1. // Mondial 2010
  2. //

B.Laporte : « Des enfants de 15 ans »

Après le week-end fou de l'équipe de France, Bernard Laporte en a marre. Alors l'ancien secrétaire d'État aux sports sort la sulfateuse et éclate tout le monde : joueurs, sélectionneur, dirigeants, presse.

Modififié
0 1
Que pensez-vous de la situation de l'équipe de France ?


Je suis comme tous les Français. Je suis un peu KO. Parce que je ne comprends pas qu'on puisse en arriver là. Il y a beaucoup de légèreté. De l'inintelligence, c'est peut-être méchant, mais il y a beaucoup de légèreté. Il n'y a surtout aucune autorité, c'est évident.

Vous pensez à Raymond Domenech ?


Je ne parle pas spécialement de Raymond Domenech, je parle de tout le monde. Il faut qu'on m'explique. On me dit que, finalement, Nicolas Anelka n'a pas dit ça, et que le problème est réglé. Très bien, je veux bien le croire. Et puis on nous dit « par contre on va le virer parce qu'un journal a sorti la phrase, même si ce n'est pas ce qu'il a dit » . Si ce n'est pas ce qu'il a dit et si le problème est réglé, pourquoi on le vire ? Il y a des mensonges de part et d'autre, tout le monde ment. Le problème c'est quoi ? C'est qu'il n'y a aucune autorité. Et quand il n'y a aucune autorité, il y a des gens qui se croient importants, qui se croient patrons, qui se croient leaders, et qui ne le sont pas. Quand il y avait Zizou, il y en a certains qui se taisaient, ils se contentaient de jouer au football et n'essayaient pas de mener le groupe s'ils ne savaient pas le faire. Sauf qu'aujourd'hui, il n'y a pas de patron.

Le fait que Domenech aille lire le message des joueurs, c'est représentatif...


Moi je l'ai toujours défendu bec et ongles, parce que je connais trop l'importance des joueurs sur le terrain. Un jour, Michel Platini disait : « J'en ai rien à foutre de savoir qui entraine, ce qui est important, c'est de savoir avec qui je joue » . Il avait raison. Donc Raymond, je l'ai défendu. Mais quand je le vois aller lire le communiqué, j'en pleure. Où on est ? Ils ne veulent pas s'entrainer, je ne suis pas au courant, ils me disent « Viens dans le bus, tu vas aller lire le truc » . Qu'est-ce que tu veux ? Vous allez prendre vos responsabilités et vous allez le lire, votre truc. Comme ça vous serez virés à vie de l'équipe de France et c'est vous qui allez mouiller le maillot. C'est bien la solidarité, mais aujourd'hui, c'est un manque d'intelligence. A ne pas s'entrainer, ils se punissent eux-mêmes et personne d'autre. Il faut s'entrainer pour être bons, surtout dans une période difficile. Ils auraient pu envoyer la même lettre, disant qu'ils n'étaient pas d'accord avec l'exclusion d'Anelka, mais dire « Nous on est joueurs de football, on a un match à gagner, on doit s'entrainer » . Là, on a affaire à des enfants de quinze ans.

Au point où on en est, est-ce qu'on ne doit pas souhaiter que la France soit éliminée demain ?


Jamais. On ne peut pas souhaiter ça. On est la risée de tout le monde. Je vais vous dire ce qu'ils ont à faire s'ils veulent être costauds. Depuis 48 heures, je vois des gens qui pleurent parce qu'ils ont tout perdu, dans le Var, et de l'autre côté des enfants gâtés, parce qu'il n'y a pas d'autre mots. Quand on fait du sport de haut niveau, on est un enfant gâté. On a le privilège de voyager, de défendre notre pays, je ne parle pas de l'argent. Qu'ils sortent par la grande porte et qu'ils disent : « Vous savez, les sept millions qu'on nous doit pour la coupe du monde, on les verse à l'association qui gère ceux qui ont tout perdu dans le Var » . Parce que c'est eux qu'il faut aider, pas des enfants qui font des crises. Je rêve. C'est la seule grande chose qu'ils aient à faire. Ça montrerait une véritable solidarité française et ça me ferait plaisir.

Vous y croyez vraiment ?


Ce n'est pas à moi de leur téléphoner pour leur dire. Mais surtout, qu'ils ne prennent pas d'argent sur cette coupe du monde...

Imaginons que la France passe et fasse un beau parcours. Est-ce que le public pourrait encore s'identifier aux joueurs ?


Aujourd'hui, il faut redorer le blason, donc il faut faire un grand match pour se qualifier. Il faut remontrer un beau visage et faire oublier ces 48 heures. Un grand match, ça va apaiser, c'est évident.

Par quelles étapes devra passer la reconstruction du groupe après la coupe du monde ?


Vous savez, j'ai voulu changer la gouvernance du sport. J'ai mis en place la réforme du haut niveau que je n'ai pas eu le temps de faire passer au Parlement parce que je suis parti avant. On ne peut pas entrer dans une fédération à 30 ans et y être encore dirigeant à 80. Un président des États-Unis ou un président français, ils font deux mandats. Il faut que ce soit pareil dans les fédérations. Bien sûr que la place est belle quand tu fais partie du Conseil Fédéral. Tu fais le tour du monde, tu voyages à l'œil, c'est merveilleux. Sauf qu'il faut céder sa place. Et quand vous y êtes, il ne faut pas gaspiller de l'énergie à durer, il faut gaspiller de l'énergie à faire les choses (sic). Dans le rugby, on a connu des présidents qui restaient à vie. Je rêve.

N'y a-t-il pas un décalage entre les joueurs et les dirigeants ?


La problématique d'aujourd'hui, c'est qu'on a des joueurs qui vivent dans un monde professionnel à outrance, avec des budgets de 250 ou 300 millions d'euros. Il y a un management d'entreprise. Et de l'autre côté on tombe sur des gens qui sont d'anciens fonctionnaires, d'anciens enseignants. Je n'ai rien contre eux, mais c'est comme si on me disait d'aller gérer le Real Madrid. Je ne connais pas le football, ce n'est pas possible. Et aujourd'hui, le joueur de l'équipe de France ne comprend pas d'être dirigé par des gens comme ça.

Donc vous souhaitez clairement que Jean-Pierre Escalettes et les autres dirigeants de la fédération démissionnent.


Je ne souhaite pas qu'ils démissionnent. Jean-Pierre est président jusque 2012. Si c'est démissionner pour remettre le même système en place, ça ne sert à rien. C'est le système qui est fautif. Il faut changer les statuts de la fédération, le mode de scrutin. Il faut que des joueurs, que des gens capables arrivent. Car c'est un problème d'autorité. Imaginez-vous Zinédine Zidane, président de la fédération. Est-ce que vous pensez que les joueurs ne se seraient pas entrainés ? Je vais aller plus loin, parce que Zidane a joué avec eux. Imaginez-vous Michel Hidalgo président de la fédération. Est-ce que vous pensez que les joueurs ne se seraient pas entrainés ? Il y a un problème d'autorité, de respect. Le mec a été entraineur de l'équipe de France, il a gagné la coupe d'Europe. C'est le système, qu'il faut changer.

Vous pensez que certains joueurs ne doivent plus revenir en équipe de France après ces épisodes ?


(silence) Vous savez, le temps va estomper les choses. Il faut savoir pardonner à un certain moment, mais à condition d'un changement d'attitude. Je ne suis pas à l'intérieur, mais s'il s'est passé des choses graves, si ce qu'on lit est vrai, il faudra vite mettre de l'ordre dans l'équipe de France. Mais je ne veux pas parler de choses que je ne connais pas, qui peuvent être des rumeurs. Ce qui s'est dit en première page du quotidien, ce n'est pas ce qui s'est dit dans les vestiaires. Ça aussi, c'est grave. Ouvrir les guillemets et dire qu'il a dit ça alors qu'il n'a pas dit ça, c'est aller loin.

Vous pensez que ça aura une influence sur le moral des Français ?


C'est quoi l'équipe de France de foot ? C'est le sport populaire par excellence, on joue par procuration. Pourquoi on est tristes ? Parce qu'on a envie de voir l'équipe de France en quart-de-finale, jouer contre untel, en demi-finale contre untel, parce qu'on sait qu'on va passer une bonne soirée avec des potes. Parce qu'on a l'impression que c'est nous, c'est ça l'appartenance à un pays. Quand on croise les doigts, qu'on se dit c'est bon, on est une grande nation resplendissante, c'est ça. Une fois que c'est fini, on passe à autre chose, mais ces moments de bonheur, y'a que le foot, qui les apporte. Quand tu te dis que tu ne les auras pas maintenant, il va falloir attendre deux ans pour les avoir.

C'est même pire que ça...


Aujourd'hui, en plus, on a honte, parce qu'on se dit que c'est révoltant.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Zidane un modèle ? oui un mec qui se fait expulser en finale de coupe du monde parce qu'on lui dit un fils de pute, 10 ans d'âge mental lui.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1