En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Résumé

Bordeaux grimpe sur le podium, l'OL freiné par Dijon

Vainqueur de Guingamp (3-1), Bordeaux monte sur le podium de Ligue 1. Un podium que l'Olympique lyonnais voit s'éloigner après cette contre-performance face à Dijon (3-3). Sinon, Caen assure contre Amiens (1-0) et Troyes braque Metz (0-1)

Modififié

Bordeaux 3-1 Guingamp

Buts : Kamano (31e), Mendy (75e) et Cafu (92e) pour Bordeaux // Salibur (46e) pour Guingamp

Tout commence par une histoire de penalty. Alors qu’il n’a toujours pas touché le moindre ballon, Jimmy Briand a l’occasion d’ouvrir la marque, à la suite d'une faute très très légère de Jérémy Toulalan, mais l’ancien Lyonnais est encore froid, et sa frappe toute molle est captée par Benoît Costil. Trente minutes plus tard, c’est Bordeaux qui bénéficie d’un penalty. Johnsson repousse la tentative de Nicolas de Préville, mais Kamano suit parfaitement et ouvre le score. La deuxième période est du même acabit : des occasions de chaque côté, du jeu, des taquets dans tous les sens (six jaunes en première mi-temps) et une occasion guingampaise au bout de quelques secondes. Sauf que cette fois-ci, les Costarmoricains sont plus chanceux puisque la frappe de Yannis Salibur, après un festival de Marcus Thuram, est déviée et termine dans les filets du portier girondin. Une égalisation qui ne casse pas le moral des Bordelais qui repartent de l’avant. Et c’est l’ancien Guingampais Alexandre Mendy, tout juste entré en jeu, qui reprend parfaitement le centre de Malcom, avant de se jeter dans les bras de son coach. Ou comment prouver qu’il ne pense plus du tout à son ex et qu’il est totalement in love de sa nouvelle conquête. Le premier but, en fin de rencontre, de Cafu ne sera qu'anecdotique.

Bordeaux (4-3-3) : Costil – Sabaly, Toulalan, Jovanović, Pellenard – Lerager (Mendy 64e), Otavio, Sankharé – Malcom, De Préville (Cafu 74e), Kamano (Vada 88e). Entraîneur : Jocelyn Gourvennec
Guingamp (4-4-2) : Johnsson – Eboa Eboa, Kerbrat, Sorbon, Ikoko – Salibur, Deaux, Didot (Phiri 45e), Camara (Benezet 78e) – Thuram, Briand (Coco 46e). Entraîneur : Antoine Kombouaré



Caen 1-0 Amiens

But : Santini (54e) pour Caen

Solides depuis le début de saison, le Stade Malherbe de Caen assume très vite son statut de favori dans cette rencontre face au promu amiénois. Offensifs, les Caennais enchaînent les occasions, mais manquent de précision dans le dernier geste, à l’image de cette tête du Croate Ivan Santini, seul aux six mètres (24e) ou de cette énorme frappe de Rodelin qui rase la lucarne de Regis Gurtner. Souffrants, les hommes de Christophe Pélissier n’arrivent pas à mettre en danger Remy Vercoutre qui n’aura quasiment rien eu à faire. En seconde période, les Caennais continuent leurs offensives et vont recevoir un petit coup de pouce de l’arbitre qui leur offre un penalty sans que l’on sache si c’est une main, imaginaire, ou une faute, tout aussi imaginaire. Une offrande que transforme sereinement Ivan Santini. Rideau. Mais finalement, le plus heureux de la soirée n’est pas Santini, ni Patrice Garande, mais bien Benoît qui a vu Vanessa lui dire oui quelques minutes avant le coup d’envoi de la rencontre.


Caen (4-4-2) : Vercoutre – Guilbert, Genevois (Sankoh 89e), Da Silva, M’Bengue – Bazile (Bessat 85e), Delaplace, Féret, Repas – Rodelin, Santini. Entraîneur : Patrice Garande
Amiens (4-2-3-1) : Gurtner – Cissokho, Gouano, Adenon, Avelar – Monconduit, Zungu – El Hajjam (Gakpé 65e), Kakuta, Manzala (Traoré 71e) – Konaté (Bourgaud 79e). Entraîneur : Christophe Pélissier



Lyon 3-3 Dijon

Buts : Fekir (20e), Aouar (60e), Mariano (62e) pour Lyon // Sliti (23e), Xeka (52e) et Yambéré (65e) pour Dijon

Match totalement fou au Parc OL. Une semaine après cette « défaite encourageante » au Parc des Princes, l’Olympique lyonnais récite tranquillement son football face à Dijon. Pour sa première titularisation, le jeune Houssem Aouar (19 ans) décale Ferland Mendy qui entre dans la surface, trouve le poteau de Baptiste Reynet, mais le ballon revient sur Nabil Fekir qui ouvre le score en renard. Trois minutes plus tard, c’est ce même Ferland Mendy qui fauche le Sud-Coréen Kwon dans la surface. Naim Sliti montre à Edinson Cavani comment battre Anthony Lopes. L’OL repart alors vers l’avant, mais un mélange d’erreurs techniques et de réussite devant le but empêche les protégés de Jean-Michel Aulas de battre un Baptiste Reynet des grands soirs. La suite ? Treize minutes totalement folles qui voient Dijon prendre l’avantage sur une tête de Xeka, avant que Lyon ne marque coup sur coup par le jeune Aouar et Mariano sur penalty. Un double coup de massue auquel répond Cédric Yambéré de la tête. Lyon tente alors le tout pour le tout. Les très jeunes Myziane Maolida (18 ans) et Willem Geubbels (16 ans) entrent en jeu, Clément Grenier aussi fait son apparition, mais rien n'y fait, l'Olympique lyonnais perd deux points qui vaudront peut-être cher en fin de saison.

Lyon (4-2-3-1) : Lopes – Tete, Marcelo, Morel, Mendy – Tousart (Geubbels 84e), Ndombele – Traoré, Fekir, Aouar (Grenier 86e) – Mariano (Maolida 78e). Entraîneur : Bruno Génésio
Dijon (4-5-1) : Reynet – Rosier, Djilobodji, Yambéré, Chafik (Haddadi 71e) – Amalfitano, Xeka, Marié, Kwon (Said 64e), Sliti (Sammaritano 86e) – Jeannot. Entraîneur : Olivier Dall'Oglio



Metz 0-1 Troyes

But : Grandsir (90e) pour Troyes

C’est bien connu, dans le football, dominer ne rime pas tout le temps avec gagner. Et ça, les Messins en ont fait l’amère expérience. Dominatrice, la lanterne rouge de Ligue 1 n’a pas cessé d’enchaîner les occasions de buts. En vain. Très remuant, le Sénégalais Opa Nguette est le premier à allumer la mèche, mais sa frappe rebondit sur la barre transversale (18e). Un montant que touchera aussi Renaud Cohade en seconde période (76e). Et quand les montants ne sont pas là, il y a toujours les gants de Mamadou Samassa, tout simplement exceptionnel devant Nguette (35e et 83e) ou encore devant Brian Fernandez (88e). Réduit à 10 depuis la 67e minute, Troyes fait le dos rond et va même réaliser l'un des hold-up de la saison. En contre, dans les dernières minutes de la partie, Bryan Pelé traverse tout le terrain, et trouve Samuel Grandsir qui ne tremble pas. Aussi beau pour les uns que cruel pour les autres.

Metz (4-3-3) : Didillon – Balliu, Biševac, Niakhaté, Udol - Philipps (Mollet 86e), Cohade, Poblete – Dossevi, Roux (Fernandez 77e), Nguette. Entraîneur : Philippe Hinschberger
Troyes (4-5-1) : Samassa – Deplagne, Giraudon, Hérelle, Traoré – Khaoui (Cordoval 72e), Azamoum (Pelé 81e), Bellugou (Confais 21e), Dingomé, Grandsir – Niane. Entraîneur : Jean-Louis Garcia


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 65 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
    Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12