1. //
  2. // Uruguay/France

Bleus : Aléas jacta est...

Le sort en est jeté... Raymond Jules César s'apprête à franchir le Rubicon avec sa légion bleue. C'est ce soir le Grand Départ, contre l'Uruguay. La France de Ray attaque son Mondial dans le doute. On lui prédit surtout le pire, dès ce match contre la Celeste. Une Celeste qu'on connaît finalement assez peu. Match nul en perspective ?

Modififié
0 0
Commençons par le commencement. C'est quoi l'atout caché des Bleus ? Réponse : la France fait (encore) peur... Évidemment, tous ses adversaires réels ou potentiels savent par cœur ses faiblesses, ses doutes et les mille morts qu'elle a éprouvés pour se qualifier. Reste que quand on écoute les nombreux avis de joueurs ou de sélectionneurs présents au Mondial, on se rend compte que s'ils ne classent pas les Bleus en favoris, ils les jugent au moins dignes de figurer dans le deuxième cercle des outsiders à prendre très au sérieux. Tous ces gens ont l'air sincère. Le souvenir de 1998-2000 reste bien sûr dans les mémoires. Mais c'est surtout la Coupe du Monde 2006 qui pèse encore un peu : des Bleus pâlichons au premier tour devenus irrésistibles après France-Togo et presque invincibles dès les 8èmes contre l'Espagne. En gros, la France, c'est la bête blessée qui peut encore faire mal. Oscar Tabarez, le coach uruguayen, l'a souvent dit et répété : il craint la France. Il ne la surestime pas mais il la respecte : « La France sera difficile à bouger » ...


Le mystère Uruguay...

En vérité, on ne sait pas grand-chose de cette Uruguay. Elle n'a joué qu'un match de préparation, brillamment remporté contre Israël (4-1). Succès probant, mais encore ? Dans les vieux souvenirs des Bleus, que des mauvais résultats : un 0-2 au Mondial 66 et un triste 0-0 au Mondial 2002, tous les deux éliminatoires au premier tour. Jamais deux sans trois ? On verra. Alors, retour à aujourd'hui. Dans les grandes lignes, on peut dire que l'Uruguay, c'est costaud. Pour bien contrer la France, un bon vieux 3-5-2 compact qui bétonne dans l'axe et qui réduit les espaces. Pas besoin d'être finaud pour comprendre qu'il faut éviter que Ribéry, l'atout offensif numéro 1 des Bleus, prenne de la vitesse et arrive lancé dans les 30 derniers mètres. En plus, avec un gros bloc axial, on empêche au milieu tricolore de déployer son jeu. Reste à savoir si ce bloc axial monte haut ou reste plus “attentiste”. Le bloc axial, ce sont les trois centraux un peu lourdingues (Victorino, Lugano, Godin), renforcé devant eux par la paire Pérez et Arevalo Rios : bonne chance à Yoann Gourcuff...

Offensivement, le danger vient évidemment de ses deux attaquants Forlan et Suarez qu'on ne présente plus (77 buts à eux deux cette saison, toutes compètes confondues). Le créateur Nacho Gonzalez joue derrière eux. Autres armes offensives, les deux Pereira de couloir, Alvaro Pereira à gauche et Maximiliano Pereira à droite : c'est technique et ça va vite. Gare au replacement défensif, n'est-ce pas Evra ? Le monstre Abreu (1m91) entre en général à l'heure de jeu pour peser dans le money time. Essentiellement, tout va se jouer au milieu : qui va faire reculer l'autre ? Tout va se jouer à l'impact : contre la Chine et le Costa Rica, le milieu français s'était imposé et avait pu dérouler même si la finition n'avait pas trop suivi. Contre la Tunisie, c'était plus hardos. Qu'en sera-t-il contre la Celeste, alors que Tabarez a bien vu et bien compris qu'il fallait priver la France de mouvements au milieu et “muscler” dans la pure tradition garra charrua (ce qu'il réfute, mais on n'est pas obligé de le croire) ?


Le mystère France

Côté français, rien de nouveau. Sauf surprise de dernière minute, c'est le 4-3-3 avec l'équipe-type constamment alignée lors des trois derniers matchs amicaux qui vont être reconduits. Malgré les critiques, les insuffisances et les défauts observés ici ou là, Ray Strange n'a pas dévié de sa ligne de conduite. Mieux : en plus d'avoir octroyé le côté gauche à Ribéry, au détriment de Henry et Malouda, il en a fait son leader de jeu. Tout ce que Francky voulait ! Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que les Bleus, tous les Bleus, sont placés d'entrée face à leurs responsabilités : Govou, moyen, a été maintenu. Gourcuff, discuté, reste titulaire. Abidal, parfois inquiétant, conforté. Et Henry, même écarté, demeure sûr de rentrer au moins une demi-heure. Voilà : on en est là. Un nouveau système imposé par le coach, avec en contrepartie l'acceptation de tous les desiderata des joueurs. A eux d'écrire l'histoire...

Pour le reste, on enrobe le tout avec un état d'esprit classique : seuls contre tous ! Entraînements à huis clos, peu de contacts avec la presse, hormis les obligations FIFA, et parano feinte et surjouée : « Plus personne ne croit en nous ? Je ne suis pas au courant ! » . Signé Patrice Evra, désigné capitaine il y a peu... Là aussi, les Bleus et le coach ont pris leurs responsabilités : zéro communication, « on garde tout pour nous, entre nous » . Ils ont le droit, c'est eux qui voient : si ça leur permet de passer le premier tour, alors pourquoi pas ? Comme on l'écrivait hier, on doute que, sauf catastrophe, cette équipe soit nulle à 100 %. Reste un point noir : le peu d'efficacité devant le but. Et ça c'est gênant avant d'aborder la première manche de la compète. Ne pas pouvoir marquer, OK. Au moins, il faudra aussi bien savoir défendre. Malgré les flottements en défense centrale, on peut espérer que biens en place les Bleus restent au moins costauds dans le boulot défensif. On n'a pas entendu de proclamations ultra offensives, côté français. Plutôt de la prudence teintée d'humilité. Diego Forlan, lui, a déclaré : « L'important, c'est de bien défendre ta cage. Après, on verra comment on marque des buts... » . On parie sur un 0-0 un peu moche, un peu crispant ?


Les équipes probables :


FRANCE: Lloris - Sagna, Gallas, Abidal, Evra (cap.) - Gourcuff, Toulalan, Malouda - Govou, Anelka, Ribéry


URUGUAY: Muslera - Victorino, Lugano (cap), Godin - M. Pereira, Perez, Arevalo Rios, A. Pereira - I. Gonzalez - Forlan, Suarez.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : Entrées des Bleus
0 0