Menu:

Présentation

Connaissez-vous beaucoup de clubs de foot dont le nom est celui d'un poète ? Fidèle abonné au Stade d'Ornano (tribune Centre, rang I, siège 166), qui a vu l'épanouissement de William Gallas et la chute de Dangbeto et a vénéré Xavier "le routard" Gravelaine, Arsenic écrit pour vous démontrer que ce nom ne doit rien au hasard. Malherbe qui joue, c'est peut-être pas du Baudelaire, et ça rime pas toujours, mais c'est toujours rock'n'roll.

Contact

Les autres blogs sur sofoot.com

Derniers billets

 

RIP Passion Malherbe - Entretien avec Aline Chattel

RIP Passion Malherbe - Entretien avec Aline Chattel
15/11/2009

Passion Malherbe n'est plus. Le site le plus populaire consacré aux pérégrinations footballistiques du Stade Malherbe vient de fermer ses portes. Aline Chattel, créatrice du site, rédactrice en chef et, à peu de choses près, unique rédactrice, a profité d'un souci technique qui a duré plusieurs semaines pour prendre sa décision... Il faut dire que la situation était devenue pénible, et Aline blacklistée par le club caennais. Terminés les scoops venus de nulle part, les interviews exclusives, les rumeurs de transfert et autres annonces officielles comme la présentation des maillots. Aline a jeté l'éponge. Pour la deuxième fois, le SM Caen a eu la peau d'un site non-officiel qui lui était consacré... Entre petits regrets et grosses déceptions, Aline nous confie les raisons de la fermeture d'un site dont elle reste avant tout, et à raison, très fière.

----

"J'AI LA PASSION DE L'INDEPENDANCE"


Comment est né le projet Passion Malherbe ?

En fait, avant Passion Malherbe, il y a eu Allez Caen. J'ai changé de nom lors de la saison 2004-2005, au moment où le site a pris de l'envergure. L'origine d'Allez Caen (www.allezcaen.fr.st) remonte aux bancs du collège Molière dans le village de Trévières. En cinquième, nous avions des « parcours diversifiés », j'avais choisi avec mes copines de faire partie de « l'atelier » Histoire/Internet. Nous avons conçu notre premier site, basé sur la bataille de Formigny (NDLR : commune du Calvados), ça m'a plu, et j'ai décidé de lancer mon propre site. Je n'ai pas réfléchi une seconde sur le sujet : c'était le Stade Malherbe, club dont j'étais vraiment une passionnée, ou rien. Et déjà à l'époque je voulais être journaliste, donc c'était pour moi l'occasion de me faire la main. Bon, je n'avais vraiment aucune connaissance dans le domaine de l'Internet ; j'ai eu la chance de bénéficier de l'appui de mon prof d'histoire-géo, c'est lui qui m'a appris les bases, qui a mis mon site en ligne, etc.

Tu étais rédactrice de 95% des articles qui paraissaient sur le site. Il n'y avait donc personne pour t'aider ?

En fait, il y a deux raisons au fait que j'écrivais presque tous les articles. D'une part, je n'ai jamais trouvé quelqu'un pouvant vraiment m'apporter une aide précieuse dans la rédaction des articles, sauf Loïc, que je remercie au passage ! Cela demande beaucoup d'investissement. D'autre part, j'aime travailler toute seule, mener mon affaire comme je l'entends, être complètement indépendante. J'ai la passion de l'indépendance, je crois ! Cela peut aussi expliquer pourquoi je suis restée toute seule à m'occuper de mon site. Je pense que c'est d'abord un choix plus qu'une contrainte, même si j'étais ravie quand j'avais du soutien.

La popularité du site a-t-elle été immédiate ou s'est-elle construite avec le temps ?

Il a fallu du temps, beaucoup de temps, avant que le site se fasse connaître et prenne une certaine envergure. Mais c'est tout à fait normal à partir du moment où, durant les premières années de son existence, j'apportais vraiment peu de choses. Je me basais essentiellement sur ce que je lisais dans Ouest-France ou sur les informations que je pouvais trouver à droite ou à gauche sur Internet. C'est vraiment quand je suis arrivée sur Caen pour mes études, en 2005, qu'il y a eu un tournant. Certes, mon site commençait déjà à être connu des supporters caennais. Mais quand je suis arrivée sur Caen, j'ai pu y apporter beaucoup plus. J'ai commencé à faire des interviews de joueurs, à prendre des photos des entraînements, j'allais à tous les matches à domicile, j'étais à l'affût de la moindre nouvelle.

C'est à cette époque que les annonceurs ont commencé à s'intéresser à Passion Malherbe ?

J'ai eu la chance qu'Interwetten (site en ligne de paris sportifs) s'intéresse au site il y a un an. Ils m'ont proposé un contrat sur trois mois, m'ont demandé combien je souhaitais. J'ai dit un chiffre au hasard et ils ont été d'accord. J'étais ravie. Mais c'est tout ce que j'ai gagné avec mon site. J'ai tenté de mettre un peu de publicité de temps en temps, mais ça n'a jamais fonctionné. Franchement, je n'ai jamais fait ce site pour l'argent.

"MALHERBE NE SAIT PAS TROP COMMENT REGLER LA QUESTION DES SITES NON-OFFICIELS"

Quels ont été tes premiers contacts avec le club ? Quel regard portaient les dirigeants sur Passion Malherbe au début ?

C'est difficile à dire. J'ai eu très peu de contacts avec le club pendant un long moment. Je ne me souviens d'ailleurs pas avoir parlé de mon site avec un quelconque dirigeant, ni avec le responsable du service communication. Je n'ai jamais fait la démarche vers eux, et eux non plus. J'ai appris qu'ils n'étaient déjà pas très favorables à mon site lors de la saison 2005-2006. Avant cela, je ne sais pas, mais je n'avais jamais eu de problème avec qui que ce soit avant... la saison 2007-2008 je crois.

Quel regard portes-tu sur la communication du Stade Malherbe ? Ne trouves-tu pas étonnant qu'un club qui se plaignait il y a peu d'un manque de reconnaissance des médias ait torpillé à plusieurs reprises des sites de fan ?

C'est difficile de répondre à cette question sur la globalité, je ne peux que donner mon avis par rapport à mon cas personnel. Je pense que le Stade Malherbe ne sait pas trop comment gérer la question des sites non-officiels. Cela leur échappe, ils n'ont aucun contrôle sur ces plates-formes, ça leur fait peut-être peur. Ils ont peut-être été pris au dépourvu par l'ampleur que ces sites pouvaient prendre, par leur possible influence.

Revenons sur le cas du fameux Papablog (blog satirique usurpant gaiement l'identité de Patrick Parizon pour raconter la vie du Stade Malherbe lors de la saison 2006-2007, s'inspirant fortement du Petit José des Cahiers du Foot... http://papablog14.blogspot.com/. Le club avait réagi brutalement en portant plainte auprès du Procureur du Tribunal de Caen. Plainte rejetée, mais le Papablog avait alors déposé les armes.) Pourquoi le club avait-il réagi si violemment ? Quel a été ton regard là-dessus ? N'était-ce pas excessif ? Malherbe n'aurait donc aucun humour ?

Justement, on a eu un exemple concret de leurs difficultés face à Internet. J'ai trouvé leur réaction complètement disproportionnée. Et puis stratégiquement, c'était vraiment très mal géré, car ça a franchement terni leur image de club "familial".

As-tu pensé à l'époque que tu pourrais être visée également ?

Je sais très bien que le club rêvait que je mette un terme à Passion Malherbe ! J'avais entendu parler de choses qui me paraissaient un peu farfelues mais pas non plus impossibles. Notamment concernant les droits réservés pour l'utilisation du nom Stade Malherbe Caen. Pour moi, c'est certain que le SM Caen aimerait qu'il n'existe aucun site non-officiel qui lui soit consacré. Comme ça, les amateurs de foot et les autres ne verraient que la vitrine officielle de smcaen.fr.

Merde. Alors, vu ce que je balance, ils vont envoyer des mecs pour m'éliminer.

Disons que moi, j'étais une cible facile.

"JE VOUS INTERDIS D'ASSISTER AUX ENTRAÎNEMENTS"

Comment sont nées les tensions entre le club et Passion Malherbe ?

En fait, les choses se sont dégradées progressivement. Par exemple, mes premières rencontres avec Alexandre Lucas, qui est responsable des relations avec la presse, adjoint du directeur de la communication et webmaster du site officiel (NDLR : il est « responsable médias » selon le site officiel du club), avaient été tout à fait cordiales. Il m'avait dit qu'il trouvait que je faisais du bon boulot, que j'étais bien partie avec ce site pour réaliser mon rêve de devenir journaliste. Donc au départ avec lui, ça se passait bien. Et puis, lors de la saison 2005-2006, il y a eu le problème des vidéos. Là, j'ai fait une erreur en continuant à publier des vidéos sur mon site alors que c'était interdit. Le club a brandi la menace judiciaire... Bon, ils n'ont pas dit qu'ils allaient porter plainte contre moi non plus, mais que si je continuais, ils enverraient quelqu'un... Mince, je ne me rappelle plus de sa fonction. Bref, j'aurais dû arrêter plus tôt, mais la plupart des sites non-officiels mettaient des vidéos, et pas seulement à Caen.

Cela a été le seul événement déclencheur ?

Non. Nous avons eu des problèmes quand Loïc a annoncé en exclusivité sur Passion Malherbe que Nike était le nouvel équipementier du Stade Malherbe. Nous avons été les premiers à le révéler. Le lendemain, Ouest-France reprenait l'information. Ce jour-là, Lucas m'appelle, très en colère : "Dis-moi qui t'a donné l'info !" Cette histoire est très mal passée aux yeux du club, qui soit disant était encore en négociations avec Nike. Le plus grand secret était sans doute requis jusqu'à ce que tout soit signé. Ensuite, il y a eu des critiques sur le forum du site, que certains joueurs n'ont pas appréciées. Cet été, l'interview de Brahim Thiam n'a pas dû leur faire très plaisir non plus, puisqu'il critiquait ouvertement Franck Dumas et le président Fortin.

Cette histoire est allée assez loin ; il paraît que Dumas t'a interdit d'assister aux entraînements. C'est vrai ?

Oui, c'est vrai. J'assistais à un entraînement, comme souvent, j'avais pris des photos. A la fin de l'entraînement, Dumas vient me voir et il me demande "C'est bien vous, Aline ? -; Oui, c'est moi. - Vous ne manquez pas de culot de venir photographier les joueurs aux entraînements alors que vous les incendiez sur votre site. Je vous interdis d'assister aux entraînements". J'étais stupéfaite. "Ah bon, j'incendie les joueurs ? Qu'est-ce que j'ai écrit au juste ? - Vous savez très bien ! Vous n'avez qu'à le leur demander". Ni une ni deux, je vais voir Savidan qui venait de sortir des vestiaires. "Ah non, pas d'interview" me dit-il. Je lui précise que ce n'est pas pour ça, je lui explique ma démarche et il m'a juste répondu "Mon avocat surveille votre site et a relevé plusieurs messages, faites attention". Je lui réponds que je ne suis pas responsable de ce que les gens écrivent sur mon forum (bien que je n'en étais pas sûre du tout !) et il m'a dit "Si, mon avocat m'a dit que vous étiez responsable". Ce fut ma dernière conversation avec ce joueur.

Ca ressemble un peu à un délire paranoïaque de la part du club. Les joueurs t'ont-ils soutenue dans cette histoire ?

Un jour, je me pointe à l'entraînement, c'était avant qu'on ne m'interdise d'y assister. Je sors de ma voiture, et je vois Branger (NDLR : préparateur physique du club) courir vers moi. Il était en plein footing. Il me dit que les joueurs sont remontés après moi à cause de ce que j'ai dit sur mon site. Mais il s'agissait souvent du forum et pas vraiment du site. Nombreux sont ceux qui faisaient l'amalgame. Je suis donc remontée dans ma voiture et repartie illico ! En fait, quand Dumas a interdit aux joueurs de parler à la presse la saison dernière, j'avais un traitement spécial. Si un joueur me parlait, il était exclu du groupe.

A ce point ?

Je ne sais pas comment ça s'est passé concrètement, mais je sais que la menace planait. Et cela m'a été confirmé par un joueur. Et puis je n'ai plus eu aucune relation avec les joueurs pendant un moment. Cet été, j'ai refait 2 ou 3 interviews avec Thébaux et El Arabi notamment. Les autres ont refusé. Je pense que les consignes me concernant existaient toujours cette année.

"C'ETAIT DEVENU PENIBLE"

C'est à cette époque que tu as pensé pour la première fois à mettre un terme à Passion Malherbe ?

Oui, la saison dernière j'ai commencé à y penser sérieusement, c'était devenu pénible de continuer à actualiser mon site dans ces conditions. Et cette année je n'avais plus du tout la motivation nécessaire. A cause de tout cela bien sûr, mais aussi d'une lassitude liée au temps depuis lequel je m'occupe de ce site. Il était vraiment temps que je passe à autre chose.

Rassure-moi, à propos de cette histoire avec Costil : je n'ai pas contribué à semer la discorde entre Passion Malherbe et le club ? (NDLR : en mai 2008, au début d'une courte collaboration avec Passion Malherbe, j'ai rédigé un article sur Benoît Costil au cours duquel je pointais du doigt la malédiction qui s'acharnait sur lui au point qu'il arrivait toujours un drame à chaque fois qu'il jouait -; il était exclu, il faisait une toile monumentale ou il prenait une pilule, comme six buts au Vélodrome).

Il avait été blessé, il était très en colère contre moi. Il m'avait appelé, on avait eu une discussion assez pénible. Et moi j'étais désolée. Je comprenais sa réaction, il avait commis une grosse boulette, et comme si ce n'était pas suffisant, il se sentait lâché par quelqu'un qui l'avait toujours soutenu. Après, je ne sais pas quelle a été la réaction au niveau du club. Costil, je l'ai revu la saison dernière ; on s'est dit bonjour. On a échangé un sourire, mais c'est tout. Cela lui a fait de la peine cet article, c'est l'un de mes plus grands regrets avec Passion Malherbe.

Comment as-tu réussi à jongler pendant des années entre objectivité journalistique, puisque c'était le but avoué du site, et le fait de ne pas heurter la susceptibilité des joueurs (qui sont de grands enfants, on le sait) avec lesquels tes contacts étaient l'une des forces de Passion Malherbe ?

Très bonne question.

Merci. On fait ce qu'on peut.

Il a toujours existé un paradoxe à ce niveau. Il fallait toujours préserver les joueurs, en effet. J'ai toujours fait attention à ne pas être trop critique à leur égard car je savais que je leur devais beaucoup ! Et en même temps, le site s'appelle Passion Malherbe, il succédait à Allez Caen, c'est le site d'une supportrice au départ. J'ai voulu être objective, j'espère y être parvenue, mais j'étais aussi une supportrice dans les faits. Je n'ai jamais eu de retour de la part d'un joueur par rapport à mes articles. Je ne suis pas sûre qu'ils les lisaient. Je ne pense pas d'ailleurs. Je sais qu'ils aimaient regarder les photos.

As-tu encore des regrets aujourd'hui ?

Oui et non. Non parce que j'ai toujours fait du mieux possible. J'ai beaucoup travaillé sur ce site. J'ai fait ce que je pensais être le mieux à chaque fois. Niveau regrets, l'affaire Costil, surtout.. J'appréciais beaucoup la personne et j'ai été très déçue par ce qui s'est passé.

Désolé. Je me sens coupable du coup.

C'est moi qui ai validé l'article, aussi, donc j'en suis responsable. Mais bon, non, je n'ai pas beaucoup de regrets. J'aurais peut-être dû être moins têtue vis-à-vis de certaines choses avec Malherbe, laisser couler. Etre plus arrangeante, je ne sais pas. Mais je pense que j'aurais eu des problèmes avec eux de toute façon. Je suis surtout contente et fière de ce que j'ai fait.

Avec eux ? Les joueurs ou les dirigeants ?

Avec le club dans son ensemble. S'il n'y avait pas eu les problèmes sportifs de la saison dernière et tout ce qui allait autour (les problèmes au sein du club notamment), ça ne se serait pas passé comme ça je pense. La responsabilité est surtout à chercher de ce côté là.

"JE N'EPROUVAIS PLUS AUCUN PLAISIR AVEC CE SITE"

Tu en veux encore à Fortin et Dumas ?

Je ne suis pas vraiment rancunière. Si j'arrive à les rencontrer, à discuter sereinement avec eux et que tout se passe bien, le reste sera oublié et appartiendra au passé. Jean-François Fortin était d'accord sur le principe d'une rencontre. Je l'ai vu brièvement en juillet dernier. Depuis, je ne l'ai toujours pas rencontré. Mais j'ai toujours bon espoir de renouer de bonnes relations avec eux. Le Stade Malherbe reste mon club, je continue à le supporter malgré tout ! Par contre, il n'a jamais été prévu que je rencontre Franck Dumas.

Pourquoi avoir mis un terme à Passion Malherbe ?

J'ai déjà parlé des difficultés qu'impliquait pour la gestion d'un site de qualité quand tous les éléments sont contre moi : je n'avais plus le droit d'interviewer les joueurs, ni même d'assister aux entraînements. Cela m'a démotivée, et puis il y avait la lassitude du temps, peut-être. Je n'éprouvais plus aucun plaisir avec ce site.

Tu aurais arrêté quand même sans le conflit avec le club ?

Impossible de savoir. Mais ça fait des mois que je pense à ce nouveau site (sportacaen.fr, dédié à l'actualité sportive caennaise). Il y avait d'un côté une lassitude due aux problèmes rencontrés. Et de l'autre côté, une motivation de m'ouvrir à autre chose, de faire un travail beaucoup plus diversifié et enrichissant. Ce n'est pas une idée qui est venue comme ça, par hasard. Je suis correspondante sportive pour deux journaux, je ne pars dans l'inconnu. C'est grâce à ça qu'a germé cette idée. Je connais les clubs du coin, les entraîneurs, certains joueurs... Ca aide !

"SAVIDAN, JE NE POUVAIS PAS LE BLAIRER"

Quel est le plus beau souvenir que tu gardes de Passion Malherbe ?

Cela reste ma rencontre avec Yohan Eudeline je pense. Il était venu me voir chez moi (à 50 km de Caen) pour une interview quand je lui ai proposé d'être le parrain de mon site ! C'était la première fois que j'interviewais un joueur. J'étais terriblement stressée, mais c'était incroyable !

Toi qui es un peu trop jeune pour avoir assisté à la mini-expérience de Caen en UEFA et le scandale contre Saragosse (nos "poteaux carrés à nous"), quels sont plus beaux matches de Caen que tu as eu l'occasion de voir ?

Mon plus gros souvenir, je pense, même si ce n'était sans doute pas le plus beau match, c'est la victoire de Caen contre Lyon en 2004-2005. Et aussi mon premier match à d'Ornano, un autre Caen - Lyon en 1996. Mais je dois dire que ça fait des années que je vais au stade plus pour mon site, ou mon journal maintenant, que pour vibrer aux exploits des joueurs de mon équipe préférée. Parfois, ça me gonflait carrément d'y aller !

Ah bon pourquoi ?

Parce que je savais qu'après j'aurai mes articles à écrire, que je devais être concentrée sur le match, etc. J'ai quand même perdu un peu, voire beaucoup, de cette passion ; c'est comme ça que je m'en rends compte.
Quel est le joueur le plus talentueux que tu as vu jouer pour Malherbe ?
Je ne vais pas faire dans l'originalité ! Elliot Grandin avait un talent énorme, mais on sait ce que ça a donné (NDLR : départ du joueur pour l'OM, où Elliot n'a que très peu joué, puis prêt à Grenoble pour enfin pointer au chômage aujourd'hui). Et puis Gouffran, bien sûr.

Et le joueur le plus nul que tu as vu sous les couleurs de Caen ?

Oh non, je ne veux me mettre personne à dos ! Bon, j'étais pas fan de Salah Bakour je dois dire, qui avait pourtant l'air sympathique.

Quels ont été tes chouchous ?

Eudeline, les frères Zubar, Costil, ce sont les premiers qui me viennent à l'esprit. Ensuite, Florentin, vraiment très gentil et disponible. Thiam, Lemaître. Lesoimier, aussi, même si je l'ai moins connu.

Rien que ça ?

Mon premier chouchou a quand même été Lemaitre ! Il était trop beau quand j'étais au lycée.

Sacré Reynald. Pourquoi Caen est descendu l'an dernier d'après toi ?

Je pense que Savidan n'y est pas pour rien. Je peux pas le voir, donc je ne suis pas objective. Mais à mon avis, il a fait beaucoup de tort dans le vestiaire. Après, il y a sans doute plein de raisons différentes, notamment la faiblesse mentale de cette équipe. Mais je suis sûre que l'effectif était assez fort pour se maintenir.

Quand tu dis que tu ne peux pas voir Savidan, tu veux dire que tu ne pouvais pas le blairer ?

Oui je ne pouvais pas le blairer comme tu dis.

Pourquoi ?

Il n'a pas été très cool avec moi ! Par contre, je suis d'accord pour dire qu'il était pétri de talent. Même s'il a été un peu irrégulier la saison dernière.

Tu penses que les Francky Boys vont remonter cette année ?

Oui, j'en suis persuadée. Je ne prends pas trop de risques vu notre avance... La seule chose qui pourrait nous menacer, c'est l'après-trêve. Mais je pense que ça passera tranquillement.

On imagine que cette expérience a dû te mobiliser à plein temps pendant toutes ces années. Rassure-nous, tu avais le temps de vivre à côté de Passion Malherbe ?

Plus qu'aujourd'hui avec sportacaen.fr en tout cas ! Je suis à la fac, donc j'ai du temps libre ! J'ai vécu une super aventure avec Passion Malherbe. Cela fut extrêmement enrichissant, j'ai beaucoup appris sur le métier que je veux faire.

----

Entretien dirigé par
Arsenic

Merci beaucoup à Aline Chattel pour ses réponses, sa sincérité et tout ce qu'elle a apporté au Stade Malherbe pendant toutes ces années... même si le Stade Malherbe ne s'en est jamais rendu compte. Comme souvent.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire