En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Bordeaux vire en tête, Lyon à la dérive

Seule équipe à avoir réalisé un 3 sur 3, Bordeaux est seul en tête de la Ligue 1 grâce à sa victoire sur la pelouse de Nice (1-3). En naufrage face à Lens (0-1), l'Olympique lyonnais s'apprête à connaître une semaine difficile suite aux propos de Maxime Gonalons sur la préparation physique rhodanienne. Sinon, l'OM a gagné son premier match et le PSG a encore calé à Évian.

Modififié
  • Marseille : première en dents de scie

    Il n'y aura pas de « crise » . Du moins pas encore. En déplacement sur la pelouse de Guingamp, l'OM version Bielsa a décroché son premier succès de la saison (0-1), au terme d'une rencontre que les Marseillais ont dominé sans jamais se rassurer. Capables de s'adapter tactiquement aux exigences de leur coach, les Phocéens ont successivement évolué à trois derrière, puis en 4-2-3-1 avant de passer en 4-3-3. Des modifications possibles grâce à une très bonne prestation d'Alaixys Romao et à un Dimitri Payet des bons jours, passeur décisif et propre techniquement. En dépit de quelques bonnes séquences, le onze marseillais semble reposer sur un équilibre fragile. Derrière, Nkoulou a tenu la baraque quand Morel, Dja Djédjé et Mendy multipliaient les mauvaises relances et les maladresses techniques. Devant, Florian Thauvin a confirmé son horrible début de saison. Individualiste et brouillon, l'éphémère lillois frappe et tente beaucoup, mais ne crée que rarement le danger. Pas plus adroits, André Ayew et Batshuayi, malgré une passe importante pour Payet sur le but de Gignac, n'ont pas convaincu. En somme, c'est toujours le bordel à Marseille. Mais avec trois points en plus dans la besace.

  • Vous avez raté Nice - Bordeaux et vous n'auriez pas dû

    Il va falloir vous y faire : votre amour d'été n'est pas celui que vous espériez. La bonne nouvelle, c'est que plutôt que de souffrir avec la bombe que vous courtisiez, vous passez d'excellents moments avec celle qui vous dégoûtait autrefois, mais qui a finalement volé votre cœur. Tel l'immense Yakelelo, Bordeaux est le tube de l'été qui va vous faire danser jusqu'à ce que le train-train quotidien de la Ligue 1 ne reprenne. En déplacement galère à Nice, les hommes de Sagnol se sont d'abord fait peur quand Bosetti a dégainé un but dingue de l'extérieur du pied droit, avant d'aller chambrer le parcage visiteur. Et puis Cheick Diabaté et son physique de Denver le dernier dinosaure se sont chargés du reste. Un but, une passe décisive, un carton rouge. Victoire 3-1 des Girondins et match très compliqué pour Stéphane Lannoy, avec notamment un but refusé à Valentin Eysseric, un tacle difficile de Sané sur Bosetti, et un autre pion refusé à Neal Maupay. Avec Bordeaux, il y a du show.

    Vidéo

    Vidéo

  • L'analyse définitive du week-end : la Ligue 1, c'est nul

    Pendant que certains se marraient à Nice, d'autres souffraient. « Comme souvent en Ligue 1 » diraient les mauvaises langues, pour qui cette troisième journée est un exemple parfait pour cracher sur le plus beau championnat du monde. 10 rencontres, 14 buts, une belle moyenne de 1,4 but par match, dont quatre lors de Nice-Bordeaux. Triste. Sommets de l'ennui, l'horrible Évian TG - Paris Saint-Germain et Saint-Étienne - Stade rennais se battent pour le prix « Tour de France » de la sieste devant la télé. Pas plus de frissons entre une équipe de Lyon catastrophique et un Racing Club de Lens qui joue avec ses moyens. Un anniversaire raté pour les 30 ans du premier match de Canal+ entre Nantes et Monaco. Quelques miettes à manger entre Montpellier et Metz et entre Reims et Caen. Heureusement, il y a la Coupe de la Ligue pour se rattraper dès demain.

  • La polémique de la machine à café

    Leonardo Jardim a-t-il tué Anthony Martial ? C'est une petite humiliation comme les footballeurs ne les aiment pas. Entré en jeu à la 61e minute à la place de Lucas Ocampos, Anthony Martial est revenu poser ses fesses sur le banc de touche monégasque 27 minutes plus tard, au profit de Yannick Ferreira Carrasco. « Il est entré et sorti, c'est juste un problème tactique » , tranchait le coach monégasque au moment de se justifier sur l'épisode. Il y a deux semaines, le technicien portugais avait sorti le jeune Tiémoué Bakayoko au bout d'une demi-heure de jeu. Suffisant pour que certains s'interrogent sur ses aptitudes tactiques. Sauf qu'on a tendance à oublier qu'Anthony Martial a fait une entrée dégueulasse et que Claudio Ranieri, l'année passée, avait déjà évoqué des problèmes de comportements de l'attaquant courtisé par l'Atlético, Bordeaux et Lyon.

  • Le top 5

    - Kjær (Lille), parce que si Benatia part, les dirigeants de la Roma vont finir par se dire qu'ils ont fait une connerie.
    - Diabaté (Bordeaux), parce qu'un but, une passe décisive et un carton rouge, c'est presque un triple double. Version Metta World Peace.
    - Nkoulou (Marseille), parce qu'il a enfin dit à son frère, qui le remplace depuis un an et demi, qu'il fallait lui redonner sa place.
    - Sanson (Montpellier), parce que Cabella est parti, mais qu'au final, c'est pas très grave.
    - Da Silva (Caen), parce que si Caen réussit son début de saison, c'est en grande partie grâce à son défenseur central.

  • Le geste

    La passe aveugle de Dja Djédjé, quelques minutes après un contrôle américain et une conduite de balle en touche :


    Le cafouillage fou après le pénalty de Gakpé lors de Nantes - Monaco :


  • Ils ont dit

    - « Il y a un malentendu entre lui et moi sur ce que doit être un latéral droit. J'ai donc décidé de mettre Deplagne qui est meilleur que lui. Dans l'axe, il passe derrière Hilton qui a des jambes de junior en ce moment, El-Kaoutari et Congré, qui est remplaçant sans démériter. Si, sur quatre recrues, je ne me suis trompé que sur une, ça fera quand même 75% de réussite.  » Rolland Courbis, qui présente Dylan Gissi, sa nouvelle recrue, à L'Équipe.
    - « Il faut qu'on discute. Il faut se poser les bonnes questions. On a un souci. Physiquement, on n'est pas très bien. Vous avez dû le voir… La préparation n'a pas été en adéquation avec le haut niveau. » Maxime Gonalons, qui se dit que finalement, Naples, c'est plutôt une belle ville.
    - « Il y a énormément de choses plus difficiles dans la vie que de jouer au football. » David Luiz, qui commente le 7-1 face à l'Allemagne. Ou la performance de Yohan Cabaye face à Évian.
    - « Willy Sagnol a connu le très haut niveau. Il nous a amené ce côté "allemand", rigoureux. » Cédric Carrasso, deutsche qualität.

  • Le tweet



  • La stat

    40%. Comme le pourcentage de victoire du PSG quand Ibrahimović n'est pas là. Lorsque le Suédois est forfait, les Parisiens prennent 1,60 point par match contre 2,33 en sa présence.

    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
    il y a 3 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 4 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12