1. //
  2. //
  3. // Dijon/Paris SG

Blaise m'a tout dit

Il était l'un des fers de lance du recrutement estival du Paris-SG, pourtant, on ne parle pas beaucoup de Blaise Matuidi depuis l'arrivée de Thiago Motta au mercato d'hiver et le retour de blessure de Momo Sissoko. C'est con, l'international français est en forme

6 8
Quand on a grandi à Fontenay-sous-Bois, entre la patinoire, le lycée Pablo Picasso, la ligne de bus 122 et le quartier de La Redoute, la vie n'est pas forcément idéale. Pourtant, à bientôt 25 piges, Blaise Matuidi est international et joue au PSG. On a connu destin plus dégueulasse. Le milieu de terrain a toujours avancé en douceur. Sans griller les étapes que son talent lui aurait pourtant permis. Trois ans à Troyes, quatre à Saint-Etienne, près de 200 matches au compteur, oui, Blaise est plutôt précoce. Pour moins que ça, on a envoyé Marvin Martin au paradis. Surtout, Blaise ne fait pas de bruit, il avance ses crampons, ratisse des ballons, colle aux basques de ses adversaires, le tout, sans ouvrir sa gueule.

Malgré tout, dans ce nouveau PSG peuplé de stars, il n'est personne. Son statut d'international français n'est que trop rarement mentionné (il a quatre sélections au compteur). Depuis l'arrivée de Thiago Motta et le retour de Momo Sissoko, Matuidi s'est éclipsé. Médiatiquement, il ne tient pas la comparaison. Et comme le numéro 14 a eu le malheur de se blesser au coeur de l'automne, il a pris du retard.

De là à remettre en cause son avenir au PSG, il n'y a qu'un pas que lui-même n'a pas décidé de franchir. Pour preuve, sa réponse en conférence de presse quand on lui balance les rumeurs sur son hypothétique départ : "Je suis venu pour faire partie du projet. Je ne me pose pas cette question de savoir s'il faut que je parte ou pas. Le dossier est clos. J'ai un contrat de trois ans, je suis un joueur du PSG et je le serai encore.". Le gamin sait ce qu'il veut. Il se nourrit de la concurrence. "Je la vis très bien. Je pense que la concurrence est le principal moteur d'une équipe, confie-t-il au Figaro.fr. On est un grand club et un grand club se doit d'avoir 15-20 joueurs de haut niveau."

Paris trop grand pour lui ?

Au final, la vraie question sur Blaise Matuidi concerne son niveau. Le talent, il l'a. C'est indéniable. Mais peut-il encore progresser ? Dans le Forez, le milieu de terrain était un cadre du dispositif tactique. A Paris, il doit jouer des coudes. Se faire un nom. Cela étant dit, il ne s'en sort pas trop mal. Dernièrement, il a même été très convaincant sur le pré. Contre Ajaccio, il régale Pastore sur l'ouverture du score. Preuve d'un mec qui revient fort, très fort. Cet après-midi, il profitera de la suspension de Thiago Motta pour s'installer une nouvelle fois dans le XI de départ de Carlo Ancelotti.

Outre le championnat, Matuidi garde dans un coin de sa tronche un autre objectif, plus personnel : l'Euro 2012. En milieu de semaine, en conférence de presse au Camps des loges, le numéro 14 se la jouait totale franchise. "J'y crois toujours, car lorsque l'on y a goûté, on veut forcément y retourner le plus vite possible. Maintenant, je sais que cela passe par un temps de jeu conséquent et des bonnes performances sur le terrain. Aujourd'hui, ma priorité reste tout de même le PSG, et je vais donner mon maximum pour permettre à Paris d'être champion de France à la fin de la saison".

Comme quoi, à 24 ans, Blaise a déjà de la bouteille. A 19 ans, il bluffait son monde par son niveau de jeu et sa maturité tactique. A l'époque, dans les colonnes de France Football, Jean-Marc Furlan, l'entraîneur qui l'avait lancé en Ligue 1 à Troyes, parlait d'un garçon d'une grande intelligence, prisonnier dans le corps de Muggsy Bogues : "Il ne présente pas les critères habituels pour un milieu de terrain, au niveau athlétique. Mais il est doué, possède un grand sens et une bonne lecture du jeu. Il sait anticiper et possède un gros volume de récupération de ballon. C'est un formidable pourvoyeur pour les créateurs. Il sait jouer en profondeur, a une grande qualité de passe". Tout est dit. La hype Yann M'Vila n'a qu'a bien se tenir...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
J'ai pas compris le rapport avec Muggsy Bogues.
Quand on voit le niveau de M'Vila en ce moment en EDF, il serait temps de faire marcher la concurrence.
Noscia Còsa Niveau : District
Quand on voit le niveau de l'équipe de France en ce moment, on se dit qu'heureusement que Laurent Blanc commence à faire jouer la concurrence. Debuchy pour virer un Sagna qui n'a pas sorti un bon match en sélection depuis... il n'a jamais sorti un bon match en sélection, Giroud qui va foutre un peu de concurrence devant...

Manque plus qu'un ou deux milieux solides techniquement et physiquement (Diaby, revient plz) et un côté gauche un peu moins nécrosé, et on gagne l'Euro.

Mais pour ça il faudrait plus de matchs amicaux pour pouvoir donner sa chance à tout le monde. Et contre des grandes équipes, pas l'Equateur.
Il a le niveau pour Paris, c'est clair et net. Mais comme Motta vient d'arriver et que Ancelotti abandonne progressivement sont "arbre de Noel", Motta et Sissokho sont alignés. Pourtant sur ce qu'il a montré en début de saison, c'est lui qui tenait le milieu de terrain.

Le scandale c'est de voir Bodmer titulaire aussi souvent. J'aime bien Mathieu, mais faut arrêter...
SoninkePsg Niveau : DHR
Je kiff trop ce joueure et bien sur qu'il à le niveau pour Paris.
Même s'il a le niveau (c'est indéniable), ses deux concurrents ont pris trop d'avance durant son absence en alignant les grosses performances. Il a pris du retard sur eux et ça va être dur de revenir cette saison. Enfin bon, trois bons récupérateurs à Paris, je vais pas me plaindre.
Un supporter parisien pourrait-il m'expliquer l'absence de Chantome (à moins d'une blessure) que j'avais trouvé excellent ces deux dernières saisons, il tenait véritablement l'équipe au milieu ! (sur la trentaine de matchs que j'ai vu du PSG ces deux dernières années), merci
"Quand on a grandi à Fontenay-sous-Bois, entre la patinoire, le lycée Pablo Picasso, la ligne de bus 122 et le quartier de La Redoute, la vie n'est pas forcément idéale. Pourtant, à bientôt 25 piges, Blaise Matuidi est international et joue au PSG. On a connu destin plus dégueulasse. "

J'ai failli pleurer
Quelle plume :D
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 8