Juan Pablo Sorin

09/06/2012

Ça a été une harmonie destructrice. On aurait dit une armée d’instruments alliés à la recherche du brillantissime. Avec des sons accordés et improvisés et quelques solos captivants Avec un maitre silencieux et généreux: Arshavin assistant tout le monde. Et un talent capable d’émouvoir les nouvelles générations: Dzagoev.

Ils avancent tous en bataillon Ils touchent tous et bougent tous Ils aident tous et courent tous Ce sont les complices, les vents musicaux provenant du choeur central qui s’emparent de toutes les oreilles.

Silences fracassants avec l’homme de la surprise: Shirokov Il a souffert avec la nuit détonnée de Kerzhakov, ovationné jusqu’à aujourd’hui, et alors les Tsars ont envoyé Pavlyuchenko pour corriger les voix du chœur et leur permettre de grimper sur la scène pour s’embrasser mutuellement.

Satisfaction du scénographe hollandais Advocaat qui est revenu aux symphonies offensives imaginées par Guus Hiddink pour offrir la meilleure version de cette Russie demifinaliste en 2008.

Mettez vous debout Messieurs, arrangez vous le costume et profitez. La Russie a réalisé une première subtile, sublime et létale. Applaudissements après le 1er acte.

République Tchèque: Un terne Rosicky, Pilar agréable surprise et pas grand chose d’autre à signaler...Ah si! Pauvre Cech!

J’attends vos commentaires sur sofoot ou sur mon twitter: @jpsorin6

abzo

JP


Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Dedebant le 10/06/2012 à 11:50
      

    estoy totalmente de acuerdo contigo Juanito. Rusia va a perder este Euro contra Alemania... :)


1 réaction :
Poster un commentaire