Music United

04/05/2011

'

En une phrase :

La mélancolie électro d'LCD Soundsystem a déjà trouvé où se réincarner.

Sortie : 11 avril 2011

Dans un monde plus efficace, l'album ne comporterait que 7 titres :

We Broke Free / Everything goes my way / The Look / The Bay / Some Written / Love Underlined / She Wants

Post-it

Metronomy = Robot + lenteur + tendresse ( = R2D2 )

Le contexte

Metronomy est venu au monde comme n'importe quel groupe d'électro britannique. C'est 'histoire d'un mec super balèze, dix idées la seconde, entouré de jolies jeunes gens, limite recrutés sur NME. Ça commence par se faire connaître avec des remixes pirates, puis des commandes (Gorillaz, Charlotte Gainsbourg...) et enfin, une maison de disque donne le feu vert pour le premier album. On est à l'automne 2007, Nights Out voit le jour. L'apologie des sonorités les plus étranges que peuvent produire un clavier, orchestrées à la perfection par une basse et la percu qui vont bien. Pourtant, ironie, la chanson qui va offrir ses lettres de noblesse au groupe est ... un remix fait par un tiers. Breakbot, la perle d'Ed Bangers, baisse le tempo de moitié, plus que 83 battements par minute sur A thing for me. Pas rancunier pour un sou, Joseph Mount, le leader du groupe en tire les enseignements et décide pour son deuxième album de changer son fusil d'épaule. De la folie certes, mais sur un transat, tranquille.

Analyse

Le premier titre qui avait filtré cet hiver, She Wants, annonçait la couleur. Mais sur le coup, on a préféré retenir les deux trois effets piqués à Joy Division. Malin, Jo a préservé le suspense jusqu'à la sortie de l'œuvre intégrale : depuis un mois, The Look envahit les ondes, les plateaux télés. C'est un tube, une invitation pour cette English Riviera où l'on veux tous poser sa serviette. « J'ai eu envie de fantasmer ce coin de l'Angleterre, comme un hommage à cet endroit. C'est un disque qui regrette une région, une époque et une attitude qui n'ont jamais existé » avouera le chef de bande. Ça à beau ne pas exister, Mount est loin d'être un escroc : le disque est dans la même veine que son titre phare. De quoi devenir un classique. Déjà.

Concrètement

The Look, c'est donc une des chansons de 2011. Un truc mélancolique, où l'on a quand même envie de gigoter, agitant ses petits poings. La voix féminine du groupe vient s'offrir une prestation de haute volée sur Everything goes my way avec un gimmick facile à retenir, qui, de fait, ne sort plus des têtes. Autre morceau fort, The Bay. Même procédé, les Paris, London, Berlin, Hong-Kong du refrain, seront sur tous les bouts de langues d'ici quinze jours. Love Underlined et Some Written justifient que l'on évoque le début des Cure pour comparer. Enfin We Broke Free, n'est pas une chanson, c'est une conclusion. 4 minutes pour se dire au revoir. Et si c'est la piste 2, c'est bien la preuve que l'English Riviera, c'est le bout du chemin. C'est peut-être là qu'il a échoué Ben Laden, tiens.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire