1. //
  2. // 4e journée
  3. // Bordeaux/Nice (1-1)

Bordeaux bute sur Nice

Le pari était osé, Francis Gillot l’a tenté. Mais après avoir résisté au PSG, tordu l’Étoile rouge, il fallait battre Nice à Chaban-Delmas, pour tutoyer de plus près la tête du classement. Grâce à un bon coaching, le technicien a bien failli réussir son coup, mais les Azuréens, qui n’ont rien lâché, ont joué aux voleurs. Et ça a marché…

Modififié
0 5
Bordeaux – O.G.C. Nice : 1-1
Buts : Saivet (86e) pour Bordeaux, M. Traoré (90+3) pour Nice.

Troisième match en huit jours pour les Girondins, et c’est reparti pour une soirée à Chaban-Delmas. Ou pour un aprem, plus exactement, puisque la rencontre a lieu à 14h00, un horaire inhabituel. Historique, même, pour Bordeaux. 24 degrés au coup d’envoi, un public local qui répond aux insultes du kop niçois, ça fait trente ans que ça dure. Bon. Les Marine et Blanc sont galvanisés par leur qualif’ en C3, mais obligés de bouffer des nouilles à 10h00 du matin, aujourd’hui. Peut-être se réservent-ils la salade niçoise pour plus tard...

Les ultras chantent, les arbitres sifflent

Un dispositif ouvert, mode losange (4-4-2), pour les Aquitains, configuration densifiée dans l’entrejeu pour la bande à Puel (4-2-3-1). On s’observe, on se jauge et on commence à se distribuer quelques coups. Ça chauffe, ça tacle, et Jérémy Pied est déjà obligé de quitter ses potes sur blessure (11e). Les Aiglons se procurent des corners, c’est toujours ça. Des coups francs, aussi. Mais les partenaires de Plašil, de retour aux affaires et capitaine, sont vigilants. Eysseric, entré en jeu, tire à ras-de-terre et oblige Carrasso à se détendre (16e). Maurice-Belay répond en force dans la foulée, mais sans succès (18e). Le déchet technique s’est invité à la fête, coté bordelais. Bilan : des mauvaises transmissions et des spectateurs qui se cachent en tribune pour éviter les bosses.

M. Kalt autorise la pause café (25e), c’est sympa. En fait non, il n’y a que de l’eau, restriction budgétaire oblige. Mais l’équipe de Ligue 1 qui propose les noms de joueurs les plus imprononçables tente de contrer rapido le bloc girondin. Bref, c’est pas beau, c’est haché, on s’ennuie ferme. Vu la débauche d’énergie jeudi, c’était à prévoir. Les ultras chantent, les arbitres sifflent et les spectateurs soupirent. Nguemo, pour son retour en tant que titulaire, joue à l’envers ; peut-être faudrait-il lui dire que les Blancs, ce sont les adversaires. M. Traoré, côté droit, expédie un tir puissant qui passe à côté (36e). Jussiê passe son temps à se faire boiser et Pejčinović voit jaune (41e). Trémoulinas se prend pour Pelé et s’essaie au lob à 50 mètres (43e). On en parle, parce que c’est rigolo. Le petit latéral gauche est de nouveau impliqué et centre pour Jussiê qui surgit au premier poteau : Delle est tout heureux de voir la reprise passer à côté (44e). Maurice-Belay allume à angle fermé, mais c’est encore hors cadre (45+3). C’est tout pour le premier acte et, finalement, ça suffit. Merci.

Trop de sauce tomate

À peine deux minutes de jouées après la pause et Eysseric tape un coup franc sur l’aile droite ; Civelli reprend de la tête à bout portant, Carrasso sort la parade de ouf (47e). Gardien le « plus surcoté » de Ligue 1 ? Ou pas. Trémoulinas, en mobylette style, s’échappe à gauche, pénètre dans la surface et centre devant le but : Jussiê reprend, touche la barre et voit le ballon retomber sur la ligne de but (51e). Pas de chance pour le Brésilien. Pas le temps de construire du jeu non plus. Cvitanich percute Carrasso en biais, et Sané, le justicier, vient lui expliquer le code de la route (63e). M. Kalt met le jaune à l’Argentin et le rouge au Bordelais. Du coup, changements d’urgence dans les deux camps. 70e, pause digestif. Sané a pris un peu d’avance pour y goûter. NMB lance l’offensive et Gouffran, plein axe, assène un tir puissant que Delle détourne (75e). Le public gronde, Gillot s’exerce au coaching, et Puel retient son souffle. Le coaching, justement, parlons-en...

Sertic distille un coup franc a priori anodin, mais Saivet, qui passe derrière la défense du Gym, profite d’un rebond pour devancer de la tête Delle… Résultat : but ! (86e). Mais cinq minutes plus tard, Digard joue long et trouve Traoré, qui lobe Carrasso pour l’égalisation (90+3). Encore une fin de match de dingues, à Bordeaux ! Mais cette fois-ci, les Girondins piétinent, et Nice ne gagne toujours pas. Finalement, il y avait probablement trop de sauce tomate dans les pâtes, ce matin.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Sané, Planus, Trémoulinas – Nguemo, Plašil (cap) (Sertic, 71e) Obraniak (Saivet, 78e), Jussiê (Henrique, 66e) – Maurice-Belay – Gouffran.

Nice : Delle – Palun, Civelli, Pejčinović, Kolodziejczak – Digart (cap), M. Traoré, Pied (Eysseric, 11e), Meriem (Bahoken, 76e), Bauthéac – Cvitanich (Bosseti, 65e).


Par Laurent Brun, à Bordeaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il n'est jamais Traoré pour bien faire.
Alors les bordelais, ça fait plaisir de tomber sur une équipe qui n'a d'ambition que la défense ?
Sané pas très joli joli Eudoxe..
Plasil Power Niveau : CFA
@Danyelou
Non mais y en a qui ont vraiment été traumatisé par le non-match du QSG face aux remplaçants bordelais la semaine dernière!
Figure toi qu'il est donc possible de jouer conre une équipe bien défensive tout en se procurant des occasions franches (comme la barre de jussié par exemple qui aurait dû faire but si ce mec n'était pas aussi nul ou génial selon son humeur) et même en marquant un but tout en jouant en infériorité numérique!
J'ai rien contre les parisiens mais j'espère pour vous que votre équipe va se remettre en question et ne pas croire que ce qui lui arrive est la faute aux méchants adversaires qui jouent défensifs parce que sinon vous allez vers une belle déconvenue.
Votre match dimanche dernier était mauvais, point barre.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5