1. //
  2. // 18e journée
  3. // Lyon/Caen

Benzia, il est l'heure de grandir

Présenté comme le nouveau Karim Benzema à ses débuts, Yassine Benzia avait disparu des écrans radars de l'équipe première lyonnaise. Son but à Évian dimanche dernier pourrait marquer le retour de l'enfant prodigue. Portrait à travers le regard de son ancien formateur Robert Valette.

Modififié
128 31
Parc des Sports d'Annecy, 62e minute du match entre Évian TG et l'Olympique lyonnais. Alors que les locaux mènent 1-0, Alexandre Lacazette s'apprête à frapper un coup franc idéalement placé pour l'OL. Le tir de l'international français est plongeant et surprend Jesper Hansen, qui ne peut que le repousser. À l'affût, Yassine Benzia ne se fait pas prier : un plat du pied sobre, mais assuré pour remettre les pendules à l'heure. Il attendait ce moment depuis près d'un an, et une dernière réalisation en Ligue 1, de la tête, pour une victoire à Bastia le 8 décembre 2013. « Le but contre Évian fait du bien à son équipe, mais surtout à lui » , estime Robert Valette, ancien formateur, puis coach de la CFA à Lyon. Pour le technicien, ce but égalisateur peut marquer un nouveau départ pour un joueur dont le mental n'a pas toujours été à la hauteur du talent.

Difficile comparaison avec Karim Benzema


« Il est arrivé chez nous auréolé d'un statut spécial. Un peu comme avec Hatem Ben Arfa, on avait l'impression d'avoir touché à quelque chose qui sortait de l'ordinaire  » , se souvient Robert Valette. Un joueur spécial, il l'est forcément quand sa saison 2010-2011 livre tant de promesses : 36 buts avec les U17 lyonnais, record sur une saison de Karim Benzema battu, et un Mondial U17 de haut vol avec la France, qu'il hisse en quarts de finale grâce à ses cinq buts personnels. Le joueur déclare peu de temps plus tard que son modèle n'est autre que son aîné aujourd'hui madrilène. Une première erreur, puisqu'il nourrit lui-même le jeu d'une comparaison dangereuse. « Il y a une marge importante entre les deux. On les a aussi rapprochés à cause de leurs noms : Benzema, Benzia... En plus, ils jouent tous les deux attaquants, donc le raccourci est facile » , tempère Valette.

Pour lui, Benzia doit cependant prendre exemple sur le buteur du Real Madrid : « Benzia est plus dans l'aisance technique que physique. Il lui manque de s'étoffer physiquement comme a su le faire Benzema. Mais au départ, les deux ont de belles qualités techniques, de l'adresse devant le but, les deux ont rapidement suscité beaucoup d'attentes, mais aujourd'hui, on ne peut pas savoir qu'elle va être l'évolution de Benzia. » Car si Benzema était déjà international A à 19 ans, capable de claquer 20 buts en Ligue 1 à 21 et titulaire au Real Madrid à 24, Yassine Benzia est encore en phase d'apprentissage à 20 ans : une trentaine d'apparitions en Ligue 1, le plus souvent comme remplaçant, et seulement 5 buts en pro avec Lyon. Surtout, le natif de Saint-Aubin-les-Elbeufs alterne le très bon - un but et deux passes décisives contre Sochaux en août 2013 - et des trous noirs comme son premier semestre 2014, avec une seule apparition et une quinzaine de minutes contre Toulouse en avril.

Benzia, l'impatient


Des attitudes parfois à la limite de l'acceptable ont été pointées du doigt pour justifier cette mise à l'écart du talentueux buteur. Pour Robert Valette, « ce n'est pas tellement qu'il est sujet aux écarts de conduite, mais plutôt qu'il est impatient.  » Le technicien fraîchement retraité précise sa pensée : « Quand vous voulez prendre la place de titulaire, il faut montrer beaucoup de choses et se remettre en cause quotidiennement à l'entraînement. Il faut démontrer que vous êtes meilleur que celui en poste. Il faut donner envie à l'entraîneur de vous faire jouer. » Or, le jeune Benzia pense faire le nécessaire, mais ne voit rien ou pas assez venir. « Il a fait des efforts, mais les résultats ne sont pas arrivés aussi vite qu'il le voulait. Forcément, il y a un traîtement subjectif des performances par l'entraîneur, il doit faire des choix. Benzia a montré son impatience et cela lui a valu des réflexions. »

Et pourtant, le pur produit du centre lyonnais n'a rien du caïd incontrôlable : « On en a connu des plus difficiles à gérer que lui. » Yassine Benzia a le profil typique du surdoué dont les émotions sont le talon d'Achille, la source de tous les problèmes. « Il voulait jouer, être titulaire dans l'équipe. Il réclamait clairement sa place et quand il sortait en cours de match il n'avait pas toujours la bonne attitude. » Sur le terrain, mais aussi en dehors, où fin 2013, il clame haut et fort dans la presse ses velléités de départ. Selon le formateur, le jeune avant-centre a eu sa chance, mais n'a pas forcément su gérer ses moments de moins bien, car « il a quand même fait une dizaine de matchs, puis il y a eu une période moins bien, avec moins de temps de jeu, et il a donc commencé à douter. » Le début d'un cercle vicieux, car « quand on doute, on ne comprend pas toujours les explications que l'on nous donne » .

« Muscle ton jeu, Yassine »


Avec un changement de coach à l'intersaison, Hubert Fournier remplaçant Rémi Garde, Yassine Benzia pensait sûrement repartir sur de nouvelles bases. Il joue même en intégralité le match retour de Ligue Europa contre Mladá Boleslav le 7 août, alors que l'OL a assuré la qualification à l'aller. Mais cette fois-ci, ce n'est pas l'humeur qui saute, mais le corps qui lâche, plus précisément les adducteurs après le match contre Lens en août. « Il a eu un gros trou noir » , consent Valette, pour qui Benzia doit apprendre à assumer ses responsabilités. « Si vous êtes capable de prendre sur vous, de faire votre auto-critique et comprendre ce que vous avez fait de bien et de moins bien, vous avancez. C'est un garçon attachant et qui me paraît intelligent, mais il a eu du mal à comprendre le fait que d'autres joueurs passent avant lui. » Pour faire en sorte de passer devant les autres, Yassine Benzia va devoir évoluer tant mentalement que physiquement.

« Je l'ai vu récemment et je lui ai dit qu'il devait être encore plus costaud. Pour jouer au plus haut niveau, il faut être au top physiquement, sinon on n'y arrive pas » , rappelle Valette. À l'image d'un Aimé Jacquet demandant à Robert Pirès de muscler son jeu dans Les yeux dans les Bleus, l'ancien formateur de l'OL encourage Benzia à devenir plus guerrier. « Il avait un jeu en évitement comme Karim Benzema plus jeune, il arrivait à éviter les défenseurs, mais au plus haut niveau, les défenseurs sont présents, solides physiquement et ne vous loupent pas. Donc il faut amener du répondant. Il avait toujours tendance à rechercher et subir les fautes.  »

Envol retardé


Pour viser plus haut, le jeune Lyonnais va donc devoir prendre exemple sur ceux qui ont tracé la voie à suivre avant lui : « L'exemple, c'est la maturation d'Alexandre Lacazette sur les deux dernières saisons, un peu comme ce qu'a fait Karim Benzema avant lui. Aujourd'hui, pour bouger Lacazette, c'est difficile. Il marque des buts, mais il ne rechigne pas non plus à aller au duel. J'ai demandé à Yassine d'apprendre à aller au duel pour les gagner, pas pour tenter d'obtenir des fautes.  » Une composante du plus haut niveau que Nabil Fekir a par exemple mieux assimilée, si l'on en croit l'ancien formateur lyonnais : « Nabil Fekir est difficile à bouger dans les duels, il prend des pains, il est teigneux, c'est là-dessus qu'il a réussi à prendre pied dans le groupe, même s'il a aussi profité des blessures de deux joueurs de niveau international, Gourcuff et Grenier. » Ce facteur chance, Valette consent qu'il a fait défaut à Benzia, « blessé au mauvais moment » mais que Fekir a su l'exploiter «  parce qu'il était prêt » .

Le retard dans l'envol de Benzia, Valette l'explique par un manque de remise en question : « Les premiers temps où Yassine Benzia était dans le groupe, il a plus joué sur sa réputation naissante. Il était à l'aise techniquement et faisait de belles choses à l'entraînement, il tentait des choses extraordinaires. Mais à un moment donné, il faut évoluer, il faut en faire un peu plus, être mentalement blindé, ne pas se plaindre. C'est ce qu'on appris à faire ceux que j'ai vu passer. » L'exemple le plus typique des lacunes du natif de Saint-Aubin-les-Elbeufs, c'est sa relation avec les arbitres. « Il s'en prenait beaucoup à l'arbitre. Il sortait de son match, car il pensait que les arbitres ne le protégeaient pas suffisamment  » , se souvient Valette, selon qui l'attitude de l'attaquant nuisait à toute l'équipe : « Souvent, il se mettait l'arbitre à dos, et alors ce dernier ne le protégeait plus. Il se prenait des pains et il ne comprenait plus. Quand il râle sur l'arbitre, il sort de son match, prend des jaunes, et si l'arbitre le prend en grippe lui, il risque de prendre en grippe toute l'équipe. »

Dernier départ pour la gloire


Aujourd'hui, au vu de son retour progressif dans le groupe pro lyonnais, on peut imaginer que Benzia a commencé à intégrer les exigences mentales du très haut niveau. À 20 ans seulement, sa marge de progression reste énorme, mais Valette lui conseille ne plus se perdre en chemin : « C'est quelqu'un qui chez les jeunes était capable de changer le cours d'un match, le talent est là. Moi, je l'aime bien, c'est un bon gars, mais il faut qu'il comprenne qu'il a une chance à saisir, maintenant. Il en a déjà eu une, la chance repasse, donc il doit échapper aux blessures, être fiable et saisir l'opportunité, car la chance ne repassera pas trois fois. » Dans un futur immédiat, cela passe sûrement par un rôle de deuxième attaquant aux côtés d'Alexandre Lacazette.

Mais pour être efficace dans le jeu, Yassine Benzia devra aussi se montrer plus fort hors du terrain : « Il faut qu'il évolue favorablement. Il est arrivé en pro assez jeune, on lui passait beaucoup de choses, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... Mais on sait que ce milieu est un milieu de requins, ce dont il faut se méfier, c'est le coéquipier. L'adversaire, vous jouez contre lui 90 minutes, mais celui qui joue au même poste que vous dans votre équipe, il va passer plus de temps à vous embêter. Il faut donc donner à l'entraîneur l'envie de vous faire jouer plus qu'un autre. C'est le combat quotidien. » Face à Caen, le jeune Lyonnais aura l'occasion de prouver qu'il s'est enfin remis dans le sens de la marche.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
Benziama tuer
JunMisugi86 Niveau : DHR
encore un qu'on a monté trop vite. Quand les gens comprendront qu'il faut laisser les jeunes se developper avant d'en faire des futur cracks, on en grillera moins. tarabt, kakuta, belfodil, sankhare et j'en passe. Si le joueur est solide mentalement et est bien entouré ça ira je pense a des joueurs comme varane, hazard (même si il est pas français).

J'aime beaucoup fekir mais quand je vois ce qu'aulas a declaré franchement, pas maintenant, heuresement il a l'air d'avoir un bon mental. Juste faut laisser les joueurs faire une bonne saison, pas 6 bons mois et surtout laissons les confirmer la bonne saison.
crunch1664 Niveau : DHR
Je ne regarde que très rare les matchs de Lyon, mais à l'époque Benzema avait quand même dans l'équipe des joueurs d'un autre calibre pour pouvoir lui faire la dernière passe ?

Ps:Je dénigre pas le talent de Benzema je l'ai toujours apprécier.
crunch1664 Niveau : DHR
Je ne regarde que très rare les matchs de Lyon, mais à l'époque Benzema avait quand même dans l'équipe des joueurs d'un autre calibre pour pouvoir lui faire la dernière passe ?

Ps:Je dénigre pas le talent de Benzema je l'ai toujours apprécier.
Complètement d'accord. A Evian il s'est fait bouffé physiquement ... A part son but, il n'a vraiment pas gagner de duel ou peser sur la défense.
Quand tu vois Yattara, alias GomisBis, capable de conserver des ballons en pointe, ou N'Jie capable de mettre le feu dans le match sur une accélération, alors que les deux ont un bagage technique tellement limité...
Benzia on s'est qu'il est fort, mais il n'en fait rien pour autant. Un peu comme Ben Arfa au final (même si ce n'est pas la même mentalité, pour l'instant)
LucaBrazzi Niveau : CFA
Cela résume un peu l'approche des clubs français avec un joueur qui sort du lot
quand il est en jeune on le chouchoute on lui laisse faire 2 3 écarts de conduite après on s'étonne que le type explose pas je pense qu'en centre de formation on appuie pas assez sur le mental et tout ce qui est exigeance du haut niveau . avis aux lyonnais que deviennent Balhouli( je sais pas si c'est comme ca) et Ghezzal ?
Message posté par crunch1664
Je ne regarde que très rare les matchs de Lyon, mais à l'époque Benzema avait quand même dans l'équipe des joueurs d'un autre calibre pour pouvoir lui faire la dernière passe ?

Ps:Je dénigre pas le talent de Benzema je l'ai toujours apprécier.


Eux.. Le Lyon de Benzema c'était pas le Lyon des années Le Guen/Houiller! Sur le papier l'équipe était encore belle, mais c'est Benzema qui a porté son équipe et pas le contraire!
Et le Lyon de cette année, s'il est moins talentueux, est quand même très offensif, y'a de quoi se distinguer pour un attaquant, un mec comme Njie arrive à faire son trou.
Si Benzia joue peu et à du mal, c'est entièrement sa faute.
crunch1664 Niveau : DHR
ok merci pour les renseignements.
Message posté par LucaBrazzi
Cela résume un peu l'approche des clubs français avec un joueur qui sort du lot
quand il est en jeune on le chouchoute on lui laisse faire 2 3 écarts de conduite après on s'étonne que le type explose pas je pense qu'en centre de formation on appuie pas assez sur le mental et tout ce qui est exigeance du haut niveau . avis aux lyonnais que deviennent Balhouli( je sais pas si c'est comme ca) et Ghezzal ?


C'est clair! A Lyon, on attendait Ben Arfa, et c'est Benzema (dont on parlait beaucoup moins) qui a explosé. Ensuite, on nous a vendu des Benzia et autres Tafer comme les futurs Benzema, et ce sont des Remy, Belfodil et bientôt Fekir qui font carrière. Heureusement que le centre de formation est très peuplé de talent, parce que ce sont jamais ceux annoncés qui réussissent..
madjerinho Niveau : CFA2
Message posté par JunMisugi86
encore un qu'on a monté trop vite. Quand les gens comprendront qu'il faut laisser les jeunes se developper avant d'en faire des futur cracks, on en grillera moins. tarabt, kakuta, belfodil, sankhare et j'en passe. Si le joueur est solide mentalement et est bien entouré ça ira je pense a des joueurs comme varane, hazard (même si il est pas français).

J'aime beaucoup fekir mais quand je vois ce qu'aulas a declaré franchement, pas maintenant, heuresement il a l'air d'avoir un bon mental. Juste faut laisser les joueurs faire une bonne saison, pas 6 bons mois et surtout laissons les confirmer la bonne saison.


Je suis pas d'accord, en tout cas à la vue de l'article, il passe par les mêmes étapes que Lacazette, et avant lui Benzema. L'article est peut être biaisé mais ce qu'il dit, c'est surtout qu'il y a un problème de mental.

Je résume à fond, hein, mais en gros le mec n'a pas capté que chouiner est contre productif, qu'une place sur la feuille de match se gagne à force de persévérance et d'exemplarité, et que sur un terrain un dribbleur se doit d'être hargneux pour se faire respecter.

Cette différence de mental touche aussi ceux que tu cites, mais je pense pas que ça vienne d'une starification trop jeune. Je pense que c'est juste la vie, on n'est pas tous fait pareil dans la tête, ya pas à chercher beaucoup plus loin, chez les surdoués, t'en as toujours un pourcentage qui vont se convaincre que leur seul talent suffit, et les autres sauront que la différence, c'est le taf.
Mine de rien, quelle première saison de Benzema! Au début de la saison Fred et Baros blessé, y'a que Benzema apte. Il était un peu connu puisqu'il était champion U17, mais derrière Nasri, Ben Arfa et Menez, c'était "personne".
Et au final sur la saison qu'il fait, c'est le meilleur attaquant de L1 sur la période 2004-2012 (entre Drogba et Zlatan). Et dire qu'il n'avait que 19-20 ans...
Jed mosly Niveau : CFA2
Nobody1 t'oublis un certain Pedro Miguel Pauleta. Meilleur attaquant que la ligue 1 ait connu. Sans chauvinisme aucun.
Annoncé comme le futur Benzema... ça dit toute l'immensité de son talent.

Ils font 2 ou 3 exploits en ligue 1 et on les acclame comme des futures stars (quand on connaît le niveau de la Ligue 1). Le gus marque un but contre Evian et ça suffit pour qu'on rédige un article long comme le bras sur lui. L'exigence à la française sûrement.

Genre, tu fais 1 ou 2 belles actions en Ligue 1(tellement relevé le championnat avec ses équipes de très haut niveau) ou avec le maillot bleu, et ça y est, tu es forcément promis à un bel avenir. Faudrait demander à Ben Arfa, Marvin Martin ou autre Yann M'vila ce qu'ils en pensent.

On les annonce très tôt comme de futures gloires, on les encense, eux, commencent à faire ce qu'ils veulent, et forcément, avec le peu d'exigence de la formation à la française, on se retrouve avec des joueurs qui n'ont (et ne vont sans doute) jamais confirmé.

Si Benzema, Pogba ou Varane n'étaient pas vite partis pour des clubs plus exigeants et avec une véritable culture du travail, ils ne seraient pas la moitié des joueurs qu'ils sont aujourd'hui.

Donnez ce Benzia à Bielsa, Guardiola, Simeone ou Mourinho (ne le confiez surtout pas à Wenger), et ils vous en feront un top player.
ToxikCheese Niveau : Loisir
On peut dire que Benzia à un peu chier son début de carrière...
La faute à un début de melonite et un entourage pourri.

Le mec était annoncé comme le nouveau Benzema, mais se fait passer devant par N'jie et Yatarra, et même par Fekir quand on y réfléchi ! Soit un poulet sans tête, un indésirable de retour de prêt, et un mec qu'on a viré avant de le reprendre... Normalement il devrait se poser des questions...

Apparemment, il aurait prit conscience de sa délicate position et se serait sorti un peu les doigts pour reprendre ce qui lui est dû...

Wait'n See, le gone n'a que 20 ans, les exemples Ben Arfa, Menez et autres maudit de la génération 87 devrait lui servir...

Par contre, je ne sais pas si il est musulman pratiquant ou non, mais si ce n'est pas le cas, faut vraiment qu'il rase son duvet dégueulasse !
JunMisugi86 Niveau : DHR
Message posté par madjerinho


Je suis pas d'accord, en tout cas à la vue de l'article, il passe par les mêmes étapes que Lacazette, et avant lui Benzema. L'article est peut être biaisé mais ce qu'il dit, c'est surtout qu'il y a un problème de mental.

Je résume à fond, hein, mais en gros le mec n'a pas capté que chouiner est contre productif, qu'une place sur la feuille de match se gagne à force de persévérance et d'exemplarité, et que sur un terrain un dribbleur se doit d'être hargneux pour se faire respecter.

Cette différence de mental touche aussi ceux que tu cites, mais je pense pas que ça vienne d'une starification trop jeune. Je pense que c'est juste la vie, on n'est pas tous fait pareil dans la tête, ya pas à chercher beaucoup plus loin, chez les surdoués, t'en as toujours un pourcentage qui vont se convaincre que leur seul talent suffit, et les autres sauront que la différence, c'est le taf.


Eh bien tu n as pas du voir les articles de l époque qui sortait sur benzia. On se demandait déjà si le type allait prendre la nationalité française ou algerienne alors qu il avait même pas fait 5 matchs en ligue 1...

On faisait le parallèle benzia benzema, et puis faut écouter les déclarations de JMA du début de saison. Que ben si à est un phénomène qu'il est le meilleur de sa génération'. Lors du match face a Astra quand il rentre il est limite considéré comme le sauveur par les commentateurs.

J'ai un très bon ami a moi qui connait bien un des titulaire de l équipe dont le nom commence par un F.. Qui lui a dit que venais avait un boulard pas possible. Après c'est des on dit mais c'est l écho que j'ai et qu'a plusieurs personnes.


Je ne dis pas qu'il n a pas de talent mais juste que avant de faire des portraits des comparaisons parce que tel ou tel joueur a battit des records en jeune. Laissons les faire une bonne saison et la confirmer.


Bojan a battu tous les records du Barça jeune. Mieux que Messi on En a fait des tonnes le type avait même pas fait une saison comme titulaire a commencé comme benzia des augmentation de salaire. Le gars est a Stoke city maintenant...
JunMisugi86 Niveau : DHR
Message posté par ToxikCheese

Par contre, je ne sais pas si il est musulman pratiquant ou non, mais si ce n'est pas le cas, faut vraiment qu'il rase son duvet dégueulasse !


Je pense que maintenant la barbe a rien a voir avec musulman ou non. Même si il s agit de "musulman d origine" dixit sarko.
kris prolls Niveau : CFA2
Je trouve tout le monde(les com et l'article) très très sévère sur Benzia.
Il a eu des blessures au mauvais moment, et Garde l'a envoyé à la cave après ses 2 meilleurs match en pro(à sochaux et a bastia).Je pense surtout que sa carrière en pro commence vraiment maintenant donc on verra.
Pr répondra a lucaBrazzi, Ghezzal est un pur ailier dc ds ce sytème en losange il est pas à l'aise , et en + il semble assez moyen comme joueur(m si très technique) quand a Balhouli , a priori c'est encore un prodige mais le mental ne suis pas donc on attend et puis Gourcuff et Fékir qui a explosé + pas de match d'europa league =cfa.

Benzia va finir l'année a 13 buts.
Oups, donc, j'allais dire que j'avais jamais été impressionné par Benzia, mais qu'est ce que j'étais content de le voir débuter contre Evian. Il fait un match tout perrave et il marque, c'est ce qu'on attend non ? A mon avis il est troisième attaquant, derrière Lacazette et Fékir, donc deuxième quand Fékir joue 10, et c'est très bien comme ça, laissons lui le temps de prendre confiance, et on jugera sur la suite, je suis persuadé qu'il surprendra tout le monde en bien, mais le gros problème en effet, c'est ses 60 kilos tout mouillé
L'avis de Valette est vraiment intéressant. Je continue de penser que Benzia est bien supérieur à N'Jie et Yattara (qui vont d'ailleurs partir à la CAN) et Fekir est meilleur en 10.

Il a donc une chance ce soir mais pendant quelque temps il en aura encore un peu. Faut juste qu'il évite les blessures et qu'il prenne pas le melon. En tout cas ce serait tout benef pour lui.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Real dans l'espace
128 31