Never trust a marxist in football !

24/03
Tu sais que le cas Benzema est politique quand... ... Seul Benoit Hamon prend sa défense … #macron n'en a pas pipé mot, on reconnait tout de suite le cenriste ... quand on veut des explications de son entraîneurs dans u … Eric Cantona produit de grandes analyses sociologiques plutôt justes et que des conneries sur le cas précis de l'attaquant du Real ... tu multiplies par dix les RT quand tu en parles ... Nikola Karabatic joue toujours pour les Bleus , le handball c'est un peu le François Fillon du sport … les médias tronquent les déclarations des « coupables » et pas celles de leur « accusateurs », on dirait un « C à vous » sur la « France en grève » … sur les réseaux sociaux, ...
Top 10 : Ces règles qui ont changé le visage du foot
24/03
1867 : Le nombre de joueurs est fixé à 11 Cette décision est peut-être aussi importante que le choix initial et séminal d’interdire le porté de la balle à la main. Elle définit finalement l’espace du jeu et la nature de la confrontation, en gros l'identité de ce sport. Et un triste soir de 1990, Gary Lineker finira par lâcher, après une abominable demi-finale de Coupe du monde : « Le football est un sport simple : 22 hommes poursuivent un ballon pendant 90 minutes et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent. » 1877 : Autorisation d’effectuer la rentrée de touche dans toutes les directions C'est en 1877 que l'« association » et le rugby achèvent de se séparer. Avant, une remise en ...
Quand Gustav Sébes marquait pour le foot rouge en France
20/03
Peu de temps avant de rencontrer les anglais à domicile le 25 novembre 1953 et de leur infliger une petite leçon de football dont il ne se sont vraiment jamais remis, la sélection nationale hongroise, qui n'était pas encore le fameux « onze d'or », avait effectué une halte parisienne. L'occasion pour eux de venir s'échauffer face au CO Billancourt, club des usines Renault qui règnent encore sur l'ile Séguin, autrefois fer de lance du sport patronal et devenue symbole de la toute puissante CGT dans cette entreprise nationalisée le 16 janvier 1945 pour « collaboration ». Le premier numéro de « Sport et Plein Air », revue de la FSGT, fédération héritière du sport ouvrier à la sauce ...
TOP 10 des grèves dans le foot
15/03
Grève des joueurs espagnols - 2011 Voilà un cas d'école. Pour le coup, nous sommes dans le conflit social type. Des salariés en colère, un patronat pas franchement compatissant. L'Association des footballeurs espagnols (AFE) appelle l'ensemble des joueurs de première et deuxième division à boycotter la reprise du championnat 2011-2012. Principale revendication, un fond de garantie pour le paiement des salaires, alors que dans l'Espagne en crise, certains clubs ont parfois bien du mal à rémunérer leurs « stars ». Après avoir fait reporter la première journée, les joueurs obtiennent 10 millions (ils en exigeaient 50). Ça se dit comment « la lutte paye » dans la langue de Cervantès ? ...
Quand nous nous sommes mis à aimer le PSG : Kop of Sentier !
10/03
Kop of Sentier. Un club ne se résume pas à son palmarès. Francis Borelli l'avait bien compris. Pour essayer d'enraciner définitivement le PSG à Paris, il fallait un supplément d'âme, bref du monde dans les tribunes, un public fidèle, si possible haut en couleur. Après avoir encouragé la naissance d'un Kop de Boulogne tourné vers la jeunesse turbulente de la capitale, il va définitivement attacher l'image du club parisien à la faconde pied-noir, accrochant une nouvelle singularité culturelle à l'identité morcelée d'un club somme tout inclassable au sein du foot français. L'ancien joueur de Sousse, né en Algérie (mais qui n'était pas juif, contrairement à son prédécesseur Daniel ...
#FCBPSG Tu sais que, si tu es vraiment de gauche, tu dois supporter le PSG contre Barcelone quand
08/03
Donc tu sais que, si tu es vraiment de gauche, tu dois supporter le PSG contre Barcelone quand Zlatan jouait mieux à Paris qu’au Barcelone, cela veut tout dire cette histoire de « formé au club » , ça pue pas un peu la préférence nationale, non ? Le régionalisme, c’est le nationalisme des petits joueurs Manuel Valls supporte le Barça et que toi tu as voté Benoit Hamon aux primaires du PS Unai Emery est un anticonformiste et comme l'expliquait si bien André Breton à Léon Trotski, la politique ne doit pas décider de ce qui est de l'art ou non.. tu rigoles toujours face aux remarques bien-pensantes concernant les tribunes parisiennes d’avant le plan Leproux, quand tu sais ce qui ...
Hors-sujet : La marche, Une belle histoire culturelle, sociale... et politique
28/02
Interview parue dans "Sport et Plein Air" mars 2017 Vous êtes au départ un historien du cinéma,qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce livre consacré à la marche ? Antoine de Baecque : Pour être précis, j’ai d’abord conduit une thèse sur la Révolution française. Je ne mesens donc pas enfermé dans une spécialité. Ensuite, cet ouvrage est le fruit d’un retour de l’intime dans mon travail. J’ai grandi en parti dans le Vercors, où plus jeune j’avais pris l’habitude de longues balades. Lorsque mon père est décédé, j’ai trié les affaires et j’ai retrouvé par exemple mes premières chaussures de rando ou encore mon journal de marche que je tenais vers 14-16 ans. À la suite de ce ...
#OMPSG #classico : la mémoire des tribunes
26/02
Amar, ancien président des Lutece Falco "À l’époque, ou au départ, ce match n’était pas présenté comme un Classico, et après tout rien de plus normal, nous ne sommes pas en Espagne. Ce terme date d’à peine 4 ou 5 ans. Il est inventé de toute pièce. Les rencontres contre Marseille ont vraiment pris de l’importance à partir des années 90, quand le PSG et l’OM sont devenus les deux plus gros clubs français, et peut-être davantage encore aujourd’hui. Je ne parle pas forcément sur le plan des résultats ou du palmarès. L’OL a remporté davantage de titres que Paris par exemple, mais leur incroyable règne de 2001 à 2008 n’intéressait que les Lyonnais, y compris quand ils sont arrivés en ...
#OMPSG : un #classico inventé par le foot capitaliste?
26/02
D'un coté un public marseillais qui cherchait à remplacer les Girondins dans le rôle du rival et de l'autre un PSG qui avait besoin d'une mystique de l'adversité à l'anglaise pour fidéliser des supporters, denrée assez rare dans une ville ou le ballon rond restai une question de seconde importance (suffit de regarder les 10 ans de Mairie de Delanoë). L'artifice permit de garder une France en haleine quand rien n'en fondait la réalité culturelle – pour preuve, argument souvent présenté, le nombre de joueur qui passe d'un maillot à l'autre sans en perdre le sommeil. C'est cette thèse qui parcouraitt livre de Karl Olive (« Psg-Om, on remet ça ! » , Hugo & cie) qui donne la parole à de ...