Ligue Europa - 5e journée - Groupe D - Bruges/Bordeaux (1-2)

Par Laurent Brun

Bordeaux se la coule douce

Grâce au doublé d’un Jussiê de nouveau bluffant, les Girondins ont atteint leur objectif de qualification, dès l’avant-dernier match de poule, en s’imposant sur la pelouse du F.C. Bruges (2-1). Mission accomplie pour eux. Rendez-vous en février.

Note
5 votes
5 votes pour une note moyenne de 4.5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Jussiê (Bordeaux)
Jussiê (Bordeaux)
F.C. Bruges – Bordeaux : 1-2
Buts : Lestienne (86e) pour Bruges – Jussiê (3e et 39e) pour Bordeaux.Comme en 2004, Bordeaux s’impose sur la pelouse du stade Jean-Breydel de Bruges. Et comme à Lorient, lors de la 12e journée (4-0), c’est Jussiê qui est le principal artisan de la victoire et de la qualification des Marine et Blanc. Trop fort le Brésilien. Irrésistible, intenable, efficace et ultra-réaliste. Deux buts en première période ont permis aux siens de faire le break rapido. Un but de renard d’entrée (3e) qui assomme direct, puis un autre peu avant la pause (39e), grâce à un flair de hyène. Et ça fait cinq rencontres que les boys de J-Lo gagnent, mais pour une fois, en encaissant un but. Celui de Lestienne (86e). Trois succès en L1, deux en C3, c’est pas un hasard. Le F.C. Bruges, lui, depuis qu’il s’est fait tôler à Chaban-Delmas (4-0), a connu la dégringolade. Conséquence : Leekens viré, et Garrido (ancien de Villarreal) nommé. Mais revenons à nos gloutons. Morts de faim, les Girondins, face, c’est vrai, à une formation locale bien terne et amorphe. Et le magicien a encore sorti un bouquet de talents de son chapeau, pour faire marcher le onze adverse à la baguette. On ne le dira jamais assez, mais ce type est pétri de classe. Décisif, car il ne faut pas l’oublier non plus, sorti tout droit du pays des mangas. Et ça, ça forme un joueur. Même brésilien.Sinon, ils en ont marre les Bordelais, quand on leur dit que leur système de jeu avec trois défenseurs axiaux, c’est moyen. Mais jusqu’à preuve du contraire, ça fonctionne plutôt bien. Sané en charnière triple, c’est pas mal du tout. Ça permet de couper les trajectoires et de relancer propre. De mettre du poids et de l’impact aussi, comme sait le faire Henrique. La stratégie belge, c’est « 4-3-3 », avec un trident offensif alignant Carlos Bacca, l’international colombien, en pointe/centre. Lui, il a planté deux buts à Beveren ce week-end (6-2). Le problème, c’est qu’il ne parvient pas à franchir le rideau aquitain. Et finalement, le plan de jeu mis en place par Francis Gillot, sans Obraniak ni Gouffran restés à la maison, il est bien bon, puisque, bénéficiaire de l’avantage au score, le collectif Marine et Blanc s’applique dans ses transmissions. Et dans son football fait de passes courtes dans les petits espaces. Ça régale la chique facile, malgré une pelouse pourrie. Mais ça, Bordeaux en a l’habitude. Mariano s’en fout, il se prend pour Trémoulinas, ou Maicon. C’est selon. Enfin, il déborde et centre. Youpi !La bourde de SanéC’est pas vraiment comme à l’aller, mais c’est propre, sobre. À tel pont que les remplaçants belges se sont chauffés dès le premier quart d’heure. C’est moche, et le public exigeant de Jean-Breydel siffle. Inexistants, les Blau en Zwart, malgré un sursaut en milieu de première période et en tout début de seconde. Secousse tellurique dans le vestiaire oblige. Faut pas déconner, car il y avait encore un truc à jouer pour eux. Et pas que dans des bouges asiatiques. Mais tant pis. Bordeaux affiche maîtrise technique et collective. Tactique, également. Quand Bruges voit en Rafelov – ex-buteur émérite – la réincarnation de Casper le fantôme. Mais le kiff suprême, c’est de mater l’enchaînement technique d’Odidja s’écraser sur la barre transversale de Carrasso (41e). Le seul éclair de génie du match, avec la réduction au score de Lestienne. Après ceux de Jussiê, bien sûr. Mais quelle opposition affligeante de la part d’un club sacré 13 fois champion dans son pays… D’ailleurs, Garrido ne s’y est pas trompé, puisqu’à l’heure de jeu, ses trois remplaçants étaient entrés ! Mais ce jeu stéréotypé et pauvre en intensité ne dupe personne. C’est pour ça que Plašil et consorts gèrent pépères. Jamais réellement inquiétés, ses partenaires se rassurent. Excepté quand Lestienne profite du cadeau offert latéralement par Sané pour mettre au fond. Mais ça, c’était juste avant que les Bordelais ne valident leur ticket pour le voyage suivant : les 16es de finale de l’Europa League. Objectif atteint pour eux. Pour Bruges, en revanche, faudra reprendre les fondamentaux…Bruges : Kujović – Hoefkens (cap), Figueras, Almebäck (Blondel, 46e), Buysse – Jorgensen, Donk, Odidja – Rafaelov (Vleminckx, 46e), Lestienne, Bacca (Meunier, 60e).Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Planus, Sané, Trémoulinas – Sertic, Nguemo, Plašil (cap) (Ben Khalfallah, 79e), Maurice-Belay (Ch. Diabaté, 46e) – Jussiê (Bellion, 73e).

Par Laurent Brun
Parier sur les matchs de Girondins de Bordeaux

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Luciani le 22/11/2012 à 23:28
      

    J'attends avec IMPATIENCE le commentaire de l'abruti qui se ramène sur tous les articles sur le FCGB pour nous expliquer que Bordeaux est ultra défensif et prend branlée sur branlée en Europe.

    Sinon, malgré sa grossière erreur, Sané est en train de prendre une envergure qui s'annonce assez monstreuse. Un des meilleurs bordelais cette saison, quand on se souvient de son faible niveau lors de la dernière campagne européenne...

  • Message posté par Yatopri le 22/11/2012 à 23:58
       &


  • Message posté par Nes1 le 23/11/2012 à 01:10
      

    J'ai mal lu au début, et j'ai cru que le buteur de Bruges s'appelait Lesbienne...

  • Message posté par Penalty le 23/11/2012 à 04:38
      

    But de renard, flair de hyène, haleine de chacal.

  • Message posté par captainvodka le 23/11/2012 à 08:58
      

    @Nes1

    Surement ta langue qui a fourché...^^


5 réactions :
Poster un commentaire