1. // Ligue Europa – ½
  2. // Sporting/Athletic Bilbao

Bilbao attaque son marathon

L’Athletic Bilbao se lance dans une fin de saison au moins aussi excitante que celles du Barca et du Real, avec trois gros objectifs, dont le plus beau et probablement le plus réalisable commence ce soir, à Lisbonne.

3 1
Un mois, huit ou neuf matchs, trois objectifs. Voici le résumé chiffré de la fin de saison de l’Athletic Bilbao. Trois compétitions, trois dénouements. Et trois défis pour des Basques en manque de titres. Gagner la 24e Coupe d’Espagne du club, la première depuis 1984, année du triplé. Terminer 3e ou 4e en Liga, pour envisager de passer l’hymne de la C1 à San Mamés la saison prochaine. Et remporter la première coupe d’Europe de son histoire, le 9 mai prochain, à Bucarest. De ces trois objectifs, c’est celui qui débute ce soir à Lisbonne face au Sporting Portugal qui semble le plus abordable. Et le plus excitant.

23 Coupes d’Espagne, aucune Coupe d’Europe

Car en Liga, ça va être tendu. Début mars dernier, l’Athletic remporte le derby basque quatre jours avant un gros déplacement à Old Trafford. Levante, 4e, n’est plus qu’à un point. En grande forme, on se dit que Bilbao ne va en faire qu’une bouchée. Sauf que pendant que l’Europe regarde émerveillée cette équipe faite uniquement de Basques dézinguer les stars de Manchester et les starlettes de Schalke 04, l’Espagne encaisse l’addition. Quatre défaites et un nul en Liga au milieu de ces démonstrations européennes, et le rêve de la Ligue des champions qui s’éloigne. Désormais à 6 points de Malaga (4e) et 7 de Valence (3e), il va falloir une sacrée remontada pour remplir l’objectif auquel Bielsa croit encore, la belle C1. La Coupe du Roi, en revanche, pourquoi pas. En face, ça sera le Barça, clairement au-dessus mais jouable sur un match. Les Basques ont d’ailleurs déjà tenu tête aux Catalans cette saison, début novembre, à San Mamés, lors de la 12e journée de Liga (2-2). Un premier trophée depuis 28 ans, qui plus est face au Barça, le Pays Basque ne cracherait pas dessus. C’est pas le genre. Mais des Coupes d’Espagne, Bilbao en a déjà 23 au palmarès. Pas de trace de coupe d’Europe par contre. L’Athletic n’en a jamais été aussi proche depuis la finale de 1977.

Gagner à Alvalade

Des trois autres demi-finalistes de cette Europa League, aucun ne lui est supérieur. Surtout pas le Sporting Portugal, 4e de la Superliga, mais quand même tombeur de l’autre Manchester en 8e de finale. Avec le match retour à domicile, l’Athletic Bilbao a tout pour rejoindre l’un de ses camarades espagnols en finale. Ses performances éblouissantes contre Schalke et surtout contre MU, deux candidats au titre, en ont fait le favori de l’épreuve. Le p’tit préféré aussi, et pas uniquement celui de Thierry Roland. Son engagement, sa volonté de jouer et son trio offensif Muniain-Llorente-Susaeta ont séduit, en Espagne mais aussi et surtout ailleurs, où il s'est fait découvrir. Sa limite, c’est la profondeur de son banc. A chaque fois que Bielsa a voulu faire tourner, ça s’est mal passé. L’Argentin a l’équipe pour réaliser quelque chose de grand, mais pas l’effectif pour jouer sur tous les tableaux. Pour alléger un peu son calendrier, Bilbao va tenter de rééditer ses performances des tours précédents : assurer la qualif’ dès le match aller, en s’imposant à l’extérieur, dans le bouillant José Alvalade.


Par Leo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
ReynaldPedros Niveau : DHR
Y'a vraiment que des basques dans cette équipe ? Pas mal communautaristes les mecs ça va !

Dur de choisir quand on a pas le banc... mais il est quand même plus prestigieux (et aussi plus juteux à court terme) de remporter une coupe d'Europe. Et ça permettrait aussi peut-être de faire quelques emplettes pour s'acheter un banc justement.

En tout cas, une fin de saison qui s'annonce athletic à Bilbao.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 1