1. // U20
  2. // France/Corée du Sud (3-1)

Bleuets victorieux, mais pas heureux

S'ils continuent à jouer ainsi, les Bleuets ne prolongeront pas longtemps leur séjour colombien. Mais en battant la Corée du Sud (3-1), ils ont malgré tout préserver leur proche avenir.

Modififié
0 4
France-Corée du Sud: 3-1

Buts: Sunu (27'), Fofana (81') et Lacazette (90'+1) pour la France. Kim (59') pour la Corée du Sud.


Débuter un Mondial par une défaite est rarement une bonne idée. Dans quelque catégorie que ce soit, même si l'Espagne peut prouver le contraire. Giflée d'entrée par la Colombie (4-1), la victoire était vivement conseillée à la France face à la Corée du Sud, afin de ne pas se boucher la perspective d'un huitième de finale. Laborieusement, les Bleuets sont parvenus à leurs fins, bien aidés par un but contre son camp de Kim Jin Ryong. L'essentiel est là, les trois points, mais pour le reste...

Corps coupé en deux, l'organisme français manque singulièrement d'oxygène sur les hauteurs de Bogota. Avec un soutien des arrières latéraux et de la récupération déficient, les quatre de devant se doivent de multiplier les fulgurances pour éclaircir l'horizon français. Kakuta dans un jour sans, et Bakambu encore préféré à Lacazette comme à Tafer, ce sont Gilles Sunu et Antoine Griezmann qui se chargent de faire tanguer l'arrière-garde sud-coréenne. Après quelques légers avertissements, le milieu de la Real Sociedad se trouve à l'origine de l'ouverture du score, et l'employé d'Arsenal à la conclusion. Griezmann frappe fort au deuxième poteau un corner, Timothée Kolodziejczak remet de la tête en retrait pour Gilles Sunu dont la frappe croisée prend de vitesse un gardien sorti avec de la buée sur le pare-brise (1-0, 27e).

Manifestement supérieure techniquement et physiquement, la France pense avoir fait l'essentiel. Dans la foulée, Sunu se trouve d'ailleurs à un dixième de seconde de doubler la mise en manquant d'un rien de couper un service au ras de... Griezmann. Mais les Bleuets ne rassurent pas pour autant. Leur possession de balle favorable est trompeuse. Elle se résume avant tout à de stériles et apathiques échanges sans autre issue que la perte plus ou moins rapide de l'objet qu'ils tentent maladroitement de confisquer. Dans ce faux rythme, la France se piège, et s'expose à la vivacité adverse. Sur coup-franc ou sur contre, la Corée du Sud manque le cadre à plusieurs reprises mais fait vivement frissonner les Bleuets.

La première frappe cadrée sera la bonne : un coup-franc aux 20 mètres, consécutif à une faute paresseuse de Francis Coquelin (1-1, 59e). A ne pas vouloir prendre de risques, la France commence à entrevoir la possibilité d'une élimination, terrible gâchis pour une génération sacrée championne d'Europe des moins de 19 ans en 2010. Terrible humiliation pour des joueurs employés par Arsenal, Chelsea, l'AS Rome, le Benfica, ou l'OL... En face, tous les Coréens évoluent chez mère patrie, à l'exception de Jeong Yong Lee, égaré à Nantes.

Devant ce manque d'allant collectif des protégés de Smerecki, l'hypothèse d'une adaptation douloureuse à l'altitude de Bogota pouvait commencer à être explorée. La fin du match démontrera que les Bleuets souffraient surtout d'un manque d'esprit d'initiative. Contraints de se remettre à pied d'œuvre après l'égalisation, Sunu et consorts poussent alors à nouveau, dans un vilain désordre, provoqué par l'urgence d'un but salvateur. Volontaire, à défaut d'être clairvoyant, le capitaine Gueida Fofana montre l'exemple. A la 80e minute, après avoir perdu la balle aux 25 mètres, le milieu défensif s'arrache pour la récupérer, et sa frappe déviée par un dos coréen termine avec bonne fortune au fond des filets (2-1). Chanceux, les Français donneront des allures confortables et trompeuses au score, en inscrivant un troisième but dans les arrêts de jeu par Lacazette (3-1), qui avait suppléé Bakambu. Face au Mali, la France jouera sa qualification vendredi, avec un moral sans doute regonflé par le gain de ces trois premiers points. Reste maintenant à retrouver son jeu.

Par Thomas Goubin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est "lee yong jae". Et préservé terminaison "é".
... Pour avoir veillé tard hier soir, il est clair que le résultat est en trompe l'oeil. le match ressemblait pas mal au France Chine amical des A avant la CDM 2010 : d'un côté beaucoup de vivacité et d'abnégation et du talent sur un coup-franc, de l'autre beaucoup de confusions et presque aucune séquence fluide malgré une évidente supériorité technique et physique individuelle.
Le trident du milieu ne combinait presque pas, Coquelin et Fofana semblaient coachés par Domenech et la grosse méforme de Kakuta leur portait un gros préjudice, l'entrée de Grenier en fin de match a fluidifié le jeu. Il y'a quand même quelques belles percées de Griezmann et Sunu à noter, mais il va falloir retrouver le sens de la combinaison et de la belle passe très vite...
Il est vrai que les individualités sont là, mais quelles pertes de balles...! c'est rageant de voir de belles séquences commencer et stoppées net à cause de manque de lucidité, d'erreurs de jeunesse (dribble de trop), de manque d'appui dans la passe...
Les Sud Coréens étaient vifs, toujours à l'affût.
Ce qu'il manque à cette équipe de France, c'est une exécution plus chirurgicale des passes car le talent, la technique, l'imagination et la vitesse sont là.
Par contre Kakuta... va falloir faire quelque chose et vite, car c'est un fantôme. S'il se met au diapason des Griezmann et Sunu, ce serait peut être ça l'élément clé manquant !
"et l'employé d'Arsenal à la conclusion" , "des joueurs employés par Arsenal, Chelsea, l'AS Rome, le Benfica, ou l'OL"

Rassurez-moi, les petites vacances colombiennes seront bien décomptées des congés payés... Y a-t-il des tickets restaurant ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 4