Juan Pablo Sorin

27/11/2011

A l'occasion du classique OM/PSG, Juan Pablo Sorin inaugure son blog sur le dotcom de SoFoot. Au menu aujourd'hui, son départ forcé du PSG. En cause: ses relations avec Vahid.

Après plusieurs années d’absence c’est avec un grand plaisir que je retrouve amis, supporters et amoureux du football français. Depuis la chaleur du Brésil, avec le céleste et blanc de l’Argentine agrafé au cœur et après avoir passé 15 années à parcourir le monde pour vivre et respirer le football de 6 championnats différents, je profite de l’occasion pour vous remercier de l’affection que vous m’avez toujours manifestée durant mon passage en France. Ensemble, nous allons désormais partager émotions, anecdotes, confessions... Bref, des moments de bonheur intense mais aussi de profondes tristesses. Je vous raconterai ce qu’il se passe, ici, en Amérique du Sud en espérant avec impatience vos commentaires.


Durant la saison 2003/2004 j’ai été prêté au PSG. Ce fut pour moi 10 mois de vie parisienne, de bohème, d’amitiés sincères et de bon temps.
Ce furent aussi 30 matchs disputés avec le maillot parisien sans connaître une seule fois le goût amer de la défaite.
Et puis, ce fut un titre : une coupe de France. Un trophée remporté après avoir éliminé l’Olympique de Marseille lors du Clasico… Grâce à un but marqué par mes soins, de la tête, lors du temps réglementaire au Stade Vélodrome. Un moment inoubliable ! Cette saison nous avions fini vice-champion de France, juste derrière l’heptacampeon Lyon.

A Paris on m’a donné le surnom de « Bonheur » parce que j’étais une sorte de talisman pour l’équipe. J’ai été invaincu. Le fait de ne pas connaître la défaite avec un maillot de football sur le dos c’est une sensation unique que je n’ai pu expérimenter qu’une seule fois dans ma vie. A l’époque les supporters du PSG avaient même inventé une jolie chanson pour me rendre hommage et à ma grande surprise j’ai aussi été élu comme l’un des 40 joueurs les plus importants de l’histoire du club... Alors que je n’y ai passé que 10 mois!
Néanmoins, -et malgré le fait que le prix de mon transfert n’était pas excessif-, j’ai dû quitter le PSG. Contre ma volonté. Mais aussi contre la volonté des supporters du club qui m’avaient montré leur soutien en manifestant leur colère. J’ai fait mes valises, en laissant derrière moi une ville merveilleuse et l’une de mes maisons préférées: le Parc Des Princes. Sept ans après, je vous raconte aujourd’hui pourquoi…

Personalidad, liderazgo...au revoir!

Monaco est une ville aristocratique et son stade est plutôt glacial. C’est là que j’ai eu une discussion importante avec mon entraîneur (Vahid Halilhodžić, ndlr) de l’époque. Une conversation, qui, entre autres choses, m’a coûté “l’exil” forcé. Comme on dit en Argentine...”tasa, tasa, cada uno en su casa”. Je suis parti de Paris à contre coeur. C’est le prix que j’ai payé pour ma liberté de penser, pour ne pas trahir mes valeurs et pour avoir refusé d’abandonner la sélection argentine.
On jouait contre Monaco et comme d’habitude avant chaque match, le coach a pris la parole pour donner ses dernières instructions:
- Ici, personne ne peut se permettre de rentrer sur le terrain pour gagner. Même le Real Madrid....

C’est là que je l’ai interrompu:

- Pardon Coach, mais le Real dispute toujours ses matchs pour les gagner. Peu importe le stade. (Je suis bien placé pour le savoir, grâce à mon passé Blaugrana) Nous sommes le PSG et nous pouvons gagner le match mais...certainement pas en jouant la défense!

La tension a flotté dans l’air pendant encore quelques minutes. Puis nous sommes finalement rentrés sur la pelouse… Pour y suivre les directives du coach: jouer en spéculant. Au final, match nul. 1-1.
Nous avons fini deuxièmes du championnat après avoir gagné contre Lyon lors de la dernière journée. La qualification directe pour la Ligue des Champions était ainsi assurée. Le coach fêtait et triomphant il bougeait ses bras partout comme un moulin alors que de mon coté j’essayais de retenir les larmes de mes yeux injectés de sang…

Dans le vestiaire:

- Qu’est-ce qui se passe? Tu n’es pas content?

- Vous savez très bien ce qui se passe, je lui ai répondu. Vous vous rappelez du match de Monaco? Si on avait gagné ce jour là nous serions aujourd’hui en train de fêter un titre de champion...Vous comprenez ce que c’est? Champions...

Finalement, je suis parti de Paris, où je reviens souvent pour sa magie, et où j’ai laissé de grandes relations affectives. A l’époque, je n’avais même pas pu négocier la moindre ligne d’un contrat. La dernière fois que j’ai parlé au coach, je me rappelle qu’il m’avait “suggéré” de jouer la moitié des matchs de la sélection argentine si je voulais rester. Logiquement, j’ai refusé… Résultat: je suis retourné deux mois au Cruzeiro en 2004, avant d’être transféré à Villarreal. Là-bas, moi et mes compagnons avons réalisé une saison fantastique en nous qualifiant notamment pour une demi-finale de Ligue des Champions…

On se retrouve la prochaine fois pour parler du Clasico.

A très vite. D’ici là je vous souhaite d’avoir plein d’énergie positive.

Abrazo,

JP


Votre compte sur SOFOOT.com

15 réactions sur 3 pages Précédent 1/3 Suivant ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Matt78400 (3020) le 27/11/2011 à 13:14
      

    Si c'est vraiment Juampi l'auteur, je vais suivre ce blog avec grand interet, car pour moi il reste un des meilleurs à son poste de tout les temps !!! Je dois paraitre fou, mais si il avait gagné le mondial 2006 tout le monde serait d'accord avec moi ... Car même si tu es de River, tu es une idole pour moi Juampi ! ;)

  • Message posté par Vauclin (22) le 27/11/2011 à 14:02
      

    Manuel Amoros est bien meilleur que juan pabo william sorin :-)

  • Message posté par Bukowski75 le 27/11/2011 à 14:08
      

    Je me souviens de ce match extraordinaire de l'albicéleste contre la Serbie (ou la Rep. Tchèque?) lors de la CDM 2006, Sorin avait été remarquable ! Grande Jugador !

  • Message posté par Xeneize31 (2) le 27/11/2011 à 14:49
      

    Oui c'est ça Manuel Amoros était meilleur que Sorin, et Anthony bancarel meilleur que Dani Alvès non???? Sorin était un très grand joueur et un grand homme, respecté de tous, dommage qu'il est du arrêté sa carrière précipitamment dû a des blessures à répititions...

  • Message posté par Millonarios (1) le 27/11/2011 à 14:50
      

    Un grand joueur ! Dommage qu'il ne soit pas resté plus longtemps à Paris


3 pages Précédent   Suivant :
Poster un commentaire