Menu:

Présentation

Connaissez-vous beaucoup de clubs de foot dont le nom est celui d'un poète ? Fidèle abonné au Stade d'Ornano (tribune Centre, rang I, siège 166), qui a vu l'épanouissement de William Gallas et la chute de Dangbeto et a vénéré Xavier "le routard" Gravelaine, Arsenic écrit pour vous démontrer que ce nom ne doit rien au hasard. Malherbe qui joue, c'est peut-être pas du Baudelaire, et ça rime pas toujours, mais c'est toujours rock'n'roll.

Contact

Les autres blogs sur sofoot.com

Le Noël des Animaux - NANTES 2-1 CAEN

Le Noël des Animaux - NANTES 2-1 CAEN
18/12/2012

FC Nantes Atlantique - Stade Malherbe de Caen : 2-1

18e journée de Ligue 2

Dernier affrontement : Nantes 1-3 Caen, 14 mai 2010 (L2)

Buteurs : Cissokho et Cichero pour Nantes, Duhamel pour Caen.

Arbitre : M. Delerue. Et ça se discute pas.

Spectateurs... : 16 779. Tiens, y a des stades de foot, en Ligue 2 ?

Rassasiés par le spectacle ? : 2/5. Soyons honnêtes, le choc des sommets a un peu tourné au flop. Entre des buts de renard et des toiles de gardien, on n'a pas eu grand-chose à se foutre sous la dent, si ce n'est pas mal de déchet technique. Dommage.

Le geste du match : la course de furieux de Lucas Deaux, qui a certes un nom d'onomatopée homérienne, mais aussi une paire de cannes sacrément solides. Au terme d'une percée de 60 mètres, et malgré un tirage de maillot assez apparent sur le défenseur caennais, il balance la gonfle sur la barre.

L'anti-geste du match : on passera sur la faute de main de Damien Perquis sur le premier but nantais ; bon, allez, faut avouer qu'il avait le soleil en pleine poire, et même si dégager le ballon des deux poings dans ce genre de situation n'est pas l'idée du siècle, on va dire que ça arrive. En revanche, le placement de mur du même Damien Perquis sur le second but des Canaris, là, c'est franchement de la gourmandise. C'est d'autant plus inacceptable que Damien Perquis était là, la semaine dernière, pour voir son coéquipier Cuvillier caler le ballon dans le petit filet après que le jeune gardien monégasque Sourzac se soit caché derrière son mur. Franchement, Damien, tu laisserais toutes les portes et fenêtres de ta baraque grandes ouvertes avant de te barrer deux semaines en vacances ? Est-ce que tu veux bien, s'il te plaît, te foutre du côté ouvert sur coup-franc ?

L'homme du match : on a aimé Veretout, Bessat, mais on va quand même rester sur Lucas Deaux, aussi convaincant à la récupération et dans le placement que dans la remontée de balle et l'apport au secteur offensif. Le nouveau Da Rocha, en somme.

L'anti-homme du match : bon ben on va en remettre une couche, mais ce sera Damien Perquis. Deux buts pour sa pomme, sans lesquels Nantes n'aurait sans doute rien espérer d'autre qu'un nul...

----------------------------------

Bonnet blanc et blanc Boney M.

Il fut un temps où le Stade Malherbe tapait les mastards du championnat dans l’allégresse la plus totale et se faisait caramboler dans la foulée comme un scooter entre la 2e et la 3 voie du périph'. Et comme on s'écrie "Ahlalala, c'est encore un scooter, tu peux être sûr, ils roulent comme des fous", on ne s'étonnait même plus d'assister au spectacle un brin redondant de onze saucisses Knacki qui explosent une fois qu'on a dépassé la minute au micro-ondes. Eh bien tout cela, les amis, c'est le passé. Les Patoche Boyz ont fait de l'ASM leur chose et de la Ligue 2 leur harem avant d'aller se vautrer à la Beaujoire, certes, sauf que ça n'a plus rien à voir. Malherbe n'a peut-être pas très bien joué au football, mais n'a pas franchement démérité dans les ambitions, ni dévoilé un niveau de jeu inférieur à celui des Nantais.

D'ailleurs, Nantes et Caen, cette saison, ça se ressemble quand même beaucoup : les deux meilleures défenses du championnat (après cette 18e journée, les deux équipes ont inscrit toutes les deux 27 buts, Nantes en a encaissé 11 et Malherbe 13), deux formations basées sur une assise défensive irréprochable, aussi stables que promptes à se porter vers l'avant quand le temps le permet. Et surtout, le FCNA et le SMC savent s'adapter au profil d'une rencontre et gérer quand ils ont pris les commandes. Nantes et Caen sont à coup sûr les deux meilleures équipes de Ligue 2, voilà, c'est dit - jusqu'à ce que la sauce prenne véritablement à Monaco, parce que non, ce n'est pas encore le cas - parce qu'elles ont la maîtrise technique et tactique suffisante pour se caler en défense et envoyer des troufions par escouades transpercer les lignes arrières adverses. Der Zakarian et Garande, à Risk, ils doivent être vachement forts, putain. Le genre de types qui peuvent aller te chercher la Yakoutie en contournant l'Ukraine, qui ne se jettent pas comme des noobs sur l'Océanie, et qui te balancent en fin de partie, au moment de retourner leur carte "Objectif" : "Bon, allez, voilà, je viens de conquérir l'Afrique, mais je peux te le dire, maintenant, ça fait une heure et demie que j'ai gagné, il me fallait juste l'Amérique du Sud et l'Asie.

Si les deux équipes se valent, on accordera à Nantes des valeurs morales sans doute supérieures (faut dire que les mecs, leur président, c'est Kita, et il n'y a encore pas si longtemps, y avait aussi Pascal Praud et y avait même Bégaudeau qui parlait de leur racheter le club, et Nantes, ça fait un moment qu'ils sont dans la panade, alors évidemment, ça forge le caractère). Malherbe dispose pour sa part d'un léger avantage dans le secteur offensif, parce que chez les Canaris, en dehors de Djordjevic, laisse tomber comment c'est le désert (Djordjevic, pour info, c'est déjà 13 buts cette saison, soit presque 50% des buts de son équipe, hein). Et ben justement, Djordjevic, il était pas là...

Football factory.

Frédéric Peteyrens est un homme respecté, au Stade Malherbe. Au début, on se foutait un peu de sa gueule, et tout, rapport au fait qu'il s'incluait dans l'effectif en tant que 3e gardien. Mais Fred, c'est quand même le mec qui a inventé Elana, avant de modeler Vincent Planté avec ses petites mains, puis de mettre au point Alexis Thébaux. Le mec, c'est pas une bille, et du coup, à chaque fois qu'on part de Ligue 1, on laisse un gardien en souvenir ; on les laisse derrière nous comme des petits cailloux pour être sûr de retrouver notre chemin. En 2005, on a laissé Elana. En 2009, hop, on a refourgué Planté. Et en 2012, zou, on a mis Thébaux en dépôt-vente en Bretagne. Sans compter Costil à Rennes. Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que ce plan machiavélique fait partie d'une vaste conspiration mise en place par Franck Dumas il y a presque 10 ans maintenant, visant à installer des gardiens normands dans toutes les cages du pays. C'est ça, comme dans les Envahisseurs, on place nos hommes à tous les étages du pouvoir. Comme ça, tu peux être que quand on va activer le "Projet Chaos", ça va swinguer tous les week-end et Malherbe sera champion de Ligue 1 avec 116 points et 253 buts inscrits.



La dernière trouvaille de Fred s'appelle Damien Perquis. Une fois qu'on a réalisé que ce n'était pas le défenseur sochalien qui avait signé chez nous, on s'en est un peu désintéressé, soyons honnêtes. Et comme tous les autres gardiens se sont échappés en courant (on songe à renommer les plages du 6 juin les plages du Rembarquement, d'ailleurs), aujourd'hui, il ne reste que l'ami Perquis. Bon, pendant un moment, on n'a trop rien dit. Le mec n'a pas un boulot monstre à abattre, vu la défense qu'il a devant lui, et surtout, vu les attaques qu'il a en face de lui. À peine s'étonnait-on quand on le voyait relâcher des ballons de façon un peu suspecte de temps en temps ou louper des sorties aux poings. Et puis soudain, face à Nantes, on a vu. On a tout vu. Caen menait au score, chez le leader, 1-0, et puis zou, deux toiles plus tard, une technique, l'autre tactique, on avait perdu le match. Allez, je sais ce que vous vous dites, Malherbe's Poetry, c'est quand même un gros enfoiré, là, et vous avez sûrement raison : on ne va pas le lapider pour deux boulettes, d'autant plus que c'était les premières aussi flagrantes, et puis surtout, on a bien laissé Planté repartir vivant, alors y a pas de raison. C'est vrai. Mais c'est chiant, quand même.

Le match, en gros, il se résume en deux lignes : Caen entre mieux dans la rencontre, ouvre le score, Nantes est aux fraises, Caen recule un peu trop, concède un peu trop de fautes, Perquis se loupe une fois, Perquis se loupe deux fois, Nantes passe sa seconde période à bien défendre et Caen à mal attaquer. Voilà, rideau. Putain de gâchis, en vérité, parce que Malherbe avait vraiment fait le plus dur. Étant donné les excellentes prédispositions de part et d'autre à bien défendre, le premier but aurait pu - aurait dû - s'avérer capital. Et prends ta tête à deux mains mon cousin, on ne jouait pas depuis dix minutes que Duhamel profite d'une air passe décisive de Nabab pour surprendre Rémy Riou, pas non plus exempt de tout reproche sur ce coup. Malherbe dispute une première demi-heure de qualité, Nantes loupe une passe sur deux et s'échine à résoudre maladroitement l'énigme de la défense caennaise. Et alors que Caen lève un tout petit peu le pied à l'approche de la pause, Perquis jette le bébé avec l'eau du bain. Sur un coup-franc anodin de Cissokho, il jaillit au-dessus de la mêlée, lance son fulguro-poing sur le ballon, ne fait rien d'autre que l'effleurer, et vlan, 1-1. Cinq minutes plus tard, nouveau coup-franc pour Nantes, Cichero se présente face au mur, Perquis délaisse son côté ouvert pour se mettre à l'abri : le tireur nantais n'a qu'à emprunter l'autoroute de Beau Soleil pour donner l'avantage aux Canaris. C'est d'autant plus dommage que Malherbe aurait pu poser de gros problèmes à une formation privée de son seul attaquant potable, obligé de s'en remettre à des défenseurs sur coup de pied arrêté pour revenir.

C'est fou comme ce que vous faites est vain.

Si la première période était assez animée, la seconde tient surtout de la purge. Nantes reprend à son compte l'idée des Caennais : entasser les sacs de sable et envoyer un Gavroche une fois de temps en temps dans le camp ennemi pour ramasser des munitions et voir ce qui se trame. Malherbe, qui pressait haut et attaquait de toute part lorsqu'il menait 1-0, est d'une stérilité affligeante : mauvais choix dans les transmissions, manque de mobilité autour du porteur, déchet technique impardonnable dans un tel match, rythme trop lent pour surprendre la défense ou seulement étirer un peu le bloc. Du coup, sans vraiment briller, les Nantais gèrent leur match comme on a vu les Patoche Boyz en gérer des tas cette saison : double rideau très bien en place, schémas de relance variés et sûrs, et quelques chatouilles dans le cou des Normands pour voir s'ils respirent toujours. C'est même le FCNA qui se procure les plus belles occases : Gakpé oblige Perquis à sortir la parade, Veretout est accroché par Seube dans la surface (oui, y avait sans doute péno), et Deaux frappe la barre après une course de 60 mètres. Côté caennais, il aura fallu attendre la rentrée de Kebano pour frissonner enfin, sans que ça bouleverse véritablement le cours du match, loin de là. Bref, après une seconde période assez chiante, Nantes tape Malherbe 2-1, sans avoir été vraiment bon, ni même meilleur, mais en ayant su profiter du sens des vents, alors que Sorbon et ses copains n'ont jamais pu passer le Cap Horn. C'était comme le Noël des Animaux dans South Park : on est venus avec des bons sentiments, et on s'est fait avoir comme des bleus.



Le FCNA s'envole en tête de L2, et c'est tant mieux pour eux. On serait même d'accord pour laisser la pole à Châteauroux, pour éviter de se coltiner Monaco, tiens. Caen, pour sa part, retombe à la 4e place, derrière une équipe guingampaise qui a su négocier un point avec Lens. Angers s'est joint au peloton de tête. Autrement dit, la seule certitude que l'on a vraiment aujourd'hui, c'est celle qu'on a les moyens de nos ambitions. Malherbe devrait monter en L1, avec Nantes et Monaco, au nez et à la barbe des Angevins - Guingamp sera tombé à la 8e place. Mais il va falloir montrer davantage de régularité pour y parvenir. Pas beaucoup... Une pincée suffira.

"INSTANTANÉMENT COMME ÇA / REPRENDRE DE VOLÉE D'AUSSI LOIN / COMME ELLE VIENT"

La bande-son : le morceau Kill all hippies, de Primal Scream, sur le disque XTRMNTR - oui, c'est Exterminator sans les voyelles.

----------------------------------------------------------

Tous les scores de la 17e journée :

Angers 2-1 Auxerre (Angers, la hype de cette saison)

Arles-Avignon 2-2 Tours (d'ores-et-déjà le but d'enculé de la saison)

Châteauroux 0-0 Clermont (vous vous attendiez à quoi ? 6-4 ?)

Gazélec Ajaccio 3-1 Laval (chute libre en Mayenne)

Le Havre 1-0 Le Mans (combat d'articles)

Monaco 1-1 Nîmes (bien fait !)

Dijon 3-1 Istres (Istres est déjà en vacances)

Nantes 2-1 Caen

Lens 1-1 Guingamp (ça nous arrange)

Niort [ce soir] Sedan

----------------------------------------------------------

Le classement :

1. Nantes 36 pts (+16)
2. Monaco 33 pts (+13)
3. Guingamp 31 pts (+7)
4. Caen 30 pts (+14)
5. Angers 30 pts (+9)
6. Istres 27 pts (+4)
7. Dijon 27 pts (0)
8. Lens 27 pts (-4)
9. Le Havre 24 pts (-3)
10. Nîmes 22 pts (-2)
11. Tours 22 pts (-10)
12. Châteauroux 21 pts (+2)
13. Auxerre 21 pts (-5)
14. Le Mans 21 pts (-5)
15. Clermont 21 pts (-5)
16. Laval 20 pts (-3)
17. Arles-Avignon 18 pts (-11)
18. Niort (-1) 17 pts (-2)
19. Gazélec Ajaccio 16 pts (-5)
20. Sedan (-1) 10 pts (-10)


----------------------------------------------------------

Le Stade Malherbe en chiffres :

- 9 victoires, 3 nuls, 6 défaites

- 27 buts inscrits (2e meilleure attaque à égalité avec une autre équipe)

- 13 buts encaissés (2e meilleure défense)

- meilleur buteur : Mathieu Duhamel (7 buts) +1

- meilleur passeur : Fayçal Fajr (4 passes décisives)

- cinq derniers matches : NVDVD (7 points sur 15 possibles)

- 30 points pris sur 54 possibles (environ 1,8 points/match)

- 6 points de retard sur le leader

- 1 point de retard sur la zone de promotion

- 13 points d'avance sur la zone de relégation

- 20 points d'avance sur la lanterne rouge

----------------------------------------------------------

Retrouvez Malherbe's Poetry sur Facebook !

Et maintenant, Malherbe's Poetry est aussi sur Twitter ! (@MalherbesPoetry)


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire