En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // SO FOOT #127
  2. // Arjen Robben
  3. // Disponible depuis le 4 juin 2015

Bernès, Labrune et Petit Vélo

Modififié
On se doutait qu'ils n'étaient pas les meilleurs amis du monde. On sait maintenant que les rapports entre Jean-Pierre Bernès et Vincent Labrune sont très froids, ou plutôt gelés.

Dans un entretien accordé à So Foot et paru dans le numéro 127 disponible depuis ce jeudi 4 juin en kiosques, Bernès reconnaît ne pas être en contact avec Labrune : « On n'a pas de relations. À partir du moment où l'un de ses joueurs me prend pour agent, cela lui pose problème. Et alors ? Il y a des joueurs costauds comme Valbuena qui peuvent faire avec. Il a du caractère, tous ne sont pas comme André Ayew… Il est venu dans mon bureau parce qu'il n'en pouvait plus de Marseille. Quand ses dirigeants ont su que j'étais son agent, ils lui ont dit : "Il faut en changer." C'est ce qu'il a fait. »

Bernès revient également sur le transfert de Valbuena au Dynamo Moscou : « Le Dynamo était déjà en contact avec l'OM, mais Valbuena ne voulait pas y aller. Je ne parlais pas à Labrune. Il voulait que Valbuena rencontre les dirigeants du Dynamo Moscou sans moi. C'est lui qui l'a poussé à signer à Moscou. Point barre. C'est la première fois de ma carrière que j'ai touché une commission sans me rendre à la signature du contrat du joueur. »

Bernès s'est sûrement consolé avec la commission.


RR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9