Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Russie-Portugal

Bernardo Silva, à la poursuite du train de l'Euro 2016

Sur le banc face au Mexique, Bernardo Silva n'a même pas eu le droit à quelques minutes de jeu pour étaler toute sa classe. Une décision étonnante vue de France, où il nous a régalés durant toute la saison avec l'AS Monaco, plus comprise du côté du Portugal où il paie son absence à l'Euro 2016.

Modififié
Debout devant son banc, Fernando Santos rumine, son équipe galère à bouger des Mexicains qui cavalent la bave aux lèvres. Ainsi, alors que ses joueurs rentrent au vestiaire pour écouter son discours, le sélectionneur portugais demande à Bernardo Silva de rester sur la pelouse pour s’échauffer. Ravi, le néo-Mancunien répète ses gammes durant de longues minutes, de très longues minutes. Alors que le tableau d’affichage indique l’heure de jeu, Bernardo entend une première fois son nom, se retourne, en vain. Si le nom Silva a bien été prononcé il était destiné au milieu de terrain Adrien. Vingt-quatre minutes plus tard, le champion de France en titre entend une seconde fois son nom. Encore raté, c’est le buteur André Silva qui est appelé. La troisième fois, en revanche, c’est bien lui qui est interpellé afin qu’il revienne s’asseoir sur le banc, les trois changements portugais ayant été effectués. La première de Bernardo en Coupe des confédérations attendra.

Euro 2016 et colliers d’immunité


Mais alors comment le joueur le plus sexy du dernier championnat de France, arrivé à Manchester City contre 50 millions d’euros il y a quelques semaines, peut se retrouver sur le banc de la Selecção ? Pour tenter de comprendre cette folie, il faut remonter au 10 juillet 2016, le soir où le Portugal a décroché le premier titre de son histoire en s’imposant en finale de l’Euro face à la France. Une compétition que Bernardo Silva a suivie devant son écran de télévision à la suite d'une blessure à la cuisse droite qui l’a empêché de la disputer sur le terrain. Malheureusement pour lui, de cet Euro 2016 est né un groupe dont il ne fait pas partie.


Pire, certains joueurs en ont profité pour récupérer des colliers d’immunité. Si Éder a visiblement perdu le sien puisqu'il ne figure pas dans le groupe de Fernando Santos qui dispute la Coupe des confédérations, des garçons comme Nani et Quaresma, eux, s’accrochent à leur totem. Ainsi, pour accompagner CR7 sur le front de l’attaque face au Mexique, le sélectionneur portugais a préféré les deux trentenaires exemplaires à l’Euro et auteurs de buts décisifs. Aussi talentueuse qu'elle soit, la jeunesse portée par Gelson Martins, Bernardo et André Silva attendra donc son tour pour se faire une place.

Muscle ton jeu, Bernardo


Autre explication à la mise au banc de Bernardo Silva, le schéma tactique utilisé par Fernando Santos. Face au Mexique, l’ancien sélectionneur de la Grèce est revenu à son 4-4-2 sans vrai numéro 9 qui lui a permis de remporter l’Euro, même si ironiquement c’est lorsque l’équipe est passée en 4-3-3 avec Éder en pointe que le Portugal a marqué face à la France. Dans cette compo, Ricardo Quaresma et André Gomes occupent les côtés. Deux joueurs à la technique soyeuse qui, en prime, ne rechignent pas aux efforts défensifs. Ce qui est loin d’être le cas de Bernardo Silva qui n’a pas l’habitude de revenir mettre un taquet dans son propre camp comme peut le faire l’ailier du Beşiktaş.


De plus, Bernardo Silva aime toucher le ballon, enchaîner les crochets, les une-deux et jouer dans une équipe qui a la possession. Le Portugal, lui, apprécie se replier sur lui-même, pour mieux contrer l’adversaire en utilisant la vitesse de CR7 et Nani. D’où la préférence du sélectionneur pour le supersonique Gelson Martins, moins élégant, forcément, que le néo-Mancunien et sa patte gauche magique. Mais Fernando Santos est un pragmatique. Déçu de la performance de ses joueurs lors de la première journée, « O Engenheiro » devrait troquer son 4-4-2 contre un 4-3-3 déjà aperçu durant les derniers matchs de la sélection. Une tactique qui permettra surtout à André Silva de récupérer son poste de numéro 9. Bernardo n’aurait alors plus qu’un seul faux espoir lorsqu'il entendra le nom de Silva durant son échauffement. C’est déjà un bon début.

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi