1. // Euro 2012
  2. //

Blokhine chaud bouillant

Modififié
0 7
Il ne fallait pas titiller Oleg Blokhine hier soir. Visiblement tendu par l'enjeu que comportait la rencontre contre l'Angleterre, le Ballon d'Or 1975 a plusieurs fois pété une durite au cours du match. D'abord sur James Milner, après une faute qui annihilait une contre-attaque en fin de première mi-temps.

C'est ensuite le corps arbitral qui en a pris pour son grade sur le but non-validé de Dević, alors que le ballon avait bien franchi la ligne au moment du dégagement de John Terry.

Enfin, en conférence de presse, le sélectionneur ukrainien a voulu aller savater un journaliste qui lui reprochait d'avoir titularisé le latéral droit Oleg Gusev, hors de forme selon lui.

Ce à quoi le coach lui a répondu poliment : « Si tu es un homme, lève-toi, accompagne-moi dehors, on va en discuter face à face. Tu peux écrire ce que tu veux. Si tu ne m'aimes pas, dis-le. Mais viens me le dire dans les yeux si tu as du courage. Tu devrais respecter le fait que j'ai joué au football. As-tu joué au football ? Respecte-moi et mon travail. Je ne laisserai personne critiquer mon équipe. »

Quand les gratte-papier l'attaquent, Blokhine contre-attaque.
AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Chaud bouillant le block-in !!!
Samir Nasri like this !
A sa décharge, je trouve l'arbitrage de cet euro très peu sévère, en particulier envers les favoris (+ la Pologne). Peut-être qu'il ne leur est pas conseillé de causer la suspension ou l'élimination de quelques stars qui font vendre... en tout cas on peut clairement dire que Ramos, Meireles, Menez et Wasilewski (contre la Russie) auraient dû prendre un rouge, au contraire du pauvre grec qui en a pris un grotesque.

N'empêche que Gusiev a énormément souffert contre Ribéry.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Zebina à Toulouse
0 7