1. //
  2. // Manchester/Bayern

Berbatov, le soir ou jamais

Incarnant la nonchalance par excellence, Dimitar Berbatov devient de moins en moins populaire aux yeux du public mancunien et de moins en moins important à ceux de son entraîneur. Sans Wayne Rooney, c'est pourtant sur lui que reposeront les espoirs mancuniens pour venir à bout du Bayern.

Modififié
0 0
La rumeur circulait depuis quelques jours, se transformant en rêve. Et si Wayne Rooney était rétabli à temps pour affronter le Bayern ? Hors de question il y a de cela une semaine, la présence de l'Anglais sur la pelouse du Théâtre des Rêves pour le quart de finale retour de C1 était redevenu d'actualité, au vu de la capacité de récupération du bonhomme. Mais non, Ferguson a déclaré ne vouloir « prendre aucun risque » avec sa star. Encore trop juste, Rooney regardera donc le match depuis sa loge. Mais tout cet emballement autour du rétablissement éclair du meilleur buteur de Premier League prouve deux choses : que Manchester United ne peut pas se passer de son joueur clef, et, surtout, que l'on a de plus en plus de mal à faire confiance à Berbatov.

Face au Bayern Munich, il faudra cependant faire sans Rooney, et avec le Bulgare. Si souvent décrié, à juste titre, Berba n'a pas encore justifié les 36 millions d'euros déboursés par sir Alex à l'été 2008. Ni le fait que Tevez ait été gentiment poussé vers le banc de touche, puis carrément vers la sortie, pour faire une place à l'ancien joueur de Leverkusen. Le problème ? A force de faire le beau dans le rond central, avec son buste droit, ses contrôles en porte-manteau et ses ouvertures de l'extérieur du pied, le Bulgare en a oublié l'essentiel du boulot que son numéro, le neuf, lui confère : marquer des buts. Et des buts importants si possible. Pire, en ne suant presque jamais, il renvoie la désagréable impression de ne pas mouiller le maillot, là où le moins doué mais besogneux Tevez avait réussi à mettre Old Trafford dans sa poche en deux tacles et demi.

C'est un fait avéré, l'ancien joueur de Tottenham a rarement répondu présent lorsque son équipe en avait besoin : dans les grands matchs, ou lorsque Rooney avait un coup de moins bien. On n'exagère à peine quand on affirme que Michael Owen s'est montré plus décisif que lui cette saison. Face à Chelsea samedi dernier, Berba a une nouvelle fois joué aux méduses. Carlo Ancelotti ne s'est pas gêné pour en remettre une couche après le match : « Manchester United n'est pas la même équipe sans Wayne Rooney. C'est un joueur fantastique, qu'il est difficile de remplacer. Berbatov est un bon joueur, mais il est totalement différent de Rooney » . Pas pour rien si Berbatov n'est jamais aligné d'entrée dans le 4-3-3 “européen” de rigueur dès que les choses sérieuses commencent. Même lors du retour face au Milan AC, le manager écossais préféra titulariser Rooney d'entrée, alors que le plus dur semblait avoir été fait à San Siro.

Alors que Berbatov vit peut-être ses dernières heures sous le maillot des Red Devils, la blessure de Rooney ressemble à une énorme opportunité pour lui. Face à une équipe qu'il connaît bien pour avoir joué cinq ans en Bundesliga, il n'a pas vraiment le droit de décevoir. Orphelins de leur joyau, sûr que les supporters mancuniens seraient prêts à revoir leur jugement en cas de grosse performance du Bulgare. Et si, bien sûr, il y a la qualification au bout.

Traduit par Simon Capelli-Welter, source Four Four Two.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0