1. // Anniversaire Bertrand Laquait
  2. // Interview

Bertrand Laquait : « Si je pouvais faire la même carrière dans l'immobilier... »

Après dix-neuf années d’une carrière professionnelle bien remplie, Bertrand Laquait a décidé de ranger les gants, à l’été 2015. Pour se reposer ? Pas vraiment, puisqu'il est depuis devenu agent immobilier. Alors qu’il fête ce jeudi ses quarante ans, l’occasion était belle d’aller prendre de ses nouvelles.

Modififié
Vous avez pris votre retraite en 2015, que faites-vous maintenant ?
J’ai ouvert une agence immobilière à Thonon-les-Bains depuis le mois de mars 2016. L’immobilier est quelque chose qui m’a toujours plu, moi-même j’avais déjà fait pas mal d’investissements personnels dans ce secteur. Et puis il y a pas mal de similitudes avec le foot, je trouve. Les journées n’ont rien à voir les unes avec les autres, il y a cette importante dose d’incertitude, comme c’était le cas pour chaque match. Je retrouve un peu ce que j’avais dans le football, en quelque sorte, mais avec des journées un peu plus longues en revanche (rires). Et puis surtout, c’est qu’il y a une opportunité qui s’est présentée. En fait, ma femme travaille à Évian dans une agence Bersot Immobilier, un groupe qui a une douzaine d’agences sur l’est de la France, et un soir en discutant avec ses patrons autour d’un simple dîner, ils m’ont proposé de monter une franchise à Thonon et voilà comment je me suis retrouvé agent immobilier.

Vous avez reçu une formation du coup ?
Oui, tout à fait, j’ai fait une petite formation à l’agence d’Évian, justement. Mais de toute façon, c’est sur le terrain que tu apprends le plus vite. J’en apprends tous les jours et j’en ai encore beaucoup à apprendre, mais c’est aussi ce qui me passionne. D’ailleurs, quand je n’aurais plus rien à apprendre, ce sera peut-être la fin. Comme dans le football, en fait. Mais j’ai encore le temps, car je n’en suis qu’aux prémices de ma nouvelle vie, donc pour reprendre un autre parallèle avec le football, je suis un peu dans la peau du gamin de dix-sept ans qui débute dans le football professionnel. Sauf que j’en ai quarante et que c’est dans l’immobilier (rires). Si je pouvais y faire la même carrière que j’ai eue dans le foot, à mon humble niveau, j’en serais absolument ravi.

Le fait de travailler, c’est une nécessité financière ou c’est plus le besoin de s’occuper ?
Il y a évidemment l’aspect financier qui entre en ligne de compte, même si j’aurais pu me laisser plus de temps pour profiter un peu. J’ai très bien investi l’argent que j’ai gagné dans le football, donc ne pas travailler est quelque chose qui pourrait être possible, mais en même temps je n’y ai jamais pensé ne serait-ce qu’un seul instant. Pour moi, c’est inenvisageable. D’ailleurs, même si j’avais joué dix ans au Real ou au Barça et que j’avais des millions sur mes comptes en banque, je continuerais probablement à travailler. C’est même une certitude. En revanche, j’aurais pu me laisser plus de temps, car finalement j’ai arrêté à l’été 2015, donc j’ai eu juillet, août, septembre pour en profiter un peu, et dès le mois d'octobre ce projet s’est présenté et je n’ai pas hésité. Il a fallu préparer la structure, tout mettre en place pour être prêt à l’ouverture, mi-mars. De toute façon, au bout de deux mois déjà, je commençais à tourner en rond. C’était cool, hein, entre le lac, les apéros, les barbecues, mais j’ai besoin d’avoir une activité, de me mettre des challenges.


Vous travaillez à Thonon où vous avez joué pendant cinq ans à l’ETG, est-ce que les gens vous reconnaissent ?
Oui, ça arrive. Ça ne facilite pas forcément les transactions, mais ils me reconnaissent parfois. Enfin, ça m’a rapporté quand même une affaire, car quelqu’un qui a su ce que je faisais est venu pour ça à l’agence me demander de vendre son bien. Il y a certainement plein de gens qui ne font pas le rapprochement. D’autres ont une sorte de doute quand ils voient mon nom sur la carte de visite : « Bertrand Laquait, ça me dit quelque chose, on se connaît, non ? » « Non, mais on va apprendre à se connaître. » J’ai aussi eu le droit à « Il y en a un qui était gardien à l’ETG qui a le même nom que vous. » C’est toujours très sympathique, mais je ne le mets pas en avant, je n’ai pas envie que l’on fasse l’amalgame entre le joueur de foot et l’agent immobilier. Après, bien entendu, je suis content et fier aussi parfois que l’on me reconnaisse, mais je ne vais pas prendre le téléphone en mode « Oui, bonjour je suis Bertrand Laquait, ex-gardien de l’ETG... » , ce n’est pas vraiment mon truc. Je n’ai pas envie que les gens se sentent influencés ou quoi que ce soit, je veux qu’ils me jugent sur la personne que je suis maintenant, à savoir l’agent immobilier.

« J'étais dans le "moi je", mais j’ai soudainement réalisé qu’on n'était rien. On se fait une montagne de tout et, finalement, tu n’es rien du tout. »

Pour en venir au foot, est-ce votre grand frère (Stéphane Laquait, également professionnel, ndlr) qui est à l’origine de tout ça ?
À la base, il y avait surtout mon père qui avait joué à un niveau amateur, mais qui était surtout un éducateur pur et dur à l’ancienne comme on n’en trouve plus dans les écoles de foot d’aujourd’hui. Et puis avec mon frère, c’est vrai qu’on a passé des heures à jouer au foot dans le jardin.

Vous vous êtes retrouvé aux cages, car c’était le grand frère qui décidait, en fait ?
Un peu, ouais. Enfin, je dois dire la vérité, c’est même exclusivement ça (rires). Il a dû me dire : « Tiens, mets-toi entre les deux arbres là et essaie d’arrêter les frappes. » Puis bon, j’ai fini par y prendre goût et je n’ai plus bougé des cages. En même temps j’étais rodé avec le nombres de patates que j’avais prises de la part de mon frère, je pense que dès trois ans, j’en prenais déjà plein la tronche.

Cet entraînement dans le jardin a porté ses fruits puisque vous finissez tous les deux en centre de formation, à Nancy. C’est quelque chose de particulier d’être en centre avec son frangin, non ?
Oui, c’est clair. Après, comme Stéphane a quatre ans de plus que moi, quand je suis arrivé au centre, lui était déjà en fin de formation. Mais effectivement, ce sont des moments particuliers. Il faut savoir aussi que mon frère quitte l’ASNL pour Louhans-Cuiseaux avant de signer à Troyes et, comme par hasard, le premier match professionnel que je dispute avec Nancy, c’est face à Troyes. Ça a été un grand moment pour moi, pour ma famille... Jouer son premier match face à son frère, c’est quand même quelque chose. Mais ça ne reste pas le meilleur souvenir de ma carrière, car après vingt minutes de jeu, il y avait déjà 3-0 pour Troyes et on perd 4-2 finalement, il me semble. Mais je tiens à préciser que mon frère n’avait pas marqué, ça aurait pu briser notre relation (rires). Jouer contre son frère, c’est très particulier la première fois, mais comme c’est arrivé trois-quatre fois, on s’habitue. C’est comme un manège à sensations, la première fois c’est impressionnant, puis après ce n’est plus pareil.


Nancy colle donc à vos débuts en professionnel, ça reste des bons souvenirs pour vous ?
Ah oui, de très bons souvenirs. C’est le passage dans le monde professionnel, mais c’est aussi le basculement de l’adolescence vers l’âge adulte. J’ai eu la chance d’être dans ce club-là car il y avait, et il y a d’ailleurs toujours, une structure scolaire vraiment adaptée. Jouer en professionnel, c’est le rêve qui se réalise, alors forcément, je garde de très bons souvenirs de ma période nancéienne.

Il y a aussi un mauvais souvenir avec le décès de Philippe Schuth, en février 2002, avec qui vous étiez alors en concurrence pour le poste de numéro un...
C’est choquant... Terrible. Je me souviens bien de cette période-là, c’était très dur à vivre. Philippe, c’était vraiment quelqu’un qui respirait la joie de vivre. On avait un lien assez fort, car c’était une période où je jouais moins, mais il me tirait constamment vers le haut, il était très à l’écoute. Il y avait une compétition très saine entre nous, en fait il m’a appris le métier en quelque sorte. C’était un seigneur. Je me souviens qu’à la sortie de l’entraînement, on devait chacun aller faire la révision de notre voiture, on se suivait d’ailleurs, puis on s’est quittés à la fin de l’autoroute, lui a pris à gauche, moi à droite, et je ne l’ai plus jamais revu. Son décès a été un véritable tournant pour moi. Disons que j’ai changé mon approche du football et de la vie en général après ça, j’ai arrêté d’être dans ma bulle, dans le « moi je » , j’ai soudainement réalisé qu’on n'était rien. On se fait une montagne de tout et finalement, tu n’es rien du tout.

« Quand je suis arrivé en Belgique, j’ai fait rire beaucoup de Belges, car quand ils me demandaient d’où je venais, je répondais "d’entre deux arbres". Je n’avais pas de club, donc pas de terrain de foot, je n’avais accès à rien. »

C’est ce qui vous a donné envie de quitter Nancy à la fin de cette saison 2002 ?
Non, en fait, je me suis fait les croisés peu de temps après, et comme j’étais en fin de contrat à la fin de cette saison, bah ils ne m’ont pas renouvelé. Du coup, au mois de juin, je me retrouve sans club, j’ai dû me débrouiller pour faire ma remise en forme de mon côté, car très vite plus personne ne s’occupe de vous, c’est un peu la loi de la jungle, ce milieu. J’ai heureusement pu compter sur l’appui de Christophe Miranda, qui était avec moi à Nancy et qui est venu m’aider à ne pas perdre le rythme. D’ailleurs, quand je suis arrivé en Belgique, j’ai fait rire beaucoup de Belges, car quand ils me demandaient d’où je venais, je répondais « d’entre deux arbres. » Car je n’avais pas de club, donc pas de terrain de foot, je n’avais accès à rien, et je me souviens être allé acheter cinq ballons de foot pour m’entraîner dans un parc de Nancy avec mon pote, Christophe, qui venait me faire faire des spécifiques. Vraiment à l’ancienne. Ça faisait rire les gens, mais bon j’étais au fond du trou et il fallait que je garde le rythme. C’était dur mentalement, mais je savais qu’il n’y avait qu’une chose qui pouvait m’aider à en sortir, c’est le travail. Personnellement, je n’ai jamais vu quelqu’un rester dans son canapé arriver à faire quelque chose. De toute façon, ce genre de situation te permet de réaliser pas mal de choses, quelques mois auparavant des tas d’agents m’appelaient pour me faire signer à Sochaux, à Nantes, où je ne sais pas où, puis quand t’es dans cette situation, je peux vous assurer que le téléphone ne sonne plus du tout. Donc voilà, j’ai bossé dur dans ce parc, sous la pluie, à courir après les ballons, mais c’est ça qui m’a permis d’arriver à Charleroi en pleine forme.

D’ailleurs, comment se fait ce départ en Belgique ?
Le président de l’époque, Mogi Bayat, m’appelle un jour en me disant : « Voilà on est dans la merde, on est derniers, on n’a pas gagné un match, il ne reste plus qu’un match avant la fin des matchs allers et on n’a plus de gardien, est-ce que ça te tente ? » J’ai pris ma voiture, j’étais parti pour une semaine d’essai et finalement au bout de 24 heures, je signais mon contrat après deux entraînements, et cinq jours plus tard, je faisais mes débuts en championnat. Finalement, j’ai vécu une aventure sur le plan humain extraordinaire. Je garde encore un profond amour pour les Belges et notamment les Carolos, d’ailleurs ça a été dur de partir à la fin à cause de ça.

Après cette belle expérience belge de sept ans sans compter le prêt à Huelva en Espagne, c’était important pour vous de revenir jouer en France ?
En fait, ma fille allait entrer en CP donc, oui, mon objectif principal était de revenir en France. J’ai eu pas mal de contacts, dont deux plutôt sérieux pour jouer en première division, mais à un moment donné, je veux bien jouer au football, mais je ne vais pas non plus me prostituer pour ça.


C’est-à-dire ?
Bah des propositions pas très stables où je réalisais bien qu’on ne croyait pas vraiment en moi. Ce n’était pas qu’une question de salaire, j’arrivais avec l’étiquette d’un des meilleurs gardiens du championnat belge, donc j’estimais avoir le droit à une forme de considération. Soit tu crois en moi, soit non, mais c’est tout. Et finalement, les seuls qui m’ont proposé un vrai projet, ce sont Franck Riboud et Patrick Trotignon avec l’ETG en me disant : « C’est très simple, on est en National, mais tu nous rejoins, on bâtit une bonne équipe et on monte en Ligue 2. » J’y suis allé, j’ai foncé. À ce moment, j’ai 31 ans, je me dis bon bah je fais une année de National et je finis tranquillement ma carrière en Ligue 2 avec trois ans de contrat. Et puis, merde, ça ne s’est pas passé comme ça (rires). On monte en Ligue 2, direct on monte en Ligue 1, on se maintient, on parvient même en finale de Coupe de France, c’était vraiment une seconde jeunesse... Incroyable.

Évian, ça a été un tournant dans votre carrière, mais également dans votre vie, puisque vous vivez toujours là-bas ?
C’est sûr. En fait, en arrivant, on a découvert la région, avec ma femme et mes enfants, et depuis, on ne souhaite plus en partir. On est très bien ici et aujourd’hui, clairement, on n’a pas l’intention d’en bouger. Je me souviens quand les dirigeants de l’ETG m’avaient appelé, ils m’avaient dit : « Croix de Savoie » , le club s’appelait comme ça à l’époque, bah je ne savais même pas le situer. Et finalement, j’ai découvert une région absolument fantastique pour vivre. Il y a la montagne, le lac, toujours quelque chose à faire. Vraiment, ici, la vie est belle.



Propos reccueillis par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Interview sympa quoique blindée de coquilles.

Ce bon vieux Schuth, héros de l'épopée de Geugnon en coupe de la ligue (Gueugnon putain, ils deviennent quoi ?) qui se tue suite à un accident de bagnole, ça m'avait marqué à l'époque.

Sinon l'ami Laquait a raison d'investir dans l'immobilier sur le marché thononais, la proximité helvétique ajouté au cadre de vie (lac et moyenne montagne l'été, ski l'hiver) en font un sacré potentiel.

Ça doit être une des régions françaises les plus chères pour l'immobilier d'ailleurs.

Par contre, pour espérer revoir un jour des professionnels s'entraîner sur le domaine de Blonay, ce n'est pas gagné. Joli gâchis que ce club.
 //  17:55  //  Aficionado du Salvador
Gueugnon est dans le ventre mou de son groupe de cfa2

je connais bien la Haute-Savoie et c'est vrai que l'immobilier ne cesse de flamber ces dernières années, les prix approchant ceux de la Côte d'Azur. Superbe région au demeurant.

pour ce qui est du football professionnel dans le département je pense que c'est Annecy qui doit récupérer le flambeau. ça me parait jouable avec une gestion intelligente.
1 réponse à ce commentaire.
Le keltois Niveau : CFA2
Une petite formation?? Et oui aujourd'hui beaucoup de "professionnels de l'immobilier" pensent qu'il suffit de savoir vendre des stylos pour savoir vendre des maisons. Ce qu'ils ne prennent pas en compte c'est le côté juridique de la chose. Mais bon les clercs de notaires sont là pour rattraper leurs bêtises.
elsantochino Niveau : District
"Le prédisent de l’époque, Mogi Bayat, m’appelle un jour en me disant"

Mogi Bayat n'était pas le président de Charleroi. C'était son oncle Abbas, le tueur de clowns.
Avec les sous du ballon, j'aurais tendance à m'investir dans un domaine moins "corporate", avec clients, négociations, etc... Bref, chacun sa route, chacun sont chemin...
Un très bon gardien !
Un très bon gardien !
C'est un bon canard, Laquait.
1 réponse à ce commentaire.
Lehibou15 Niveau : CFA2
Ça fait plaisir d'avoir des nouvelles de Bertrand, il était très bon à l'ETG ! Et je le rejoins sur sa dernière affirmation, la vie est belle ici ! ^^
 //  22:33  //  Passionné des Philippines
Le lac l'été, Avo l'hiver. Pepouz.
1 réponse à ce commentaire.
il y a 4 heures Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 7 il y a 8 heures Manchester City passe au foot US 12 il y a 11 heures La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 73
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 17:12 Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3
Hier à 12:55 La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) Hier à 12:04 Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8