1. // Copa Libertadores

La finale attendue entre Santos et Boca n'aura pas lieu. Le champion en titre s'est fait refroidir par ses voisins de Corinthians. Les Xeneizes seront, eux, bien au rendez-vous, après avoir éliminé, jeudi soir, la U de Chile, sensation sud-américaine de la dernière année.

Modififié
2 13
Neymar n'imitera pas Pelé. Son Santos ne remportera pas deux fois de rang la Copa Libertadores. Pour la cinquième année consécutive, une équipe brésilienne disputera bien la finale de la Coupe qui met en émoi toute l'Amérique latine, mais il s'agira de Corinthians, pas du Peixe. Moins brillants individuellement mais bien plus compacts collectivement, Liedson et consorts ont réduit à l'impuissance la bande à Neymar. À l'aller, un golazo d'Emerson, l'attaquant brésilien qui a fait fortune au Japon et au Qatar, tout en passant furtivement par Rennes, avait mis en ballotage favorable le Timão. Au retour, malgré un historique dérisoire en Libertadores, Corinthians a rondement mené son affaire.

Sans Emerson, suspendu suite à son expulsion de l'aller, le champion du Brésil en titre a répondu sans affolement à l'ouverture du score de Neymar (39e). Dès la 48 minute, Danilo profitait d'un immense raté de la défense centrale santiste pour égaliser. Déjà vainqueur du Vasco de Gama en quarts, Corinthians a montré pourquoi il a été sacré champion du Brésil, en dominant à nouveau de chers compatriotes. De ce match retour assez soporifique disputé mercredi soir, on retiendra surtout la folle initiative de l'arbitre de touche, entré subitement sur la pelouse pour tracer à l'aide sa bombe un cercle visant à faire reculer les défenseurs de Corinthians à distance réglementaire et les empêcher de gagner du temps. Pour la première fois de son histoire, Corinthians atteint la finale de la Libertadores. Le Timão rencontrera Boca, un club qui appartient à la légende de l'épreuve.

Youtube

La U n'a pas démérité

La U de Chile a joué son va-tout. Poussés par un Estadio Nacional blindé, les Universitaires, battus à la Bombonera (2-0), sont partis à l'abordage dès la première minute. Un bloc placé très haut et une générosité dans l'effort inouïe, mais bien trop d'imprécisions pour mettre en défaut une défense xeneize en acier blindé. Si la U croyait si fort en la possibilité d'un exploit, c'est qu'elle en avait déjà réalisé un de même nature en huitièmes de finale. Battue 4-1 par le Deportivo Quito, elle l'avait emporté 6-0 au retour. Si la U y croyait, c'est aussi qu'elle accumule les résultats d'excellence depuis un an, au point d'être considérée par beaucoup comme la meilleure équipe d'Amérique du Sud. Les hommes de Jorge Sampaoli avaient d'ailleurs triomphé au plan continental la saison dernière en s'adjugeant la Copa Sudamericana, la petite sœur de la Libertadores.

Mais en face de la U, il y avait Boca, monument sud-américain, qui tenait à participer à sa dixième
finale de Copa Libertadores. Le match aurait pu être plié au terme de la première période. Une reprise de volée de Riquelme tapait la barre dès la neuvième minute, mais surtout, les Argentins sabordaient un nombre insensé de situations de contre idéales. En deuxième période, la U, malgré une folle débauche d'énergie lors du premier acte, n'avait pas perdu sa générosité et retrouvé un peu de clairvoyance. Les montants d'Agustín Orión et deux parades d'élite du portier de Boca allaient toutefois l'empêcher d'amorcer sa remontée. Au terme d'un excellent 0-0, les Xeneizes vont disputer leur sixième finale de Libertadores du XXIe siècle. La dernière remontait à 2007. Riquelme était déjà là. Neymar, lui, n'y sera pas.

U de Chile – Boca (0-0)
Youtube


Par Thomas Goubin
Modifié

Godfather Niveau : CFA
Note : -1
Y Dale dale dale Boca y dale dale dale boca y dale dale dale booooooo Dale Boca, y dale dale dale Boca y dale dale dale boca y dale dale dale Booooooooo
Note : 1
vian looool, j'ai galéré à retrouver le chant que t'as essayé de chanté. Bon, j'te fais l'honneur de te donner les VRAIS paroles parce que là, tu sabotes nos magnifiques chants :
Boca Juniooooors hooooy te veniiiiimos a ver
Pongaaaaa hueeeeeevo hooy no podes perdeeeeeeeer
Te llevaaaaamos dentro del corazon
Y la 12 quiere que salgas campeoooooon !!!
En plus c'est un chant qui est rarement utilisé par la Doce.

Bref, superbe match de notre part dans la gestion du match et dans le courage qu'on a pu mettre. Une première période où l'on peut ( doit ? ) mettre un bit si ce n'est 2. Un match énorme de Roman ( j'en ai des frissons rien que d'en évoquer ) qui touche du bois, qui délivre 2 passes énormes pour Pablo ( qui fait un match de mer*de ). Un Erviti énorme, toujours présent dans les grands matchs, une défense héroïque. Clemente, Ledesma, Roman. Ils étaient présent déjà en 2007. Schiavi qui lui était présent côté Gremio. A priori, elle doit être à nous. Mais le Timao ne me rassure pas du tout, c'est une équipe très tactique, bien regroupé derrière qui joue et se porte très rapidement en contre.

Bref, comme dit un de nos chants célèbres :
Vamos BOCA vamos, ustedes ponga huevos que ganamos
VAMOS TRAAAAER LA COPAAA A LA ARGENTINAAAAAAAA
LA COPA QUE PERDIEROOOON LAS GALLINAAAS LAS GALLINAS !!!!!!
Elle est à nous celle là. DALE BOOOOOOO
Note : 1
Sinon, pour en revenir au match, pour ne parler que celui de UChi-Boca, c'était un match vraiment plaisant entre la meilleure équipe des années 2000 à la meilleure équipe 2011. La U a vraiment un jeu impressionnant en terme d'ébauche d'énergie, de précision technique, de football offensif. Ils ont un entraîneur qui fera beaucoup parler de lui, en la personne de Jorge Sampaoli. Il a été élevé footballistiquement parlant dans la même école que Marcelo Bielsa et il a les mêmes principes et les mêmes fondements. Vraiment, cet entraîneur fait du très grand boulot quand on voit ce qu'il a fait de la U en 1 an et demi. Et si Bielsa est un très grand entraîneur, Sampaoli en est un à devenir. Le match de Recopa Sudamericana ( la supercoupe d'am sud ) va être plaisant si y'a Boca-UChi encore.
Godfather Niveau : CFA
Salut Roman, je suis supporter du PSG mais un gros sympathisant de Boca. Je suit très souvent les matchs depuis des années. Cette saison j'ai regardé bcp de matchs de Boca et en cette fin de saison je trouve que l'équipe est vraiment de moins en moins bonne. Je trouve l'équipe contrairement au tournoi d'ouverture de plus en plus étirée avec Riquelme tentant tant bien que mal de faire le lien attaque défense. Dimanche dernier, certes yavé bcp d'absents mais Arsenal vous a donné une véritable leçon de football collectif dans la Bombonera. J'ai vu des matchs hallucinants indignes du grand Boca avec ce 5-4 contre Independiente, certains matchs nuls concédés en fin de mach (2-2)qui sont pas normaux. Vraiment ya quelques bons joueurs mais la défense centrale est extrêmement faible avec un Schiavi à 50 ans ou presque. Riquelme restera toujours Roman, c'est sûr que sans lui cette équipe vaut le milieu de tableau. Santiago Silva pas mal, dommage qu'il ait pas joué contre arsenal, Pablo mouche intéressant mas qu'est ce qu'il rate comme occaz !

J'ai vu un très jeune arrière gauche vraiment très bon. Et sinon pour la finale Libertadores, je sais pas où se jouera le retour mais en toute objectivité Corinthians est vraiment plus fort que Boca. Pas des la technicité mais dans l'organisation en bloc équipe. C'est une équipe qui ressemble beaucoup à une équipe européenne tout le monde attaque et tout le monde défend. Ce sera très difficile pour Boca d'être titré. En tout cas j'attend avec impatience la finale la semaine prochaine !!!
Dale Boca.
2 13