1. // France – Coupe de la Ligue – 8e de finale

Bordeaux et Marseille qualifiés, Troyes survivant de L2

Grâce à un pénalty à la dernière minute signé Jussiê, les Girondins se qualifient en terre bretonne face au Stade rennais (1-2). Pour Évian Thonon Gaillard, le héros de la soirée se nomme Daniel Wass, auteur du doublé de la qualification face à Bastia (2-1). Enfin, l'OM a disposé de Toulouse 2-1.

Modififié
4 7
Marseille – Toulouse : 2-1
Buts : Mendy (13e) et Gignac (29e) pour l’OM, Spajić (42e) pour Toulouse

En toute petite forme ces derniers temps, l’OM s’est enfin offert une victoire. Et tant pis si ce n’est pas pour se relancer en championnat. Tant pis si ce n’est pas non plus pour sauver l’honneur en Ligue des champions. Une qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue, cet OM convalescent prend sans faire le difficile. Tout s’est joué en première période au cours de ce match, avec l’ouverture du score signée Benjamin Mendy (auteur dans l’ensemble d’une prestation très convaincante) suivie d’un pénalty transformé par Gignac à la demi-heure de jeu. C’est sur ce même Gignac que la faute avait été commise par Olivier Blondel, l’habituel remplaçant d’Ali Ahamada. Décidément, les gardiens toulousains… La bande à José Anigo s’est certes fait peur avant le retour des vestiaires en encaissant un but un peu con de Spajić sur une sortie manquée d’un Mandanda masqué, mais dans l’ensemble la qualification est méritée. Elle est surtout bonne à prendre, étant donné le contexte actuel.

Rennes – Bordeaux : 1-2
Buts : Doucouré (52e) pour Rennes, Henrique (50e) et Jussiê (90e sp) pour Bordeaux

Il faut bien reconnaître qu’on le craignait un peu, ce match entre Rennes et Bordeaux, les deux équipes ayant pris la mauvaise habitude de produire un assez vilain football lorsqu’elles s’affrontent (les mauvaises langues iront jusqu’à dire que c’est aussi le cas le reste du temps…). La première période disputée ce soir a confirmé cette triste impression, avec 22 acteurs imprécis et peu volontaires ne se procurant aucune vraie occasion de but. Ni d’un côté, ni de l’autre. À leur décharge, les conditions climatiques délicates et le terrain très gras de La route de Lorient n’ont pas aidé. Il a donc fallu attendre le retour des vestiaires pour voir enfin la partie s’enflammer, du moins un peu : ouverture du score pour les Girondins signée Henrique, de la tête sur corner, suivie quasi immédiatement de l’égalisation bretonne par Abdoulaye Doucouré, à la conclusion d’une action amorcée par Julien Féret qui trouvait Adrien Hunou dont la frappe cadrée était repoussée par Cadric Carrasso dans les pieds du jeune milieu rennais. La suite ? Quelques offensives d’un côté (transversale et tir trop croisé de Romero) et de l’autre (tête de Diabaté, frappe de N’Guemo) du terrain, jusqu’aux arrêts de jeu et cette faute incontestable du gardien du Stade, l’habituel remplaçant Cheick N’Diaye, sur Jussiê. Remplaçant au coup d’envoi, le Brésilien se faisait justice lui-même et offrait la victoire aux Bordelais, confirmant leur bonne forme actuelle. Pour Rennes, c’est une triste et précoce sortie de parcours d’une compétition terminée en tant que finaliste la saison passée.

ETG – Bastia : 2-1
Buts : Wass (63e et 67e) pour Évian, Ilan (32e) pour Bastia

Évian Thonon Gaillard peut dire merci à Daniel Wass, auteur du doublé de la qualification ce soir. Deux buts quasi identiques, inscrits à quelques minutes d’intervalle en deuxième période, alors qu’Ilan avait ouvert la marque pour Bastia à la demi-heure de jeu d’une sacoche soudaine tirée depuis l’extérieur de la surface. Le Danois a répondu de belle manière, avec deux tirs croisés, d’abord grâce à un astucieux relais de Bérigaud (qui venait d’entrer en jeu), puis tout seul comme un grand, se jouant d’une défense corse trop passive. C’est globalement mérité pour ETG, qui a eu l’occasion de mener au score très tôt dans le match, Jean-Louis Leca concédant un pénalty sur une percée de Sougou. Mais l’éternel portier remplaçant du SCB s’est bien rattrapé en stoppant la tentative de Ruben. Effort vain donc pour les Corses, toujours à la recherche d’un premier succès à l’extérieur cette saison. La soirée a en plus été marquée par la rechute de Whabi Khazri qui revenait juste de blessure et est sorti avant la mi-temps en se tenant la cuisse… Il est temps que la trêve arrive.

Troyes – Tours : 3-2
Buts : Court (7e et 23e) et Nivet (90e) pour Troyes, Bergougnoux (5e) et Adnane (45e) pour Tours

L’un des buts de la soirée – si ce n’est LE but – a été marqué dans ce duel 100 % Ligue 2. Il est l’œuvre de ce bon vieux Brian Bergougnoux, toujours capable de gestes de grande classe et qui a ouvert le score d’une magnifique feuille morte. Mais ce petit chef-d'œuvre et le but de la tête de son coéquipier Youssef Adnane n’ont pas suffi à l’équipe révélation de la Ligue 2 en cette première partie de saison (3e actuellement), Troyes se qualifiant de justesse grâce à un doublé de Yoann Court et une frappe détournée dans le temps additionnel de l’éternel Benjamin Nivet, 37 ans le 2 janvier.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

motherfucker Niveau : CFA
Note : 2
gros match de mendy, s'il pouvait continuer ça serait cool svp derrière c'est morel quoi
Bergougnoux est un joueur frisson.
Bah ouais.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Rennes est entrain de réaliser une saison tout simplement exceptionnelle.

On se demande si Philippe n'est pas aussi handicapé des yeux que Gilbert.
Note : 2
Apparemment on s'est bien fait chier du côté du stade de la route de Lorient. Et c'est pas moi qui le dit, c'est Patrick Montel, l'As des As du commentaire sportif, la rolls royce du dicosport, Le Mad Max de la chronique sur france 3, le Ken (le survivant) de la télé publique, l'incarnation même du terme "INA".
Monsieur dit Niveau : District
Merci au gardien rennais de nous avoir éviter 30 minutes supplémentaires.
oohdidiersenacleroidutacle Niveau : Loisir
Regardez pas alors bande de maso, votre vie est si triste? Les rennes-bx font partie des pires confrontations et vous le savez alors vous plaignez pas
YBD le furtif
Jme disais bien que ça ne suffisait pas à Marseille d'être à la rue en championnat, et de prendre une fanny historique en champions. Bah oui, pourquoi ne pas aussi perdre contre le psg en finale de coupe de la ligue quand ça peut se faire?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 7