Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Les 100 meilleurs joueurs « So Foot »
  3. // Diego Maradona

Bertoni : « Maradona est né pour émerveiller les gens »

Daniel Bertoni a formé avec Ricardo Bochini l'un des duos les plus marquants de l'histoire du football argentin, avant de rejoindre Diego Maradona sous les couleurs du grand Napoli de la fin des années 80. Rencontre avec « Petete » .

Modififié
En Argentine, les gens se souviennent de votre association de feu avec Bochini à Independiente, moins de celle que vous avez formée avec Maradona, à Naples entre 1984 et 1986…
Avec Ricardo Bochini, j'ai formé le meilleur duo de ma carrière, mais ensuite, j'ai eu l'occasion de jouer aux côtés de numéros dix extraordinaires tels que Diego Maradona, Giancarlo Antonioni (ancien meneur légendaire de la Fiorentina, ndlr), Beto Alonso, Mario Kempés, Ricardo Villa… Et aussi contre d'autres grands numéros dix comme Platini, Zico, Cruijff…

Comment êtes-vous arrivé à Naples ? Maradona vous a-t-il influencé ?
Non, à l'époque, il ne pouvait y avoir que deux joueurs étrangers par équipe en Italie. La Fiorentina a fait signer Sócrates et je suis parti à Naples. Avec Diego, nous n'avions pas parlé avant, mais je savais ce dont j'étais capable. J'ai marqué beaucoup de buts là-bas, nous avons terminé troisièmes en championnat lors de ma deuxième saison. Vérone était venu me chercher et je me suis trompé parce que cette année-là, ils ont été champions d'Italie… Mais jouer avec Maradona, que je connaissais du Mundial 82, et dans ce stade, c'était autre chose. Je suis parti en 1986 et Naples a été champion l'année suivante…

Vous vous fréquentiez en dehors des matchs et des entraînements ?
Non, nous n'étions pas de grands amis, seulement des coéquipiers. On se voyait peu finalement, il venait parfois aux entraînements, puis au match. Moi, j'avais ma famille, lui la sienne, et un autre train de vie. Il avait son propre entourage… Une fois, je l'ai invité à venir manger une milanesa à la maison, car ma femme les préparait très bien. Il est venu avec son petit frère, avec Claudia (son ex-femme, ndlr). On a passé un bon moment… jusqu'à ce que les gens sur la plage se rendent compte qu'il était là. Ils ont commencé à grimper de tous les côtés sur ma terrasse, c'était la folie !

Maradona séchait régulièrement l'entraînement ?
Écoute, c'est comme si Messi ne va pas s'entraîner : que va-t-on lui dire ? Si ensuite, il fait ce qu'il fait sur le terrain… Personne ne lui disait rien, puisqu'il était bon le dimanche.

Quel souvenir gardez-vous sur le terrain, à ses côtés ?
Il adorait déborder, que ce soit à gauche ou à droite, et terminer en faisant le coup du foulard : c'était le meilleur du monde à son époque, comme Messi aujourd'hui. Moi, j'attendais ses centres, car je savais qu'il allait faire ce coup-là. On faisait aussi pas mal de une-deux. Avec un joueur comme ça, il suffisait de bien se démarquer, de faire le bon appel, ensuite, il savait toujours te trouver. À l'époque, le championnat italien, c'était une finale tous les week-ends : toutes les équipes étaient capables de l'emporter les unes contres les autres.

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver dans la peau d'un simple spectateur en observant Maradona sur le terrain ?

J'appréciais ce qu'il faisait, des gestes dont seul lui était capable. Maradona est un joueur né pour te faire sentir stupide, pour émerveiller les gens.

Retrouvez l'INTÉGRALITÉ du Top 100 des plus grands joueurs de l'histoire selon SO FOOT

Débattez de notre Top 100 sur le forum !

Par Florent Torchut, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou