Bordeaux-PSG : de l’intox et du respect

Modififié
0 7
Mardi, face au PSG à Chaban-Delmas, en quart de finale de Coupe de la Ligue (21h00), Francis Gillot va (re)faire tourner son effectif, comme face à Toulouse, samedi (0-1), en championnat. Il l’a dit. Pas par plaisir, mais plutôt par rapport à l’incapacité de certains de ses joueurs à pouvoir enchaîner les 6 matchs du mois de janvier.

En face, quand Laurent Blanc, lui, indique vouloir hiérarchiser les priorités – comprendre faire passer les coupes nationales après le championnat – les Girondins sentent le bon coup d’intox, de la part d’un coach compétiteur et ex de la maison marine…

« Je n’y crois pas du tout, non, lance J-Lo dans un franc éclat de rire. Même s’il met le troisième au poste, ils sont peut-être plus forts que les trois quarts des équipes du championnat ! À Brest (32e de finale de la Coupe de France, gagné 2-5, ndlr), il avait choisi de faire l’impasse ? Ah oui, il avait changé le gardien (Nicolas Douchez) ! Mais le gardien, il n’a jamais de boulot, donc, non, tranchait-il avant d’être dithyrambique au sujet de son adversaire du jour.

« Quand on voit les buts qu’ils marquent, c’est vraiment du haut niveau ! Leurs buts, avec Ibra, ce sont des buts venus d’ailleurs et à chaque fois exceptionnels, s’exclame le technicien aquitain. Ça ne paraît pas, comme ça, mais il a mis la barre tellement haute, qu’un but exceptionnel devient presque banal pour lui ! C’est du très haut niveau. »

Même son de cloche du côté de Cédric Carrasso, venu à Bordeaux sous l’ère Laurent Blanc. « Je connais trop bien Laurent Blanc et son staff, pour qu’ils se disent que venir à Bordeaux pour faire un tour suffira, affirme le portier bordelais. S’il y a bien un endroit qu’il respecte et où il veut montrer qu’il veut gagner, c’est bien ici ! Il ne fera jamais de cadeaux, et c’est normal. »

Pour l’instant : avec deux victoires au compteur (Trophée des champions et championnat), avantage au PSG. LB, à Bordeaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 5
Belle interview de Gillot, un brin défaitiste mais on peut le comprendre. Le PSG de cette année n’est pas facilement prenable que ce soit avec sa ligne offensive de grande qualité, son milieu extrêmement performant, très bon à la récupération et distribution, et sa solidité relative derrière.

Il reste toujours le coup de l’herbe non arrosé et des douches froides du côté d’Ajaccio, mais ça ne suffit pas.
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par Okto
Belle interview de Gillot, un brin défaitiste mais on peut le comprendre. Le PSG de cette année n’est pas facilement prenable que ce soit avec sa ligne offensive de grande qualité, son milieu extrêmement performant, très bon à la récupération et distribution, et sa solidité relative derrière.

Il reste toujours le coup de l’herbe non arrosé et des douches froides du côté d’Ajaccio, mais ça ne suffit pas.


C'est pas tant le PSG qui fait peur à Gillot mais sans Poundje, suspendu suite à son 3eme rouge de la saison, on n'a aucune chance de battre Paris :D

Bon c'est pas grave, peut -être que les Girondins vont nous faire un nouveau hold-up en CdF !
Dans cette CDL le quart à Bordeaux est un match charnière pour le PSG, car si il y a un tour où peut se poser la question d'un investissement à 100% c'est celui là, car après en cas de qualification le trophée sera trop proche pour ne pas vouloir à tout prix le gagner.
Malgré tout je pense que Paris ne lâchera rien en Gironde, mais parfois avec l'inconscient on ne sait jamais, et j'aime pas trop que l'idée germe un peu dans le staff parisien car elle pourrait infecter les joueurs sans qu'ils s'en rende compte.
Cette coupe est belle et sous estimée. Si paris vas au bout avec après les girondins des matchs contre Nantes, Puis l'OL ou l'OM, et bien franchement cela ferait une ligne au palmarès plus que présentable.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7