Faute Tactique

13/02
Lire l'article sur le site de Faute Tactique Au cours de sa carrière en Bleu, de 1998 à 2008, de 21 à 31 ans, David Trezeguet a marqué quelques dizaines de buts. Trois, pour être exact. Des têtes, des reprises de volée, des bouts du pied, des glissades, des coups de fusil impeccables, des saletés à l'arme blanche et quelques douceurs. Des conclusions toutes différentes, mais un seul style : la prendre comme elle vient. Sur les 34 buts que le Roi David a marqués pour l'équipe de France, il a tiré sans contrôler 27 fois (79% des buts), et toujours à l'intérieur de la surface. Il la prenait comme elle venait. Pour conter l'histoire d'un buteur, qu'il y a-t-il de mieux que le récit de ses buts ...
Juan Román Riquelme, la souveraineté créative
12/02
Lire l'article sur le site de Faute Tactique Au-delà de l'esthétique de ses petits ponts et de sa vision du jeu contagieuse, Juan Román Riquelme a toujours fait parler de lui. De son passage en Europe, certains ne retiennent que la frigidité de Louis Van Gaal. De ses exploits argentins, les autres y voient des accomplissements de bac à sable. Mais il y a un match que ces personnes ne peuvent et ne pourront jamais remettre en question : la Coupe Intercontinentale 2000, le soir où Román a fait danser le Real Madrid. Parce que l'on n'oublie jamais une danse, et que Riquelme ne s'est jamais arrêté de danser, et de faire danser. En Argentine, Riquelme est ni plus ni moins que la plus grande id ...
Torres et l'Atlético, une histoire qui ne compte pas les buts
15/01
Depuis le tout début, c'est comme s'il y avait plusieurs Fernando Torres. A l'Atlético, il y avait El Niño qui se préparait pour impressionner l'Europe, mais il y avait aussi l'attaquant maladroit incapable de qualifier son club formateur en coupes européennes. A Liverpool, il y avait par moments le flamboyant buteur, mais aussi l'attaquant plus généreux que précis. Quand la générosité a pris le dessus sur les buts, Fernando Torres a dû continuer à attaquer et commencer à se défendre. Comme un enfant vulnérable, Torres a été moqué et Milan ne l'a pas sauvé. En revenant chez lui au Vicente Calderon, il retrouve une rare source d'affection inconditionnelle, et s'apprête à écrire de nouvelles p ...
L'équipe de l'année 2014 de FT
12/01
Faute Tactique a choisi son équipe de l'année 2014. Pour commencer, étant donné qu'une saison de football ne se joue pas sur le calendrier civil, il s'agit forcément de choix insensés. Mais bon, puisque le football est lui-même insensé, célébrant 90 minutes de jeu pour ne compter que les buts, cela ne semble pas dérangeant. Pour choisir parmi la centaine de héros qui ont émerveillé l'année par leurs beaux gestes, leurs fautes vicieuses et autres actions inestimables, il a fallu définir quelques critères. En premier lieu, cette équipe devait avoir un sens tactique : il était impossible d'aligner Cristiano et Messi ensemble, ni même deux latéraux brésiliens dans la même équipe, et encore moins ...
Jardim et Monaco, le mariage parfait ?
09/12/2014
L'histoire monégasque de Leonardo Jardim, c'est en apparence celle de ce type pas très beau que l'on croise dans la rue au bras d'une fille sublime. On se demande bien ce qu'elle a pu lui trouver… Il doit être drôle, ou bien très riche. Mais puisque Leonardo n'est ni drôle ni riche, il doit avoir des qualités qui ont du plaire à une femme qui sait ce qu'elle veut. L'AS Monaco et son projet de multimilliardaire ont été rattrapés par les réalités. D'abord, en France on n'aime pas trop les riches et les ambitieux. Une caste défend ses intérêts et on jalouse très vite la belle femme. Il faut qu'elle paie et elle paiera. Bienvenue, veuillez verser 50 millions pour commencer la partie. Ensuite et ...
Looking for Javier Pastore
15/08/2014
Une nouvelle rubrique sur l'Argentine, le football argentin et Javier Pastore, dont tu peux retrouver tous les articles en cliquant ici. Depuis les premiers pas du projet de FT, il a été question de prendre le football au sérieux. Non pas au nom du jeu en soi, le ballon et les trophées, mais pour les hommes et leurs émotions. Le football, s'il peut tenir dans une définition, n'est qu'un immense phénomène humain et sociétal, mêlant enfance, rêve, travail, mérite, destin, poésie et politique. C'est, d'une part, la sophistication de l'homme qui, dans son envie de démontrer qu'il était capable d'éduquer l'univers entier, aura trouvé la bonne idée d'éduquer ses propres pieds. Et c'est, d'autre ...
Il était une fois un prince...
27/06/2014
« Si j'étais l'Inter, après qu'il nous ait donné la Champion's en 2010, je lui aurais proposé un contrat à vie. Il voulait devenir cuistot ? Tiens, voilà le contrat de cuistot. » Mais Maicon n'est pas l'Inter. Heureusement pour le cuisinier d'Appiano Gentile, malheureusement pour Diego Milito. Quatre ans après avoir déposé l'Inter sur le toit de l'Europe, Il Principe retourne par la petite porte dans son Argentine natale. Un dernier défi l'attend au Racing, le club de ses débuts. Milito disparait dans cette ombre dont il n'est jamais entièrement sorti. Retour sur le parcours d'un homme qui a mis l'Europe à ses pieds sans jamais le crier trop fort. Dès son premier cri, Diego Milito ...
Robin van Persie peut-il voler seul ?
19/03/2014
Si Rotterdam est le plus grand port européen, il n’est pas certain que Robin ait eu l’occasion d’admirer de nombreux albatros au cours de sa jeunesse. Il est simplement né comme ça, avec des bras d’une longueur infinie. Et si sa dégaine est fascinante, elle ne l’est pas autant que ses pieds. Ceux-là deviennent pros à 17 ans sous les couleurs du Feyenoord. Victime de son talent insolent, van Persie joue deux demi-saisons sous Bert van Marwijk, entre exclusions, grosses prestations et caprices. « J’étais jeune, immature, très ambitieux et impatient ». A 21 ans, il traverse la mer du Nord, à peine 321 kilomètres jusqu’à Londres, et 2,75M£. Le Sun s’empresse de parler d’un « bad b ...
Le jour où Sneijder fit voler Eto'o
18/03/2014
A l’aller, Drogba avait touché la barre, Kalou avait beaucoup provoqué, et Chelsea s’était procuré plus d’occasions. Mais l’Inter avait fini par gagner 2-1 sur la ténacité de Cambiasso et la ludicité de Milito. Malgré la défaite, les Blues restaient favoris. L’Inter avait l’habitude de sortir tôt de la compétition. Tout là-haut en Angleterre, membre de cette Premier League aux allures de club privé, Chelsea devait forcément passer. Mais à la 78è minute, le score est encore de 0-0. Lucio et Samuel enlacent Drogba, Maicon contient Malouda, et surtout, Chelsea ne domine pas le ballon. En face, le milieu Motta-Cambiasso-Sneijder-Pandev fait tourner, conserve, relance. A droite, à gauche. Une con ...