Never trust a marxist in football !

29/12/2012

En 2012 , vous avez pu lire sur "Never trust a marxist in football", et presque nulle part ailleurs, une vision politique du ballon rond qui s’offre le luxe d’émettre un ou deux jugements péremptoires… et nous comptons bientôt poursuivre en 2013… Petite sélection pour les retardataires…

Recherche journaliste foot de droite qui s’assume

2011 fut une année très politique pour le football français : polémique sur les « quotas », doutes sur les grands stades de l’Euro 2016 (avec le retrait de Nancy ou les soupçons autour de celui de Lille), élections à la FFF, crise du foot amateur, débat sur la qatarisation du PSG ou sur les supporters, sans oublier l’évincement du rédac' chef de France Foot sous le prétexte d’une interview trop complaisante de François Hollande. Justement, comment la grande famille des journalistes sportifs se comporte-t-elle face à cette politisation accélérée du ballon ? Longtemps tabou, l’engagement des journalistes sportifs, à droite ou à gauche, contraints ou volontaires, serait-il en passe de se banaliser ? Parole à la défense et aux premiers concernés…

Le boulet des stades de l'Euro 2016

Après le naufrage sud-africain des Bleus, le bus de Knysna, la déprime du foot amateur et les remous autour du maintien de Laurent Blanc à la tête de la sélection nationale, voici que les futurs -ou avortés- stades de l'Euro ne cessent d'alimenter l'actualité, de Lens à Lille, en passant par Lyon et Bordeaux, de batailles politiques en affaires judiciaires. Et si les infrastructures de 2016 devenaient le nouveau cauchemar du foot français?

5 raisons de ne pas croire au fair-play financier

Fini de rire. Michel Platini le répète sur tous les tons, avec des accents keynésiens et des sanglots coubertiniciens, le temps du grand n'importe quoi est fini-fini dans le football pro européen. Sinon gare au krach tant annoncé, voire à la fin de la poule aux œufs d'or. Bref, à l'apocalypse dans les stades chèrement rénovés de l'Euro 2016.

La politique à Auteuil : no fun !

Version longue de l’encadré paru dans le Hors-série « Supporters », encore dispo sur le site (http://www.sofoot.com/anciens-numeros.html) , et sans la coquille la plus fameuse de ma carrière.

3 questions à Tristan Garcia

Depuis Montherlant et Blondin (pour rester en France) , écrire sur le sport s'avère un exercice périlleux. D'autant plus que, contrairement à la légende, les hommes ou femmes de lettre amateurs de la chose ne manquent pas, et qui désirent toujours à un moment ou un autre s'attaquer, plume à la main, au culte athlétique. Le recueil de nouvelles que publie Tristan Garcia, jeune auteur que l'on avait découvert avec « La meilleure part des hommes », libre fresque sur les années 90, s'empare donc aussi du sujet. Mais par les marges et le dessous des cartes. L'occasion de lui poser nos traditionnels 3 questions.

Tant qu'il y aura des fumis...

Les incidents qui se sont déroulés à Auxerre ont brusquement rappelé à un foot français tout occupé à regarder le nombril de Louis Nicollin, que les supporters pouvaient eux aussi garantir le spectacle et sauver l'intérêt d'une L1 tirée sportivement vers le bas. Et, au passage, servir de boucs émissaires médiatiques et sécuritaires.

Tu sais que tu supportes le Red Star quand ….

Parce que tu crois que c'est un club de gauche, que tu es convaincu - après avoir lu Alfred Wahl et John King - que le foot, c'est d'abord de l'histoire sociale, que tu connais quel bus prendre à porte de Clignancourt pour se rendre au stade Bauer. Et que, surtout, tu es soulagé d'avoir assuré le maintien en National en battant Le Poiré Sur Vie. Voilà, tu sais que tu aimes vraiment le Red Star quand...
De Zlatan, des supporters parisiens et d'Isaac Asimov

Le PSG qatari a hérité d'un nouveau public, suite au grand nettoyage du plan Leproux. Si l'actuelle direction du club a pu parfois regretter l'absence de ferveur et de chaleur que seuls les ultras peuvent apporter gracieusement dans la plus value sportive à domicile d'une grande équipe européenne, ils savent aussi très bien que les nouveaux spectateurs et fans en veulent pour leur argent autant que pour leur passion. Et c'est là qu'arrive Ibra dans cette nouvelle relation client initiée au sein du foot français. QSI, ou la qualité du service garantie.

Portrait du footballeur en bande de jeunes, par John King

L’écrivain John King (est-il besoin de présenter l’auteur de « Football Factory » et « Human punk », et désormais de « Skinheads » au Diable Vauvert) a accepté de se livrer à l’exercice du portrait chinois appliqué aux footballeur, mais cette fois-ci en les conformant aux sub-cultures urbaines anglaise. De la northern soul à Sham 69, petite visite guidée de la perfide Albion par ces deux points forts : la musique et le ballon rond.

L’ordre et la morale !

La FFF a donc annoncé la suppression des primes de quatre joueurs du dernier Euro (Samir Nasri, Hatem Ben Arfa, Yann M'Vila et Jérémy Ménez) et la réduction de celles des autres Bleus ainsi que la mise en route d'une « commission de réflexion » sur l'avenir de ces rétributions généreusement accordées aux capés. Peu avant, Didier Deschamps livrait à l'AFP ses priorités en termes de gestion du groupe. Et cela sentait bon le hussard noir du foot tricolore. Après le Président, le ministre de l’Intérieur ?

Le Handball, l’autre foot ?

Les Jeux Olympiques se sont terminés sur un nouveau triomphe du handball tricolore. Et, forcément, beaucoup ont dessiné, comme d'habitude ces dernières années, un cruel parallèle avec le cuisant "échec" de l'Euro 2012. Mais au-delà de l'opposition facilement établie entre un sport pétri de ses nobles « valeurs » et d'un foot bouffé par son pognon et ses caprices de stars, ne serait-il pas temps pour les Bleus d'aller réviser leurs classiques auprès de leurs confrères aux mains ailés ? Allez, Didier Deschamps, profite c'est gratuit !

Naissance du Hip-Hop parisien et football

Le moins que l'on puisse dire que, c'est que les liens entre la culture foot et hip-hop n'étaient pas évidents, au départ, en France. Un très beau livre sorti récemment, Mouvement (éditions 1980), raconte, tout en photos d'époque, la genèse du rap, du graff et du break dance dans l'Hexagone. L'occasion de demander à l'un des acteurs cruciaux de cette époque, le graffeur Jay One, grand passionné du ballon rond et des bombes aérosols, de nous raconter ces années-là !

Vers une Ligue 1 sans Ultras ?

La saison vient à peine de démarrer que déjà les mesures répressives s'abattent sur les supporters. De fait, si l'arrivée du « nouveau » PSG zlatanisé semble modifier la donne dans le championnat, plus amplement le foot français est en train de muer en profondeur, et l'un des premiers théâtres de cette transformation touche la faible et récente culture tribunes qui semblait enfin s’y être cristallisé. Entre les nouveaux stades consacrés à attirer les VIP et les créneaux horaires de L2 censés séduire le téléspectateur, le travail de sape s'effectue à tous les échelons, avec une répression d'autant plus facile à mener que parfois les « stadeux » tendent le bâton pour se faire battre. N’empêche, doucement mais sûrement, les ultras remplacent de plus en plus les hooligans dans le rôle de ces « pseudo-supporters » dont il faut se débarrasser.

Quand le Stade de Reims rencontre Paris

Le PSG a donc péniblement vaincu le Stade Reims, promu patrimonial et alors étonnant cinquième du classement. Mais au-delà de l’enjeu sportif, tout le monde y discerne le grand choc des symboles : l’histoire prestigieuse, nationale et quasi-gaullienne du club légendaire de Kopa contre le lustre moderne, capitaliste et mondialisé de l’équipe de Zlatan. Pourtant, ce n’est certainement pas la première fois que les Rémois se déplacent en région parisienne, pour le pire et le meilleur. Avec, en toile de fond, un fréquent chassé-croisé dans l’élite, ainsi que l’éternelle question du fameux second club parisien.

West Indies, Calypso et les deux Manchesters dans l’Angleterre des années 50

Paru dans So Foot, novembre 2005, pour illustrer le morceau « The Manchester Football Double » par Lord Kitchener dans la compilation « This is So Foot »

Le foot pro à 75% contre le gouvernement socialiste

Alors que le handball vit son VA-OM avec une animatrice de NRJ12 en Ève tentatrice, la nouvelle passerait presque inaperçue : le football français passe dans l’opposition. Pas vraiment une surprise. A la majorité d’une voix, Frédéric Thiriez (président de la Ligue de football professionnel), Jean-Pierre Louvel (président de l'UCPF, syndicat des clubs professionnels) et Philippe Piat (président de l'UNFP, syndicat des joueurs professionnels), bref les principaux protagonistes du foot pro français, ont émis un avis « politique » définitif sur « une mesure fiscale irréfléchie », cette taxe de 75% au-delà d’un million de revenus annuels chère au candidat Hollande.

FN : ce parti qui n’aimait pas le foot

Le Front National a publié un petit communiqué de presse sur le PSG de la plume de son « conseiller au sport auprès de Marine Le Pen », Éric Domard. Un coup de comm' sur ce QSG qui fait tant parler. Un coup plutôt réussi pour si peu de phrases et autant d’approximations. Mais au-delà de ce qui était attendu, cette guillerette embardée vers la question du ballon rond nous apprend beaucoup sur la difficulté du parti à s‘emparer du phénomène sportif.

Tu sais que tu joues au Foot à 7 quand…

Les soirs de semaine, il t'arrive de ne pas avoir le temps de finir un dossier urgent pour t'entasser à six dans une AX et partir à la recherche d'un terrain pelé de la grande couronne. Tu sais que tu joues en Foot à 7 quand…

Le foot sauvé par la Presse People?

Aujourd’hui, le foot est devenu un sujet people comme les autres. Mais un sujet plutôt vendeur. Tout en s’en défendant, les stars du ballon rond savent que Voici contribue autant à leur médiatisation que L’Équipe.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire