Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 9e journée
  3. // Real/Barcelone (3-1)
  4. // Les notes

Benzema, cette régalade

Un but, une barre, une activité folle et des choix toujours judicieux, Karim Benzema a plané sur ce Clásico. Pour sa première, Luis Suárez n'a pas sorti ses canines alors que Lionel Messi a couru tout droit avec le ballon.

Modififié

Real Madrid


Casillas (6,5) : Iker n'avait pas perdu son auréole, il l'avait juste égarée. Il sauve la Maison Blanche sur son arrêt du pied face à Messi en première période. Une belle détente sur la frappe de Mathieu. Tant qu'il ne s'aventure pas trop loin de sa ligne, il peut encore tenir quelques années.

Carvajal (7) : Vous vous souvenez Álvaro Arbeloa ? Non ? Un grand brun dans tous les mauvais coups. Vraiment pas ? Laissez tomber. Daniel Carvajal et sa barbe de hipster ont pris définitivement possession du couloir droit du Real. Daniel peut être content, rentrer chez lui en Fixie et regarder le dernier Dolan qu'il avait téléchargé avant le match.

Pepe (7) : Au début, on s'est dit que le cauchemar catalan recommençait pour lui. Le Portugais suait beaucoup et cherchait la touche sur chacune de ses relances. Il s'est repris au fil de la rencontre avant de laisser sa rage éclater sur son but. REEEEVANCHE.

Ramos (7) : Zéro faute, cinq ballons récupérés. Pas une embrouille à signaler, Sergio a réglé ses problèmes d'hyperactivité. Le coup de foudre avec Luis Suárez attendra le match retour.

Marcelo (8) : Il l'a encore prouvé ce soir, Marcelo est bien le meilleur ailier gauche de la Liga. Il a même eu la bonne idée de défendre un peu.

Kroos (7) : Des pieds de dix, un moteur de huit, Tony Kroos numéro six du Real pour vous servir. La qualité allemande, on y revient toujours.

Modrić (6,5) : « Il s'est sali le short, Modrić. » Omar da Fonseca a bien résumé le match du Croate. Lukas est descendu dans la salle des machines, a enfilé son bleu de travail et bossé pour la collectivité. La semaine prochaine, il s'inscrit à la CGT. Remplacé par Arbeloa qui a trouvé le temps de discuter avec l'arbitre.

Isco (7) : Il est arrivé comme un neuf et demi, Ancelotti l'a transformé en milieu relayeur sans l'obliger à se renier pour autant. Un amour immodéré pour le demi-tour sur soi, le double contact et le beau en général. L'artiste contemporain qui manque à la FIAC de Paris. Remplacé par Illarramendi pas prêt de revoir sa place dans le onze de départ.

James (6) : Un jour, le Colombien et son pied se sont fâchés et ils ne se parlent plus depuis. Pas l'idéal quand vous devez évoluer côté droit. Un manque de spontanéité logique, mais une passe décisive pour Benzema et une grosse activité, on ne va pas en demander plus pour un premier Clásico.

Benzema (9) : Il n'a pas atteint la perfection ce soir, il lui a fait un enfant. La mère se porte bien, le papa vous embrasse. Remplacé par Khedira juste pour recevoir l'ovation du Bernabéu et la bise de Carlo.

Ronaldo (6,5) : Des jolies mèches blondes et quelques mauvais choix, Cristiano était moins rayonnant qu'Irina en tribunes. Il a même été trop collectif sur certaines actions. En revanche, il n'a laissé à personne son pénalty. Faudrait pas déconner non plus.

FC Barcelone


Bravo (3) : On ne peut pas dire qu'il les mérite. À force de garder sa cage inviolée en Liga, il avait peut-être oublié ce que c'était que de jouer contre une vraie équipe. Et comme Ter Stegen avant lui, il est tombé trois fois.

Daniel Alves (4) : Un petit tour à la station-service pour remettre de l'essence ne serait pas du luxe. Malheureusement, t'as claqué tout ton argent pour tes nouvelles baskets Suárez, et maintenant t'en en galère.

Piqué (1) : Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de Gerard Piqué depuis trois ans ? La plus belle imposture depuis Frédéric Bourdin.

Mascherano (7) : Le mec doit défendre pour deux, voire trois. Et le pire, c'est qu'il y arrive presque. Le nombre de tacles-sauvetage qu'il réalise est incroyable, d'autant plus quand on connaît ses antécédents à la Coupe du monde.

Mathieu (5) : « Messi combine avec Iniesta, puis transmet à Neymar. Le Brésilien temporise et décale Jérémy Mathieu. » Quelle phrase incroyable. On dirait un mode carrière joueur à FIFA mené de main de maître. Après, il s'est montré nerveux, mais a quand même balancé une mine que Casillas a eu bien du mal à sortir.


Busquets (4) : A posé un très joli bloc sur Cristiano Ronaldo dans la surface. S'est traîné comme un gros pivot espagnol ensuite.

Xavi (3) : Qu'est-ce que c'est triste de vieillir ! Luis Enrique avait prévu cette année de le ménager pour les grands matchs. Une bonne idée, s'il en avait encore le niveau. Sa sortie dès la 60e était un véritable crève-cœur.

Iniesta (4) : Pour le coup, on comprend mieux son surnom de « Casper, le gentil fantôme » .

Suárez (6) : A commencé très fort, avec une sublime transversale pour Neymar qui s'est transformé en passe décisive. Mais aussi talentueux soit-il, aussi déterminé, rien ne remplace la compétition. Et les automatismes ne s'acquièrent pas en un jour.

Neymar (6) : Un but, un carton jaune pour une mandale, des dribbles, des chutes. Une journée ordinaire dans la vie de Neymar Jr.

Messi (3) : Être associé à Neyrmar et Suárez devait lui libérer des espaces, attirer l'attention des défenseurs ailleurs. Mais visiblement, personne ne l'a prévenu, et il tente toujours de foncer droit vers le but, quitte à devoir dribbler cinq mecs au passage. Ce qui n'est pas très efficace.

À lire : Le compte-rendu du match Real/Barcelone

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Alexandre Pedro et Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17