Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Nice

Bertrand, charme roi

Au cœur du quatuor, on a longtemps cru qu'il était le joueur de triangle. Bertrand Traoré n'est sûrement pas l'instrumentiste le plus cher de l'orchestre offensif lyonnais, mais il en est pourtant ces dernières semaines l'un des plus talentueux solistes. C'était pourtant simple : il ne demandait qu'une place sur le devant de la scène. En attaque, oui.

Modififié

Pour devenir Super Saiyan 2, Sangohan a dû attendre que son ami C-16 meure sous ses yeux. Pas super sympa. Certaines transformations, c’est ainsi, doivent s’opérer par le prisme d’un épisode douloureux, et merci Cell. Une rupture amoureuse, par exemple, permet parfois de prendre conscience que cette coupe de cheveux n’avait aucun sens. Dans le football, la défaite est de la même façon souvent synonyme de changements, comme la confirmation par les preuves que quelque chose nécessite d’être modifié. Mais prenez cette anonyme 32e journée de Ligue 1, le 8 avril 2018 dernier. Ce jour-là, un incendie faisait une victime à la Trump Tower, le marathon de Paris claquait une référence à son nombre de kilomètres en célébrant sa 42e édition, et Peter Sagan s’apprêtait à gagner son premier Paris-Roubaix au sprint.


En bref, un jour plutôt exceptionnel peuplé d’une foule de chiffres oubliables, sur lequel la chance du joueur de loto n’aurait aucune raison particulière de s’arrêter, ni aucune autre de passer son chemin, d’ailleurs. Pourtant ce jour-là, Bertrand Traoré a décroché le gros lot sans même avoir acheté de ticket. Le 8 avril 2018, donc, Bruno Génésio a attrapé un stylo à bille bleu de piètre qualité, en a machouillé vigoureusement la gomme, et couché un 4-4-2 losange sur la composition de départ de l’OL face à Metz. Le premier gagnant de ce changement ? Le Burkinabé, devenu le principal danger offensif rhodanien depuis son repositionnement en attaque et au cœur du jeu.

Six à la suite


Il suffit de brandir ses dix petits doigts : en comptant ce déplacement à Metz duquel on avait d’abord eu tendance à ne retenir que la prestation XXL de Memphis Depay (4 passes décisives et 1 but, score final 5-0), Lyon a joué six fois. En six matchs, Bertrand Traoré a toujours été titularisé aux côtés du Néerlandais sur le front de l’attaque, pour six buts et une passe décisive. À titre de comparaison, l’ancien bébé de Chelsea avait inscrit sept buts au cours des trente-deux journées précédentes, freiné il est vrai un mois et demi par une torsion du genou. Révélation pour certains, confirmation pour lui, le bonhomme ayant d’ailleurs déclaré de longue date « préférer jouer dans l’axe » et, à défaut, « lorsqu[’il] est sur un côté, préférer le côté droit » . En gros, plus Nadal que Navas dans le style, préférant les coups droits décroisés aux centres au bout de la ligne de touche.


Et comme un nouveau venu dans le roulement de la Coupe Davis, ce repositionnement a poussé de fait Mariano Díaz vers le banc, se contentant de quelques entrées récentes aux alentours du dernier quart d’heure. Autre particularité du néo-buteur : Traoré marque tard, et de manière ciblée. Cette saison en Ligue 1, le gaucher a marqué dix de ses treize buts dans deux plages de temps parfaitement distinctes : quatre entre la 20e et la 30e minute, six entre la 65e et la 75e minute. Une récurrence de métronome ironiquement paradoxale pour quelqu’un dont on a longtemps jeté l’inconstance au visage cette saison, à raison.

Paresseux, « son style »

Alors quoi ? On parle de chiffres, évoquons l’homme. Désormais au cœur du quatuor le plus prolifique de l’histoire du club sur une saison de Ligue 1, Bertrand Traoré représente probablement l’élément que l’on attendait le moins à ce niveau. Il n’avait pas le passif de Fekir, ni les promesses collées au cul de Mariano, et encore moins la réputation de Depay. Et après deux saisons passées en Eredivisie, dans un championnat glorifié pour sa fluidité technique, l’adaptation physique à la Ligue 1 était loin d’être faite. « Je le vois déjà tacler beaucoup plus que quand je l’avais sous mes ordres. Il commence à être plus dur dans les duels » , confiait Gernot Rohr, sélectionneur du Burkina Faso en 2015, à So Foot en novembre dernier.



Une belle progression pour un type souvent décrit comme nonchalant, ce à quoi il répondait au début du mois : « On me pointe souvent du doigt parce qu’on me trouve trop nonchalant, trop paresseux ou trop relax sur le terrain, mais c’est mon style ! C’est en moi depuis tout petit. C’est ma manière d’être, de jouer, et même dans la vie courante, je suis ainsi. Je prends du plaisir comme cela. À la base, je suis un joueur qui fait jouer les autres et qui aime beaucoup combiner.  » Nouvel exemple ce soir face à Nice, pour un combat décisif en vue de la prochaine saison. En espérant une nouvelle transformation en buteur Super Saiyan, afin d’assurer une place qualificative en C1 à l'OL et le pactole financier qui va avec. Juste histoire de venir mettre son petit grain de Cell dans cette fin de championnat, en somme.



Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous reprendrez bien un peu de Ligue 1 avant de partir ?




Dans cet article


il y a 1 heure Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 48 il y a 2 heures Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 13
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 9 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 119
À lire ensuite
Haddadi, l’exil utile