Bertrand Layec : « La vidéo est dangereuse »

Bertrand Layec a arrêté sa carrière en mai 2010 pour devenir manager des arbitres du secteur professionnel en France. Après les « affaires » Lampard et Tevez, il élève le débat. Contre la vidéo, pour l'arbitrage à cinq.

Modififié
0 4
On a l'impression que tout le monde attendait la première polémique sur l'arbitrage dans ce Mondial pour se lâcher. N'en a-t-on pas trop fait ?


Certainement. On en fait toujours trop. A un moment, il faut avoir un peu de retenue par rapport à des faits de jeu, même si les conséquences sont importantes sur les plans sportif et financier. Je pense qu'on doit garder un peu de raison et réfléchir sur ce que l'on pourrait mettre en place pour éviter ce genre de situations. Il ne faut pas tout transformer pour deux décisions qui revêtent un caractère d'injustice sportive évident. Maintenant, il faut trouver la meilleur des solutions, celle qui ne risque pas de créer d'autres problèmes et d'autres polémiques.

Justement, on a tout de suite placé le débat sur la question de la vidéo. Vous pensez que ce serait une bonne solution pour les franchissements de ligne et les hors-jeu ?


Je pense qu'il faut trouver un outil technique, un outil d'aide à la décision, qui soit incontestable. Et qui ne soit surtout pas utilisé de manière abusive. Si l'on prend les deux derniers cas, en effet, la vidéo serait un outil. Mais pour ces deux cas, il y en a des centaines, durant la coupe du monde, où l'utilisation de la vidéo aurait plutôt créé des polémiques sur le terrain, dans la spontanéité. Il faut donc trouver un outil qui permette de ne pas entrer dans d'autres débats. Je prends l'exemple de France-Mexique. Sur le premier but, on se rend compte au vingtième ralenti que le pied d'Abidal couvre l'attaquant mexicain.
Quel serait l'attitude de l'entraineur français, qui demanderait la vidéo pour avoir la certitude qu'il n'y a pas hors-jeu ? La certitude, on ne peut l'avoir que quatre ou cinq minutes plus tard. Donc la vidéo est dangereuse parce que l'interprétation est toujours sujette à discussion. Où met-on le curseur dans l'utilisation ? Ce n'est qu'une question, je n'ai pas la réponse. Mais pour regarder beaucoup de matchs et analyser beaucoup de décisions, très souvent la vidéo crée plus de discussions que de solutions.

Pourtant ça fonctionne dans certains sports, c'est le football qui n'est pas adapté ?


Bien sûr. On compare beaucoup mais il n'y a pas d'interprétation dans le tennis, ni dans un en-but de rugby. Pourquoi n'utilise-t-on pas la vidéo dans le jeu, au rugby ? Parce que l'IRB a les mêmes interrogations que nous. Il y a énormément de situations sujettes à interprétation : en-avant, hors-jeu, etc. Ils ont trouvé un endroit où la vidéo était applicable parce que leur discipline le permet. Quand il y a 25 personnes sur le ballon, ce n'est humainement pas facile de prendre une décision et la culture rugby fait qu'il y a beaucoup d'arrêts dans le jeu. Le tennis, je n'en parle même pas, c'est relativement binaire et simple. Pour le but de Lampard, c'est clair, mais pour de nombreux autres, ça ne le serait pas. On n'a pas encore un outil fiable à 100%.

Jusqu'ici, la FIFA était opposée à la vidéo mais Sepp Blatter vient de l'évoquer pour la première fois. Est-ce qu'il ne cède pas à la pression alors que le bilan de l'arbitrage est plutôt positif dans ce Mondial ?


La FIFA répondra. Autour d'une table, on verra à quel niveau on met le curseur, dans quelles situations. Je peux vous dire qu'à l'énoncé de tous les cas de figure, cela va être très difficile d'instaurer cet outil. Pour les franchissements de ligne, quand cela se joue à quelques millimètres... La FIFA avait déjà instauré le ballon à puce, ce qui était intéressant, mais on s'est rendu compte que la particularité du ballon rendait la technique très difficile à fiabiliser.

Une question qu'on n'a pas souvent posée aux arbitres-consultants depuis dimanche : quelles erreurs ont commis les arbitres de touche ?


Sur le hors-jeu de Tevez, c'est une faute technique de jugement. L'arbitre de touche n'a pas respecté les fondamentaux. Le principe de base, c'est l'alignement sur l'avant-dernier défenseur, dans toute situation de jeu. Là, il est un peu surpris parce qu'il y a un va-et-vient de ballons très rapide, un contre et il est décalé de 3-4 mètres par rapport à l'avant-dernier défenseur. C'est un handicap technique majeur qui représente 90% de l'explication. Après il y a peut-être un manque de concentration. C'est quelque chose qu'on peut travailler. Sur tous les matchs précédents, les arbitres ont démontré une énorme qualité de jugement par rapport au hors-jeu.

Et en ce qui concerne le but de Lampard ?


C'est beaucoup plus compliqué. Cette fois, l'arbitre de touche est aligné sur l'avant-dernier défenseur et peut-être que le gardien lui bouche l'angle. Il n'y a pas d'explication technique, simplement une explication humaine, géographique. On ne peut pas lui reprocher. Je pense que la solution, à très court terme, c'est l'arbitrage à cinq. Il est évident qu'un arbitre positionné derrière le but aurait constaté que le but était valable. Même les photographes l'ont vu.

Quel est le bilan de l'arbitrage à cinq, expérimenté en Ligue Europa cette année ?


Les conclusions sont globalement positives. Il y a du bon et du moins bon, mais il y a tellement de bon que cela va se développer en Ligue des Champions dès cette saison, des matchs préliminaires à la finale. Lors des éliminatoires de l'Euro également. Je pense que l'arbitrage à cinq a pris en crédibilité depuis quelques jours, ce qui donne raison à Michel Platini. En France, on est très solidaire de cette démarche.

En parlant d'arbitrage français, Stéphane Lannoy a eu une coupe du monde un peu compliquée (auteur de plusieurs erreurs d'appréciation lors de Brésil-Côte d'Ivoire, il n'est apparu qu'en tant que quatrième arbitre par la suite, ndlr).


Il a fait une première rencontre remarquable et remarquée. C'est vrai que sa deuxième performance a été marquée par la décision de valider un but qui n'aurait pas dû l'être. La FIFA est très pointilleuse et exigeante là-dessus, on l'a vu avec Rossetti, Busacca et d'autres. Globalement, ses deux performances sont très correctes. On ne peut pas juger un arbitre sur une décision. Il n'y a que ceux qui veulent faire du mal à l'arbitrage qui peuvent se permettre de dire que Stéphane Lannoy a loupé sa coupe du monde. L'arbitrage français se porte bien. On a vu que l'erreur n'était pas une exclusivité franco-française. Il n'y a que ceux qui veulent faire du mal à l'arbitrage ou détruire ce qui est en construction à la fédération et à la Direction nationale de l'arbitrage (DNA), qui diront que l'arbitrage français va mal. On les entend, mais on ne les écoute surtout pas.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

un bel exemple de conservatisme borné, les mêmes arguments à 2 balles qui ressortent éternellement en comparant le foot à d'autres sports "ou là il y a beaucoup d'arrêts de jeu"

Et le magique "Il n'y a que ceux qui veulent faire du mal à l'arbitrage qui peuvent se permettre de dire que Stéphane Lannoy a loupé sa coupe du monde" PATRICE EVRA SORT DE CE CORPS ! On dirait que le traitre de l'equipe de france cherche à faire tomber l'arbitrage français dans la foulée. C'est un complot ma bonne dame !

Putain c'est pas gagné.
Débat sur l'arbitrage vidéo (4ème partie) :
L'arbitrage vidéo a suscité beaucoup de blablas ces derniers temps : « Euh oui, l'arbitrage vidéo est nécessaire, euh non il n'est pas indispensable, euh ça dépend des situations, parfois oui, il faudrait l'instaurer, parfois non ». Arrêtons de nous palucher. L'arbitrage vidéo est un faux débat. Il permet à ceux qui souhaitent se voiler la face de se rassurer.
Les mœurs ont changé. Maintenant, un gamin de sept ans ne respecte plus un gamin de neuf, le gamin de neuf celui de douze et ainsi de suite... Les plus téméraires vont même jusqu'à défier des ainés ayant plusieurs fois leur âge. On a déjà vu des gamins de sept ans donner des coups d'épaules aux cuisses d'adultes de quarante ans pour prendre leur place dans la file d'attente de la boulangerie ou du Mac Do.
Ouvrons les yeux une bonne fois pour toute : Les footballeurs actuels ne sont plus ceux d'antan. Ils se comportent comme nos gamins indisciplinés et turbulents. Les règles, l'ordre, symbolisés par l'arbitre, ne les intimident pas. Ils s'en fichent comme de la mode précédente ou de la hausse des prix des tringles à rideaux. Et s'ils peuvent les transgresser, ils ne se gênent pas. Pire, pour eux défier ou mystifier l'autorité est source de plaisir. La main d'Henry n'est que la moule qui cache le plateau de fruits de mer. En effet, pour une main d'Henry combien de mains en loucedé, combien de croches-pattes, de coups de coude ou de pied, de faux plongeons, d'insultes ou de gestes obscènes ?! Allez au stade et fixez votre attention sur un seul footballeur. Vous constaterez qu'il passe plus de temps à enfreindre les règles du foot qu'à y jouer. Et le goal, contrairement aux idées reçues, avec ses énormes gants, n'est pas le dernier à mal se comporter.
Cessons de nous leurrer, l'arbitrage vidéo ne servira qu'à mettre en exergue la pente infernale sur laquelle se déglingue notre société. Mettre des caméras ne résoudra rien. Pareillement, faire suivre un arbitre derrière chaque joueur ne réduira pas les tricheries et autres actes d'antijeu (à cela, ajoutons que cette méthode créera de nouveaux problèmes : avec quarante quatre individus sur le terrain, il faudra augmenter la surface de jeu, produire des sifflets aux sonorités distinctes, stocker les cartons et surtout modifier les règles du football en profondeur, ce qui au vu des dirigeants de ce sport équivaut à déclencher une petite révolution). La solution est ailleurs : Rééduquons nos footballeurs ! Certaines régions de France possèdent des centaines de kilomètres carrés inhabités ! Implantons-y des camps et embauchons les anciens gardiens de Guantanamo ! Enfermons d'abord dans ces camps les footballeurs les plus retors et vicieux et réapprenons leurs fermement l'honnêteté, la discipline et l'ordre ! Puis envoyons-y ensuite les autres (l'idéal serait d'augmenter très vite la capacité d'absorption de ces camps afin d'y enfermer un nombre croissant de footballeurs), ceux qui ont en eux les germes du mal et qui n'en ont pas conscience, et soyons avec ces derniers encore plus inflexibles !... Le monde du football brûle. Si nous n'agissons pas rapidement, il se consumera jusqu'à n'être plus qu'un amas de cendres absurde et pitoyable... Et surtout, rendons-nous à l'évidence : les camps de footballeurs restent les meilleures armes pour éteindre le feu.

Etienne Bronson de Vive le Sport !
Merci Bronson. Ton com m'a bien fait rire et il part d'un constat qui n'est pas complêtement faux.

Sinon, moi qui suit toujouors le premier défenseur de l'arbitrage, je ne vois pas en quoi les propos de Mr Layec élève le débat. Je serais plutot de l'avis de rod_kimble : Lannoy a été à chier et ce serai rendre service à l'arbitrage que d'arrêter de se voiler la face. Ce corporatisme devient de plus en plus insuportable. Et non la vidéo ne ralentit pas le jeux si elle est utilisée dans des situations prédéfinies et un cadre strict. 5 paires d'yeux ne verront jamais aussi précisément, aussi sûrement et avec le ralenti qu'un demi-douozaine de caméras. OUI c'est sûr il y aura encore des erreurs avec l'arbitrage vidéo et NON, c'est certain ,il n'y en aura plus autant.
Une dernière chose : est ce qu'il vaut mieux 11 joueurs qui se plaignent, 2 minutes d'arrêts de jeux, 2/3 cartons distribués et un trio arbitral décrédibilisé ou simplement 2 minutes de visionage par un 4ème arbitre et une décision claire et sans appel ?
Mr Layec a refusé le même but que Lampard à Sessegnon lors de Psg-VA ......
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4