Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Culture foot – Rap

Bigflo et Oli : « Maradona, c’est presque notre dieu »

Bigflo et Oli, ce sont les deux MC’s qui amènent un vent de fraîcheur sur le rap français actuel. Âgés de 21 et 17 ans, les deux frangins n’ont rien à envier aux plus âgés, c’est ce qu’ils prouvent avec leur nouveau clip « Monsieur tout le monde » , premier extrait de leur EP Le Trac, qui sortira fin avril. Et en plus d’être bons rappeurs, ils sont aussi des fans de foot, du Téfécé - qui affronte Sochaux ce soir - et surtout de Maradona, Argentine oblige.

Modififié
Paraît que vous êtes fans de foot. C’est un sport que vous avez pratiqué, du coup ?
Oli : En club, jamais. Mais depuis tout petits, on tape le ballon entre potes, comme tout le monde.
Flo : Notre père est argentin, donc le foot, c’est vraiment un truc qui fait partie de notre vie. Mais on n’en a jamais fait vraiment sérieusement, parce qu’on avait la musique qui nous prenait beaucoup de temps. Mais dès qu’il y a un ballon qui traîne, on est chauds pour taper un foot.

Et vous avez un bon niveau ? En toute objectivité, hein.
Oli : On n’est pas super bons, mais on se donne tellement sur le terrain qu’on peut créer l’illusion. On a la grinta sud-américaine !
Flo : Moi, je dois avouer que je suis connu pour mes simulations. J’aime bien le petit côté provoc’. Comme je suis maigre, j’en profite un peu, dès qu’il y a un gars gaillard qui me pousse, je roule pendant trois heures par terre. On n’est pas très bons, mais on a des petites fulgurances quand même, il ne faut pas sous-estimer, hein.
Oli : Après, on ne va pas te mentir, on est meilleurs sur FIFA.

FIFA, c’est un jeu que vous squattez beaucoup ?
Oli : Ouais, on y joue beaucoup. J’aime bien cet esprit de compétition entre potes.
Flo : FIFA, c’est plus qu’un jeu, c’est une histoire d’honneur entre mecs. Toutes les bandes de potes savent qui est le meilleur à FIFA. Tu mets vraiment ton honneur en jeu à chaque fois.
Oli : Tu vois, moi, j’ai peur de mettre un but tellement je sais que mon frère va s’énerver.
Flo : Ça nous est arrivé de nous battre à cause de ça. Moi, comme je suis plus grand qu’Oli, c’est vrai que je le tapais parfois. Les matchs de FIFA finissaient souvent en pleurs et en baston. Je suis vraiment très mauvais perdant, d’ailleurs je m’excuse auprès d’Oli par le biais de cette interview (rires).

Origines argentines, donc fans de l’Albiceleste, forcément ?
Oli : Bah ouais, on regarde tout le temps les matchs de l’Argentine. Après, au niveau des clubs, on a ce petit clash entre nous, car moi, je suis pour Boca Juniors et Flo supporte River Plate. On se chamaille parfois, mais c’est vrai qu’on n’a pas trop le temps de suivre le championnat argentin, même si on a toujours le maillot à la maison.

Et quand il y a une confrontation France vs Argentine ?
Flo : C’est ça le problème, c’est un peu le dilemme. Mais quand il y a un match entre les deux, je me dis que, quoi qu’il arrive, j’aurai gagné le match, quoi. Après, il y a toujours ce petit pincement pour l’Argentine. Généralement, quand il y a un match de l’Argentine, on sort les drapeaux avec notre daron, on fait vraiment les gros supporters. Je me souviens qu’Oli, quand il était petit, il chialait quand l’Argentine perdait !
Oli : Je me souviens de la défaite contre l’Allemagne, en 2006. Elle était putain de rude ! Mon père avait pété le meuble de la télé, d’ailleurs. C’est te dire si ça nous tient à cœur !

Et le Téfécé, vous suivez un peu, également ?
Flo : Ouais, on suit pas mal. D’ailleurs, on n’est pas mal là, dans les dix premiers, je crois. Dès que je peux, je vais au Stadium, voir un match avec des potes !

En parlant de ça, au stade, vous êtes plus latéral ou kop avec les vrais supporters ?
Flo : On est dans le kop avec les Indians. On connaît mêmes quelques chansons (rires) ! On n’a plus autant de temps qu’avant pour suivre vraiment tous les matchs, ou pour aller au stade, mais on reste quand même à fond derrière notre club.

D’ailleurs, quand est-ce que vous nous sortez un petit son sur le Téfécé ?
Flo : (rires) On avait écrit un truc quand on était tout petits, et même aujourd’hui, quand on peut, on rajoute des petites phrases sur le Téfécé.
Oli : Je me souviens qu’à la mort du supporter toulousain, Brice Taton, on avait écrit un petit truc en son hommage, et les supporters du club avaient pas mal apprécié.

Votre plus grosse émotion footballistique ?
Flo : Pour moi, c’est la première fois qu’on est allés voir jouer l’Argentine, c’était au Vélodrome contre la France. On était partis avec notre père, on était dans le kop argentin, il y avait Maradona entraîneur, on le voyait de loin. C’est vraiment mon plus beau souvenir de foot !
Oli : Moi, je dirais un peu comme Flo, mais j’ai aussi un putain de souvenir, c’était un match de gala entre France 98 et le Téfécé, au stadium. Il y avait Zizou, Barthez, tout le monde, c’était cool. Et pour la petite anecdote, quelques années plus tard, on a été invités à un match caritatif et on avait mis un une-deux à Barthez, ça reste notre grande fierté !

Vous avez 17 et 21 ans, vous étiez donc trop jeunes pour la Coupe du monde 1998, en avez-vous quelques souvenirs quand même ?
Flo : Attends, j’avais quel âge en 1998 ? Putain, mais j’avais que cinq ans !
Oli : J’ai l’impression de m’en souvenir tellement ça a été énorme, mais je ne sais pas si ce sont de véritables souvenirs ou si c’est à force d’en avoir entendu parler.
Flo : C’est exactement ça ! Au fond, on était bien trop jeunes pour s’en souvenir, mais t’as quand même l’impression que tu t’en souviens, tellement c’est dans l’inconscient collectif. Quand tu revois les vidéos et tout, t’as l’impression que c’est tes souvenirs à toi !
Oli : On attend la prochaine Coupe du monde avec impatience.

Et vous allez supporter quelle équipe, pour cette Coupe du monde ?
Oli : À chaque Coupe du monde, je suis à fond pour la France, et j’y crois à fond. Donc là aussi, j’y crois à fond !
Flo : Non, pour l’Argentine en premier !
Oli : Non, moi, je suis d’abord pour la France.
Flo : Moi, je dis que l’Argentine va gagner. Et la finale, ce sera France-Argentine !

Une finale France-Argentine, c’est un peu le match où, à la fin, vous pleurez et criez de joie en même temps, non ?
Flo : (rires) C’est exactement ça ! C’est un peu le truc chelou, mais une finale comme ça, ce serait parfait !

Vous n’avez pas envisagé d’aller au Brésil, cet été, pour voir la Coupe du monde ?
Flo : Non. Mais c’est vrai que c’est un rêve que l’on a. De toute façon, on s’est dit qu’un jour, avant de mourir, il faudrait qu’on aille voir une Coupe du monde. Mais là, c’est pas la bonne année, on a notre EP qui sort en avril, il y a tous les concerts.
Oli : Ouais, et puis on prépare notre album, donc on sera surtout au studio, mais derrière la télé pour suivre les matchs.

Quel est le joueur qui vous fait kiffer le football depuis le début ?
Oli : On a le même, c’est Maradona. Ce n’est pas du tout notre génération, mais notre père l’a tellement érigé comme un demi-dieu, que c’est notre joueur préféré, même si on ne l’a jamais vu jouer en live.

Flo : On a les petites figurines à la maison, les drapeaux…
Oli : Maradona, c’est presque notre dieu, sérieux. Je me souviens, quand on est allés voir le fameux France-Argentine où il entraînait, on a presque vécu le truc comme un pèlerinage, tu vois.

Et dans les joueurs actuels ?
Flo : Moi, j’aime bien Ibra et Cristiano. J’aime bien cette espèce d’insolence qu’ils ont.
Oli : Ils peuvent même faire penser à des rappeurs parfois, c’est ça qui est drôle. Avec les petites piques, les petits clashs, les délires egotrips !
Flo : Après, il y a Messi, bien sûr. De toute façon, on est tellement chauvins que, pour nous, Messi, c’est le meilleur, il n’y a pas photo.

Il n’y a pas d’autres joueurs argentins qui vous font vibrer un peu ?
Oli : Si, il y aussi Riquelme qui joue à Boca ! J’avais un maillot de lui, avec le sponsor Pepsi sur le maillot.
Flo : Moi, on me dit souvent que je ressemble à Di María, et honnêtement, je ne sais pas si je dois bien le prendre (rires).

Et en dehors de la Ligue 1, c’est quoi votre club ?
Oli : On supporte surtout le Barça. On retrouve un peu l’esprit argentin dans cette équipe.
Flo : Il n’y a que des petits joueurs qui courent vite, j’aime bien cet esprit-là.
Oli : Tu remarqueras qu’il y a beaucoup d’Argentins qui supportent le Barça.
Flo : Et ouais, Maradona a joué là-bas. Mais honnêtement, je ne sais même plus pourquoi on supporte le Barça, mais c’est comme ça, c’est une tradition à la maison.
Oli : Ouais, c’est de famille. On a également un maillot du Barça qui traîne à la maison.

On sait qu’il n’y a pas mal de connexions entre foot et rap, vous avez déjà été amenés à rencontrer des footeux ?
Oli : Alors, pas encore, mais il y a le Téfécé qui nous a contactés pour que deux joueurs passent à notre studio, pour faire une petite vidéo. Ça va être un petit reportage, une sorte de bonus pour le site du club, ça va être marrant. Peut-être qu’ils vont essayer de poser un petit son, on verra.

Quel joueur vous verriez bien faire du rap ?
Flo : Ibra, ça c’est sûr !
Oli : En joueur français, je dirais Ribéry.
Flo : Sinon, il y a Cristiano qui se fait des egotrips de fou. D’ailleurs, ça ne m’étonnerait pas qu’il s’y mette un jour, lui. Je le verrais bien dans un clip avec sa grosse bagnole. J’aime bien son esprit un peu insolent.

Vidéo

En concert au Printemps de Bourges le 22 avril, à La Boule Noire (Paris) le 29 avril.

Propos recueillis par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 129
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom