En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Interview
  2. // Les frères Kalou
  3. // Partie 1

Bonaventure Kalou / Salomon Kalou : l'entretien d'Ivoire

D'un côté, il y a Bonaventure. De l'autre, Salomon. Sans jamais s'affronter, les deux frères Kalou ont promené leur classe et leur sens du but sur les terrains d'Europe à sept ans d'intervalle. Posés dans le canapé familial, à Abidjan, ils reviennent avec humour et tendresse sur les liens qui les unissent et sur leurs carrières croisées, passées entre Rotterdam, Londres, Paris, Lille ou encore Berlin.

Modififié
Salut les frères Kalou ! Comment ça va ?
Bonaventure : Ça va très bien, Salomon est revenu d'Allemagne pour passer les fêtes de fin d'année en famille, chez moi à Cocody.
Salomon : Tous les 31 on fait la fête à la maison autour de la piscine. C'est la tradition.

Vous êtes quel genre de frères, le genre indépendant ou qui fait tout à deux ?
B : On a une grande différence d'âge…
S : Sept ans quand même.
B : Du coup, on ne partage pas forcément les mêmes délires. Plus jeunes, on ne sortait pas souvent ensemble. Il a ses amis, j'ai les miens.
S : On fait des choses ensemble quand même (rires).
B : On discute très souvent tous les deux, mais quand on s'assoit sur le canapé et qu'on parle, c'est vraiment de sujets concernant la famille, sa carrière, son avenir. Des choses sérieuses, quoi (rires). Quand il veut délirer, il a ses amis.

On n'est pas les premiers à s'afficher, à vouloir se montrer à la télé. On essaie de se fondre dans la masse, c'est notre éducation. Bonaventure Kalou

Vous semblez assez proches, tout de même, en matière de caractère et de personnalité. Vous renvoyez une image de gens assez réservés…
B : On a vraiment des caractères similaires. Quand je reproche un truc à Salomon, ma mère me dit : « Tu fais la même chose toi aussi, tu lui en veux d'être comme ça, mais c'est ce que tu es. »
S : On tient ça de notre père, il est très calme, il prend du recul sur tout. Il est vraiment dans le « lay-back » , comme on dit.
B : Quelle que soit la situation, il ne panique presque jamais, il trouve toujours les mots justes. C'est quelqu'un qui sait agir avec beaucoup de sagesse. (il réfléchit) On est des gens assez simples, on vient d'un milieu modeste. Du coup, on n'est pas les premiers à s'afficher, à vouloir se montrer à la télé. Ici, les gens n'ont pas besoin de ça, il y a déjà trop de pauvreté. On essaie de se fondre dans la masse, c'est notre éducation. On tient ça de nos parents.
S : Quand ils sont là, on ne peut pas tout se permettre.
B : La dernière fois, Salomon avait fait une coiffure un peu bizarre, le vieux lui a dit « C'est quoi ça?! »
S : J'ai dû me recoiffer le lendemain.
B : Pour te dire…


Quand deux frères deviennent pros, c'est dû à quoi ? Les gênes, la formation, l'éducation ?
B : Je sais pas, moi (rires).
S : Le truc, c'est que notre père était passionné de foot.
B : Il nous emmenait tout le temps au stade.
S : Il commandait des maillots du FC Nantes et du PSG, il suivait vraiment l'actualité du foot européen. Lui-même voulait devenir joueur, mais à l'époque, c'était pas un métier possible en Côte d'Ivoire…
B : C'était pas une option, non.
S : Il a dû être enseignant.
B : Je pense qu'il a vécu sa passion à travers nous, en fait.


Il vous a encouragés à jouer au foot ?
B : Non, pas vraiment. Salomon a pu commencer à jouer beaucoup plus tôt que moi. Moi, j'ai dû ouvrir la voie. Mon père était très strict sur le fait qu'il fallait allier les études avec le sport. Pour lui, le plus important, c'était que je passe déjà le bac avant de me consacrer au football. Comme j'ai réussi à devenir professionnel par la suite, ça a facilité la tâche à Salomon.
S : Bonaventure a joué un grand rôle dans ma carrière, parce que pour moi, c'était un exemple à suivre. Quand tu es jeune, c'est plus facile d'avoir un repère et d'essayer de faire mieux.

Salomon est beaucoup plus adroit que moi face au but. Moi, j'étais plus dans la technique. Chacun a ses qualités. Il était plus buteur, moi plus créateur. Bonaventure Kalou

Est-ce qu'on peut dire aujourd'hui que l'élève a dépassé le maître ou pas ? C'est qui le meilleur de vous deux ?
S : (rires) Moi, je pense que ce qui nous différencie le plus, c'est que Bonaventure n'a pas fait de centre de formation, donc pour moi, il a plus de mérite. C'était un talent pur naturellement. Il avait ce don-là, il était doué.
B : J'étais plus doué, mais je trouve que Salomon a beaucoup progressé pendant sa carrière, au niveau de la protection du ballon, de la technique. Pour répondre à la question, je pense que Salomon est beaucoup plus adroit que moi face au but. Moi, j'étais plus dans la technique. Chacun a ses qualités. Il était plus buteur, moi plus créateur.
S : Voilà, on va dire ça comme ça (rires).

Vidéo

Enfants, vous avez beaucoup joué ensemble dans la rue ?
B : Non, il était trop petit, il n'y avait pas d'intérêt (rires). Mais il me suivait souvent quand j'allais jouer...
S : Je le regardais faire ses tournois Maracanã, des petits matchs de rue comme il y en a partout en Côte d'Ivoire. Mais je n'ai jamais joué avec lui, j'observais. C'est comme ça qu'on progresse (rires). Il était très habile, surtout dans les crochets ! C'est vraiment un dribble qui lui était propre, il l'a appris sur le tas.

Derrière, vous êtes tous les deux recrutés à l'ASEC Mimosas, le meilleur club du pays…
B : Oui, mais moi, contrairement à Salomon, je n'ai pas été formé là-bas. Je suis venu directement en pro depuis mon petit club d'Oumé. J'ai joué en division 1 ivoirienne plus de 35 matchs et c'est comme ça que j'ai été repéré par Feyenoord. Salomon, lui a été formé à l'ASEC. L'académie Mimosifcom venait d'ouvrir. Vu que j'étais sur place, j'ai parlé de mon frère à Jean-Marc Guillou qui gérait le centre de formation.


Quand est-ce que tu as remarqué que Salomon avait du talent ?
B : Sincèrement, je ne vais pas mentir, je ne l'avais pas vraiment vu jouer encore à l'époque. Seulement, les gens n'arrêtaient pas de me dire : « Ton frère a du talent, il faut que tu le mettes à l'académie, c'est vraiment un très bon joueur. »
S : J'étais pas mal.
B : Il est venu à l'académie et Guy Roux m'a dit… euh Guillou m'a dit, pardon (rires), qu'il était bon et qu'il le prenait. Il n'a pas eu besoin de passe-droit. Il a fait un essai et tout de suite, ça a été concluant. Moi, je suis parti assez rapidement.
S : Bonaventure a fait une seule saison là-bas. Donc quand je suis arrivé à l'académie, il était déjà en partance pour la Hollande. C'est sûr qu'arriver derrière lui, c'était difficile, les gens me comparaient toujours à mon grand frère qui jouait en Europe. Il m'a fallu travailler encore et encore pour ne pas briser la réputation familiale. C'était parfois pesant, mais c'était une motivation en vérité, parce que mon objectif, c'était toujours de faire comme mon grand frère.
B : Heureusement, Guillou l'a bien conseillé à ma place. Il a été comme un père pour lui
S : J'ai passé cinq ans à l'académie, Jean-Marc venait tous les jours voir les entraînements, pour me donner des petits conseils. Il y avait les pros qui s'entraînaient juste à côté, c'était excitant.


À l'époque, il y avait une génération de joueurs exceptionnelle à l'académie...
S : Oui. Personnellement, je partageais ma chambre avec Yaya Touré ! On était tous les deux de la deuxième promotion.
B : Il y avait aussi Kolo Touré, le grand frère de Yaya, dans la première promotion.
S : Kolo, c'est vraiment un bosseur. Chaque matin, il se réveillait tôt pour prier et s'entraîner. Mais quand je dis tôt, c'est vraiment tôt, genre cinq heures du matin ! Il faut imaginer Kolo taper à notre porte pendant la nuit pour qu'on vienne s'entraîner avec lui. Avec Yaya, les premiers jours, on n'ouvrait pas la porte, on voulait juste dormir. Mais Kolo a tellement insisté qu'à un moment, on a fini par le suivre. Il nous emmenait nous entraîner sur un petit terrain de sable. C'était fatigant. Mais petit à petit, c'est devenu une routine. Chaque matin, à la fin de sa prière, il venait nous chercher. Vu que Yaya et moi, on savait bien dribbler, il nous prenait en un contre un, chacun notre tour. Je prenais le ballon et je le fixais, puis c'était au tour de Yaya d'essayer de le passer. Kolo, lui, il en profitait pour perfectionner sa défense. Cela nous a bien fait progresser. Le travail paie, puisque Yaya a fini par jouer à Barcelone, Kolo à Arsenal et moi à Chelsea.


Que ce soit chez les Kalou ou les Touré, les grands frères ont donc joué un rôle important...
S : Mais bien sûr, c'est important, parce que le plus dangereux, c'est de stagner. Quand tu travailles moins ou pas du tout, les grands frères sont là pour te faire bosser plus.
B : Je lui ai donné beaucoup de conseils quand il était plus jeune. Comment ne pas se faire prendre le ballon quand l'adversaire est derrière, le jeu dos au but, etc. Je lui ai appris beaucoup de choses.
S : Quand je fais un mauvais match, il est le premier à le dire.
B : On a toujours été très objectifs l'un envers l'autre. Quand il n'est pas bon, je lui dis, je vais pas lui mentir. C'est ça aussi, être un grand frère.

Quand je fais un mauvais match, Bonaventure est le premier à me le dire.Salomon Kalou

Est-ce qu'il y a une rivalité avec les frères Touré pour être la famille numéro un du football ivoirien ?
S : Ah non, pas de rivalités du tout (rires). Déjà, on ne joue pas aux mêmes postes : Kolo est défenseur, Yaya milieu, Bona est numéro 10 et moi devant ou sur un côté, donc on ne peut pas se comparer.

La différence entre vos deux fratries, c'est que les Touré ont eu la chance de pouvoir jouer ensemble en sélection…
S : C'est vrai, on n'a jamais joué ensemble ou même l'un contre l'autre.
B : Chaque fois que lui, il arrivait, moi, je partais.
S : On s'est quand même entraînés une fois ensemble au Feyenoord. Quand j'étais avec les jeunes, j'ai été invité à m'entraîner avec les pros, chaque semaine deux joueurs de la réserve venaient compléter l'effectif.


C'était fait exprès que tu partes à chaque fois, Bonaventure ?
B : Non, c'était écrit quelque part qu'on ne devait pas jouer ensemble.

C'est un regret ?
B : Un peu oui, mais bon c'est comme ça.
S : Avec le recul, on aurait pu jouer la Coupe du monde 2006 ensemble. Quand les Pays-Bas et la Côte d'Ivoire étaient tombés dans la même poule.


Effectivement, vous auriez pu faire comme les frères Boateng, jouer chacun pour une sélection différente. Bonaventure a la double nationalité, mais il a très tôt choisi la sélection ivoirienne. Salomon, lui, a failli porter le maillot des Oranje, mais sa naturalisation a échoué juste avant le Mondial…
B : J'avais déjà joué en sélection ivoirienne quand j'ai obtenu le passeport néerlandais, donc la question ne s'est jamais posée. Après, c'est vrai que tous les deux, on a un rapport très spécial avec la Hollande. Pour moi, c'est un peu ma deuxième maison. Mon premier fils y est né. J'y ai passé les cinq plus belles années de ma carrière.
S : Moi, je suis arrivé très jeune, je n'avais pas encore de sélection avec les Éléphants. Mon coach Ruud Gullit savait que j'étais encore libre et il en a parlé à Marco van Basten. J'ai accepté de manière naturelle, pour moi c'était normal de jouer pour les Pays-Bas, car c'est là-bas que j'ai commencé à jouer professionnel, ce sont eux qui m'ont donné ma chance. C'était une envie authentique. Malheureusement, je n'étais pas qualifié pour avoir le passeport. C'était compliqué, en gros il fallait habiter là-bas depuis 4 ans, et moi, je n'étais là que depuis 2 ans. Van Basten et la Fédération ont alors engagé une procédure de naturalisation avant le Mondial. Il y avait une dérogation spéciale pour les talents qui pouvaient rendre service au pays, mais elle m'a été refusée. À l'époque, la ministre de l'Intérieur s'y est directement opposée. Sa politique à elle, c'était la lutte contre l'immigration.
B : Elle a vu cette histoire comme l'opportunité de se faire de la pub.
S : En 2006, j'ai donc reçu deux convocations, celle de la sélection ivoirienne et celle des Pays-bas. Mais je n'ai pas pu venir non plus jouer pour la Côte d’Ivoire, puisque la procédure avec les Pays-Bas était déjà engagée. C'est dommage.
B : On va dire qu'à toute chose malheur est bon, puisque ça t'a permis de jouer par la suite pour ton pays, et de gagner une CAN.



Par Christophe Gleizes et Barthélémy Gaillard, à Abidjan
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1
Hier à 16:32 Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 7 Hier à 16:06 Qui es-tu, UEFA League Nations ? 19 Hier à 15:21 Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 32 Hier à 14:20 Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 Hier à 13:51 Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 10
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 12:01 Rafael Márquez reprend l'entraînement 5 Hier à 11:36 Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24
lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 20 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 17 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 30 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92 mercredi 30 août Pronostic France Pays-Bas : 580€ à gagner sur le match des Bleus ! 5 mercredi 30 août Xavi gagne à la loterie de sa banque 41 mercredi 30 août Bagarre enragée entre barras bravas au Costa Rica 27 mardi 29 août Abdennour débarque à l'OM 92 mardi 29 août Des enfants malades dessinent des crampons à Philadelphie 15 mardi 29 août Matt Pokora buteur en Coupe de France 34
À lire ensuite
Mandanda qualifie l'OM