1. //
  2. //
  3. // Bordeaux-PSG (1-1)

Bordeaux tient encore tête au PSG

Face à une équipe parisienne légèrement remaniée, les Bordelais ont su profiter de la nonchalance adverse pour décrocher un match nul de prestige. Rien d'illogique sur ce match.

Modififié
850 11

Bordeaux 1-1 PSG

Buts : Pallois (66e) pour les Girondins // Zlatan (59e) pour le PSG

Qu'est-ce que Nicolas Pallois aura manqué aux Girondins cette saison ! Suspendu pendant trois mois, blessé un et demi de plus, le défenseur bordelais a pu prendre part à seulement une quinzaine de matchs. Et ce soir, il a décidé de montrer qu'il faudra compter sur lui à plein temps l'année prochaine, en muselant Ibra pendant plus d'une heure, et en se montrant décisif. On joue la 66e minute, les Girondins de Bordeaux sont menés depuis peu par les Parisiens. Sur un corner de Malcom dévié au premier poteau, Pallois est à l'affût. Son équilibre est parfait pour balancer une bonne volée. Kevin Trapp est incapable de quoi que ce soit. Il ne le sait pas encore, mais le défenseur des Girondins vient d'offrir un beau match nul à ses coéquipiers. Surtout qu'à la toute dernière minute, c'est encore lui qui se dresse sur la frappe de Lucas et sauve sur sa ligne. Homme du match.

Les Bordelais percutants


D'entrée de jeu, les Parisiens ont bien failli faire taire le public du Matmut Atlantique, d'humeur à siffler ce soir. À la quatrième minute, Adrien Rabiot est à deux doigts de marquer sur un lob sublime. Un pétard mouillé, tant le PSG va être insipide tout au long de cette première période. En face, les Girondins jouent très bas. Les phases de pressing sont trop rares, ce qui est dommage, car elles sont toutes très efficaces. Après une première récupération haute, Adam Ounas aurait pu bénéficier d'un penalty sur un contact limite avec Benjamin Stambouli dans la surface, mais l'arbitre ne bronche pas. Cinq minutes plus tard, Adrien Rabiot perd la balle à l'entrée de la surface, mais Cheick Diabaté met mille ans à déclencher sa frappe. Enfin, c'est Jaroslav Plašil qui ne réussit pas à profiter de l'erreur de Marquinhos.

Malheureusement pour les Bordelais, la sortie sur blessure de Clément Chantôme, touché à l'épaule, coupe toute ambition technique. Les hommes d'Ulrich Ramé ne ressortent plus les ballons. Ce qui ne facilite pas la tâche à des Parisiens incapables de se bouger le cul. Ça joue à la baballe, tandis que Zlatan râle sur tout le monde. Le Suédois est au four et au moulin pour tenter de faire bouger les choses, et il en fait un peu trop. Il est hors de lui lorsqu'il loupe sa frappe à la 36e minute. Pas parce qu'il a manqué une occasion, mais parce que Lucas a réussi à faire pire. Écrasé, le tir d'Ibra arrive dans les pieds du Brésilien, à deux mètres des cages de Prior. Il se croit hors jeu et rend la balle au gardien bordelais. Lunaire. Juste avant la pause, les Girondins se créent une dernière énorme occasion, mais Trapp est impérial devant Diego Rolán.

Les Parisiens en vacances


Au retour des vestiaires, le PSG monopolise clairement le ballon. Certes, les hommes de Laurent Blanc ne concèdent plus d'occasions, mais ils ne s'en créent pas plus. Le jeu est complètement stérile. Lucas et Di María sont catastrophiques sur leurs ailes, tandis que les remplaçants habituels (Kurzawa, Nkunku et Stambouli) sont beaucoup trop timides. Il faut un coup du sort pour sortir les Parisiens de cette mauvaise passe. Peu avant l'heure de jeu, les Bordelais sont temporairement réduits à dix, à cause de la blessure à l'épaule (encore) d'Adam Ounas. L'arbitre tarde à effectuer le changement, et les Parisiens en profitent pour accélérer. En infériorité numérique, les Bordelais craquent au bout de deux minutes de changement de rythme. Zlatan reprend de la tête un centre de Di María. 1-0.

Alors que l'on aurait pu croire que cette ouverture du score marquerait la fin de la bonne résistance bordelaise, les Girondins ne se laissent pas abattre. Plašil, toujours aussi impeccable, réagit tout de suite en tentant une demi-volée de loin. Ça ne passe pas loin. Et finalement, moins de dix minutes après le but d'Ibra, Nicolas Pallois sort de sa boîte pour égaliser. Les Bordelais, tout heureux, s'accrochent alors désespérément à ce point du match nul. De toute façon, les Parisiens ne sont toujours pas très inspirés. Pire, ils sont de moins en moins propres dans la relance. Il faut dire que le trident Motta-Maxwell-Nkuku n'a pas beaucoup d'automatismes au milieu de terrain. Et puis, c'est compréhensible, les joueurs du PSG n'ont pas envie de se fouler. Pendant ce temps-là, Bordeaux est la seule équipe de Ligue 1 invaincue face au PSG cette saison.

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Kevin Charnay
  • Modifié

    Dans cet article

    PhoenixLite Niveau : Loisir
    Match de légende.

    Merci Paris <3
    Note : 1
    Bon Lucas, sérieux, il faut s'en séparer, non? Ça suffit comme ça ou pas?
    Dan_Petrescu Niveau : CFA
    Message posté par Briceleo
    Bon Lucas, sérieux, il faut s'en séparer, non? Ça suffit comme ça ou pas?


    Non, Sur l'action en fin de match ou il emmène la défense de bordeaux pour voir son tir sauvé par un joueur.

    C'est ca lucas, du courant alternatif allant du néant à la pornographie sur gazon... faut s'y faire
    Grave je comprends pas cette hype Lucas. Sinon David Louise ? Sérieux? Personne ne lui a rien dit?
    Et Autier faudrait peut être ajouter les excercices de centre à l entraînement parce que ça sert à rien de tirer à la one again en espérant qu une tête intercepte tes centre de fiotte
    paulo->VAFC Niveau : Loisir
    Bon match de Nkunku j'ai trouvé
    danseavecmamie Niveau : DHR
    Note : 1
    Bordeaux à la 10ème place, c'est complétement inespéré avec toutes les volées qu'ils ont pris!
    Lucas 4 saisons au Psg pour un bilan pas terrible: il y a un moment ou il faut savoir arrêter un acharnement thérapeutique.
    Sinon le seul un peu motivé c'est Zlatan qui aimerait prolonger son contrat.
    zinczinc78 Niveau : CFA
    Je suis sur qu'ils seraient européens si Carasso s'était pas pété deux fois dans la saison.. Les branlées les plus mémorables sont l'oeuvre de Prior et Bernardoni.

    Sinon, Bordeaux est invaincu contre le PSG depuis 2014. Un peu de respect svp
    Lost in translation Niveau : CFA2
    Franchement, s'il n'y avait pas finale de cdf, j'enverrai les 3/4 des titulaires en vacances pour ne faire jouer que les remplaçants et la cfa.
    Message posté par zinczinc78
    Sinon, Bordeaux est invaincu contre le PSG depuis 2014. Un peu de respect svp

    Du respect? Je ne pense pas.

    Bordeaux, peut-être que les gens ne se rendent plus compte mais c'est un club historique.

    Les supporters bordelais, la passion et la fierté autour de l'équipe, c'était énorme.

    La grande différence par rapport à des clubs comme Nantes ou Sainté, deux grands clubs aussi, c'est l'expression de cette passion.

    Et là on retrouve ce qu'on a à Marseille ou à Paris. Je me souviens des 80 90's, à Bordeaux c'était chaud. Y a des fadas. Violence et fierté mal placé, grosse présence.

    Avoir du respect pour quelques matchs nuls à chier, non. Me réjouir de les voir si mauvais, non plus, j'ai dépassé ce stade mais à contrario je ne souhaite pas un grand Bordeaux ou un grand Marseille.

    Leurs supporters sont trop chiants. Et d'autant plus frustrés, le jour ou çà va gagner, c'est le cauchemar.

    Si on prend l'exemple de Bielsa, une demi saison les mecs étaient complètement à fond à Marseille. Si il y avait eu le titre au bout, je n'ose imaginer la vague qu'on se serait tapée.

    A Paris, bien sûr sans les asso on a perdu de çà mais les viragistes et le kop tel qu'on les a connu au Parc, actuellement avec l'équipe et les résultats, ce serait intenable.

    Le plan Leproux nous a tué mais ce serait actuellement hors de contrôle. Il ne faut pas avoir vécu le truc pour imaginer des parisiens bisounours alors qu'on domine comme jamais.

    Je lis ici et là que les gens souhaitent le retour des assos au Parc ou qu'on souhaite que nos clubs historiques redeviennent ce qu'on a connu, avec la ferveur qui va avec.

    Mais je me demande si on prend réellement conscience de ce dont on parle, de l'évolution au fil des années et de l'utopie de ce souhait.

    Ce n'est même plus la même génération qui s'exprime. On le sent, ici même, la différence générationnelle.

    Le football de consommateur, d'idole.

    Quand je pars au Brésil, j'en profite toujours pour aller voir un ou deux matchs. Les choses évoluent aussi là bas mais çà reste encore très populaire. A Sao Luis ils ont encore leur club de samba affilié, c'est cool, ils jouent au football avec la samba qui sort des tribunes. Petit club anonyme et stade de 40k.

    Bref fuck Bordeaux lol et le match était à chier. L'ambiance sympa par contre. Paris n'a plus du tout de fond de jeu, c'est ignoble.
    Message posté par sox75
    Du respect? Je ne pense pas.

    Bordeaux, peut-être que les gens ne se rendent plus compte mais c'est un club historique.

    Les supporters bordelais, la passion et la fierté autour de l'équipe, c'était énorme.

    La grande différence par rapport à des clubs comme Nantes ou Sainté, deux grands clubs aussi, c'est l'expression de cette passion.

    Et là on retrouve ce qu'on a à Marseille ou à Paris. Je me souviens des 80 90's, à Bordeaux c'était chaud. Y a des fadas. Violence et fierté mal placé, grosse présence.

    Avoir du respect pour quelques matchs nuls à chier, non. Me réjouir de les voir si mauvais, non plus, j'ai dépassé ce stade mais à contrario je ne souhaite pas un grand Bordeaux ou un grand Marseille.

    Leurs supporters sont trop chiants. Et d'autant plus frustrés, le jour ou çà va gagner, c'est le cauchemar.

    Si on prend l'exemple de Bielsa, une demi saison les mecs étaient complètement à fond à Marseille. Si il y avait eu le titre au bout, je n'ose imaginer la vague qu'on se serait tapée.

    A Paris, bien sûr sans les asso on a perdu de çà mais les viragistes et le kop tel qu'on les a connu au Parc, actuellement avec l'équipe et les résultats, ce serait intenable.

    Le plan Leproux nous a tué mais ce serait actuellement hors de contrôle. Il ne faut pas avoir vécu le truc pour imaginer des parisiens bisounours alors qu'on domine comme jamais.

    Je lis ici et là que les gens souhaitent le retour des assos au Parc ou qu'on souhaite que nos clubs historiques redeviennent ce qu'on a connu, avec la ferveur qui va avec.

    Mais je me demande si on prend réellement conscience de ce dont on parle, de l'évolution au fil des années et de l'utopie de ce souhait.

    Ce n'est même plus la même génération qui s'exprime. On le sent, ici même, la différence générationnelle.

    Le football de consommateur, d'idole.

    Quand je pars au Brésil, j'en profite toujours pour aller voir un ou deux matchs. Les choses évoluent aussi là bas mais çà reste encore très populaire. A Sao Luis ils ont encore leur club de samba affilié, c'est cool, ils jouent au football avec la samba qui sort des tribunes. Petit club anonyme et stade de 40k.

    Bref fuck Bordeaux lol et le match était à chier. L'ambiance sympa par contre. Paris n'a plus du tout de fond de jeu, c'est ignoble.


    Tu te drogues ?

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    Les mains dans la Poche
    850 11