1. //
  2. // 8es
  3. // Bordeaux-Monaco (3-0)

Bordeaux étrille un piteux Monaco

En s’imposant très nettement face à un Monaco totalement dépassé, les Bordelais ont (re)trouvé leur jeu et leurs qualités, notamment grâce à un très bon Ounas (3-0).

Modififié
403 6

Girondins de Bordeaux 3-0 AS Monaco

Buts : Ounas (16e), Rolan (57e), Saivet (89e)

Il y a quelque chose dans cet Adam Ounas. Le gamin compte à peine cinq titularisations sous le maillot des Girondins, et pourtant, il illumine à lui tout seul une équipe qui n’est pas forcément connue pour son inspiration offensive. Le ballon colle à son pied gauche, qu’il utilise presque exclusivement, et tous les Monégasques qu’il a eus au duel ce mercredi pourront vous dire « ce mec a des appuis » . Ounas a tout simplement régalé le Matmut-Atlantique ce soir, à base de dribbles chaloupés, de une-deux instinctifs, de passes en profondeur bien senties, et l’insolent s’est même autorisé un petit pont sur le pauvre Wallace qui a passé une soirée cauchemardesque. La comparaison avec un petit gaucher argentin, bien qu’exagérée, semble presque naturelle quand on voit avec quelle insouciance et quelle facilité il marque le premier but de la partie. Démarrage aux 25 mètres, ballade entre les défenseurs et frappe du gauche imparable... Chapeau l’artiste ! Pour le reste, on aura vu des Monégasques apathiques, sans que personne ne soit là pour sonner la révolte.

Ounas débloque le Matmut


Le premier quart d'heure aussi est apathique. On s’ennuie ferme. Les Bordelais peinent à s'approcher de la surface asémiste, tandis que du côté rouge et blanc, ça manque clairement de rythme et d’inspiration offensive pour mettre en danger les Girondins. C'était donc sans compter sur Adam Ounas qui vient mettre un peu de piment dans ce début de partie morose. Après un premier avertissement sur une belle frappe en première intention, Adam Ounas récidive avec une action solitaire qui démontre toute la classe du jeune Franco-Algérien, et qui mystifie le vieux Ricardo Carvalho. Superbe ! Un golazo qui va redynamiser toute l’équipe. D'un coup, on se met à voir davantage d’engagement, du rythme dans les passes et une solidarité défensive qui empêche l’adversaire d’inquiéter Cédric Carrasso. Côté monégasque, personne ne réagit, à part Cavaleiro qui s’est mis comme mission de dribbler quinze fois Poko dans le match, même si aucun de ses centres ne trouve preneur. En même temps, la majorité de ses coéquipiers donnent l’impression d’être venus faire de la figuration, ce qui a le don de fortement agacer Jardim. Et même quand, sur une passe, Mbappe se retrouve seul face à Carrasso, le jeune de 16 ans panique et tire deux mètres à gauche de la cage. Pendant ce temps, Ounas continue son numéro et manque de peu le doublé après un nouveau festival dont Wallace risque de se souvenir. Le défenseur monégasque est même proche du but contre son camp sur une action confuse, mais Nardi ne fait pas le con, et l’AS Monaco rentre au vestiaire avec un seul but de retard. Un moindre mal.

Bordeaux déroule, Monaco coule


La deuxième période démarre sur un rythme bien plus intense que la première. Une minute après le retour des vestiaires, les Monégasques ont l’occasion d’égaliser, mais à la suite d'un bon centre de Bernardo Silva, la reprise de Raggi passe de peu à côté. Ils vont le regretter, car cinq minutes plus tard, après un premier raté de la tête par Cheick Diabaté, esseulé au point de penalty, Diego Rolán fait le break. À la suite d'une nouvelle erreur grossière de Wallace, auteur d’un déplacement défensif incompréhensible, le buteur uruguayen file au but et se met à l'aise pour mettre les siens à l’abri. Les Monégasques vont alors définitivement lâcher et laisser les Bordelais se faire plaisir devant leur but, même si Nardi évite la trop grosse fessée, face à un Diabaté pas en veine (56e, 62e, 65e). Poko et Plašil se mettent à faire des talonnades devant la surface monégasque, Ounas continue d’étaler sa technique - avec moins de réussite qu’en première période tout de même - et Vada se met lui aussi à faire le spectacle. Ça tourne presque à la démonstration. Entré en cours de jeu, Lemar est proche de sauver l’honneur après une belle ouverture de Toulalan, mais il était dit que rien ne pouvait sourire à l’ASM ce soir. Surtout que Saivet parachève le succès bordelais avec un troisième but à la réception d’un corner où on se demande encore ce que foutait la défense monégasque. Les Ultras Marines peuvent chanter ce soir. Le Matmut Atlantique tient peut-être son premier vrai match. Dommage qu'il ait fallu attendre la Coupe de la Ligue.

Par Fausto Munz
Modifié

Dans cet article

Ils ont réussi à faire passer Bordeaux pour une bonne équipe. Un scandale, aucune motivation, un coaching douteux. Autant ne pas le jouer du tout ce match.
Je suis deg'
Un Mr tout nue Niveau : District
Ounas a vraiment fait un bon match. Bordeaux m'as fait plaisir mais en face il n'y avait rien.
GentilGhana Niveau : Loisir
Je plussois ,rien de folichon en face,voire même une catastrophe, cela fait tout de même plaisir de voir qq beaux mouvements côté gigis,et un Rollan de retour en confiance.
Autant au début de la saison malgré tous les changements je restais optimiste (vu le niveau du championnat et les qualités de Jardim) mais niveau ambition on sort d'une semaine qui calme! On sort de 2 competitions dans lesquelles on aurait pu faire plus/mieux, je trouve de moins en moins d'explications à ces échecs et cette inanimation offensive associée à une défense en papier maché (en prendre 3 contre bordeaux quoi)!
C'est marrant 5 minutes d'etre premier de l'autre L1 (même si vu nos performances en préliminaires, on ferait mieux de se qualifier direct pour la C1, pour y faire quoi? probableement pas quart de finaliste) mais vu le niveau et quand on se rappelle que c'est autant un titre que "champion d'automne" on se rend vite compte qu'il ne reste que la coupe de france comme vrai objectif de la saison et on n'est qu'en décembre! ca va etre long jusqu'a la prochaine vente d'escl...mercato!
Benjamin Gout Niveau : District
J'en ai rien à branler de cette coupe donc l'élimination me fait ni chaud ni froid.

En revanche, un tel manque de respect envers le maillot c'est hallucinant. Les joueurs s'en battent les couilles du match, aucune envie, aucun baroud d'honneur, aucun orgueil.

C'est même pas une équipe, mais une addition d'individualités médiocres qui forme un noyau de joueurs médiocre.
Y'a juste Lemar qui sort du lot, qui partira pour 25M cet été quand Newcastle mettra le prix dessus.

C'est affligeant, jamais vu une équipe aussi nulle, sans âme et dégueulasse.

Je suis dégoûté.
Le problème de Monaco c'est que c'est clairement devenu une machine à faire du fric. On vend à tour de bras sans remplacer les joueurs en question (personnellement je ne me suis toujours pas remis du cas Abdennour), on recrute à tour de bras quitte à empiler les joueurs à certains postes...c'est du n'importe quoi. Rien à voir avec une stratégie à la Porto qui vend ses joueurs avec parcimonie après les avoir valorisés sur 2/3 ans. A terme ce n'est pas viable car un jour Jardim ne pourra plus faire de miracles et qu'à force de tout vendre il n'y aura plus de joueurs assez bankable pour faire du fric. De plus impossible de créer un vestiaire uni avec des cadres garant d'un certain état d'esprit dans ces conditions. S'ils continuent comme ça ils vont droit dans le mur.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
403 6