1. //
  2. //
  3. // J28
  4. // Viking/Stabaek
  5. // Interview

Bob Bradley : « Rencontrer Aboutrika est un des plus grands moments de ma vie »

Bob Bradley, l'ancien sélectionneur des USA et dernièrement de l'Égypte, sévit désormais en Norvège, à Stabaek, l'actuel dauphin de Rosenborg. De la place Tahrir au Nadderud Station en passant par son fils, Bob se met à table.

Modififié
Comment avez-vous atterri à Stabaek ?
Dès la fin de mon quinquennat à la tête de la sélection américaine, je voulais entraîner un club. Le travail de tous les jours, c'est ce que je préfère. Mais à l'époque, mon licenciement arrivait à une période où les clubs ne recrutaient pas. J'ai alors rebondi en Égypte. Quand cette expérience s'est terminée, je voulais rejoindre l'Europe. Stabaek était intéressé, je n'ai pas laissé passer l'occasion.

Pouvez-vous nous parler de ce club ? Pourquoi ce choix ?
Quand ils ont commencé à s'intéresser à moi, j'ai demandé l'avis de mes amis en Europe. Tous m'ont dit que c'était un club trop petit, que le challenge n'en valait pas la peine. Stabaek venait juste d'être promu. Mais je sentais que je pouvais faire quelque chose ici. J'ai rencontré les gens, et je suis tombé sur un groupe de personnes qui avait un rêve il y a 20 ans : faire passer Stabaek de la quatrième division à l'élite. Et ils avaient réussi. Malheureusement, des problèmes économiques ont fait retomber le club. Ils sont remontés, et derrière, il y avait toujours les mêmes personnes, qui espéraient. J'ai ressenti la passion, et cela m'a plu. J'avais l'opportunité de coacher un club qui avait une âme. « Un petit club avec un grand cœur » comme on me disait. Cela m'a séduit.

C'est votre deuxième année ici, quel bilan tirez-vous ?
On a déjoué tous les pronostics. Tout le monde annonçait qu'on allait vivre un calvaire l'an passé, mais on a fini au milieu de tableau et atteint les demies de la Coupe. Cette année, on nous annonçait dans la charrette, mais on est deuxièmes et demi-finalistes de la Coupe. C'est excitant. Mais surtout, les Norvégiens ont pris du plaisir à voir jouer Stabaek. On presse, on joue l'attaque, les joueurs produisent un jeu fantastique, et c'est le plus important.

Vous avez mené Stabaek d'un statut de promu à celui de 2e de Tippeligaen, quelle a été la recette de ce succès ?
Il n'y a pas de secret, il faut travailler dur. Tout doit être fait pour progresser et former une véritable équipe. Les résultats, le classement, ce n'est que l'illustration du travail, des sacrifices et de l'état d'esprit qu'il y a sur et en dehors du terrain. C'est vraiment encourageant la manière dont mes gars travaillent. On a perdu des joueurs, on en a recruté d'autres, mais on a toujours su aller de l'avant. Notre équipe est forte mentalement. Je suis fier de voir les joueurs s'aider entre eux, tout donner. On fait attention à eux, ils en sont conscients. Il y a une très bonne ambiance au sein du groupe. Ils jouent pour la gagne, mais ils jouent surtout ensemble.

Être le premier Américain à entraîner un club européen de première division, qu'est-ce que cela représente pour vous ?
Honnêtement, ce n'est pas important à mes yeux. Pour moi, où que l'on aille, il y a la nécessité de prouver ce que l'on vaut sur le terrain. C'est simplement un challenge que je veux réussir. J'espère que malgré le fait que je sois américain, ma manière de travailler plaît ici. Mais si cela peut aider dans le futur, en permettant à d'autres de franchir le pas, j'en serais ravi.

« Avoir pu entraîner une équipe des USA de cette trempe est ma plus grande fierté. » Bob Bradley

Pourquoi avoir choisi le soccer ?
Il faut savoir que quand j'étais jeune, j'ai essayé beaucoup de sports. Hockey, basket, base-ball... Au même moment, le soccer se développait aux États-Unis. À 14 ans, un homme d'origine italienne, qui était entraîneur-adjoint dans mon école, m'a vu joué dans la cour. Il m'a conseillé d'y jouer. C'était le déclic. Je suis tombé amoureux de ce sport.

Vous êtes devenu entraîneur à 23 ans. Pourquoi ce choix ?
Je n'étais pas très fortuné, alors je ne pouvais pas passer mon temps à jouer. J'ai alors continué les études jusqu'à être diplômé. Une fois mon diplôme en poche, j'ai eu une opportunité de retourner à l'école pour entraîner. J'étais très jeune, plusieurs joueurs étaient plus âgés que moi, mais j'avais cette flamme. Je cherchais sans cesse comment lier des joueurs très différents pour qu'ils aillent dans le même sens sur le terrain. Je regardais autant de football que je le pouvais, je ne m'arrêtais plus, j'ai alors compris que j'étais devenu accro, et que cette voie allait être la mienne.

Durant vos années à la tête de la sélection US, vous avez atteint quatre finales, mis fin à l'invincibilité de l'Espagne et joué les huitièmes du Mondial sud-africain. Ce qu'on appelle un beau bilan...
Oui, mais à chaque fois, nos parcours se sont finis par des déceptions. On a vécu une très belle période, vécu beaucoup de bons moments. À la Coupe des confédérations 2009, on bat l'Espagne, invaincue depuis une trentaine de matchs, en demi-finales, mais on perd lors d'une finale exceptionnelle contre le Brésil. L'année d'après, à la Coupe du monde, on finit premiers de notre poule, mais le Ghana nous élimine après prolongation en huitièmes de finale. En 2011, on produit un très bon football jusqu'à la finale de la Gold Cup, où le Mexique, qui a très bien joué, nous bat. C'est rageant.

Quel a été le meilleur souvenir de cette période ?
L'état d'esprit de cette équipe est ce dont je suis le plus fier. Plus que notre parcours en Coupe des confédérations, je retiens comment le groupe a su franchir tous les obstacles qui se dressaient sur son chemin. En éliminatoires du Mondial, quelques jours avant un match décisif, un de nos joueurs, que vous connaissez en France, Charlie Davies, a été victime d'un terrible accident de la route. En tant qu'équipe, c'était un énorme défi que de rester concentré alors qu'un de nos frères était en danger. Mais nous l'avons fait, pour lui. Ça a été dur d'entendre qu'il ne pourrait plus jouer au football. Une fois au Mondial, encore une fois, tout allait contre nous. On nous disait que c'était un groupe facile, mais c'était très dur. Pour le premier match, on fait 1-1 contre l'Angleterre. Pour le deuxième, on joue bien contre la Slovénie mais, à la mi-temps, on est menés 2-0. Pour rester en vie dans cette Coupe du monde, on a dû se remobiliser, on revient à 2-2, puis un troisième but nous est refusé. On a alors dû battre l'Algérie, malgré encore un but refusé injustement. On se qualifie grâce à un but de Donovan dans le temps additionnel. Jusqu'à la dernière minute, il a fallu se battre pour se qualifier. Cela montre le caractère et les ressources de ces fantastiques joueurs. Quoi qu'il arrive, chacun s'entraidait jusqu'à arriver au bout. Avoir pu entraîner une équipe de cette trempe est ma plus grande fierté.

Puis vous avez été nommé sélectionneur de l'Égypte. Vous retenez quoi de cette période ?
Deux incroyables années. J'y étais pendant la révolution, après l'interruption du championnat. Ce que j'en retiens, c'est l'incroyable caractère des joueurs, et des Égyptiens en général. Ils voulaient la Coupe du monde, on y était presque. Malheureusement, au dernier tour de qualification, on hérite du Ghana. Lors du match aller, à Kumasi, il s'est passé quelque chose que je n'ai vu qu'une fois depuis, quand le Brésil a perdu contre l'Allemagne l'année dernière. La pression que les joueurs avaient sur leurs épaules, la situation du pays, tout cela a paralysé les joueurs. Ils n'étaient plus les mêmes et on perd 6-1. La victoire du match retour sera anecdotique. C'est une déception, mais je suis fier du chemin parcouru. J'ai aimé ce pays, c'était une expérience exceptionnelle qui m'a marqué. L'Égypte reviendra bientôt sur le devant de la scène, ils ont des joueurs exceptionnels qui le méritent.

« Après le massacre de Port Saïd, je suis allé marcher sur la place Tahrir pour la marche pour prouver que l'on était fiers d'être en Égypte. » Bob Bradley

Comment avez-vous fait pour gérer la crise politique et footballistique ?
Le jour après le massacre de Port Saïd, je suis allé avec mon assistant et ma femme sur la place Tahrir pour la marche. On se devait de prouver que l'on était fiers d'être en Égypte. À ce moment-là, c'était important d'être un leader. Il fallait rester debout, et prouver que l'on pensait à eux. Les joueurs étaient très marqués par ce qui s'était passé. Ma rencontre avec Aboutrika est un des plus grands moments de ma vie. Il a renoncé à sa retraite internationale, alors que tout le monde l'y avait poussé. Il voulait représenter son pays à la Coupe du monde. C'est alors devenu mon frère de sang dans cette quête. Au final, on a échoué, j'étais triste pour les joueurs, pour le pays, mais encore plus pour lui.

Votre fils est le capitaine de la sélection américaine et compte 100 sélections. On imagine un papa fier...
Oui, je suis fier de lui. J'ai eu la chance de travailler avec beaucoup de joueurs fantastiques, et il fait partie de ceux-là. Il donne tout ce qu'il a pour chaque équipe dans laquelle il a joué, il prend ses responsabilités sur et en dehors du terrain. Il ne se met pas en avant, mais essaye de rendre ses coéquipiers meilleurs. Avoir un joueur comme ça, c'est exceptionnel. Je suis fier de la manière dont il a évolué.

La MLS semble en constante progression, qu'en pensez-vous ?
Le monde du football évolue très vite, et la MLS n'y échappe pas. Il y a de plus en plus d'équipes, la couverture médiatique croît. Les joueurs et les entraîneurs progressent à vue d'œil. C'est une excellente chose.

Peut-elle devenir un championnat mondial majeur avec l'arrivée de joueurs comme Drogba, Pirlo ou Gerrard ?
Oui. La MLS attire d'excellents joueurs étrangers, mais il ne faut pas oublier les très bons Américains qui y jouent. Ces derniers profitent de l'expérience de ces stars. Tout cela donne une excellente vitrine à la MLS et lui permet de progresser rapidement. Cette situation est bénéfique pour tous. À terme, la MLS comptera dans le paysage footballistique mondial et pourra rivaliser avec les meilleurs championnats. J'en suis persuadé.

Songez-vous à un retour en Amérique pour entraîner une franchise de MLS ?
J'ai eu une opportunité en MLS après mon départ de la sélection égyptienne, mais je voulais venir en Europe montrer ce que je valais. J'ai encore beaucoup de choses à prouver ici. Tout peut arriver dans le football. Quelle que soit l'opportunité, je prendrai le temps de l'observer.


Propos recueillis par Nicolas Kohlhuber
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Je reste sur ma faim, j'aurai voulu en savoir plus sur son travail en Norvège, sa vision du jeu, du football. Il vient d'une culture bien différente, du coup çame parait interessant de connaitre ses points de vue la dessus.
Fabrizio Salina Niveau : CFA
Putain mais la langue de bois c'est impressionnant, on dirait un modèle de communiqué dans un séminaire de storytelling.

"-Tu as pris du lait chéri?
-J'ai eu la chance d'avoir l'opportunité de trouver un supermarché ouvert avec du lait à l'intérieur. Ils ont bien voulu me laisser l'acheter, je retiens surtout l'état d'esprit du vendeur avec qui j'ai fait ma transaction. C'est vraiment exceptionnel de faire ses courses dans un environnement pareil"
Aboutrika comme Trésor Mputu, des gars que j'aurais désiré voit évoluer en Europe tellement ils étaient au-dessus du lot en Afrique.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Ça fait un moment que je me demandais ce qu'il était devenu après son passage en Egypte, donc merci So Foot !

Et ce gars là, c'est un super entraineur grandement sous-estimé.
Quand Garde s'est tiré, je pensais que Bradley pouvait vraiment être une piste plausible. M'enfin, ça se trouve, je suis le seul à avoir que ce gars existe à Lyon.
En tous cas, j'espère qu'il va faire valoir son football qui est très plaisant et pourquoi pas trouver un bon club européen !
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)