1. // Euro 2012
  2. // Roumanie/France

Bleus clairs ou Bleus nuit ?

Une victoire en Roumanie ce soir serait quasiment la garantie pour l'équipe de France d'aller à l'Euro. De quoi éclaircir l'horizon d'un groupe tricolore qui n'en finit plus d'assombrir son actu.

0 9
Alors comme ça, on aurait le nez dérangé. C'est en tout cas l'hypothèse avancée par Laurent Blanc quand les médias suggèrent qu'il y a quelques effluves d'un passé tricolore obscur qui flottent actuellement dans l'atmosphère. Au fond, pour le sélectionneur de l'équipe de France, les bisbilles de ces derniers jours ne seraient qu'une énième sale combine de ces satanés journaleux. C'est bien connu, quand on ne veut pas voir que l'on couve quelque chose, on tabasse le thermomètre. Pourtant, semble-t-il, aucun plumitif n'avait troqué son crayon ou son micro contre un Beretta 92 pour obliger Samir Nasri à faire sa sucrée dans France Football ( «  J'aimerais que Laurent Blanc me dise les choses entre quatre yeux et pas dans la presse » ), contraindre Franck Ribéry à expliquer que lui chez les Bleus, c'est à gauche et pas autrement, ou menacer Patrice Evra pour lui faire cracher que non, décidément, c'est pas si facile de lui dénicher un successeur au capitanat des Bleus.

Sont quand même forts ces journalistes pour créer des résurgences sud-africaines là où visiblement la page se veut être définitivement tournée. Pourtant, Laurent Blanc y a aussi mis du sien quand le plus sérieusement du monde il a assuré que la victoire en Albanie (2-1) était un bon match où il avait noté de nets progrès. On aurait soldé l'accent cévenol contre une paire de gros sourcils et une tignasse blanche et ça devenait du Raymond Domenech plus vrai que nature. Oui, Blanc peut bien dire ce qu'il veut, en ce moment chez les Bleus, il y a de sales airs de déjà-vu.

Des nantis pourris gâtés

C'est quand même bizarre cette dolce vita qui incite certains acteurs majeurs d'une histoire récente peu glorieuse à continuer à la ramener. La faute à qui, à quoi ? La certitude d'être dans un groupe en bois qui laissera les Bleus, de toute façon, filer vers la prochaine phase finale de l'Euro ? Ou bien l'indécrottable état d'esprit de nantis pourris gâtés qui persiste malgré le temps qui passe, le changement de sélectionneur et les résultats quand même pas fameux-fameux malgré un fauteuil de leader dans le groupe D (3 points d'avance sur la Bosnie) ? Un peu de tout ça, probablement. Il n'empêche, on conseillerait bien à Blanc de bousculer cet édifice branlant qui n'en finit plus de ne pas évoluer depuis près d'un an et un beau succès en Bosnie (2-0), sans lendemain sur le plan qualitatif. Nasri a décidé qu'il ne lâcherait pas la gonfle avant de l'avoir touchée au moins huit fois ? Il y a un Marvin Martin tout en vivacité et en simplicité prêt à prendre les commandes du bazar. Florent Malouda, relégué à droite par le retour de Ribéry, a été infichu de faire la moindre différence à Tirana tout en trouvant le moyen de laisser le pauvre Anthony Réveillère livré à lui-même en défense ? C'est peut-être l'heure de relancer un Mathieu Valbuena toujours content d'être là et souvent prompt à saisir sa chance malgré la taille ridicule de ses bras. Alou Diarra a refilé discrétos sa licence à son oncle de 59 ans depuis plus de deux saisons ? Replaçons l'impressionnant Yann M'Vila en sentinelle, mobile, habile et même buteur désormais.

Bref, les solutions existent pour pallier aux profondes inquiétudes laissées par l'équipe de France et lui permettre d'espérer un destin au-delà d'une simple qualification acquise dans une poule qui frise l'escroquerie. Et à bien y regarder, ce déplacement en Roumanie ressemble à un clin d'œil du destin. C'est là-bas qu'en 1995, déjà en route à l'époque pour un Euro, des Bleus en mal d'identité étaient allés chercher une victoire fondatrice (3-1) pour les succès futurs que l'on sait. Mais franchement aujourd'hui, pour humer des fragrances d'une épopée tricolore voisine, il faudrait, c'est vrai, avoir de sacrés problèmes de nez.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Dans un des commentaires suivant l'article sur "les notes des bleus", Tosss se demandaient bien ce que les joueurs glandaient à l'entrainement, quand on voit certaines réactions sur le terrain ! et il a clairement raison !! Et c'était aussi LA question qu'on se posait avec Ray ?? Bordel mais ils branlent quoi ces mecs ??

Ensuite, ce qui me choque profondément c'est le manque de jugeote et d'intelligence TACTIQUE des joueurs de l'EDF !! Ils sont INCAPABLES de s'adapter collectivement à une confrontation quelconque ! Leur jeu est stéréotypé, comme à l'époque de Domenech ! Évidemment puisque ce sont les même joueurs, ceux là même à qui on reprochait leur faiblesse intellectuelle ! Car ne nous leurrons pas, les Grandes équipes, celles qui gagnent les Grandes compèt', dans n'importe quel sport, ont toujours su développer une intelligence collective ET individuelle ! Je ne demande pas que les joueurs lisent Camus et Sartre, mais au moins qu'ils s'intéressent à la culture de LEUR sport ! Malheureusement c'est indéniable que certains joueurs de cette équipe n'auront jamais cette culture car ils n'ont pas le niveau suffisant... Une équipe qui ne réfléchit pas ou réfléchit mal est une équipe qui perd. On parle bien de "science du jeu".

Apparemment Blanc fera des changements ce soir mais c'est clair que si l'objectif "facile" de se qualifier pour l'euro 2012 sera atteint, le chantier pour arriver à une Grande équipe passera par des changements définitifs de joueurs...
Bruno,

d'accord avec toi, mais plutôt qu'une génération de joueurs "bêtes" ou "faibles" ou "fainéants", est-ce qu'on aurait pas affaire à un vide côté sélectionneur ?

Je ne vois personne en France qui a l'expérience du métier d'entraîneur / sélectionneur, capable de cadrer ces joueurs comme Löw ou Del Bosque le font (Ballack ou Sergio Ramos, c'est pas des lumières non plus).

A mon avis il est plus là le problême, et à moins d'avoir recours à un sélectionneur étranger, je ne vois pas trop qui en France peut remplir ce rôle correctement.
Je me faisais la réflexion sur l'intérêt que portent les joueurs à leur sport. C'est devenu de moins en moins une passion on dirait.

Un bel exemple lors de l'arrivée de Pastore au PSG, Gameiro a déclaré ne jamais l'avoir vu jouer. Etonnant quand on sait que ce mec a été l'une des attractions du calcio l'année dernière...
Effectivement c'est triste à constater mais tant que nous ne changerons pas de sélectionneur il n'y a pas grand chose à espérer. Pourtant il avait suscité des espoirs, mais sa gestion du groupe ou plutôt ses choix portent la marque du Foot français actuel, médiocre, en retard de trois batailles. Ce n'est pas fini vu les prestations des équipes de jeunes...
@Emmanuel :

je serais tenté d'être d'accord sur le fait que Blanc un mauvais sélectionneur (pas mauvais entraineur, effectivement) même s'il doit faire face à des objectifs à court-termes et que ses choix sont forcément conditionnés par ça... Je pense (j'espère !) qu'il va faire un peu comme avait fait Jacquet avec l'euro 96, c'est à dire envoyer une dernière fois au charbon (au casse-pipe !) à l'euro 2012, la génération Knysna, tout en incorporant une nouvelle génération représenté aujourd'hui par M'Villa, Martin et Cabaye... Donc j'attends de voir quand même ce que fera Blanc à l'Euro et surtt après car c'est évident qu'on ne gagnera pas là-bas, à moins d'un miracle... Il ne faut pas oublier qu'avant de devenir sélectionneur, Jacquet et encore moins Lemerre n'avaient pas été de grands entraineurs... Mais un type comme Deschamps aurait peut-être mieux convenu...

Par contre, certes Ballack et Sergio Ramos sont des truffes, mais l'espagnol joue en sélection aux côtés de Casillas, Xavi, Iniesta, Puyol et compagnie qui EUX, ont la culture et l'intelligence de leur sport et sont loin d'être des tartes. Une belle écriture ne fait pas un bon écrivain, les français n'ont pas compris ça.
"A mon avis il est plus là le problême, et à moins d'avoir recours à un sélectionneur étranger, je ne vois pas trop qui en France peut remplir ce rôle correctement. "

Oh ****** ! 100 % d'accord avec toi ! On n'a, à l'heure actuelle, aucun entraineur français avec assez d'expérience pour imposer sa touche tactique d'une part (le 451 bordelais, ça va 5 min) et de poigne pour s'imposer face à cette génération de jeunes joueurs et éviter la langue de bois ("j'ai vu de belles choses", ça va 5 min aussi)
Je ne suis pas sûr que le changement de sélectionneur soit la recette miracle. On aurait tous appréciés beaucoup plus d'audace dans les choix de Blanc, mais on ne peut pas lui demander des miracles.

Knysna, c'était il y a environ 1 an. On est encore dans l'après-Domenech. Et gros sourcils, il avait au moins deux spécialités: la loose et une gestion catastrophique des joueurs, marquée par des mises à la retraite d'office et des refus de sélectionner incompréhensibles (Trézeguet, Pires, Benzema, Mèxès, etc...). Et ça a duré longtemps, le pire.

Avec un tel passif, le chantier de Blanc est juste immense. Sans compter que cette génération a l'air moins talentueuse, vus la précédente génération et le niveau de jeu des stars mondiales actuelles.

Je ne suis pas fan des révolutions, des têtes coupées ou de la table rase. Blanc non plus et il a raison, puisque les résultats sont avec lui. Ne manque plus que la manière et là-dessus, on a juste envie qu'il ne nous (presse + public) prenne pas pour des jambons.

PS: Je me demande si l'affaire des quotas n'a pas fragilisé son autorité sur les joueurs...
Un an est passé et déjà les fantômes ressurgissent. Fini l'état de grâce, les Bleus sont attendus au tournant face à la Roumanie ce soir. Le Président Blanc entame la deuxième année de son mandat sous pression : jeu approximatif et conférences de presse surréalistes. A croire que Domenech invoquait les esprits à Clairefontaine.

http://bit.ly/qrd2rL
N'oublions pas que Blanc et Ribéry partagent le même agent... Ceci explique cela.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ronaldinho 2, le retour
0 9