Argentine - Boca Juniors

Par Florent Torchut, à Buenos Aires

Boca Juniors, en pleine résurrection

Avec une finale de Copa Libertadores qui lui tend les bras, une place de leader en championnat et une qualification pour les demi-finales de la Coupe d’Argentine à jouer ce mercredi, Boca Juniors signe, doucement mais sûrement, un retour fracassant.

Note
5 votes
5 votes pour une note moyenne de 4.8/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

La Bombonera (Boca Juniors)
La Bombonera (Boca Juniors)
Pendant que du côté de River, on pédale dans la semoule, ça prend son pied du côté de Boca. Les champions d’Argentine en titre accumulent les bonnes nouvelles. Ils sont leaders de Primera à trois journées de la fin avec trois points d’avance sur leurs dauphins, Tigre et Arsenal, après une nouvelle goleada (3-0) face à Godoy Cruz. Grâce à une prestation de haut vol de Juan Román Riquelme, auteur - en marchant - de l’ensemble des passes décisives de la rencontre, les Xeneizes se frottent les mains en attendant leur demi-finale du jour face à Rosario Central (Coupe d’Argentine) et avant de se projeter sur une nouvelle conquête du continent. Après avoir éliminé Fluminense, à l’issue de deux manches épiques (1-0 à la Bombonera, 1-1 au retour), les coéquipiers de “Román” se présentent comme les favoris de leur demi-finales de Copa Libertadores contre Universidad de Chile. Avant de retrouver le Santos de Neymar (qui affronte les Corinthians) en finale ?

Neymar, le dernier rempart

L’homme à la crête s’imagine d’ores et déjà en briseur de rêve. Déjà vainqueur du trophée face aux Uruguayens de Peñarol l’an dernier, le prodige brésilien y voit comme un signe. « Peut-être que vous allez penser que je suis fou... Mais avec tout le respect pour les adversaires (de Boca et de Santos), je crois que l’Histoire se répète », le club de Pelé ayant décroché le titre suprême du continent en 1962 face aux Uruguayens, avant de s’imposer face au plus titré des clubs argentins l’année suivante. Face à un retour si fracassant, il y a aussi toujours ceux qui reprochent à l’équipe du Sud de Buenos Aires de ne pas pratiquer un jeu léché. Mais voilà, Boca a su passer maître dans l’art du catenaccio et des coups de grâce.

Bientôt seul sur le toit du monde ?

Même Matias Almeyda, légende de l’ennemi juré River Plate - dont il commande actuellement le destin en deuxième division - s’incline devant le come-back des Xeneizes. « Cela donne envie de les imiter. Espérons que nous puissions le faire. » Même Riquelme a eu droit à son éloge. « Cela fait un moment que Riquelme est le meilleur joueur du football argentin », balance l’actuel coach millonario. Il reste dix matches à Boca Juniors pour rafler la mise et devenir, grâce à la Libertadores, le club le plus titré au monde, avec dix-neuf coupes internationales dans sa vitrine, une petite unité devant le Milan AC.

La dernière démonstration des coéquipiers de Riquelme :

Par Florent Torchut, à Buenos Aires


 





Votre compte sur SOFOOT.com

6 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par saviola07 le 30/05/2012 à 14:37
      Note : 3  /

    Prends ça le club du siècle

  • Message posté par rémiporteno le 30/05/2012 à 14:49
      Note : 1 

    Il me semble que Boca compte un titre de moins que le Milan depuis 2007 non ? Ce qui avec une victoire en libertadores les remettait à égalité ?

  • Scotch_OMsoccer a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • Message posté par ajde59 le 30/05/2012 à 18:04
      Note : 3  /

    Riquelme, un joueur fantastique qui grace à sa vision du jeu et à sa qualité de passe peut jouer en marchant ! joueur fabuleux qui aurait du être un élément majeur et le meneur de jeu de la selection argentine de ces 10 dernières années. Dommage mais du côté de Boca il entre de plus en plus dans l'histoire de ce club légendaire

  • Message posté par El Xeneize le 30/05/2012 à 18:29
      Note : - 1 

    Sympa ton article Florent ! merci

    Esperons ... mais ne nous enflammons pas !
    contre Flu au retour ca etait très difficile , et la U a gagner la dernière Sudamericana et a etait demi finaliste en 2010 de la Libertadores !
    Autant dire que la dynamique est la et que les Chiliens sont pas evident a maitriser et meme sans Vargas partit au Napoli .

    Concernant le championat etre bi-campeon peut etre envisageable , et pour la coupe ca dependera des jeunes de l'équipe II car Central est actuellement premier en B et va sans doute remonter en Primera .

  • Message posté par Netzer le 30/05/2012 à 19:53
      Note : 1 

    Franchement respect pour cette institution du football, j’espère qu'ils remporteront la libertores cette année et qu'ils vengeront los carboneros, malheureusement bien mal en point cette année.


6 réactions :
Poster un commentaire