1. //
  2. // Arbitrage
  3. // Interview Benoît Millot

Benoît Millot : « Être arbitre, ça compte sur un CV ! »

Critiqué, harcelé, ringardisé, insulté. À y réfléchir, on peut se demander ce qui pousse un arbitre à se lever tous les dimanches pour permettre à des joueurs amateurs de disputer leur petit match de district. S’il arrive à haut niveau, l’homme en noir en a souvent connu des vertes et des pas mûres. Il est utile de rappeler qu’arbitrer, c’est sortir de sa zone de confort et aimer le football au point d’en devenir l’humble serviteur. Benoît Millot, arbitre international, nous parle de son métier, une école de la vie.

Modififié
Qu’est-ce qu’un bon arbitre ?
Il doit avoir une certaine lecture du football qui lui permette de laisser vivre le jeu quand c’est possible et sanctionner lorsque c’est nécessaire. Il doit être au service du jeu, aller dans le sens du spectacle, de l’attractivité de nos compétitions professionnelles. On souhaite qu’elles redeviennent compétitives. Cette année, il y a quand même une volonté de la plupart des clubs de jouer davantage. Les arbitres essaient de se mettre au diapason. On essaie d’éviter de siffler des micro-fautes lorsqu'il y a des duels. Deuxième chose, un arbitre doit être un athlète de haut niveau. Le football va de plus en plus vite. On travaille davantage et de façon plus structurée grâce notamment à des mises en situation d’entraînement à Clairefontaine, le centre technique. On se rassemble très fréquemment. Ça nous permet de nous rapprocher au maximum des situations de match pour être le plus réactifs et le mieux préparés possible. Dernière chose, il faut être un bon communiquant.

Un arbitre doit associer respect, règlement et humanité, tout en imprégnant son arbitrage de sa personnalité.
Chacun a la sienne, même si certaines choses ont tendance à s’uniformiser dans l’arbitrage. Certaines décisions et postures sont attendues. L’un des axes qui commence à émerger, notamment avec les arbitres qui viennent d’arriver en première division, est tout ce qui touche à la communication. Le côté arbitre un peu gendarme ou policier, c’est complètement décalé avec le football d’aujourd’hui. Être communicant, c’est être capable d’expliquer ses décisions sans se justifier en permanence, sans être trop dans un rapport conflictuel. Le côté un peu martial « c’est comme ça et pas autrement » , aujourd’hui sur les terrains de foot ou dans la société, ça n’existe plus.


La dernière star de l’arbitrage était l’Italien Pierre Luigi Collina, un vrai gendarme.
Cette forte personnalité, cette façon d’imposer ce regard, cette posture, étaient ancrées en lui. Si vous voyez un mur habillé en arbitre pour prendre les décisions et ne pas se mettre au contact des acteurs du foot, on se dit : « c’est quoi ce mec ! Il est trop strict, trop sévère, il ne s’explique pas, il est fermé. » Aujourd’hui, on est plus dans des approches d’ouverture, et cette démarche est encore plus palpable en dehors des terrains. On propose aux capitaines et présidents d’avoir un échange à la fin d’une rencontre. Nos portes de vestiaires ont vocation à s’ouvrir si c’est demandé convenablement et si ça amène un échange et une discussion. C’est pour ça qu’il faut savoir être un communiquant. Il faut avoir des choses à dire et être capable de les expliquer.

« J’ai 35 ans, j’ai commencé l’arbitrage à quinze ans. Par rapport à mes potes qui étaient joueurs, je me suis vite rendu compte que j’ai mûri, acquis un sens des responsabilités, appris à gérer des situations conflictuelles dans la vie de tous les jours. »

La complexité d’exercer le métier d’arbitre fait penser à celle des profs. Il faut se faire respecter tout en étant gentil, cool, souriant, avenant. À l’époque de Collina, on appliquait simplement le règlement.
Sur le principe, c’est compliqué et dans la réalité encore plus. Les portes des vestiaires peuvent s’ouvrir pour une explication, mais il ne faut pas omettre le fait que lorsqu'on sort d’un match, avec la débauche d’énergie physique et mentale, être en plus capable de venir expliquer tranquillement et dans la plupart des cas, sans avoir vu aucune image, est compliqué. Surtout que ceux qui viennent réclamer des explications ont souvent eu l’occasion de les voir. On est sur un fil. Bien sûr que ce n’est pas toujours évident et qu’il y a des week-ends compliqués, je ne vais pas vous raconter d’histoires. Mais l’objectif est de nous rapprocher des acteurs de terrain, qu’ils n’aient pas l’impression que nous sommes dans une bulle, ce qui peut-être, à une certaine époque, était un peu trop le cas et nous mettait peut-être un peu de côté dans la famille du football. Être arbitre, ce n’est pas simple par définition.


Pour un jeune, il est difficile d’assumer son désir de devenir arbitre. On le taxe souvent de ringard. Quels avantages, quelle fierté peut-on tirer de cet exercice ?
Pour l’avoir vécu, et je sais que beaucoup d’arbitres le vivent un jour ou l’autre, le gros avantage de l’arbitrage, notamment pour ceux qui commencent jeune, de quinze à dix-huit ans, c’est que vous gagnez une dimension dans la vie qui n’est pas inutile. Vous apprenez à gérer les conflits et ça vous donne une bien plus grande maturité. Et ce n’est pas du flanc. J’ai 35 ans, j’ai commencé l’arbitrage à quinze ans. Par rapport à mes potes qui étaient joueurs, je me suis vite rendu compte que j’ai mûri, acquis un sens des responsabilités, appris à gérer des situations conflictuelles dans la vie de tous les jours. Quand on cherche des stages, ou son premier emploi, avoir ça sur un CV, être arbitre a de la valeur. Être joueur de foot, c’est super, il n’y a pas de problème : je vais chez Décathlon, je m’achète l’équipement complet, je paye ma licence et je passe chez le médecin. En revanche, être arbitre, l’air de rien, ça veut dire chaque année réactualiser sa connaissance des lois du jeu, passer des tests théoriques, être observé et noté à chaque match par des observateurs. Ça demande une remise en question personnelle. Ramené à la vie de tous les jours, à l’adolescence ou en tant que jeune adulte, ça permet de prendre du recul sur les événements et ça donne une certaine maturité que pas mal de jeunes n’ont pas toujours. Quand on est jeune, on est souvent insouciant, on n’a pas forcément le sens des responsabilités.


Comment être à la fois respecté et apprécié par les joueurs ?
Le respect, ça se gagne. En revanche, être apprécié... si vous faites de l’arbitrage au départ en pensant être forcément apprécié, vous pouvez rencontrer certaines désillusions. On ne fait pas forcément l’unanimité, on ne peut pas plaire à tout le monde. Ce n’est pas comme lorsqu'on est un grand joueur et que la terre entière vous ovationne. Le meilleur moyen pour un arbitre d’être légitimé, c’est d’être performant sur le terrain. Et la dimension d’appréciation vis-à-vis des acteurs du foot se gagne dans la capacité à être capable de reconnaître ses erreurs sans pour autant s’auto-flageller.

« Quel que soit le niveau, il faut de plus en plus maîtriser l’engagement des joueurs, leur frustration, leur nervosité, leurs attitudes, les prises à partie avec les supporters... le challenge humain est peut-être même plus important que les décisions techniques. »

Comment doit réagir un arbitre qui accorde un penalty et qui se rend compte un peu après qu’il s’est trompé ? Comment ne pas gamberger ? Comment ne pas avoir envie de réparer cette erreur ?
Des erreurs, tout le monde en commet. Mais la force mentale, c’est d’être parfois capable de les reconnaître, mais surtout d’être capable de les évacuer. Parce que sur un terrain de foot, qui n’a pas de doutes ? Tout le monde en a. Ce n’est pas parce que vous avez commis une erreur qu’elle va se compenser si vous en faites une autre. Au niveau amateur, il faut que les arbitres aient une certaine force mentale. Les contextes de match sont parfois difficiles selon les coins de France. On le sait tous. Quand on arrive à haut niveau, c’est qu’on est par définition passé par les divisions inférieures. On a parfois la chance d’être suivi par un préparateur mental. Il n’aide pas en matière de niveau technique, mais réussir à évacuer, relativiser, ça peut se travailler. Les joueurs ont ce même genre d’approche. Pour un arbitre amateur, les contextes de match dans lesquels ils sont parfois impliqués sont difficiles. Je suis issu de la région parisienne. Parfois, je me suis retrouvé confronté à certains contextes de match... Évidemment, ce n’est pas une pression de millions d’euros, de Coupe d'Europe, mais c’était la ville X contre la ville Y, avec des problématiques de violence, de banlieue. L’arbitre est un homme ou une femme faillible. Évacuer, c’est le plus difficile, mais il faut être capable de le faire.

L’arbitre doit donc se construire une carapace.
Une carapace et parfois une armure. On n’a pas toujours réponse à tout. Le formaliser par les mots, ce n’est pas forcément facile. Ceux qui viennent à l’arbitrage doivent avoir conscience que c’est un challenge qui n’est pas évident, facile. Souvent, dans les districts, quand un arbitre a eu une rencontre difficile, qu’il a été frappé, voire insulté, un accompagnement sur les matchs se fait le temps de revenir à la compétition. Différentes personnes de la commission d’arbitrage l’accompagnent physiquement sur ses matchs de retour pour l’assister, l’appuyer d’un point de vue humain et mental afin qu’il puisse se relancer. Il ne faut ni se décourager ni perdre la passion. Quel que soit le niveau, il faut de plus en plus maîtriser l’engagement des joueurs, leur frustration, leur nervosité, leurs attitudes, les prises à partie avec les supporters... le challenge humain est peut-être même plus important que les décisions techniques.


Poursuivons le parallèle avec l’école, est-ce qu’un arbitre a des chouchous ?
C’est une réponse assez théorique, mais c’est quand même dans l’ADN de l’arbitre d’être dans l’impartialité. Les acteurs du football, joueurs, entraîneurs et présidents voient en vous quelqu’un de responsable, de correct. Si durant un match, j’attribue une certaine forme d’affect à une équipe plus qu’à une autre, le jour J d’un match, je ne sais pas si ça va se voir ou se sentir, mais de moi-même, je le saurais. Et même, l’équipe que j’aurais quelque part défavorisée, je risque de les ré-arbitrer plus tard. Un arbitre, c’est comme un club. À la fin d’une saison, il y a un classement des arbitres dans chaque division. Je peux monter, descendre et me maintenir. Maintenant, on est comme tout le monde, on a des émotions, mais si je veux être respecté, je dois être respectable.

« Des gamins qui veulent être Lloris, Griezmann, Pogba, Messi, vous en trouvez partout, dans toutes les écoles du monde. Un jeune qui vous dirait un jour : "Je serai Collina", si vous le trouvez, vous me le présentez. »

Est-ce qu’un arbitre a le droit d’être supporter d’une équipe ?
Est-ce qu’on en a le droit ? Je n’ai pas la réponse, mais il n’y a pas, à ma connaissance, d’interdiction officielle d’apprécier ou de supporter un club. Pour ma part, je n’ai pas d’affect particulier pour un club plus qu’un autre, c’est sincère. Mais il y a quelque chose que j’ai remarqué : je suis arbitre international et j’ai déjà rencontré des collègues d’autres pays. Je vais parler des Anglais parce je leur avais posé cette question. On m’avait répondu qu’en Angleterre, la commission d’arbitrage demande à chaque arbitre : « est-ce que tu as un affect avec un club ? » Ils posent la question individuellement aux arbitres. S’il répond qu’il supportait telle ou telle équipe étant petit, il ne sera jamais impliqué sur ce club, tout comme il ne sera pas impliqué si son club de prédilection est en course pour une place européenne, une relégation ou une qualification. Il y a un système de transparence. En France, on ne m’a jamais demandé ouvertement si j’avais une préférence, un affect ou quelque chose. Il nous est simplement interdit d’arbitrer les clubs de notre ligue. L’avantage est que si un jour je faisais une erreur d'arbitrage vis-à-vis d’un club qui m’est proche géographiquement, ça éviterait des problèmes de sécurité. En revanche, la limite est que ce n’est pas parce que j’habite Paris que je ne peux pas avoir d’affect pour Lorient, Valenciennes, Lille, Marseille, Bordeaux... mais on est assez rationnel pour se rendre compte que c’est un métier. Et puis avec la médiatisation du foot, ça se verrait assez rapidement. De plus en plus d’arbitres qui arrivent en Ligue 1 sont des vrais passionnés de foot.

Il est rare qu’un passionné de foot n’ait pas d’équipe de cœur.
On est passionné par le jeu. Il y a une vraie distinction entre l’être par le jeu et par une équipe.

Vous supportez quand même l’équipe de France ?
Oui, bien sûr.

La marge est mince entre aimer le jeu et une équipe.
Je comprends que ce soit difficile à comprendre, mais c’est l’évènement foot, le jeu qui nous fait vibrer. Ce côté d’affect, même s’il y en avait un pour un club plus qu’un autre serait difficile à combiner avec notre devoir de performance. Ça ne serait pas une excellente pub pour l’arbitrage et l’arbitre concerné. On se dit qu’on est vingt-deux en Ligue 1 sur une population totale d’environ 27 000 arbitres officiels en France. Arriver dans les vingt-deux derniers, et dans les dix arbitres internationaux... imaginez cette probabilité quand vous débutez l’arbitrage. J’ai commencé il y a vingt ans, je n’aurais jamais imaginé arbitrer en Ligue 1, en Coupe d’Europe ou en qualifications pour la Coupe du monde. On vit ça comme un honneur et un privilège.

Un jeune footballeur rêve de disputer la Coupe du monde, est-ce la même chose pour un arbitre ?
La différence est que dans une cour d’école, des gamins qui veulent être Lloris, Griezmann, Pogba, Messi, vous en trouvez partout, dans toutes les écoles du monde. Un jeune qui vous dirait un jour : « Je serai Collina » , si vous le trouvez, vous me le présentez. On vit comme un privilège d’être arrivé au haut niveau, même si c’est un travail acharné, ce n’est jamais un parcours naturel et inné. On se dit qu’on est un peu des ambassadeurs de notre arbitrage, notamment à l’étranger. La France, c’est notre pays. Même à notre niveau, lorsqu'on est à l’étranger, on essaie de faire briller nos couleurs.



Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
Itw intéressante. Ayant moi-même passé les formations pour être arbitre il y a quelques années, je trouve important de montrer l'arbitrage sous un autre prisme que celui utilisé par la grande majorité des "spécialistes-consultants" exclusivement orienté sur le réarbitrage et la critique des décisions.

Un des problèmes, ce sont les arbitres eux-mêmes. Il définit un bon arbitre et notamment d'être un bon communiquant, sauf que comme ils parlent très peu dans les médias, ils se mettent à part et laissent toute la place médiatique à des tocards qui leur bavent sans cesse dessus.

Et concernant la gestion des erreurs, ça me fait assez rire de lire Millot, qui est un des plus "émotifs". Il semble toujours être apeuré, paniqué dès que le match monte en intensité ou qu'il sent avoir fait une erreur. Résultat, plus le match avance, plus il se laisse dépasser. C'était notamment visible lors de Nice-Dijon, où il s'est lancé dans une course à la compensation pour finir totalement perdu. Et tout ça, il le communique aux joueurs, qui deviennent également nerveux décision après décision.
ahmedinho42 Niveau : Loisir
Article super pertinent!

Malheureusement, les passionnés de football que nous sommes ont tendance à oublier que les arbitres sont avant tous des êtres humains avec leurs faiblesses, mais aussi leurs forces.

Ils sont, tout comme nous, de vrais fans de foot.

Et puis bon, on aussi un peu besoin d'eux ! ^^

Même si on peut se demander comment certains ont pu arbitrer au plus haut niveau français...
Je rejoins les commentaires précédents, interview très sympathique et très intéressante.

Cette partie sur l'affect à un club notamment, entre le fonctionnement anglais et le français, la logique est totalement différente, et tellement plus sensée (à mon goût) chez les anglais.
Millot est habile communiquant sur cette question là vis-à-vis de lui-même, justement pour ne pas "froisser" les institutions peut-être, tout en mettant un petit taquet, et probablement pour que certains ne se jettent pas à la quête de "preuves". D'un autre côté, j'arrive à croire que l'amour du jeu, l'envie de réussir en tant qu'arbitre professionnel puissent permettre d'atteindre un certain détachement affectif vis-à-vis d'un club "favori", et une certaine impartialité.
Ce commentaire a été modifié.
Collina derniere star? Webb et Clattenburg on quand meme eu leur notoriété. Apres si par star on veut dire niveau exceptionnel, ca se discute aussi. Perso ca serait bien que la fédé arrive à nous sortir un grand arbitre parceque ca commence à dater et à se voir. Je trouve aussi dommage que les arbitres francais n'evoquent jamais Vautrot qui lui etait un vrai cador mais malheureusement tricard en france parce que trop honnete.
Bel article, très intéressant mais je ne comprends pas comment, où, avec qui, quand faudrait il communiquer ????
Vous avez des consignes précises ?

On a pas fait d'études commerciales, on est pas formé à la communication.
Le football, c'est de la compétition, de la bagarre, des rapports de force dans lesquels l'arbitre est impliqué.

Par exemple, il y a 3 semaines, on a eu l'incroyable surprise de trouver plusieurs joueurs d'une équipe venir dans notre vestiaire pour prier....Oui il voulait, avant le début du match, nous convaincre de prier avec eux. J'ai pas beaucoup communiqué.... Refoulement immédiat sans aucune explication.
Ce qui est problématique pour les arbitres non médiatisés, c'est qu'ils n'entendent jamais les arbitres professionnels s'exprimer sur leurs matchs et leurs décisions.
Par exemple, les arbitres du quart de finale R.Madrid contre Bayern Munich ont probablement communiqué concernant le ou les buts manifestement hors jeu sur la vidéo, pendant et après le match, avec les joueurs et les capitaines, aussi avec les dirigeants des équipes mais personne n'a d'écho de leurs explications.
Ce serait pourtant des exemples qui serviraient pour tous les arbitres.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 4 heures Valdés lance sa société de production 5
il y a 5 heures Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30
mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4