En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Benzema, enfin ?

Higuain absent, le monde reste malgré tout divisé entre pro-Benz et pro-Pipita. En l'absence du Brestois, le Lyonnais vient de coller un triplé à des Auxerrois pas vraiment au niveau. Ambiance.

Mercredi soir vers 23h, il n'y en avait que pour lui. Même Ronaldo s'est éclipsé rapidement pour laisser les projecteurs sur le visage de Karim Benzema. « Parlez plutôt avec Karim ce soir » glisse-t-il aux journalistes avant de disparaître au fond d'un couloir. Ce soir-là, Ronaldo dédiait son but à son enfant, Dudek était titulaire pour la première fois depuis un an et se brisait la mâchoire au bout de quarante minutes, “Mou” était puni et seulement trois titulaires étaient alignés au départ (Pepe, Carvalho, Marcelo). Mais celui qui fascine la presse sportive jeudi matin, c'est le Benz. Marca ne se casse pas trop avec une couverture “Benzeman”, As met le paquet avec une photo christique de KB et un titre qui claque “Benzema Superstar”. Mercredi était un jour historique. En seul match, Benzema a doublé son score et planté autant de buts que depuis le début de saison (3). Alors, heureux ?

Certes Rim-K égale Ronaldo au classement des buteurs en Champions (4), certes il est le troisième attaquant de l'histoire du Real (derrière Raul et Ronaldo, le Brésilien) à glisser trois dragées dans le même match de C1, certes il a planté le 300ème but de l'histoire du Real dans la compèt (à la 11ème minute) mais « Benzema a été le protagoniste d'une journée aussi importante que le 337ème épisode d'une télénovela vénézuélienne » (copyright Jesus Alcaide, El Mundo). Marca le reconnaît aussi du bout de la plume : « Le Real n'a joué ni bien, ni mal » . Et Benz aussi. Trois buts (une offrande de Ronaldo, une frappe croisée et un cadeau de Sorin) dans un match pour du beurre contre le 13ème de Ligue 1, c'est bien mais à Madrid, ça ne suffit pas. El Mundo en rajoute : « Benzema doit continuer au Real parce qu'il est fort. Mais il serait temps de clarifier quelles sont ses qualités et ce qu'il a à nous apporter » .

Car au Real, vieille institution accrochée depuis cent-huit ans sur les plateaux de Castille, Karim Benzema c'est ET. Les références à son poste ici sont Raul, Juanito, Morientes ou Higuain. Des morts de faim qui courent, qui pressent, qui suent, qui sautent, qui plantent et qui rendent grâce au Bernabeu après chaque but. Benz, d'après lui, il « n'est pas là pour courir partout, ce n'est pas (son) jeu » , célèbre ses buts façon kalachnikov, fait des featurings sur le dernier Rohff et ne marque pas contre le Barça. Car le vrai caillou dans la chaussure du chouchou de JM Aulas s'est glissé il y a à peine dix jours. C'était au Camp Nou, un soir où Karim n'a pas frappé une seule fois au but. Pire, ce soir-là l'inexistence de son pressing avait fini de fracasser l'équilibre défensif de l'axe central madrilène. Certes Ronaldo pleure, certes Ronaldo ne presse pas, certes Ronaldo est perso, certes Ronaldo met du gel. Mais Ronaldo est le seul (avec Di Maria) à avoir fait peur à Victor Valdés lors du dernier clasico. Et puis surtout, CR7 c'est 41 buts en 45 matchs officiels. Le foot au Real, c'est un peu de maths et beaucoup d'histoire.

Trois arbres et une forêt


Benz est dans le centre du viseur depuis plus d'une saison. Et une saison au Real, c'est long. Du coup mercredi soir, la pression retombe (un peu) et Granero en place une pour son collègue : « Les trois buts vont lui faire du bien. Mais il faut laisser Karim tranquille et enlever toute cette pression qu'il y a autour de lui » . Karanka, remplaçant du “Mou” en conf', a bien senti le piège et tente de cacher la forêt : « Nous savons comment Benzema travaille tous les jours. Nous savons aussi qu'il a besoin de confiance et le seul moyen de l'obtenir, c'est de marquer des buts. Mais ce n'est pas vrai qu'il ne se débloque que lorsqu'il n'y a rien en jeu. Contre l'Ajax, il a fait un bon match et a marqué un but » . Sauf que cette saison, à part contre l'Ajax (victoire 4-0), Benzema a aussi marqué contre l'Espanyol (victoire 3-0, il met le troisième), contre Murcie (victoire 5-1, il met le quatrième sur péno) et contre Auxerre, dans un match sans enjeu, donc. Et c'est tout. Mais à Madrid, en vrai, le match d'Auxerre n'a pas changé grand chose. Higuain reste le titulaire au poste. El Pipita sera de retour dans un mois, c'est-à-dire exactement quand les choses vont commencer à se préciser dans la maison blanche. En attendant, les souris dansent. Jusqu'à nouvel ordre.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 3 heures 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 3 heures Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 5
il y a 5 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 16 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 9 il y a 9 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4