1. // C1/C3
  2. // Clubs français
  3. // Bilan

Bilan des clubs français : moins grave que si c’était pire…

La vue d’ensemble du parcours européen des équipes frenchy en phase de poules dégage une sale impression de sinistrose. Pourtant, les stats qui concourent à l’indice UEFA de la France atténuent pour le moment une prospective qu’on croyait être absolument désastreuse. Explications…

Modififié
240 56

Roue libre pour Paris, panache pour l’OL…


La semaine européenne du foot français pas brillante s’est inscrite dans un contexte comico-tragique avec l’affaire Benzema prolongée par le stand up de Le Graët, ainsi que le feuilleton « Platini contre le TAS » . Manquerait plus que les Bleus tombent dans le groupe de la mort au tirage de l’Euro, demain, et on aura touché le fond ! Bon, rapidement, quelques mots sur les derniers matchs du contingent tricolore… En C1, le recul est patent par rapport à l’édition précédente, puisque seul Paris a accédé aux 8es, alors que l’AS Monaco y était parvenue en 2014-15. Et encore ! Le PSG a encore fini deuxième derrière un Real qu’il aurait pu devancer. La victoire finale face au Shakhtar Donetsk, mardi soir (2-0), ne nous a pas appris grand-chose, hormis que Lucas est meilleur en joker qu’en titulaire, que Sirigu a refusé de jouer à la place de Trapp et que Zlatan est joliment en jambes. Sauf qu’on attend Ibra dans les matchs couperets, surtout face à certains rivaux potentiels pas évidents du tout : Barça, Bayern, Atlético, Man City, au moins... Et pas Chelsea, s’il vous plaît ! On a déjà vu le film deux fois. Quant aux Lyonnais, ils nous ont fait du Cyrano de Bergerac. Le panache : « Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès ! / Non ! Non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile ! » Donc l’OL a gagné de fort belle manière à Valence, mais inutilement (2-0). Le but de Cornet était magnifique, comme la course victorieuse de Lacazette. Mais elle nous rappelait que la cavalerie était arrivée trop tard. Car ce Valence automnal n’avait rien de redoutable. Lyon dernier, Gand qualifié : les Gones n’ont pris qu’un point sur six face aux Belges. Comme MU face au PSV. Tout est dit...

L’hôpital L1 et la charité Serie A…


Ce Valence aussi éliminé nous permet de raccrocher le wagon monégasque au train de la lose, via Abdennour : non utilisé en barrage de C1 contre Valence en vue de son transfert là-bas, son absence avait pénalisé l’ASM. Passé chez les Valenciens, il n’y a rien gagné au change : ni en C1 ni en Liga. Du gâchis pour tout le monde… Comme on l’avait dit il y a quinze jours, une tendance inquiétante se dessine : on savait que notre 3e de L1 n’avait plus aucune chance de passer les barrages de C1 en août. Avec l’OL, on découvre que notre 2e de L1 peut aussi gicler de C1 sans être reversé en C3. Pire ! Monaco passé en C3 a disparu dès le premier tour après une humiliation à Tottenham hier soir (1-4). Encore un coup de Belge sur le crâne : après La Gantoise avec Lyon, c’est le petit Anderlecht qui a fumé Monaco… Rien à redire sur Bordeaux et son parcours indigent (dernier de sa poule), malgré un correct 2-2 face à Kazan. Et coup de chapeau à un OM sérieux qui a bien fait le boulot à Liberec (4-2) et aux Verts, auteurs d’un parcours exemplaire et achevé par un bon 1-1 face à la Lazio. Ce qui nous fait deux qualifiés en Ligue Europa. Un bilan médiocre au vu du contingent de départ constitué de nos meilleures locomotives de L1, auquel Lyon devait au moins se joindre. Plus globalement, nos trois qualifiés (PSG, OM, ASSE) ont tous fini deuxièmes, avec le risque de se colleter du lourd. Pour Sainté et Phocée, ça peut être au choix : MU, Tottenham, Liverpool, Naples, Porto ou Leverkusen… Attendons lundi, avec le tirage au sort des 8es de finale de la Ligue des champions et des 16es de finale de la Ligue Europa. Un dernier mot : en France, on a beaucoup daubé sur la Serie A, championnat prétendument « en déclin » . Pas faux. Sauf que tout le contingent des 5 clubs transalpins engagé en C1 et en C3 a passé le premier tour ! Quand l’hôpital se fout de la charité…

Indice Mickey ?


Paradoxalement, le bilan purement comptable de la Phrance ne dessine pas encore le champ de ruines que le contenu des rencontres européennes laisse entrevoir (36 matchs et seulement 12 victoires, dont 8 pour le PSG et l’OM !). La France est toujours cinquième à l'indice UEFA (51, 249 points) en devançant de très peu le Portugal (51, 082) et plus nettement la Russie (6e avec 50, 882 points). Concrètement, cela signifie que si la France conserve cette position à la fin de cette édition européenne 2015-2016, notre troisième de L1 entrera même en barrages de C1 2017-18. Et plus du tout à partir du 3e tour préliminaire, comme c'est le cas actuellement avec la galère de débuter sa saison dès la fin juillet. Voilà pour le scénario le plus favorable, esquissé sur la base du statu quo actuel. Mais un autre scénario plus noir peut aussi se produire : dans le pire des cas, donc, si la France venait à finir 7e à l’indice UEFA derrière le Portugal et la Russie, alors elle perdrait carrément un représentant en C1 à partir de l’été 2017. Attention, danger ! Comme le souligne L'Équipe de ce matin, trois clubs français sont encore en lice, contre quatre au Portugal (FC Porto, Benfica, Sporting, Braga). Or, reversé en C3, le FC Porto sait briller dans cette compétition (vainqueur en 2011, 1-0 contre Braga). Enfin, pour mieux écarter la menace russe que la France ne distance que de 0,367 point, L'Équipe suggère que le PSG serait tout aise d’affronter le Zénith, « l'un des tirages les plus abordables pour ce tour » . Désolé, mais le terme « abordable » n’existe plus ce matin pour le football français, même pour ce Paris qui devra aller jouer son retour à l’extérieur…

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

St Etienne et Marseille à deux doigts de commander le bus impérial après avoir terminé deuxième du groupe.

Bordeaux et Monaco qui doivent finir deuxièmes.

Lyon qui doit au moins faire Europa League, voir 2ème, ça n'aurait pas été un exploit.

Inquiétant.
Bilan européen après l'hiver :

Les espagnols ont encore sept représentants (3+4). Suivie par les anglais (3+3) et les allemands (2+4). Les trois premiers à l'indice UEFA confirment leur supériorité.

L'Italie assume sa quatrième place (2+5).

Viennent ensuite les portugais (1+3). Puis français et russes (1+2).

C'est incroyable comme l'indice UEFA est un bon baromètre. Ce n'est pas cette année qu'on verra la hiérarchie être bousculée.

La suite: Belgique, Ukraine (1+1), Turquie et Suisse (0+2).

La Hollande sauve l'honneur (1+0). Et Autriche, Grèce, Tchéquie, Danemark et Norvège ont encore un club en Europa.
Pauvre foot français... Ça fait mal de voir nos clubs autant en galère en Europe, que les choses changent et vite !
Pourquoi pauvre foot français?

Le foot français est à sa place. Sa place historique.

Il n'y a que lors d'un court laps de temps durant les années 90 qu'il a été à un niveau supérieur.

Certes, c'est bien de vouloir progresser. Il le faut ne serait-ce que pour se maintenir.
Chérif , etre patriote est une chose honorable en France et rare , mais dire que Anderlecht est un petit club c'est limite !
Le club possède a lui seule plus de trophées internationaux que tout les clubs Français réunit depuis la création des coupes européennes !
Et en tant que fan du grand Ajax que tu es , je ne vais rien t'apprendre que les clubs Belges et Hollandais existe plus sur la carte continentale depuis bosman .
Mais hormis ce petit lapsus , ton article était sympa a lire et mérite d'etre publier après chaque tour de coupe d'europe .
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Message posté par mario
Bilan européen après l'hiver :

Les espagnols ont encore sept représentants (3+4). Suivie par les anglais (3+3) et les allemands (2+4). Les trois premiers à l'indice UEFA confirment leur supériorité.

L'Italie assume sa quatrième place (2+5).

Viennent ensuite les portugais (1+3). Puis français et russes (1+2).

C'est incroyable comme l'indice UEFA est un bon baromètre. Ce n'est pas cette année qu'on verra la hiérarchie être bousculée.

La suite: Belgique, Ukraine (1+1), Turquie et Suisse (0+2).

La Hollande sauve l'honneur (1+0). Et Autriche, Grèce, Tchéquie, Danemark et Norvège ont encore un club en Europa.


J'ai certes une lecture partisane, mais je pense que cette saison démontre aussi que l'Italie continue sa remontée.
Seul championnat à faire un perfect cette année. C'est quand même quelque chose.
"le petit Anderlecht"... Dis fieu, regarde un peu le palmarès européen d'Anderlecht et compare-le avec celui de Monaco, et on en reparlera.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Puis merci Cherif sur le passage sur la Série A. quand on ne connait pas son sujet et qu'en plus on est soi même nul à chier (putin Monaco, Bordeau et Lyon, mais quelle catastrophe !! Et l'OM est pas mal dans le genre aussi, se démerder pour avoir à se qualifier lors de la dernière journée dans un groupe aussi faible, ça force le respect), on ne parle pas.
Je prendrais le temps de lire l'article plus tard, juste une chose: OI SONT LES NOTES????
Toon Eastman Niveau : National
C'est assez flippant quand même de voir que vu la situation actuelle (3 clubs qualifiés 2e) il est tout a fait possible qu'aucuns d'entre eux ne passe le tour suivant.

On ne m'enleverra pas de l'idée que, tant qu'il n'y aura plus personne en France pour jouer des coudes avec le PSG sur la longueur, le foot francais ne pourra pas aller mieux.
whisky100coca Niveau : District
Pas tout à fait perfect, merci la samp !

ps: Georges ta un compte sur calciomio?
Good Kompany Niveau : DHR
Anderlecht est un géant en Belgique.
A une belle histoire européenne (2 coupes dans les années 70).
Mais ça reste un club de petit pays qui doit vendre ses bons joueurs tous les ans(2 ou 3 en moyenne).
Budget annuel 35M €.
Monaco c'est combien?
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Message posté par whisky100coca
Pas tout à fait perfect, merci la samp !

ps: Georges ta un compte sur calciomio?


Hum, oui, mais je commente pratiquement jamais, pourquoi ? Toi aussi ?

Et oui, merci la Samp d'avoir fourni l'une des prestations les plus ridicules de ces 10 dernières années.
C'est quoi cette histoire de Sirigu qui a refusé de jouer ??
Venez sur calciomio les frères on y est bien.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Message posté par Torone
Venez sur calciomio les frères on y est bien.


Bof, pas sur d'aimer beaucoup moi.
alors, évidemment, c'est un très bon site et bon forum, mais ça m'attire pas trop de poster dessus. Je trouve qu'il y a déjà beaucoup de gros trolls ridicules (notamment un mec, dont je me rappelle plus le nom, qui, s'il avait été sur sofoot, se serait fait virer au bout de deux posts au vu de ses idées ultra nationalistes), de types inintéressants et pas très futfut, de mecs qui ont des délires bien entre eux et qui te prennent de haut dès lors que tu contredis leurs idées préconçues...

Bref, je dis ça mais ça reste un très bon forum (surement l'un des meilleurs de France), que j'aime bien suivre, mais auquel je me vois mal participer.
J'ai moi aussi tiqué en lisant "petit Anderlecht" bien que ne comptais point le relever, mettant cela sur le compte d'une badinerie de l'auteur.. Mais je vais tout de même y aller moi aussi de ma contribution..

La marque d'Anderlecht dans le paysage européen, plus qu'un palmarès singulier déjà supérieur à tout le football hexagonal réuni ou au-delà de rester, je crois, le 10ème club statistique de l'Histoire des coupes d'Europe, et même d'avoir été le très officiel meilleur club européen en 1986 : c'est d'abord et surtout la question du style, désormais versée aux oubliettes ou, pire, tout bonnement viciée dans l'inconscient collectif..

Je me suis toujours demandé si, dans ses panégyriques pro-Ajax, l'auteur péchait par ignorance ou folle idolâtrie.. Il est en tout cas un fait certain que la référence stylistique des années 1960 et 1970 n'était certainement pas l'Ajax, club globalement rejeté par les plus fins observateurs de l'époque pour sa brutalité et son cynisme, et je reste gentil, mais bien plutôt et résolument l'Anderlecht de Sinibaldi puis de Goethals..et encore ce club-là s'illustrait-il encore par un style admirable, léché et offensif, dans les années 1980..ce qui donne donc un primat stylistique durable quelque 3 décennies durant, cas possiblement unique dans l'Histoire du football européen, excusez du peu..

Les palmarès européens connaissant abondamment d'avoir été et d'être viciés, mais encore faut-il en avoir conscience, il m'a toujours paru plus opportun de juger des clubs par ce qu'ils ont apporté.. Or la voilà assurément, hier comme aujourd'hui, la grandeur de ce club, fût-elle aujourd'hui un brin surannée..

Ou alors que l'auteur soit cohérent avec lui-même et à l'avenir qualifie non moins son Ajax de "petit" club, puisque celui-ci n'a décidément et depuis quelque temps pas même le moindre supplément de performance européenne à opposer à son homologue belge..
Une autre lecture de ce classement est possible.

C'est en se projetant sur 2 ans.
Si on élimine la saison 2011/2012 comme cela sera le cas la saison prochaine, cela donne une lecture sur une tendance encore plus courte pour les places attributives à partir de la saison 2018/2019.

Ainsi,si on prend en compte le coefficient à partir de la saison 2012/2013, avec la saison 2016/2017 où tous les compteurs sont à zéro, la situation est la suivante :

L'Espagne est loin en tête avec 74 pts.
L'Allemagne est deuxième avec 60 points.
L'Italie reprend la 3è place de justesse avec 57,9 contre l'Angleterre avec 57,4.

On voit donc que l'Espagne est intouchable mais que l'écart entre les 3 championnats suivants se ressère.
Selon moi, plusieurs facteurs :
- L'Allemagne est dans une position d'observation. A part le Bayern, les autres clubs vont ils poursuivre une certaine continuité de résultats ?
- L'Italie se rétabli petit à petit, la reprise des 2 Milan sera un facteur déterminant pour un redressement total.
- L'Angleterre confirme une baisse de compétitivité. L'arrivée massive d'argent peut selon moi amener 2 positions radicalement différentes.
Soit la PL va redécoller grâce à une hausse du niveau par l'arrivée de grands joueurs et de grands entraineurs.
Soit une baisse ou une stagnation est à prévoir, le niveau entre toutes les équipes se ressérant, les clubs vont s'épuiser dans les 3 compétions Nationales qui deviendront toutes très importantes car il faudra bien gagner un trophée pour justifier les investissements.

5 Russie 41
6 France 40
7 Portugal 39

La France et le Portugal confirme leur rôle de tremplin tandis que la Russie a augmenté le niveau de la compétitivité de ses clubs engagés en Europe.
Ces 3 championnats semblent coincés dans cette seconde charrette.
La France et le Portugal car il n'est pas possible financièrement de concurrencer les 4 grands championnats.
Au contraire de la Russie qui semble avoir la capacité financière mais dont l'attractivité géographique et la politique intérieure n'est pas propice à l'arrivée massive de joueurs étrangers de premier plan.
Bitedamarage Niveau : CFA
@Rems
Plutôt d'accord, hier les "experts" de Bein parlaient de la 2ème place de l'OM comme d'une franche réussite. Y'en a un qui c'est même permis un "dans ce groupe, le classement respecte la logique sportive"... Alors je veux bien que Braga soit pas un mauvais club, ils ont connu d'ailleurs de franches réussites en Europe, mais bon on ne peut pas estimer que l'OM leur est inférieur. Ce manque d'ambition explique pour moi en partie le manque de compétitivité de nombres de clubs Français. On se fixe des objectifs minimalistes, ce qui ne créé pas d'émulation.

@Georgie

Pareil je suis pas mal de ton avis sur la remontée du calcio mais je n'ai pas envie de m'enthousiasmer pour deux raisons. Déjà par superstition, tant qu'un club Italien ne soulève pas de nouveau la CL je ne parlerai pas de remontée (moi aussi je suis un aficionados du calcio puisque la moitié de ma famille est originaire d'Italie, mais bon 10 fois moins que toi, je suis avant tout un suiveur de la L1 et de mon club, mais le calcio a toute ma tendresse).
Ensuite le gros point noir c'est la 2ème place de la Juve, qui avait la voix royale pour finir 1er. Or qui dit 2ème en poule dit presque toujours triste parcours en élimination directe. La Roma se fera poutrer très probablement, comme c'est la tradition. Reste l'UEFA où avec un peu de chance et d'envie un club Italien peut aller au bout. Mais bon on est encore très loin du niveau du calcio d'il y a 10 ans, sans parler des années 90.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
240 56