis toujours, le fait qu'il soit sélectionné ou non suscite une polémique alors qu’il ne devrait y avoir aucun doute. J’ai une part féminine dans ma vie. Je tombe amoureux de certains joueurs. Riquelme par exemple, le plus doué que j’ai connu. Valdivia vient juste après. Jorge, c’est un joueur qui n’a aucun intérêt pour défendre, marquer. Un joueur inutile pour le jeu collectif. Mais c’est un type qui peut te mettre une passe ou un ballon où personne ne peut le mettre. Son génie est là-dedans. Mais il ne s’est jamais préparé physiquement pour aller plus haut. Il a toujours dépendu de sa technique.

« Jorge Valdivia, c’est un joueur qui n’a aucun intérêt pour défendre, marquer. Un joueur inutile pour le jeu collectif. Mais c’est un type qui peut te mettre une passe ou un ballon où personne ne peut le mettre. Son génie est là-dedans. »

On a beaucoup parlé de l’indiscipline en sélection chilienne sous ton mandat, avec notamment le scandale du bautizazo (Vidal, Beausejour et Valdivia étaient revenus ivres morts du baptême de la fille de Valdivia, ndlr).
Je ne crois pas qu’il y ait eu plus d’indiscipline à mon époque qu’à celle de Bielsa. Je crois que mon erreur a été d’ouvrir à la presse. Enfin, mon erreur, je ne sais pas, parce que j’aime que les choses soient ouvertes, transparentes. Quoi qu’il en soit, je ne vais pas nier qu’il y a eu ce cas d’indiscipline assez grave, et c’est pour ça que j’ai pris des sanctions à l’époque. Mais l’indiscipline existera toujours, le Chili a une très forte consommation d’alcool, c’est un fait social, c’est le deuxième pays où l’on consomme le plus d’alcool au monde. Et les footballeurs ne sont pas une île, ils sont un reflet de la société. J’ai lu dans El País que le Real Madrid n’a pas voulu faire signer Vidal parce qu’il avait un problème génétique avec la piscola (un cocktail national chilien, mélange de pisco et de coca-cola, ndlr). Je ne sais pas s'il boit tous les jours, ou s'il le fait seulement le week-end. Bon, je ne crois pas qu’il boive tous les jours, sinon il ne pourrait pas être à ce niveau.

En plus de Colo-Colo et le Chili, tu as entraîné Boca, c’était comment ?
J’ai ressenti plus de pression à Colo-Colo. Car à Boca, j’étais déjà plus expérimenté, plus mûr en tant que coach. Ce qui est similaire entre Boca et Colo-Colo, c’est que ce sont des clubs transversaux, qui touchent toutes les classes sociales. Tu peux vivre dans un quartier pauvre et être fan de Boca, mais aussi être le type le plus riche du pays et être hincha du club. Colo-Colo, c’est pareil. Le public de Colo-Colo est très exigeant et versatile. Tu es soit un génie, soit un nul. Les gens ne te permettaient pas de perdre. Les fans de Boca sont plus respectueux. À Boca, ce sont les médias qui sont omniprésents, c’est le seul club où tu arrives pour l’entraînement, tu descends de ta bagnole et il y a déjà la télévision. J’avais d’ailleurs dit qu’entraîner Boca, c’était comme faire l'amour la fenêtre ouverte, tu n’as aucune intimité.

Sampaoli est le nouveau sélectionneur de l'Argentine, tu en penses quoi ?
C’est une bonne excuse pour que je prenne la nationalité chilienne. Ce n'est pas un type qui me plaît et je sépare le coach de l’homme. Je suis sûr que dans ton travail il y a de supers journalistes qui ne sont pas des gens bien... En tant que coach, il fait probablement du bon boulot.

« Sampoli a profité de certaines opportunités pour grandir, mais à quel prix et aux dépens de qui ? Je ne sais pas s'il tuerait sa mère pour réussir, mais l'une de ses tantes probablement (rires). »

Et la personne ?
J’ai une mauvaise opinion de lui. Son chemin a toujours été étrange. Comment il est arrivé à la U, comment il est arrivé au Chili... Je peux justifier d’une certaine manière son ambition, parce qu’il y a dix ans, ce type, absolument personne ne le connaissait. Il a profité de certaines opportunités pour grandir, mais à quel prix et aux dépens de qui ? Je ne sais pas s'il tuerait sa mère pour réussir, mais l'une de ses tantes probablement (rires). Sampaoli a dit qu’il aimait la U, il est parti. Il aimait la sélection chilienne et il est parti en disant qu’on le prenait en otage. Et maintenant Séville... Il a gagné avec la U, avec la sélection, mais il n’a rien laissé du tout. Bielsa n’est pas un type que j’aime particulièrement, mais je lui reconnais de laisser une trace là où il passe, un projet. Il est cohérent, il te laisse quelque chose. Sampaoli, lui, rien. La plus grande fierté pour un coach, c’est qu’un joueur dise : « J’ai énormément appris avec lui, c’est un super mec. » Tu as entendu un joueur dire cela de Sampaoli ?

Tu penses que quand tu te fais virer de la sélection, Sampaoli avait déjà un accord avec la Fédération chilienne ?
Je n’ai aucun doute là-dessus, je n’ai pas de preuves, mais j’en suis absolument certain.



Propos recueillis par Arthur Jeanne, à Santiago de Chile
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  08:15  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 3
Ptain, moi qui voulais faire une petite pause So Foot aujourd'hui, pour me concentrer sur mon travail (le vrai), que vois-je ? Des articles sur Borghi, Signori, Nesta... Je vais essayer de tenir quelques heures sans pondre de pavés mais la mission s'annonce compliquée...^^
@alain trés drôle quand j'ai vu cette itw j'ai pensé que tu serais le 1er à réagir^^ clair que la fournée d'aujourd'hui est assez dingue
Note : 1
Ah ah moi quand j'entends "Amérique du Sud", même à la télé, je pense direct à Alain ^^

Surtout qu'il nous avait sorti un petit texte sur Borghi il y a peu (moi je me souviens surtout de son image Panini pour Mexico 86).
Sympa en tous cas l'interview, j'aime assez quand les gens avouent sans aigreur qu'il y avait meilleur qu'eux et ne te sortent pas des trucs genre "Les Hollandais de Milan ont eu du bol, à 100% j'étais plus fort qu'eux trois réunis".
1 réponse à ce commentaire.
pierrot92 Niveau : CFA
Il a l'air un peu misanthrope, mais l'interview est très intéressante. Il a des avis tranchés, et il parle sans méchanceté mais sans détour. J'avais jamais entendu parler de El charrio moreno.
Et dans mes souvenirs Borghi avait joué une année au Matra.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  09:57  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 2
José Manuel "El Charro" Moreno, c'était le leader technique (avec Pedernera) de la mythique Maquina de River (l'une des plus grandes équipes sud-américaines de tous les temps, au même titre que le Santos de Pelé), l'un des deux ou trois meilleurs joueurs au monde dans les années 40, sans doute le plus grand joueur argentin de la première moitié du XXe siècle... et on peut considérer qu'il fait partie du quatuor des meilleurs joueurs de l'histoire du foot argentin avec Maradona, Messi et Di Stefano.
Pour ceux qui veulent remonter le temps; voici la mythique Marquine de River:
https://www.youtube.com/watch?v=axSTdEf9T-g
2 réponses à ce commentaire.
Note : 3
très intéressant le bonhomme !

puis la petite référence à Louis XV témoigne d'une certaine culture
En même temps comment résister à un Piscola...
1 réponse à ce commentaire.
 //  11:06  //  Amoureux de la Bolivie
Ah il a pas sa langue dans sa poche Borghi, itw sans langue de bois.
sinon il confirme bien ce que j'avais déjà lu, à travers plusieurs médias, sur les "personnalités" de certains de la sélection chilienne.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Ah bravo, super interview, fallait aller le chercher lui.
la maquina même les plus jeunes supporter de river en parlent avec des étoiles dans les yeux! un ami argentin de 35 piges est capable de sortir toute l'equipe!
superbe itw sans langue de bois ça change
étrange les chiliens rencontrés me parlent plus du pisco "simple" que le piscola^^mais oui se sont des narvals
kim jung kill Niveau : National
 //  15:19  //  Supporter du Chili
Note : 1
Je sais pas si tu parles de chiliens qui vivent en France ou si tu as été au Chili. Mais la bas une bouteille de pisco coûte environ 3 euros. En France c'est dur d'en trouvé et t'en a pour minimum 25 euros . Du coup ici peu veulent le mélanger avec du coca
@kim je parle bien de là bas
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:57  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Le maestro Moreno, le cerveau Pedernera, le goleador Labruna, le funambule Loustau, le dynamiteur Muñoz, le caudillo Rossi,le chien de garde Yacono, la muraille Soriano (et son successeur Carrizo)... Une équipe mythique, fabuleuse, séduisante, et extraordinairement avant-gardiste !

J'ai beau être plutôt pro-Boca en Argentine, j'ai toujours respecté River pour sa propension à produire des artistes et des équipes au jeu léché, de génération en génération, de la Maquina des années 40 à la superbe équipe de 96.
3 réponses à ce commentaire.
roue doux roux Niveau : DHR
on remarque que chaque génération reste bloqué à sa meilleure époque, rien d'etonant qu'il ne cite que maradona platini ou van basten...c'est dingue quand meme ce raccrochement au passé
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  17:14  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Je ne vois pas ce qu'il y a d'étonnant ou de dingue à ça, il cite Maradona, Van Basten et Platini puisque c'était ses contemporains et qu'il avait un lien particulier avec chacun d'eux :
- Maradona : il était son partenaire en sélection au Mondial 86 et son successeur au poste de meneur de jeu d'Argentinos Juniors
- Van Basten : il l'a côtoyé au Milan AC à la fin des 80's
- Platini : il l'a affronté lors du Juve-Argentinos Juniors en Coupe Intercontinentale 85

En plus, il précise bien : "De tous les joueurs que j’ai côtoyés, Diego est le plus fort et Van Basten le second."
Du coup, je ne comprends pas trop le sens de ta remarque...
1 réponse à ce commentaire.
GreatestShowOnField Niveau : DHR
Arthur Jeanne, merci.
Carlos Henrique Reposa Niveau : DHR
La classe ce mec.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:43  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
"J’ai une part féminine dans ma vie. Je tombe amoureux de certains joueurs. Riquelme par exemple, le plus doué que j’ai connu. Valdivia vient juste après. (...) Mais c’est un type qui peut te mettre une passe ou un ballon où personne ne peut le mettre. Son génie est là-dedans."

Pas trop apprécié le passage de Borghi à la tête du Chili (surtout comparé aux mandats de Bielsa et Sampaoli) mais alors là-dessus, je le suis à 100 % ! De toute façon, une personne fan à la fois de Riquelme et de Valdivia ne peut être que quelqu'un de bien et un véritable esthète.
Je ne voyais pas Borghi en intellectuel du foot mais je suis agréablement surpris. Un anti-Zidane dans l'expression en quelque sorte! Quand il évoque les mecs qui ne reposent que sur leur talent technique sans bosser leur condition physique, d'affection du coach pour pouvoir donner leur plénitude etc Il sait assurément de quoi il parle ahah
il y a 1 heure Ederson atteint d'un cancer des testicules 16
il y a 6 heures Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 153 il y a 7 heures Droit de réponse "Mistral Gagnant" 31
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 9 heures La praline de Castillo au Mexique 1
Hier à 16:33 Reading présente ses maillots en réalité virtuelle Hier à 14:59 Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 52 Hier à 14:36 Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 Hier à 13:52 Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 Hier à 11:08 Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 Hier à 09:53 Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 32 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43