Bordeaux perd la boule

Le sale week-end vécu par des Bordelais apathiques et étrillés par une équipe de Lorient en état de grâce (5-1), a de nouveau permis de stigmatiser les carences d'un collectif aux abois. Mais plus qu'une simple chute au classement, c'est leur avenir parmi l'élite qui est en jeu. Soit un air de déjà vu en Gironde.

0 2
Les lendemains douloureux sont parfois difficiles à assumer. Et la gueule de bois, consécutive au revers subi samedi au Moustoir, encore plus. Voilà en substance à quoi peut se résumer la deuxième partie du week-end bordelais. Car loin d'être un cas isolé, la situation critique traduit bien le malaise ambiant qui règne depuis plusieurs semaines au sein du club. Après tags, menaces de supporters, attitudes maladroites de certains joueurs (Trémoulinas, Maazou) et éliminations en coupes, le terrain a livré une nouvelle vérité pathétique : Bordeaux n'a plus le niveau. Pire encore, le club (12e, 31 points) pourrait être en danger si les choses n'évoluaient pas au plus vite de façon favorable. Et quand le spectre d'une éventuelle relégation commence à se profiler, l'on repense immédiatement à la saison 2004-2005, durant laquelle les Girondins, alors successivement dirigés par Élie Baup, Michel Pavon et Éric Bedouet, avaient sauvé leur tête in extremis en Ligue 1, lors de la dernière journée, à domicile face à Marseille (2-2). Un truc de fou, donc, encore inimaginable la saison dernière, mais cependant possible. Car la leçon reçue en Bretagne, tant sur les plans tactique, technique, que physique, est là pour rappeler tout le monde à l'ordre : soit un avertissement sans frais pour l'ensemble des composantes du club. Problème : Bordeaux ne semble pas aujourd'hui prêt mentalement pour ce combat-là.



Désabusés, sans âme, à la limite du défaitisme et vite dépassé malgré de bonnes intentions de jeu, le collectif marine et blanc est à l'image de sa plaine des sports : morne. Le Haillan, déjà victime d'actes de vandalisme en janvier, s'est cette fois-ci paré. Ouvert au public mais sécurisé (stewards, maitres-chiens), le centre technique sent la grisaille, le désarroi. Tout comme Jean Tigana, « très mal » , « sans clé » et encore dans le « cauchemar » breton, auquel il serait toutefois injuste de prêter tous les maux. Pressé par les Oranges, le onze aquitain n'a plus de jus et provoque de la pitié sincère, reflétée par certains de ses cadres, accueillis énergiquement dans la nuit de samedi à dimanche, à l'aéroport. Livides, marqués, groggys, les Carrasso, Chalmé, Wendel – courageux et disponibles – et consorts, ont pris cher face à des supporters mécontents ( « Bougez-vous le cul bande de chèvres ! » , « Vous nous cassez-les couilles ! » ). Une fois de plus, serait-on tenté de dire. Le mal est profond, insidieux et récurent. Alors maintenant, plus question de parler d'ambitions européennes, comme c'était encore le cas avant d'affronter des Merlus leur ayant par ailleurs infligé une insolente réussite ; place aux efforts post-traumatiques et à la rédemption. La vraie. Car c'est à ce prix que les Girondins, loin d'être « une bande de sales gosses inconscients » (copyright Raymond Domenech), sauveront leur tête. En espérant pour eux qu'il ne soit pas déjà trop tard.



Laurent Brun, à Bordeaux

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Prenez un entraîneur qui lâche l'équipe au milieu de saison, des joueurs majeurs qui partent tous en même temps,(dont Gourcuff au dernier moment, et pour faire quoi au fait ?), et vous obtenez une équipe sans âme, pas aidée par Jean Tigana, qui ne semble pas avoir ou savoir transmettre la hargne nécessaire pour se relever.

C'est comme Raul qui se fait virer du Real après y avoir passé toute sa carrière, Rod Fanni qui part dans un club concurrent au milieu de saison, et tant d'autres ...

Vive le fric et le foot business ! Ca me dégoute ...
@Haco

Entièrement d'accord avec toi. Mais, on peut se demander si la clique des Blanc, Gourcuff, etc n'avait pas vu la chose arriver et notamment sur le niveau de l'équipe. Certains joueurs on l'air d'avoir été en surégime depuis des années, je pense notamment à Wendel.

Maintenant que les cadres sont partis, ils n'ont pas les épaules pour assumer tant de responsabilités, ni le niveau. Et ils se demandent encore pourquoi ils n'y arrivent pas, mais pu*** arrêtez de vous voiler la face...

Puis si il n'y avait que ça... On remplace trois joueurs qui ont le niveau LdC (plus ou moins), Gourcuff, Chamack, Cavenaghi par un bon buteur de L2 (Modeste), un autre qui ne sait que courir (Maazou) et ... Ben Khalfallah.

Ce dernier n'a absolument rien démontré depuis son arrivé, de plus si je me souviens bien il faisait des déclarations l'été dernier pour être transféré de Valenciennes. Maintenant qu'il est là, il faut assumer à un moment donné et prouver qu'on a le niveau. Ce qu'il ne fait pas depuis. (Je regarde à l'instant ses stats sur www.girondins.com, 23 matchs/ 1 but / 0 Pdéc)

Enfin bref, je suis dégouté de voir mon club de cœur s'engluer dans le classement de cette façon. En espérant qu'il n'iront pas plus bas... ce qui me parait bien compromis après le match à Lorient.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'équipe-type du dimanche
0 2