En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Match amical
  2. // Naples/Bordeaux (2-0)

Bordeaux chute à Naples

Les Girondins qui se déplaçaient à Naples ce mercredi soir, dans le cadre de leur préparation estivale, n’ont fait illusion que trente minutes. Vite dépassés par leurs adversaires, ils ont subi la loi du réalisme transalpin, sans se montrer à la hauteur. Défaits (2-0) même à blanc, ils ont aussi laissé filer leur premier grand test européen. Attention…

Modififié
S.S.C. Napoli (Serie A) – Bordeaux (L1) : 2-0.
Buts : Pandev (43e) et Maggio (61e) pour le Napoli.

Sixième match de préparation pour les Girondins et, après la Real Sociedad qu’ils ont battue in extremis samedi dernier (1-0) à Irun, c’est une autre grosse affiche qui les attend ce mercredi. Car le Napoli, c’est un énorme adversaire. Un sparring partner qui reçoit dans son antre, à San Paolo, là où Maradona et Careca – entre autres – ont régalé la chique. Et là, également, où l’on est capable de faire venir plus de 60 000 personnes dans le stade, pour un vulgaire 0-0 de Série C, il y a quelques années. Bref, ça sent l’histoire. Et autant dire que ça s’annonce chaud pour la bande à J-Lo. Parce que s’inviter chez les Ciel et Blanc, c’est plus qu’un délire de riches ; c’est un test grandeur nature, avant de gouter à l’Europe. Une Ligue Europa que les copains de Marek Hamšík – remplaçant – disputeront eux-aussi, prochainement. Enfin, pour eux, c’est sûr.

Cinquièmes de la dernière édition du Calcio, les Napolitains, sans Cavani (23 buts en Serie A) parti aux J.O. avec l’Uruguay, ni Lavezzi (9 buts), au P.S.G, entament… en reculant ! Les Girondins pressent fort. Normal, leur « 4-4-2 » mode « losange » en impose. Mais non, c’est pas vrai ; c’est juste que le « 3-5-2 » aligné par Mazzarri n’a pas encore trouvé ses marques. Reprise de saison oblige. Avec une pelouse style feu de garrigue, ses joueurs se prennent les pieds dans les plis roussis. Passifs, acculés, ils concèdent corner sur corner. D’ailleurs, les 194 centimètres de Diabaté délivrent une tête piquée que De Sanctis capte sur sa ligne (2e). La maîtrise bordelaise est collective, et les mains percées du portier italien inquiètent. Ou rassurent, selon le camp dans lequel on se trouve. Mais le Napoli est très poli et laisse Bordeaux prendre ses marques. Ça tourne et ça conserve au milieu, tranquille, jusqu’à ce qu’Obraniak lance Diabaté dans la surface. Le Malien va marquer. Mais non, comme souvent, il fait le mauvais choix et frappe en force ; De Sanctis repousse de l’intérieur de la cuisse (28e). Un truc improbable, quoi.

Réaction trop tardive

Bref, si les Marine et Blanc affichent de bonnes intentions et font le jeu, il faut le reconnaître, il ne se passe pas grand-chose. Sauf un vrai (centre) tir côté italien, bien vicieux, de Maggio, mais repoussé par Carrasso d’une main (35e). Puis Fernandez, qui place une tête sur corner, au second poteau, laisse Carrasso de marbre (40e). Avertissement sans frais. Enfin, le réveil sonne en Campanie ! Et suite à une contre-attaque rondement menée, Vargas remise de l’intérieur du pied pour Pandev, embusqué aux 16,50 mètres ; reprise et but (43e). Voilà, les Girondins plient. Les autres rient, heureux de montrer leur réalisme froid. Dès la reprise, Gamberini, venu de la Fiorentina, fait son entrée sur le pré. Dzemaili, lui, s’échappe et bute sur Carrasso, sorti de sa surface (52e). Dans la continuité, Vargas récupère, s’excentre et tire au sol, croisé ; ça frôle le poteau (52e). Bon, là, c’est clair, le Napoli monte en puissance. Hamšík prend part et récupère le brassard ; le ballon aussi, puisque après un relais avec Maggio, il met sur orbite celui-ci : l’international azzurro trompe Carrasso (61e). But, en trois passes… et sur contre-attaque, encore.

Bon ben, il est loin, le temps où les Girondins maîtrisaient les débats ; Gillot décide d’inverser la donne : quatre changements et… un nouveau contre pour les locaux, mais Vargas, à ras-de-terre, trouve Carrasso (68e). Le Bordelais qui touche le plus de ballons à San Paolo… Mazzarri s’énerve et tourne aussi l’effectif ; à 2-0, il préfère gérer. Le coup de fouet de Gillot commence à faire effet puisque les Aquitains menacent de plus en plus. Saivet allume aux 20 mètres et De Sanctis détourne (79e). Trémoulinas l’imite dans la foulée (80e), mais pas mieux, c’est à côté. Bordeaux n’y arrive pas et concède sa deuxième défaite en préparation. Certes, pour l’heure, le bilan est plutôt positif, mais il lui faudra mieux faire dans les quinze jours à venir…


Bordeaux : Carrasso – Mariano (Chalmé 67e), Planus (Marange, 67e), Ciani, Trémoulinas – L. Sané, Nguemo (Sertic, 57e) – Ben Khalfallah (Saivet, 57e), Obraniak (Poundjé, 67e) – Diabaté (Bellion, 67e), Gouffran (cap).

Napoli : De Sanctis – Campagnaro (Gamberini, 46e), Fernandez, Aronica (Grava, 71e) – Maggio, Behrami (Zuniga, 82e), Gargano (cap) (Hamšík, 56e), Dzemaili (Fornito, 88e), Dossena (Vitale, 76e) – Pandev (Novothny, 71e), Vargas (Bariti, 87e).



Par Laurent Brun
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 32
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165