Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Monaco-Bordeaux (1-2)

Bordeaux l'emporte contre un tout petit Monaco

Au terme d'un match d'une qualité technique exécrable, les Bordelais ont fini par l'emporter face à des Monégasques à cours d'idées. La Ligue 1 qu'on n'aime pas du tout.

Modififié

AS Monaco 1 - 2 Girondins de Bordeaux

Buts : Touré (45e) et Ounas (56e) pour les Girondins // Guilbert (90e, CSC) pour les Monégasques

Ce Monaco-là n'a pas le droit de terminer deuxième du championnat de France. La prestation des hommes de Leonardo Jardim ce vendredi a été une véritable torture pour les supporters monégasques. C'est bien simple, aucun mouvement collectif digne de ce nom n'a été créé en 90 minutes. Contre Paris, on pouvait l'accepter, vu le niveau de l'adversaire. Mais là, c'était Bordeaux. Et puis surtout, cette fois-ci, Monaco a perdu. S'ils avaient fini par s'imposer, on aurait pu parler d'un « réalisme froid » , de « culture de la gagne » , ou du « signe d'une grande équipe qui parvient à gagner en jouant mal » . Mais non, l'AS Monaco a perdu face aux Girondins de Bordeaux en ne produisant rien du tout, et sans jamais esquisser le moindre signe de révolte. Non, les Monégasques sont loin d'avoir assurer leur place de dauphin en battant le PSG lors de la précédente journée. Car s'ils ne montrent pas autre chose avant la fin de saison, l'Olympique lyonnais a toutes les chances de fondre sur son rival.

Le néant


Dès l'entame de match, les Bordelais posent les bases de leur stratégie du soir : un pressing haut, une défense solide et un bloc compact. Rien de plus. Du coup, les Girondins empêchent Monaco de développer du jeu en étant très concentrés à la récupération. Malheureusement, les hommes d'Ulrich Ramé ne font rien de la balle quand ils la récupèrent. Résultat des courses, le jeu, ou plutôt le non-jeu, est cantonné au milieu de terrain. Ajoutez à cela un nombre incalculable de petites fautes de part et d'autre pour casser le rythme, et vous obtenez quelque chose de stérile et de très haché. Le néant du football, quoi. À partir de la 25e minute, Monaco arrive enfin à remporter le duel du milieu de terrain et met clairement le pied sur le ballon.

En conservant la balle plus durablement, les Monégasques peuvent commencer à travailler dans le camp bordelais. Mais les offensives timides des hommes de Leonardo Jardim manquent cruellement de fluidité. Seul Farès Bahlouli surnage quelque peu dans ce marasme. Il est l'auteur de toutes les frappes monégasques (8e, 33e et 37e) et réussit quelques décalages intéressants par la passe (vers Lemar à la 30e) ou le dribble. Il y a bien Echiejile qui divertit Louis-II avec ses contrôles et sa conduite de balle approximatifs, mais ça en devient désolant. Sinon, RAS. Zéro occasion franche, ni pour Monaco ni pour Bordeaux. Jusqu'à ce corner au bout du temps additionnel de la première mi-temps. Complètement seul au deuxième poteau, Thomas Touré expédie le ballon sous la barre à bout portant. Laborieux.

Air Marquage


Au retour des vestiaires, les Bordelais se font un malin plaisir de laisser le ballon à des Monégasques, toujours autant à la peine dans la construction. Monaco garde le ballon, mais est incapable de déstabiliser l'organisation bordelaise. En plus, Bordeaux peut compter sur un argument de plus en seconde période. Adam Ounas a retrouvé ses jambes et commencent à pointer le bout de son nez. À la 56e minute, sur un nouveau corner, les Monégasques délaissent encore complètement le second poteau. Echiejile en tête, obnubilé par le ballon. Ounas en profite alors pour reprendre du pied gauche et faire le break. 2-0. On sent d'ores et déjà que les joueurs de l'ASM n'ont pas les ressources mentales pour revenir. Pire, il y a plus de chances qu'ils sombrent complètement.


D'ailleurs, si Touré n'en avait pas trop fait face à Subašić, le score se serait aggravé rapidement (68e). Il faut attendre la 80e minute pour qu'ils se procurent leur première vraie occasion. Et encore, la tête de Guido Carrillo passe assez loin du cadre. S'ensuivent cinq minutes de « folie » malheureusement inutiles. Après deux bons arrêts de Prior sur des tentatives de Carrillo et Silva, Monaco obtient un penalty. Vágner Love le marque en deux temps, mais le but est annulé pour une course non réglementaire du Brésilien. Quelques secondes plus tard, Guilbert marque un but incompréhensible contre son camp. Monaco s'est réveillé trop tard, Bordeaux a réussi son coup.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
    Partenaires
    Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses