Bojan, un Catalan à Milan

Un an seulement après être arrivé à Rome, Bojan quitte la capitale et se rend à Milan, rive rossonera. Le petit Espagnol s’est engagé avec le Milan AC. De quoi laisser perplexe.

Modififié
34 23
Hier, M’Baye Niang. Aujourd’hui, Bojan. La défaite contre la Sampdoria, lors de la première journée de championnat, a visiblement réveillé Adriano Galliani. Mais c’est un drôle de réveil. Alors que le Milan AC souhaitait boucler son mercato avec les arrivées de Kaká et de Bentdner, voilà que le club de via Turati se retrouve avec un gamin de 17 ans et un attaquant qui était remplaçant derrière Osvaldo et Borini la saison dernière. Oui, car Bojan, arrivé à Rome la saison dernière en provenance du Barça, n’a jamais vraiment su s’imposer à la Roma. Auteur de quelques bons matches avec le maillot giallorosso, il n’inscrit finalement que 7 buts en championnat, ce qui reste néanmoins cohérent par rapport à ses saisons précédentes à Barcelone. Mais à Rome, où il pensait devenir un titulaire, il a rapidement été éclipsé par Osvaldo, arrivé de l’Espanyol, et par le jeune Fabio Borini. Sans parler, évidemment, de Totti. Le départ de Luis Enrique, à la fin de la saison, aurait pu marqué la fin de la collaboration entre l’ancien Blaugrana et le club romain. Mais Bojan en est convaincu : il veut faire partie du projet romain de Zeman. Il participe aux matches amicaux, mais ne dispute pas la moindre minute de jeu contre Catane, pour l’ouverture de la Serie A. Pas de bol pour lui : Osvaldo plante un but somptueux, et c’est un tout jeune attaquant, Nico López, qui permet à la Roma d’arracher le nul. Comme pour lui signifier que le secteur offensif est déjà complet.

Une clause de 28 millions d’euros

Du coup, lorsque retentissent les sirènes milanaises, à la recherche d’un attaquant pour palier les départs de Zlatan, Cassano et Inzaghi, ainsi que les blessures de Pato et de Robinho, Bojan se montre tout de suite disponible. Ni une, ni deux, il saute dans le premier avion en direction de Milan, et, alors que rien n’est encore signé, il remercie déjà les supporters de la Louve. « Je me sens prêt et je n’ai peur de rien. Pour moi, venir à Milan est un vrai cadeau. Même si les tifosi de la Roma resteront toujours dans mon cœur » , assure-t-il lors de son arrivée au siège du Milan AC, via Turati. La visite médicale a quant à elle eu lieu ce matin, et le contrat a été signé dans la foulée. Vu l’actuelle pénurie d’attaquants milanais, il est fort probable que Massimiliano Allegri, le coach milanais, soit contraint d’aligner sa nouvelle recrue dès le match de dimanche, sur la pelouse de Bologne, aux côtés du seul survivant, El Shaarawy.

Du côté de la Roma, certains tifosi sont sceptiques quant à ce transfert. De fait, ils ont l’impression que les dirigeants giallorossi font un cadeau au Milan AC, renforçant ainsi un adversaire direct. En réalité, le calcul de Walter Sabatini n’est pas si bête que ça… En effet, lorsque Bojan s’est engagé en faveur de la Roma, le Barça avait inséré une clause dans le contrat. Au bout de deux ans, le club romain aurait dû verser 28 millions d’euros au club catalan pour conserver le joueur. Sinon, il serait rentré en Catalogne. Plutôt que de conserver le joueur et de se retrouver face à une telle situation l’été prochain, la Roma a préféré prendre les devants, en l’envoyant jouer à Milan, et en se concentrant sur la maturation d’autres jeunes qui ne coûtent pas un rond, comme le déjà cité Nico López. Qui a de très grandes dents, certes, mais également une très grande marge de progression.

Trop fatigué pour la Roja

Alors, Milan fait-il une bonne opération en faisant signer Bojan ? La question est légitime. Si c’est un avant-centre que Galliani cherchait, il n’a pas forcément fait le choix le plus judicieux. Véritable hype barcelonaise entre 2006 et 2008, lorsqu’il était âgé d’à peine 16 ans, le joueur d’origine serbe semble promis à une très grosse carrière sous le maillot de son club formateur. Il débute aux côtés de Ronaldinho, Messi, Eto’o, Xavi et toute la smala. Mais très vite, dès les saisons suivantes, il est éclipsé par le génie de Messi, qui serait d’ailleurs, selon la rumeur, son cousin très éloigné. Alors que l’Argentin explose les stats, Bojan doit se contenter de bouts de matches et de séjours à l’infirmerie. En 2008, il se tire lui-même une balle dans le pied. Le sélectionneur espagnol, Luis Aragones, le convoque en vue de l’Euro 2008. Bojan a alors 18 ans. Mais au mois de mai, le joueur décide de quitter le groupe des 23, prétextant qu’il était « trop fatigué » . Derrière, la Roja remporte l’Euro, mais Bojan ne fait pas partie de l’aventure.

La suite de son aventure barcelonaise est de plus en plus compliquée. Même lorsque le Barça règne sur la Liga et sur l’Europe, lui n’est qu’un remplaçant, à peine de luxe. Finalement, l’été dernier, après 163 matches sous le maillot catalan (pour 41 buts), il décide de partir en Italie rejoindre Luis Enrique. Mais là aussi, l’expérience va s’avérer difficile. Il a du mal à s’imposer au sein de l’équipe, brille par intermittence, et souffre souvent face aux défenses italiennes. Ses coups d’éclat ? Un but décisif sur la pelouse de Novara et un exploit splendide contre l’Inter, de loin son plus beau but en Italie. Avec cela contrastent une expulsion incroyable contre la Fiorentina (une main à la Luis Suárez sur sa ligne alors que son équipe perdait déjà 2-0…) et quelques ratés improbables. Bref. Milan ne vient pas d’acheter un buteur implacable. Mais ce qui est sûr, c’est que Bojan a en lui du talent, comme il l’avait prouvé lors de ses débuts à Barcelone. Problème : cela commence à faire longtemps que l’on attend son explosion. Alors, Milan, enfin la bonne ?

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

saucissonbière Niveau : CFA2
Je sais bien que les stats ne font pas tout en football, mais tout de même 41 buts en 163 matches, pour un joueur de son âge, c'était pas si mal non? (ceci n'est pas une question rhétorique)
D'acheter? C'est un prêt les mecs hein.
En tout cas il a une sacré tête de Bogdanov.
nononoway Niveau : CFA
On est dur avec lui mais quand même, repenser à son refus de sélection pour l'Euro 2008, c'est drôle.
Je l'ai plus souvent vu se faire exploser par les défenses italiennes qu'autre chose.
Pour moi c'est plus un profil pour jouer en Espagne.

La vraie connerie² de la Roma c'est d'avoir vendu Borini.
yanusdechien Niveau : DHR
Le parfait exemple que n'importe quel joueur formé au Barça n'aura pas le même rendement/talent ailleurs.
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
EM, pas de balle au pied en 2008: Bojan a craqué mentalement. Il a subit les egos des cadors du vestiaire (notamment et essentiellement Eto’o) : le célèbre « entorn » balugrana et la presse (en connivence avec le club) s’occupaient de vanter haut et fort chaque jour la (bella) dolce far niente de certains cadres et autres complices : Ronnie, Deco, Motta, Eto’o, Guddy, Márquez… et même Messi. À ceci, évidemment, il fallait y ajouter les intérêts de pouvoir des laportistes et rosellistes (la fin de saison a bien déclenché ce que tout le monde connait). Bojan représentait donc, aux yeux du public culé, une bouffée de fraîcheur et le symbole, dans un certain sens, du renouveau clamé par le soci après deux ans qu’il statuait de véritable anarque sportive vis-à-vis du club. Seul hic : lorsque les rares « succès » du Barça (il faut bien rappeler qu’ils sont quand même parvenus à se hisser en demies de Champions contre le ManU) survenaient, les Unes des médias catalans ne retentissaient qu’un seul nom à vraiment valoriser : Bojan. Et ouais, Mr. Furax Eto’o pête les plombs (comme d’hab quoi) et s’en prend à Lo Petit. Mis à part les chambrées à répétition, le gamin avait de plus en plus « peur d’aller le lendemain à l’école ». Dans une certaine façon, ça a été un peu le problème par la suite du Nen de Llinyola : surprotégé par sa mère, il n’a vraiment jamais eu un mental adéquat. Tout s’est accéléré pour lui et, au lieu d’agir et prendre les choses en main, il a préféré jeter la faute aux autres de sa non-réussite (justifié dans ses premiers pas, exagéré dans la plupart des épisodes d’acte manqué –qui plus est, l’exemple de la Roma n’est un parfait exemple à l’égard de l’arrivée de Zeman-).
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Désolé en ce qui concerne les apostrophes les gars. Vraiment du n'importe quoi mon clavier.
Note : 1
Dire que ce joueur a mit + de 400 buts en équipe de jeunes à la Masia...
Pépèrearnaud a bien résumé le parcours de Bojan, ça fait plaisir de lire quelqu'un qui connaît son sujet en détail. J'ajouterais seulement qu'il n'a jamais réussi à s'imposer en tant que joueur clé dans le système de Guardiola, comme a pu le faire Pedro par exemple. La faute à des performances irrégulières et un mental assez fébrile, particulièrement lors de sa dernière saison à Barcelone où son manque de confiance et de sérénité était palpable chaque fois que le coach lui donnait sa chance. Il a certes brillé lors de la fin de saison 2009-2010 quand Zlatan a été mis en quarantaine, contribuant activement au succès du Barça en Liga, mais il faut bien reconnaître que sa sortie du club catalan un an plus tard n'a surpris personne tant sa réputation de buteur était atteinte. Bojan a d'ailleurs montré son immaturité en se plaignant publiquement du traitement reçu par Guardiola, de l'orgueil mal placé vu le palmarès de l'entraineur et preuve que le problème n'est pas seulement footballistique.
toto; en équipes de jeunes, c'est le strict talent individuel qui est mis en exergue et bojan n'a jamais manqué ni de vitesse, ni de technique; mais chez les "grands" d'autres facteurs sont déterminants : un physique adéquat, un mental d'acier et une intelligence tactique permettant au joueur de varier son jeu et sa position selon le besoin, et c'est dans ces trois derniers domaines que bojan a montré de sérieuses lacunes ces derniers temps!
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Franchement ce joueur n'a pas de mental, je ne le vois pas réussir du tout au Milan AC.
filoubifrance Niveau : CFA2
Je pense surtout que partir à la Roma même avec Luis Enrique comme coach était trop risqué et pas judicieux. Il aurait, à mon avis, dû rester au Barça, même en tant que remplaçant, ou bien se faire prêter dans un club "moyen" de la Liga style Betis ou Getafe où il aurait pu s'aguérir. Mais partir en Italie, dans un championnat qui correspond pas tellement à ses caractéristiques, dans un club en pleine reconstruction, c'était, pour moi, une grosse connerie*.
Des choses ont déjà été dites, mais effectivement Bojan a un souci majeur: son mental. Il a tout de suite été présenté comme une future star, et ses performances en jeunes étaient exceptionnelles, au point que la Roja s'est empressée de lui offrir une sélection pour qu'il n'aille pas avec la Serbie, son pays d'origine. Pour l'Euro 2008, si je me souviens bien, ce n'est pas la fatigue qui a été prétextée, mais c'est son père qui s'est opposé à ce qu'il soit sélectionné, à cause de ses crises d'angoisse, dans le contexte qu'explicite bien pépèrearnaud. Par la suite, il a été très bon en 2009-2010, et a marqué beaucoup de buts décisifs qui ont compté dans l'obtention de la Liga, au point de mettre Ibra sur le banc. Il a convaincu Guardiola au point de récupérer le numéro "9" la saison suivante, mais là encore les attentes ont été trop grandes pour lui, et il a eu des crises de confiance terribles, pas arrangées par les critiques.
A Rome, il avait l'occasion de récupérer cette confiance, et ça n'a pas été un échec, ni une réussite. Il joue quand même 37 matchs, marque 7 buts, ce qui n'est pas si mal pour une première saison dans un autre championnat. Il est vraiment intéressant par sa polyvalence et sa technique, et lorsqu'il est en confiance, il a aussi un sens du but exceptionnel. Mais le problème c'est qu'il faut qu'il sente une confiance absolue. Le moindre échec le fait douter, mais j'espère qu'avec l'expérience cela se dissipera. Et qu'il reviendra à la maison, au Barça, pour s'y imposer enfin!
nononoway Niveau : CFA
"son pays d'origine", mouais, il est aussi serbe que KPB est ghanéen, non ?
Depuis le temps que je disais que ce Bojan était sur-côté, on m'écoutait pas. Ce joueur a des qualités, mais à l'image d'un Podolski par exemple, n'a pas UNE grosse qualité pour faire des différences : il n'est ni rapide, ni technique, ni puissant, ni athlétique, ni bon joueur de tête, ni finisseur extraordinaire, ni opportuniste, encore moins costaud mentalement. Toutes ces caractéristiques, il ne les a que moyennement. Par exemple, Pedro a eu la vitesse, le dribble et l'abnégation pour s'imposer, Busquets la qualité de passe, la vista et le placement. Bojan n'a jamais rien eu pour le faire sortir du lot.
Donc ok, le garçon a mis je crois 799 buts en 7 ans chez les jeunes du Barça, de la à dire qu'il était 'meilleur que Messi', comme disait certains 'spécialistes' quand il avait 17 ans, c'est non.
Et puis oui, mentalement, j'ai jamais vu une telle faiblesse à ce niveau : dans son 'histoire' avec la sélection, il me semble que le sélectionneur l'avait appelé (pour un match amical ou de qualif', je ne sais plus), mais Bojan ne se sentait pas prêt à franchir le pas, il en vomissait de trac, son père a finalement décidé qu'il n'irait pas.
Je finirai en disant que oui, partir en Italie a été du suicide pour lui, un championnat dans lequel plus que jamais il faut une qualité exceptionnelle pour s'en sortir face aux défenses bétons qu'il y a.
Bon, malgré tout, rappelons qu'il est né en 1990, espérons qu'il confirme enfin : et ce n'est pas la place qu'il manquera en attaque cette saison au Milan AC.
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Voilà, Zhirkov et Europa, le tout est dit et tout à fait d'accord (en fait, je n'ai pas l'habitude de plussoyer mais, carrément, là je pense que... bon, au moins j'en ai mis de ma poche pour éviter le négatif). Quoiqu'en fait... peu importe, :).
@nononoway: effectivement, la comparaison est bonne. Boateng est né à Berlin, de père ghanéen et de mère allemande, et Bojan Krkic est né en Catalogne de père serbe et de mère catalane. Il a donc la double nationalité, et aurait très bien pu choisir de jouer avec la Serbie, même s'il a été champion d'Europe des - de 17 ans avec l'Espagne. Il joue d'ailleurs aussi en sélection de Catalogne au passage!
Hilda de Polaris Niveau : CFA2
C'est dur de trouve un bon attaquant pour la Roma.
Bojan quand il a signé, c'était sur qu'il allait se gameler à la Roma, il n'a pas la caisse pour réussir dans le championnat d'italie.
En tout cas il n'avait pas le jeu adapté pour jouer à la Roma ni le physique.

maintenant le Milan AC qui récupère Bojan et Niang le joueur de caen, j'ai l'impression qu'il n'y a plus de pognon dans les caisses de la squadra rossonera :D
Un solo grido un solo allarme !
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
@momo

"Il a convaincu Guardiola au point de récupérer le numéro "9" la saison suivante,[...]"

Euh... tu veux dire la saison suivante où Villa est acheté par le Barça... pour joueur excentré à gauche? En effet, la saison suivante pendant laquelle Bojan poursuit sa quête pour devenir non pas important mais juste utile sur une durée raisonnable en équipe première. S'il ya a eu un jeune à qui on a vraiment octroyé tout le temps, la patience et les cajolements possibles, c'st bien Bojan. Mais à un moment, l'évidence pèse de trop: c'est bien beau songer à avoir un 9 de La Masia empilant et claquant les buts... Depuis Sergio García, le rêve du 9 sorti de La Masia s'était évaporé (c'est bien le mec du Bon Pastor le meilleur buteur jeunes du Barça, pas Bojan) jusqu'à l'arrivée de Bojan. Tu sais, on en a connu des jeunots de 17 ans qui semblaient promis aus plus belles heures de foot: Babangida, Nano, Mario, Jofre, etc. Ils apparaissent, se montrent époustouflants et... hop là! Disparus dans le néant absolu. C'est bien un phénomène récurrent et récursif, et non exclusif à La Masia par ailleurs. Mais, bon, La Masia demeure La Masia et les attentes sont toujours très hautes pour un jeune... Raison pour laquelle à un bon moment on a fini de les surexposer à un tel âge. Mais, ça Bojan n'en a pas voulu. Ou il n'en avait pas besoin: trop pressé, pas assez posé et avec un entourage peu lucide (malgré que son père il s'y connaissait bien en tant que recruteur-membre de la cellule de scouters du club). En formation, mis à part les philosophies, les méthodologies, etc. il y a un dogme indéniable et à ne pas mépriser: le temps. On ne bouscule pas les étapes. Et s'il faut même s'attarder, on s'attarde. Il s'est installé à quel âge Thiago en équipe première? Et Pedro? Et Busquets? Qu'est-ce qui lui est arrivé à Gio dos Santos? Quand tu râtes des centaines d'heures d'exercices et d'entraînements, c'est fichu. C'est beau croire à un wonderkid. Mais ils sont rares, tu sais. Très rares. Si seulement on tenait à ne pas oubllier que des dix projets de joueurs magnifiques voués à intégrer l'equipe A seuls deux ou trois, maxima, y parviennent on arrêterait d'en faire des futurs cracks dès qu'on les vois jouer avec les grands.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
34 23