En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16e de finale retour
  3. // Bordeaux/Kiev (1-0)

Bordeaux, la qualif' de la bravoure

En battant le Dynamo Kiev (1-0), les Girondins se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de l'Europa Ligue. Et c'est Cheick Diabaté le « banni » qui leur a fait ce cadeau grandeur nature. Du bonheur pour les Marine et Blanc, et des regrets pour les Ukrainiens…

Modififié
Bordeaux - Dynamo Kiev : 1-0
But : Diabaté (41e) pour les Girondins.

La victoire avait un goût particulier ce jeudi soir à Chaban-Delmas, car elle était, pour Francis Gillot et les siens, synonyme de qualification en huitième de finale de l'Europa Ligue. Qui l'eût cru au mois d'août dernier ! Vainqueurs du Dynamo Kiev, les Girondins ont assuré grave dans leur antre. Il fallait pour cela bonifier le nul obtenu en Ukraine, à l'aller (1-1). Et ce fut chose faite grâce notamment à Cheick Diabaté, auteur du seul but de la partie. Puni face à Lyon, le Malien a su profiter d'un corner tiré par Trémoulinas et dévié par Sertic pour ajuster tranquille Koval. Une occase, un but, une qualif'. C'est aussi ça le réalisme à la bordelaise… Mission accomplie donc.

Info, intox et 4-4-2

Toute la semaine, Bordeaux a pleuré ses nombreux blessés : Henrique, Mariano, Nguemo, Rolan et même L. Sané, forfait de dernière minute. Plasil, le capitaine, était sur le banc. Poundjé et Poko titulaires, Ch. Diabaté de retour en pointe et Trémoulinas aligné au poste de milieu offensif. Kiev laissait Ideye Brown et Danilo Silva sur le banc, et aucun absent. Même compo qu'à l'aller (1-1) chez les Ukrainiens. Francis Gillot bricolait, Oleg Blokhine gérait. C'est le monde à l'envers, puisqu'au coup d'envoi, le Dynamo était déjà virtuellement éliminé. « 4-2-3-1 » d'un côté, « 4-2-3-1 » de l'autre, on était bien en configuration coupe d'Europe. Classique. Chaque camp avait annoncé la couleur la veille, et son lot d'intox quant aux systèmes de jeu. Mais un nul 0-0 et les Aquitains passaient…

Chacun son quart d'heure

Dans une enceinte qui sonnait creux, style affluence Bordeaux-Troyes, les intentions étaient au rendez-vous ; les bonnes dispositions aussi. Surtout côté bordelais. L'attente du contre, un précepte, dans le camp d'en face. Mais : déchet technique, hors-jeu, mauvais choix, etc. Pas évident de produire du jeu dans ces conditions. Seul un coup d'éclat individuel ou un coup de pied arrêté pouvaient débrider ce match. D'ailleurs, hormis l'action chaude de la 22e minute, rien ou presque à savourer. Il faut dire quand même que celle-ci était magnifique. Corner sortant tiré de la gauche par Veloso, et reprise croisée en retrait – sur une – de Iarmolenko : Carrasso s'est couché et a repoussé. Ça sentait la bonne vieille combinaison travaillée à l'entrainement, ça… Voilà. Avec le coup-franc enveloppé de Veloso bloqué en lucarne par Carrasso (33e), rien de consistant à digérer. Sauf le but du géant malien, bien sûr. Bilan du premier acte : le Dynamo a eu son quart d'heure, les Girondins le leur. Mais avec un avantage au score…

Lacunes, discipline et reins cassés

Sinon, Taïwo n'a pas à faire à des ingrats, il s'est fait siffler à chaque fois qu'il a touché la balle ! Planus et Marange se sont montrés solides dans l'axe central défensif, face aux assauts répétés de Iarmolenko et d'Ideye Brown, entré après la pause. Poundjé et Poko ont galopé, Diabaté a cassé les reins de ses cerbères. Bref, les Girondins ont assuré au niveau de la discipline de jeu, malgré de grosses lacunes dans la relance et la construction. Des carences assez flagrantes dans la profondeur et son utilisation, aussi. Et si le Dynamo a tenté de jouer plus haut, il est tombé dans le faux rythme imposé involontairement par son adversaire. Bloqué, également, dans les duels et les tombées de balle. Haruna chopait une tête, mais son frontal frôlait le montant droit de Carrasso (67e). Ses partenaires, eux, envoyaient des ogives dans les virages, le signe d'imprécisions chroniques. Mais les Girondins ont tenu et gardé le score jusqu'au bout, avec beaucoup de courage et de solidarité. Le Dynamo, lui, a probablement manqué la coche à l'aller. Bordeaux rencontrera le Benfica Lisbonne au prochain tour. Peut-être pour un nouvel exploit…

Bordeaux : Carrasso (cap) – Faubert, Planus, Marange, Poundjé – Sertic, Poko, Saivet, Obraniak (Plasil, 84e), Trémoulinas (Maurice-Belay, 84e) – Diabaté.

Dynamo Kiev : Koval – Vida, Khacheridi, Mikhalik (cap), Taïwo – Haruna, Miguel Veloso, Bezus (I. Brown, 46e), Kranjcar (Garmash, 80e), Iarmolenko – Mehmedi.


Par Laurent Brun, à Chaban-Delmas
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 33
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
À lire ensuite
Lyon ne verra pas San Siro