Music United

15/04/2011

Ayo, Nneka, Asa ... Cela fait quelques années qu'on est habitué à voir des filles prendre une guitare pour refaire Keziah Jones. La dernière à s'y essayer s'appelle Selah Sue, vient de Belgique et a tout juste 20 ans. Se rendre à son concert, c'est le meilleur moyen de savoir si la blondinette peut survivre à son efficace premier titre, Raggamuffin, efficace bien que peu original. Compte-rendu, analyse, comme pour un match de Ligue des Champions.
Coup d'envoi -; Elle débarque d'abord seule sur scène avec sa guitare et sa grande coiffure blonde, à mi-chemin entre le couvre-chef de Napoléon et un Super Saïan. Une première chanson en acoustique, où elle se mordille les lèvres avant de chanter, mignonne comme tout. Ses musiciens rentrent pour le deuxième morceau, mais on ne retient que le piano derrière pour Mommy. C'est d'autant plus émouvant que l'on sent que la Belge peut aussi faire tout autre chose.

20 ème -; Après un Just because I do qui a le mérite de changer l'atmosphère, la belle exécute Black Part love. A chaque fois, l'intensité est mise sur le final, où les instrus tapent plus fort et où elle n'est pas en reste : de l'énergie à revendre, comme Skunk Anasie à l'époque.

30 ème -; Tant qu'à y être ramené tout le temps, autant y venir : dans la foulée, Selah part dans un solo de rap qui ne trompe pas. Oui, elle est bien en train de reprendre Lost Ones de maîtresse Lauryn Hill. La salle a beau être en délire, la blondinette reste concentrée, ne se perd pas dans son flow. Et plus ça va, plus on dépasse le stade de l'énergie. C'est de la rage, comme contre les machines pour Killing in the name.

60 ème -; Après un passage plus calme, un peu comme quand on tombe sur un niveau aquatique à Donkey Kong, place aux morceaux qui auraient pu figurer sur la BO de James Bond vs James Brown : d'abord This World, puis Please. L'occasion de voir que Keziah Jane vit ses chansons. Elle se tord, grimace, joue tous les rôles.

75 ème -; Presque gênée, elle joue avec sa guitare les deux premiers accords de Raggamuffin. La salle explose, elle n'a plus qu'à dérouler. Suit donc logiquement Style Crazy Suffering, autre tube. C'est presque parfait. Presque car elle tire un peu sur la corde du « j'en remets une couche au lance-flamme sur la foule avec un refrain ragga ».
89 ème -; Après être revenue pour le rappel avec le calme Explanation, la nouvelle star tire sa référence avec Crazy Vibes. Selah Sue met ainsi la main sur le trophée de meilleure rookie. C'est mérité, surtout parce qu'elle a le potentiel pour faire encore mieux.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire